DECOUVRIR LE JAPON AVEC UN AUTRE REGARD

Official Site

流木 Bois Flottés – Mort, Éros, Fantasmes et Silence

 

DSCN0627_1

 

Ces derniers temps,je n’ai qu’une seule envie, parler avec des images en guise de mots. Pour plusieurs raisons…des problèmes assez sérieux  de santé, une certaine lassitude à l’ égard d’ un monde envahi par la pensée unique, le nationalisme à outrance,  le racisme et le rejet des différences. Un monde qui trahit toutes !es valeurs dans le respect desquelles les gens de ma génération ont été élevés après-guerre. Un monde d’où les héros ont quasiment disparus pour être remplacés par des goujats aux paroles vides de sens, et où les règles les plus élémentaires de la courtoisie sont bafouées journellement par certains dirigeants dont il est superflu de donner les noms tant ils encombrent l’ actualité avec leur médiocrité, leur autocentrisme , leur vulgarité et leur profonde méchanceté. Dans ce sens, l’ irruption effrayante du coronavirus est peut être une bonne leçon destinée à exprimer l’ agacement  ressenti par la nature face à l’ homme qui semble incapable de ne pas répéter les mauvaises leçons de l’ histoire en se laissant séduire par un discours simpliste dans lequel tous les grands problèmes sont toujours la faute des autres, et où  il serait vain de rechercher toute réflexion intellectuelle sérieuse…

Ces images  sont extraites d’ un projet ” Bois Flottés- Mort, Éros,  Fantasmes et Silence ” que j’ ai poursuivi depuis  la fin janvier à la fin mai 2020 lors de longues promenades solitaires le long de la côte de Niigata, en faisant pratiquement toutes les criques et les plages de Niigata à Teradomari  ( 42 km).  Avec un seul but, celui de découper l’ espace  grâce  au viseur optique de mon appareil photo ( Nikon Coolpix P7800) pour susciter  les associations d’idées, souvent inattendues et  invisibles à l’oeil nu,que les formes étranges de ces arbres échoués sur le sable après une longue errance au milieu des flots évoquent en moi. J’ ai passé  45 jours à la poursuite de ce thème et pris au total 4150 photos  pour arriver à un premier choix de 500 images.

 

DSCN0573

 

 

DSCN0466

 

DSCN0395_1(1)

 

 

DSCN0237_2

 

DSCN0423_1(2)

 

DSCN0365_1

 

 

DSCN0417_1
DSCN0223_1

 

 

DSCN0417_1

 

&nbsp

DSCN0235_1

 

 

DSCN0239_1

 

 

DSCN0253_1

 

 

DSCN0263_1

 

 

DSCN0352_1

 

 

DSCN0085_1_1

 

DSCN9587_1(1)_1

 

DSCN0159_1

 

DSCN0083_1

 

DSCN0118_1

 

 

DSCN9947_1

 

DSCN9869

 

DSCN9618_1

 

DSCN9626_1

 

DSCN9694_1_1

 

DSCN9692_1

 

DSCN9533_1

 

DSCN0485_1

 

DSCN9792_1

 

DSCN9562(1)_1

 

 

DSCN9050_1

 

 

DSCN9031(1)

 

DSCN9768

 

DSCN9938

 

 

DSCN0541_1

 

 

DSCN9662_1

 

 

DSCN9131_1(1)

 

DSCN9782_1_1

 

DSCN0750_1(1)

 

DSCN9608_1_1

Add a comment

Lettre à un ami ( 12 mars 2019)

DSCN7744

 

Salut!


Merci pour tes lignes

Oui, le temps passe inexorablement. J’ aurai 76 piges en avril prochain…Mais le moral est bon et grâce à mon opération, j’ ai redécouvert le plaisir de la marche sans douleur. Je m’ effiorce de bouger le plus possible, et de marcher au moins une heure tous les jours par tous les temps, de préférence en pleine nature. Je me suis aussi remis au vélo mais avec prudence, car la seule chose à éviter avec une prothèse est de tomber. J’ ai donc laissé de côté mon vélo de sport et me contente d’ un petit vélo sans barre transversale trop élevée.J’ ai aussi découvert cet hiver pour la première fois le plaisir extrême des randonnées à raquettes dans la neige. Une pratique avec laquelle je me retrouve en terrain connu, puisque les mouvements des bras et des jambes sont les mêmes que ceux du ski de fond. Quant au scooter, aucun problème, même sur de longues distances.

Pour ce que est de  mon site, je le néglige, car j’ ai l’ impression d’ avoir dit tout ce que j’ avais à dire. Et je n’ ai guère  envie d’ écrire ces derniers temps car je trouve tout cela assez pusillanime finalement. On verra bien, mais pour l’ instant j’ ai d’ autres préoccupations.

Quel monde terrible que celui dans lequel nous vivons !  J’ avais aussi pensé comme toi que tout irait mieux avec l’ écroulement de l’ Union soviétique et des régimes communistes. Mais j’ en arrive maintenant à regretter la guerre froide qui avait au moins l’ avantage de ne pas laisser les USA mettre le monde entier au pas comme ils prétendent le faire maintenant avec une arrogance inacceptable  et une méconnaissance navrante des cultures autres que la leur. Les gens au pouvoir a  Washington qui considèrent l’Iran comme le diable en personne, avec lequel tout dialogue est hors de question, tout en  courtisant sans mauvaise conscience le petit dictateur sanguinaire de la Corée du Nord, n’ont sans doute jamais entendu parler de l’ Empire perse et de sa place majeure dans l’ histoire mondiale…. Mais ce qui m’attriste le plus, c’ est l’ affaiblissement de la gauche ( partis politiques et syndicats) dans le monde entier et le succès des populistes un peu partout, même en Suisse semble-t-il .La gauche à fait une très grave erreur en oubliant complètement les déshérités de la globalisation.Elle l’ a payé cher en voyant une grande partie de son électorat la quitter, attirée  par le discours primaire et trompeur des populistes pour lesquels tous les problèmes sont la faute des autres: les immigrés, les gens de couleur, l’ Union européenne, sans oublier les homosexuels et les juifs! Elle doit se réveiller et ne plus se contenter seulement d’être contre les populistes et de les critiquer à tort et à travers, sans apporter rien de constructif. Il lui appartient de se réformer et de se remettre à l’ heure du temps présent, pour proposer une alternative valable et convaincante au cauchemar actuel. La voie sera longue et ardue, car les populistes ne seront pas défaits facilement. Mais l’ enjeu en vaut certainement la chandelle pour le bien du monde.


Voilà. Je te souhaite bon vent et bon cap.

Bien cordialement

Jean-François

 

Add a comment

Le mot du jour- 26 septembre 2018

DSCN6761

 

“Trump is not the disease but the symptom of a decaying country” (Chris Hedges).

Heureusement qu’il y a des Américains assez courageux  comme Chris Hedges pour élever la voix et nous redonner courage en nous faisant comprendre que l’Amérique de Trump ne représente en aucun cas toute l’Amérique et que, comme lui, nombreux de ses compatriotes en ont vraiment marre de ce chaos! Let’s hope for the best!

 

1 comment

Que faire contre le populisme? 24 août 2018

 

DSCN6890

 

Vu du Japon, la vague du populisme qui sévit aux États-Unis, depuis l’arrivée au pouvoir de l’ affreux Donald Trump, et en Europe avec celle des leaders d’extrême droite des anciens pays de l’Est et de l’Italie, semble un évènement très lointain. Car ici, nous avons l’avantage d’être un pays très peu touché par l’ immigration et soudé par une identité très forte. Toutefois, en tant qu’ européen, je me révolte face à cette dérive épouvantable qui augure très mal de l’ avenir et qui contredit toutes les valeurs auxquelles j’ai toujours cru.

 

DSCN6908_3

 

Au fond, si on y réfléchit bien, la responsabilité  de cette triste situation incombe aux politiciens d’avant, qui n’ ont pas été capables de saisir le malaise d’ une partie de la population qui se sentait  ignorée par eux et qui,  avec Trump, Orban et Salvini, a trouvé enfin des personnes capables d’exprimer son ras-de- bol. Leur faute est impardonnable car ils ne se sont pas rendu compte de la gravité de la situation et n’ont strictement rien fait  pour éviter le pire que nous connaissons maintenant. Ceci vaut tout autant pour Bill Clinton que pour George W.Bush que pour Barack Obama. Que faire donc? Battre sa coulpe, reconnaître ses erreurs et déployer tous les efforts possibles pour proposer une alternative valable à cette dérive effrayante. Et lutter à mort contre la pensée unique, le racisme et le nationalisme à outrance qui ne sont que des preuves de faiblesse et de peur! Pour un retour à un monde plus sensé et plus sensible…La bataille sera longue mais décisive à la fin, je l’ espère, pour faire cesser le cauchemar que nous vivons actuellement et qui aurait pu être évité avec un peu plus de clairvoyance!

 

DSCN6756_1(1)_1

 

PS: Quant au sinistre Steve Bannon venu en Europe pour “enseigner” aux Européens le populisme selon Trump, les pays de l’ Union Européenne devraient être très clairs et le déclarer ” persona  non grata”. Les Européens n’ont depuis toujours aucune leçon à recevoir des Américains et encore moins  de ceux d’un aussi bas calibre!

Add a comment

” Boro”- 6 septembre 2018

 

RSCN6747_1

Add a comment

Redmond, WA

Bonsoir,

Qui êtes vous? Vous qui depuis des années consultez régulièrement ce site? Un grand merci pour votre fidélité. Ça me ferait très plaisir de vous connaître…si le cœur vous en dit, évidemment.

 

読み取り画像004

 

New York, 1989

1 comment

Images en vrac -Sakata ( 20 et 21 août 2018)

DSCN6421

Dans un pub tout près de l’hôtel

 

Bonsoir!

Je reste enfermé dans mon silence, sans doute parce que je n’ai ( plus?) rien à dire, voire parce que le monde actuel me dégoute.J’en ai marre de lire les journaux pour apprendre ce que Donald Trump a tweeté la veille.Comme je l’ai déjà écrit sur ce site, je n’ai aucun respect pour l’ actuel occupant de la Maison Blanche qui est un danger permanent pour son pays et pour le monde.Il appartient au monde de prendre ses distances à l’égard de l’Amérique de M.Trump (il en existe heureusement une autre plus cultivée et à visage beaucoup plus humain) et d’opposer une fin de non recevoir à son arrogance brutale et à son mépris pour les règles du droit international. En espérant qu’un jour l’autre Amérique reprendra finalement le dessus. Après tout, les hommes passent et la terre n’en continue pas moins de tourner!

 

 

DSCN6377

Un vieux cabaret qui continue de survivre non sans peine

 

 

DSCN6472

Sanctuaire Inari

 

 

DSCN6520

Dans un temple

 

 

DSCN6296

Anciennes steles

 

 

DSCN6498

Le pied d’ un “Niho”( statues de guerriers géants qui, toujours par deux,gardent l’entrée des temples)

 

 

DSCN6546

Affiche d’ un tournoi de catch

Add a comment

La tête naufragée- 12 juillet, plage de Maki

Add a comment

Images en vrac- 3 juin 2018

DSCN6014

 

Bonjour!

Quelques images prises aujourd’hui lors d’ une longue promenade au bord de la rivière. Ces derniers temps, je m’ efforce de marcher le plus possible chaque jour, au minimum 6000 pas, et un peu plus si l’ occasion s’ en présente. Je fais aussi du vélo. J’ ai redécouvert le plaisir de marcher sans douleur et de me balader avec mon Nikon!

 

DSCN5998

 

DSCN6001

 

DSCN5946

 

DSCN5973

 

DSCN5938

 

DSCN5866

Add a comment

À l’hôpital pour une opération de la hanche (26 mars-6 avril 2018)

Bonjour!

 

Atteint depuis quelques années d’une arthrose de l’articulation droite de la jambe, je suis entré récemment à l’ hôpital pour subir une opération en vue de la mise en place d’une prothèse. Le texte qui suit est une chronique de cette aventure rédigée sur la base de notes que j’ai prises avec un enregistreur lors de mon hospitalisation.

DSCN5638

 

 

On est le 27 mars.C’est  cinq heures et demie de l’après-midi. Je viens d’ être opéré ce matin et ça c’est est passé beaucoup plus agréablement que je ne l’aurais pensé. Levé à six heures avec l’interdiction de boire et de manger quoi que ce soit, j’étais prêt psychiquement à affronter l’épreuve de l’opération et me sentais détendu quand une heure à peine avant celle- ci, une infirmière  entrée dans la chambre alors que je me lavais le visage, m’a regardé avec stupeur : “ Mais Monsieur, vous devez aussi vous raser la moustache et la barbe pour permettre au chirurgien d’ observer votre visage durant l’opération!”. Irrité, je lui ai rétorqué : “ Vous auriez quand même pu me le dire un peu plus tôt!”. En fait, j’ ai réalisé par la suite qu’ il n’ y avait rien d’étonnant  à ce que l’existence de cette pilosité eût échappé au personnel soignant puisque, comme tous les autres patients, j’avais dû mettre un masque dès mon admission à l’hôpital la veille. D’ailleurs, toutes les infirmières et tous les infirmiers de mon étage le faisaient aussi en permanence, de sorte que, pendant les 12 jours de mon séjour chez eux, j’ ai eu toujours à faire à des gens dont je n’ai jamais vu le bas du visage mais seulement les yeux!

 

J’ai donc dû  passer à l’ acte et me raser sur le champ.Pour découvrir avec effroi que je n’aimais pas du tout,mais alors pas du tout, le visage imberbe qui se révéla à mes yeux dans le miroir du cabinet de toilette.

 

Puis le moment de la vérité est arrivé. Deux  dames très gentilles et pleines d’énergie m’ont mis sur un chariot  très étroit avec l’aide d’un infirmier pour m’emmener jusqu’au “ point de non retour”, la première porte du bloc opératoire où j’ai dû prendre congé de S.., ce que j’ai fait en lui serrant la main et en levant le poing dans un geste de défi,  en m’écriant “ Makeru mon ka !“ ( Pas question d’être vaincu !).

 

Mon chariot repris par deux infirmiers, on a traversé à toute vitesse une succession de pièces étranges où des gens semblaient affairés à différentes  tâches devant des appareils. Pour entrer dans un nouvel ascenseur à la sortie duquel on a emprunté un long couloir aux parois métalliques brillantes pour finalement pénétrer dans la salle d’ opération.Ma première impression : celle d’une  petite pièce relativement étroite, de forme circulaire voire hexagonale, fortement éclairée, elle aussi entièrement faite de métal, et dans laquelle régnait une température glaciale. Évoquant dans mon esprit un lieu sacré, un sanctuaire.Voire encore le poste de pilotage d’un véhicule spatial de science fiction. Un lieu de toute évidence situé hors du temps et de la réalité, et dont il était maintenant impossible de s’échapper. Résigné à mon sort, je cachai mon angoisse en observant  ce qui se passait autour de moi.

 

On m’a a installé  sur la table d’opération surmontée par une batterie de lampes métalliques qui, pareilles à des visages impassibles, semblaient me dévisager avec  curiosité.

 

Le chirurgien,accompagné de ses assistants, s’est approché, m’a dit bonjour, et m’a demandé ensuite  de me coucher sur le côté gauche. J’ai réalisé qu’on m’avait retiré ma blouse et qu’on frottait mon dos avec un tissu ou une éponge imbibée d’un liquide très frais. Impression plutôt agréable. Puis le chirurgien s’est  penché sur moi en déclarant :“ Je vais maintenant faire une piqûre mais ça ne devrait pas vous faire mal”. J’ai senti une aiguille s’enfoncer dans ma chair au bas du cou sans éprouver aucune douleur, tout juste un léger picotement. Le docteur m’a  demandé : “ Ça vous a fait mal?”.Je lui ai répondu : “ Non, pas du tout! Merci !”. Il m’a alors invité à changer de position en me couchant sur le dos. Ensuite, l’anesthésiste s’est approché de moi et a posé un masque transparent sur le bas de mon visage. Je lui ai demandé: “ Est-ce je dois compter?” ( comme je me souvenais d’avoir dû le faire à l’ âge de 12 ans, lors de mon opération de l’ appendicite à Paris).Il m’a répondu : “ Non, non,ce n’est pas nécessaire. Vous allez voir, tout va se passer très vite”. Et effectivement, en quelques secondes, je suis parti au loin.

 

Pour me réveiller, trois heures plus tard, toujours dans la salle d’ opération. Et voir le visage du chirurgien penché sur moi, qui me demanda: “ Comment vous sentez-vous ?”. Je lui répondis : “ Ah Docteur, c’ est formidable! Je n’ ai jamais aussi bien dormi !”.

 

Le même jour. Il doit être autour de sept heures du soir. J’ai passé tout l’après-midi étendu sur le dos avec un grand coussin triangulaire entre les jambes, sans trop souffrir. Ma jambe droite, celle qui n’a pas été opérée, avait un peu gonflé mais ça va maintenant. Les douleurs de l’ opération commencent à se manifester. C’ est assez lancinant. J’ essaie de détourner mon attention pour ne pas y penser en lisant et en écoutant de la musique.

 

DSCN5480_2_1

 

Maintenant, c’est neuf heures. Les douleurs de ma plaie sont de plus en plus insupportables. Le bas de mes jambes est enrobé  de jambières reliées à une machine, qui se gonflent et se dégonflent en effectuant des pressions sur les jambes pour éviter tout risque d’embolie, avec un bruit de soufflerie terriblement agaçant à la longue. Je ne sais pas comment je vais faire pour tenir jusqu’à demain matin dans la même position, couché sur le dos, avec ces douleurs et l’interdiction  de boire tout liquide jusque là. La lecture et la musique ne m’apaisent guère. Finalement, je n’ai pas dormi de la nuit. À six heures du matin, j’ ai enfin pu boire de l’eau. Quel immense plaisir! Mais l’impossibilité de changer de position est de plus en plus pénible car elle provoque des douleurs au bas des reins.

 

DSCN5507

 

Le 29 mars au soir, autour de dix heures. Avec les douleurs et les deux seules positions qui me sont permises- couché sur le dos ou sur le côté, toujours avec un polochon entre les jambes- je ne suis pas arrivé à dormir ces deux dernières nuits. Heureusement, ce soir, mon médecin m’a donné des somnifères. J’ espère que ça ira cette fois ( c’est très bien allé.J’ai dormi comme un loir jusqu’au matin.Ouf!).

 

DSCN5461

 

 

J’ajoute que je suis criblé de tubes, dont même un dans le zizi pour évacuer l’urine,  et que je suis incapable de tout mouvement indépendant hors de mon lit. Je dois appuyer sur un bouton pour appeler une infirmière lorsque j’ ai besoin d’ aller aux toilettes,pour y être conduit sur une chaise roulante. Que je le veuille ou non, je suis réduit à l’ état d’ handicapé physique pour le moment! Excellente leçon d’ humilité qui offre l’ occasion de se mettre dans la peau des pauvres gens qui le sont toute leur vie, et comprendre un peu ce qu’ ils éprouvent.

 

P_20180327_160357

 

Au fond, l’hospitalisation est d’une certaine façon une forme de captivité. On devient un numéro indiqué sur le bracelet en plastique que l’on vous fixe au poignet lors de l’admission. On doit pratiquement abandonner son identité pour devenir un patient comme  les autres, soumettre son corps à toute heure à la volonté du personnel soignant, et perdre le droit de mettre le nez dehors. Cette captivité n’est évidemment pas aussi dure que celle des prisons, mais elle est soumise à des règles très fermes. Elle a toutefois un avantage. Elle offre en effet la chance de pouvoir réfléchir et faire un retour sur soi, ceci d’autant plus que les journées sont terriblement longues et ennuyeuses  à l’ hôpital! Dans mon cas,réflexion à propos de la vieillesse, du bilan de ma vie, du temps – impossible à chiffrer !- qui me reste  à vivre, de l’ irritation que j’ éprouve à l’ égard des injustices de ce monde, de l’ image assez inquiétante que les Etats-Unis nous donnent d’ eux-mêmes avec un président aussi primaire, inculte et imprévisible, du régime de terreur qui s’est installé en Turquie, du racisme et de la xénophobie qui se diffusent partout. J’ai l’ impression que toutes les valeurs auxquelles je croyais sont foulées au pied et que le monde est en régression…

 

DSCN5599

 

J’en suis au sixième jour de mon hospitalisation. La rééducation se passe très bien et je souffre beaucoup moins qu’avant. Mais il y a un problème terrible auquel je me heurte: le caractère détestable de la nourriture que l’on nous sert. Chaque fois qu’on m’apporte un repas, je regarde le plateau et me dis “ Je n’ai aucune envie de manger cette bouffe !”. Psychiquement c’est drôlement pénible. J’ ai toutefois résolu le problème grâce à la compréhension de S… qui, apitoyée par ma détresse, m’apporte maintenant des “ suppléments” ( fromage, salami, pain de campagne) lors de chaque visite. Et puis il y a aussi un petit “ konbini” ( supérette) dans le lobby de l’ hôpital où l’on peut acheter des sandwichs et des douceurs pour améliorer l’ ordinaire.

 

DSCN5551

 

Je suis passé de la chaise roulante au déambulateur (appareil à roulettes  formé d’ un cadre léger et stable) que l’on pousse devant soi en prenant appui avec les bras sur sa partie supérieure. Grâce à lui, j’ai maintenant une autonomie de mouvement qui me permet de me déplacer librement dans l’hôpital sans l’aide de quiconque , et aussi d’ aller tout seul au “ petit coin”. La prochaine étape sera la canne. Vivement qu’elle arrive!

 

C’ est le 2 avril. Bonne nouvelle! Le chirurgien est venu me voir en début de soirée pour prendre de mes nouvelles et me dire: “ Écoutez, la rééducation semble aller très bien et je pense que vous allez pouvoir sortir cette semaine”. Ça serait vraiment chouette, car j’ en ai plus que marre d’être enfermé!

 

Aujourd’hui, j’ai fait pour la première fois des exercices de marche avec une canne.  Les seules douleurs que je ressens maintenant en bougeant sont celles des muscles.

 

Le jour suivant, on m’a donné une canne et je vais maintenant chaque jour me promener sur le toît et respirer l’air libre.

 

Je suis finalement sorti de l’hôpital le 6 avril, soit quatre jours plus tôt que prévu. Heureux de retrouver ma liberté et ma maison. Maintenant je dois me concentrer sur la rééducation en faisant chaque jour des exercices pour renforcer les muscles et des petites promenades autour de chez moi. Condamné à l’ état de “ tripède” pour les deux ou trois prochains mois. Mais je me sens bien psychiquement et physiquement, malgré de légères douleurs qui sont tout à fait supportables avec l’habitude,et qui n’ont rien à voir avec celles, littéralement épouvantables, que je ressentais dès que je marchais avant mon opération.

 

Je recommande vivement le Niigata Chuo Byoin ( Niigata Central Hospital) à quiconque tomberait malade dans cette ville. Ce n’est pas un hôpital “ usine” comme en trouve beaucoup au Japon, mais un hôpital de taille moyenne composé de plusieurs bâtiments à quatre étages, situé au bord de la rivière, assez près du centre. Il y règne une atmosphère agréable. Le corps médical est très compétent- j’ai eu la chance de tomber sur un chirurgien dynamique et très sympathique qui attache beaucoup d’importance au dialogue avec ses patients-, ce qui est plutôt rare au Japon où nombre de médecins ont tendance à considérer leurs patients comme de simples numéros auxquels ils ne s’intéressent guère en tant que personnes. Il en va de même pour le personnel soignant très dévoué et très gentil.

 

Niigata Chuo Byoin

18-1 Shinko-Machi

Chuo-ku

950-8566 Niigata- shi

Tel: 025-285-8811

 

et en japonais :

 

950-8566

新潟市中央区新光1ー18

新潟中央病院

電話 025-285-8811

1 comment

Honni soit qui mal y pense!- 18 mars 2018

La nature nous réserve parfois des surprises…comme cet arbre, naufragé sur la plage de Maki, qui a évoqué  immédiatement dans mon esprit l’ image d’ un accouplement passionné sur le sable.

 

DSCN5391

À mesure que je m’ en suis rapproché, j’ ai   éprouvé un sentiment étrange …

 

DSCN5397

 

Au point d’ être un  peu gêné, alors qu’ il  ne s’agissait que d’ un arbre, de troubler l’ intimité de deux êtres figés dans leur étreinte pour l’ éternité.

 

DSCN5402

 

Au fond, l’ un des plus grands plaisirs de la photographie réside  dans les associations d’ idees qu’ elle suscite a la vue d’ un sujet apparement banal mais qui, si l’ on fait l’ effort d’ ouvrir les yeux, nous laisse libre d’ imaginer un tas de choses.

 

DSCN5405

 

 

 

 

Add a comment

Ombres et lumière- 12 mars 2018

DSCN5300

 

DSCN5345

 

DSCN5289

Add a comment

À propos de la Corée- 4 mars 2018

Coree 2

 

Quitte à déplaire à beaucoup, j’ estime que la Corée du Nord, à l’ image de l’ Inde et du Pakistan, est en droit de disposer d’ une arme nucléaire pour se protéger des attaques extérieures, même si je déteste son régime dictatorial. La faute incombe aux grandes puissances qui pensent être les seules  autorisées à disposer de cette arme pour faire du chantage à l’ égard du monde entier, les Etats-Unis en premier lieu. Je suppose  comme beaucoup  que la Corée du Nord utilise cette arme dans le seul but de se défendre. Car elle sait très bien qu’elle  sortirait vaincue et totalement annihilée  d’ une guerre nucléaire avec l’Amérique. Son seul vœu est d’ établir un dialogue avec ce pays pour obtenir la garantie de la survie de son régime, à la différence de ceux de l’Irak et de la Libye qui furent anéantis pour avoir été trop naïfs en acceptant de renoncer aux armes de destruction massive.

Le problème est que l’ actuel occupant de la Maison blanche manque trop de subtilité pour comprendre le message. Quant au Japon de M.Abe, qui estime tout dialogue inutile si la Corée du Nord ne renonce pas à l’arme nucléaire, il ferait mieux de se taire!  Ce pays, qui a colonisé  brutalement et sans pitié la péninsule de Corée pendant  45 ans, sans jamais en avoir mauvaise conscience, n’a  à mon avis aucun droit au chapitre en la matière. Il appartient aux Coréens du Nord et du Sud de trouver eux-mêmes un terrain d’ entente, au delà de la différence de leurs systèmes, sans l’ intervention de tiers, s’ agissant  de personnes qui partagent la même langue et la même culture.Qu’on leur foute la paix une fois pour toutes et qu’ on les laisse seuls décider de leur sort!

1 comment

Fin d’après-midi, Uchino- 28 novembre 2017

DSCN4846_1

L’assassin revient toujours au lieu de son crime!  C’est le cas des photographes qui, lorsqu’ils sont en mal d’inspiration, retournent dans des endroits familiers avec l’ espoir de découvrir quelques chose de nouveau. Il est vrai que le froid réduit peu à peu mon champ d’action.

Une nouvelle fois donc sur la plage de Uchino…

DSCN4914

 

Comme toujours, des pêcheurs sur la digue.

 

DSCN4854_1

 

Et aussi des objets trouvés, dont celui-ci qui m’a fait penser à une bombe en sucre fondu!

 

 

DSCN4894

 

Sans oublier mon ombre dans les dunes…

DSCN4916

 

Ni non plus plus les vagues…

DSCN4942_1_1

Tandis qu’au loin se profilent les cimes de la ville ainsi que les fumées de son usine de papier.

 

Et pour finir, le coucher du soleil à 16:30!!! C’ est l’hiver, qu’ on le veuille ou non, quelle guigne!

DSCN4969

 

1 comment

Port de Uchino- 12 novembre 2017

Trois images, sans commentaire ou presque…

 

DSCN4813

 

Mon ombre avec celles d’autres…

 

DSCN4784

 

Le caractère haineux de la Mer du Japon en hiver…

 

DSCN4765_1

 

Sans la petite fille qui court tout à gauche, je n’aurais jamais eu l’envie de prendre cette photo…Avec les images, tout est une question de composition. Sinon, ça ne vaut rien!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Lt Gen Silveria- Pour oublier le cauchemar Trump…

Heureusement qu’ il y a encore aux États-Unis des gens de la trempe du Lt Gen Silveria pour nous redonner confiance dans ce pays  et nous faire oublier pour un moment  le mauvais rêve de l’ habitant temporaire de la Maison Blanche.

 

Add a comment

Images en vrac-17 septembre 2017

292291ab

 

Ci dessus, un objet trouvé sans doute fait de la main de l’homme sur la plage de Maki.

 

292291b1

 

La mer , au même endroit.

 

P_20170913_141827_006

 

Une image insolite, prise chez moi.

 

292291b3

 

 

Un cadeau de mon fils lors de sa visite ici il y a deux mois avec sa famille. Rien de mieux pour faire un vrai café en quelques minutes  chez soi ou en voyage. Absolument génial!

 

P_20170913_141559_010

 

Pour conclure, Cartouche face à mon vieux ” Robert”.

Add a comment

Objets trouvés, plage de Uchino-6 septembre 2017

DSCN4509

 

La plage de Uchino, à côté du port de pêche du même nom, situé à 15km de Niigata, est un endroit assez sauvage où j aime bien flâner à la recherche d’images. Même si à première vue son aspect est désolant vu la multitude de détritus jetés par les gens ou rejetés par la mer les jours de mauvais temps: pneus, télévisions, réfrigérateurs, casques de moto, briquets en plastique, sans oublier les ordures industrielles! Le challenge du photographe est d’essayer de trouver de la beauté dans toute cette laideur. Comme la photo ci-dessus, un détail de la paroi d’un frigidaire rouillé par l’ eau de mer qui a évoqué dans mon esprit un tableau de Jean-Michel Basquiat. Ou les deux qui suivent, des déchets industriels dont les formes géométriques m’ ont séduit.

 

DSCN4490_1

 

DSCN4497

 

Mais heureusement la nature est elle aussi  présente pour adoucir le tableau.

 

DSCN4480

 

Add a comment

L’étang de Fukushimagata, Niigata- 3 septembre 2017

DSCN4396

 

Les formes de la nature me rappellent souvent celles de l’art contemporain. J’aime bien cet étang qui est aussi une réserve naturelle appréciée par les oiseaux migrateurs. J’y vais souvent durant la belle saison pour m’y promener et bouquiner. Comme partout au Japon, les bancs y sont rares! Autant apporter une chaise pliante, voire s’étendre sur le gazon.

DSCN4422

 

DSCN4442

 

Add a comment

28 août 2017- La cascade ” Tama Sudare”, Sakata

DSCN4274

 

Bonsoir!

Ces derniers temps le profond dégoût et le mépris que j’éprouve à l’égard de certains dirigeants du monde actuel qui, tant à Tokyo ( dans une moindre mesure que le suivant, certes, mais quand même de façon très inquiétante pour l’avenir du pays ) qu’à Washington en passant par Moscou et Ankara, sans oublier daesh , nous précipitent dans un obscurantisme qui rappelle étrangement les années sombres de l’avant-guerre, me retire toute envie de m’exprimer dans ces pages. Je préfère garder le silence et profiter du peu de temps qui me reste sur cette terre  pour lire, regarder des films, photographier et voyager quand je le peux, en oubliant le reste.

Quelques images de la merveilleuse cascade de ” Tama Sudare” située dans une nature sauvage à un peu plus de 20 km de Sakata. J’y ai passé une heure à faire des images et à méditer. À bas les tyrans et vive la nature!

 

DSCN4299

 

 

DSCN4230

 

 

 

 

Add a comment

Presidentielle 2017- Ouf!

 

BN 184

 

Les Français ont fait preuve de grande  sagesse en refusant de se laisser séduire par le discours populiste, dévastateur et rétrograde  de   l’extrême- droite pour choisir leur nouveau président. Ouf pour la France et pour l’Europe ! J’espère que Emmanuel  Macron saura tenir compte dans sa politique  du ” ras le bol” de tous les citoyens qui ont voté pour Marine le Pen- ils ne sont pas peu nombreux-, et qu’il s’efforcera de se pencher sur les trop  grandes inégalités qui divisent son pays, en mettant  tout en œuvre pour redonner de l’espoir à tous ceux qui ne croient plus en rien et se considèrent comme des ” laissés-pour-compte”.

Add a comment

La Golden Week- 3 mai 2017

 

DSCN3299

 

 

Bonjour!

La  Golden Week, rare période de vacances de plusieurs jours pour les Japonais, mis à part les congés de fin d’année et ceux du Bon ( fête des morts),  vient officiellement de commencer aujourd’hui. Elle est synonyme  comme toujours d’autoroutes embouteillées,  de trains et d’avions bondés, sans oublier  les hôtels au complet. À se demander pourquoi les gens acceptent depuis toujours une situation aussi absurde sans rien faire pour la changer. Tout cela pour dire que si vous envisagez un séjour au Japon, autant choisir une période ne tombant pas sur celles des trois congés publics susmentionnés.

 

RSCN3335

.

Le ¨Roi  Ubu¨ de la Corée du Nord ( pour reprendre l’ expression très amusante employée par Bernard Guetta dans un récent article ¨Venti di guerra ¨paru dans l’hebdomadaire italien l’Espresso) continue de menacer le  monde avec les salves de ses missiles et sa déclaration de guerre totale à l’Amérique, et l’imprévisible Donald Trump a décidé d’envoyer  un porte-avions dans la  région. J’ai l’impression comme beaucoup de commentateurs que le nouveau président des Etats-Unis n’a aucune vision dans le domaine de la politique étrangère, et qu’il se contente de réagir coup par coup sur l’impression du moment, sans trop penser aux conséquences de ses actes, ce qui est assez effrayant… Espérons néanmoins que tout le monde gardera son sang froid  et cherchera à résoudre cette crise par le dialogue. Car, plus que la guerre, qui serait catastrophique pour elle à long terme, ce que Pyonyang  désire avant tout  c’est l’assurance formelle de la part des Etats-Unis qu’ils n’ont pas l’intention de  remettre en question l’existence de son régime. Il est vrai, et je les comprends, que la fin misérable des dictateurs  Ceausescu, Sadam Hussein et Kadhafi a donné la sueur froide à la dynastie des Kim, en les convainquant que le seul moyen pour eux de survivre était de se doter d’une arme nucléaire de dissuasion. Dont acte. Mais ils devraient à mon avis baisser la pression et adopter un discours et une attitude plus intelligents pour convaincre le monde que leur arsenal nucléaire, comme celui de l’Inde ou  du Pakistan, est uniquement défensif…

 

DSCN3294

 

 

 

 

Add a comment

Cerisiers, Sanctuaire Kumano- 14 avril 2017

DSCN3252

 

 

DSCN3227

 

 

DSCN3230

 

 

DSCN3233

Add a comment

Hana Matsuri- 8 avril 2017

DSCN3160

 

Le 8 avril , jour de la naissance de Bouddha, est fêté au Japon dans les temples sous le nom de Hana Matsuri ( Fête des Fleurs). La coutume est de se recueillir devant une toute petite statue figurant le Bouddha à sa naissance, le bras droit levé ( comme s’il avait voulu dire ” Me voilà!), après avoir répandu de l’eau sur elle.

 

DSCN3167

 

Cette fête m’est d’autant plus chère qu’elle tombe aussi sur mon anniversaire !

 

DSCN3163

Add a comment

Uchino-6 avril 2017

DSCN3123

 

 

DSCN3057

 

 

DSCN3109

 

 

DSCN3120

 

 

DSCN3089

 

 

DSCN3136

 

 

DSCN3071

Add a comment

Naha 2017- Notes de voyage

DSCN1036

 

15 février

Parti à 9h00 de Niigata, je suis arrivé à Naha à 14h25.

Cappuccino et sandwich tacos dans le petit café TRANSIT, à gauche sur la mezzanine du 3e étage de l’aéroport, que j’avais repéré l’année dernière. Ils ont du très bon café italien et leurs sandwiches sont délicieux.

Comme j’avais pas mal de bagages, j’ai fait une croix sur le monorail et pris un taxi. L’aéroport est très proche de la ville et la course  coûte autour de 1200 yen.

Arrivée à Hikari no Ie. Cette fois-ci, j’ai droit à une chambre d’angle, plus spacieuse que celle de l’année dernière, avec deux fenêtres. Les choses que j’avais envoyées de Niigata par Yamato avant-hier arrivent peu de temps après.C’était vraiment une bonne idée d’y inclure ma vieille lampe-spot en aluminium que j’utilisais autrefois en chambre noire.Je déteste les éclairages au plafond et préfère les éclairages indirects qui rendent les espaces plus cosy.Mais la chambre serait encore mieux s’il y avait une chaise !

 

DSCN1199

 

Le ciel m’aurait-il entendu ? En sortant un peu plus tard sur la rue principale parallèle à celle de la pension qui longe le terrain de sport de l’école, mon regard s’arrête sur une chaise exposée a l’entrée de la boutique toute proche qui vend des meubles et des objets ménagers bon marché. Une chaise en plastique de couleur violette, très élégante à sa façon, que j’achète sur le champ, ainsi qu’une petite poubelle,pour la somme dérisoire de 800 yen.Je ramène le  tout à la ” maison”. La chaise est très confortable et j’ai maintenant une chambre un peu plus vivable que celle de l’année dernière où j’étais toujours obligé de m’asseoir sur le lit!

Je ressors pour aller faire des courses au super-marche Ryubo.Il y a foule car, comme une dame me l’apprend, c’est le dernier jour avant la fermeture provisoire pour rénovation. Tous les produits  sont offerts avec une réduction de 30% et nombre d’étagères sont déjà à moitié vides.Je trouve heureusement ce que j’étais venu chercher: le gel de douche allemand ” Ice Men Algemarin” qui n’est vendu qu’à Okinawa, découvert dans ce magasin en 2015 et que j’utilise toujours depuis lors..J’achète aussi du sucre et du thé.

Dîner de ” Yakitori” ( brochettes de poulet) dans le bistrot où j’ai mes habitudes depuis deux ans.La patronne l’a cédé au cuisinier chauve ( ou skin-head?”). Anciennement “Tori Mitsu”,il s’appelle maintenant ” Tori Hachi”.Correct sans plus, et en outre l’atmosphère n’est plus ce qu’elle était avant du temps de la patronne.Dommage et tant pis! Je n’y retournerai plus.

    .

16 février

 

Les  changements brusques de température ne sont vraiment pas tendres pour les bipèdes atteints d’arthrose ( au nombre desquels je compte ). Il est vrai j’ai quitté hier l’hiver pour atterrir dans un climat beaucoup plus doux, comparable au début de l’automne, et que mes articulations de la hanche droite s’en ressentent drôlement! Je traîne la patte et c’est parfois très douloureux.

Petit déjeuner au Café Rush.C’est toujours les mêmes dames aussi gentilles et souriantes.

La lecture de la presse locale me replonge immédiatement dans la triste réalité des problèmes d’Okinawa en rapport avec une présence militaire américaine étouffante et la construction de nouvelles infrastructures pour ces troupes, voulue obstinément par Tokyo en dépit de l’opposition de la majorité de la population et de ses  élus.Vu d’ici,le Japon de M.Shinzo Abe montre un visage peu connu dans le monde: celui  d’une puissance coloniale brutale, odieuse et arrogante pour laquelle, comme pour les forces américaines qui continuent d’occuper l’île depuis 70 ans, Okinawa est un territoire conquis où les règles de la démocratie peuvent être foulées au pied. Une situation que je trouve d’autant plus inacceptable que je suis originaire d’un pays où le respect des minorités et de leur volonté fait partie des règles du jeu essentielles de la nation.

 

DSCN1149

 

Deux nigiris à midi.

Lecture durant l’après-midi.

Problème du vélo. Ma chère amie K.., chez qui je le laisse toujours, ne retrouve plus la clé de l’anti-vol!!! Merde, merde et merde, car j’en ai besoin le plus vite possible !

Il fait quand même assez frais en fin d’après-midi.

Dîner de steak chez ” Na-Na、un tout petit bistrot assez sympa situé tout près de chez moi, avec un verre de vin.

K…me téléphone à mon retour à la pension .Elle s’est vraiment mise en quatre pour moi.Elle a remorqué le vélo chez un réparateur a Maeshima, et je l’aurai demain,Je luis dois une fière chandelle.On s’est connus il y a trois ans, lors de mon premier séjour ici, et l’électricité  a tout de suite passé entre nous . Pratiquement du même âge, on partage les mêmes intérêts et la même curiosité intellectuelle. On se voit une fois par an, quand je suis à Naha,sans aucun contact entretemps, et pourtant on se retrouve toujours comme si on s’était quittés la veille. Les vrais amis sont vraiment l’un des plus grands bonheurs de l’existence.

 .

17 février

 

Levé à 7h30. Premier café et première cigarette ( je fume en me penchant complètement en dehors de la fenêtre, car il est interdit de fumer dans les chambres!)..

Morning chez Rush. Cette fois-ci, je me suis assis au bar pour épargner mes articulations. C’est plus confortable et plus pratique aussi pour utiliser mon Pomera ou  ma tablette Asus sans avoir à me plier en deux ( les tables très basses de Rush ne sont de vrais tables mais des consoles du jeu electronique ” Invader” qui, après un boom extraordinaire, a pratiquement disparu au Japon alors qu’il est visiblement encore assez populaire à Okinawa, comme le bowling).

Ai pris un taxi pour aller chercher le vélo chez Okinawa Ringyo. Il était prêt et j’ai aussi acheté un nouvel antivol.4600 yen en tout. J’ai de nouveau des ailes! Je peux rouler à vélo pendant des heures sans aucune douleur, à la différence de la marche…

C’est 10h12, je tape ces lignes assis sur un escalier au bord du petit canal dont les berges ont été refaites avec de belles pierres près de la station de monorail de Maki-shi.C’est un endroit où j’aime bien aller  bouquiner.Quand j’y suis, j’ai toujours l’impression étrange d’être  à Singapour, sans doute à cause des buildings qui l’entourent.

 

DSCN1219

 

Ce qui m’a amusé dans cette image, outre le profil qui évoque un personnage sorti d’un polar de Raymond Chandler, c’est la  légende de la petite illustration du bas:  Marilyn Monroe says :” Yes, I use Lustre Cream Shampoo”!

Okinawa soba (nouilles) devant la gare de Asato. Puis Café Chawaki (茶わき) dans le petit marché. Plusieurs clientes très sympas dont certaines font visiblement le plus vieux métier du monde depuis de longues années ( Asato, plus précisément Sakae Machi est l’un des lieux du sexe vénal à Naha). Ce que j’aime bien ici , c’est que le terme “ gaijin” ( étranger , que l’on vous brandit souvent à la face au Japon si vous avez un visage pâle ) n’est guère employé. À Okinawa, les gens sont ouverts sur le monde  et acceptent l’ autre tel qu’il est sans le qualifier de quoique ce soit. Le nom du café,Chawaki, désigne les petites choses à manger que l’on offrait  autrefois avec le thé à Okinawa.C’était souvent des aliments très simples, comme des tsukemono ( légumes macérés au sel).

 

DSCN2696

 

Balade dans le marché couvert. Il est parait-il très animé le soir selon la patronne du café ,surtout les vendredis et samedis soirs.Ai repéré un restaurant birman dans le marché ainsi qu’un autre restaurant qui sert des sushis dans la rue principale de Sakae-machi.

 

DSCN2689

 

DSCN2687

 

Au retour, je me promène dans le parc Okunoyama. Tout a coup, il se met à pleuvoir à verse et je me réfugie sous un arbre puis, la pluie redoublant, sous l’auvent d’un building blanc. Je suis quand même assez trempé !.

Dîner: sandwich de poulet et oeuf dur achetés à Family Mart, ainsi que quelques tranches de saucisson, le tout arrosé d’un petit saké Onigoroshi.

Lecture en écoutant la radio.

 

18 février.

 

Réveillé a 6:00.

Finalement, comme la première chose dont j’ai envie le matin c’est de fumer, je me suis fait un café ( le Gold est nettement meilleur que le nescafé normal) et suis descendu m’installer en sarong  dans le coin fumeur du parking de la pension. Merveilleux chant des oiseaux dans les arbres qui entourent le terrain de sport de l’école. Il me faut faire des enregistrements avec la tablette la prochaine fois.

Rush n’était pas encore ouvert à 8:00 ( j’avais oublié qu’ils ne le faisaient qu’à 9:00 le samedi). J’ai donc cherché et trouvé le petit bistrot que j’avais fréquenté plusieurs fois l’année dernière, situé au rez-de-chaussée d’un petit immeuble dans une rue assez proche .Son cadre est agréable, et le “morning” tout à fait correct pour le prix de 450 yen.En revanche, il est non-fumeur.

 

DSCN1284

 

Puis j’ai traversé le quartier des bordels (Tsuji) encore endormi, et découvert un petit parc que je ne connaissais pas installé sur une éminence près de la mer , à côté d’un centre sportif nommé “Salad Bowl”.Un tas de rochers, visiblement de corail, comme on en trouve beaucoup à Naha.L’un d’eux,adossé à un arbre et fait de deux pièces, doit  être un objet de culte à en juger par les petits verres d’alcool disposés sur ses racines. Ai fait des photos et ensuite poursuivi la lecture du mensuel Sekai qui est vraiment d’un contenu très riche, abordant chaque fois une très grande variété de thèmes…Viens de lire un article sur la situation effroyable en Syrie.

C’est onze heures moins dix.Il fait chaud et je me sens vraiment bien.

Déjeuner à Mac Donalds . Le hamburger teriyaki n’était  pas terrible mais les filles du service  très gentilles. Balade dans les petites rues. Parc Matsuo, lui-aussi sur une petite colline. Lecture de Sekai ( L’état mafieux mexicain).

J’aime beaucoup l’architecture des maisons individuelles, avec leurs murs blancs ou couleur pastel, leurs escaliers extérieurs et leurs vérandas.

Ici, les gens jettent toutes leurs ordures dans le même sac et les éboueurs les trient sur le trottoir avant de les charger dans le camion-benne.Seuls les restaurants et les institutions publiques et privées font l’effort de répartir les ordures dans des sacs différents C’est vraiment le Sud, comme à l’Île Maurice. Personnellement, je n’ai rien contre ça !

 

19 février

DSCN2299

 

Rendez-vous avec K… Nous allons à Subway, tout près de la mer, où il y a des tables dehors. Excellent sandwich BLT à la sauce basilic avec un cappuccino. Comme toujours, elle parle beaucoup de sa vie, de sa jeunesse, de ses amours et de ses haines. Je trouve ça très intéressant car j’apprends un tas de choses . Il est bon parfois d’écouter l’autre et de confronter sa vue du monde avec la nôtre.

14:00. Fugutsu-kan.Projection de film et conférence à propos des deux nouveaux  héliports que Tokyo construit pour les troupes américaines en dépit de l’opposition de la population. à Taka-e en plein coeur de la forêt Yanbaru. désignée comme réserve naturelle par le département.C’est dans cette forêt que les americains se sont entraînés autrefois au combat dans la jungle, à l’époque de la Guerre du Vietnam, en obligeant  par la force les habitants du lieu à se déguiser  en paysans  vietnamiens pour donner un peu de couleur locale à  l’exercice !

Intervention très intéressante de M.Harusa IHA, ancien prof de lycée qui lutte pour la protection de la nature des Ryukyus et participe activement au mouvement d’opposition à la construction des héliports et de la nouvelle base aérienne de Henoko. La construction des deux héliports  et d’une route de 6km en pleine forêt, ajoutée au vacarme quotidien que provoqueront les hélicoptères si le projet est mené à bien, risque de perturber considérablement, voire même de détruire le cycle naturel de la faune et la flore du lieu. qui compte de nombreuses espèces d’animaux et de plantes uniques à l’Île. En outre, la forêt de Yanbaru est le réservoir naturel de l’eau potable dans l’ile d’Okinawa et les travaux pourraient aussi constituer un danger réel de pollution des eaux.

M.Iha est persuadé  que le mouvement pacifique d’opposition aux différents projets de construction de Tokyo ira en s’intensifiant et qu’il permettra un jour à Okinawa d’obtenir son autonomie et d’exiger la fermeture de toutes les bases américaines de l’île, sans pour autant exclure la possibilité de  l’indépendance en dernier recours si le gouvernement japonais refusait d’accorder l’autonomie.J’aimerais partager son optimisme mais la réalisation d’un tel rêve me  semble bien utopique si Okinawa n’adopte pas des méthodes plus “musclées ” pour faire comprendre au gouvernement japonais que le temps de la soumission est  révolu et qu’elle exige  un statut d’autonomie étendue pour demeurer au sein du Japon.

 

DSCN1298

 

 

Au retour, Soki Soba ( nouilles aux cartilages de porc) chez Kame Soba.650 yen. Viande fondante et soupe délicieuse. Peu amateur de la viande de porc cuisinée ( en revanche, j’adore la charcuterie), je n’étais pas très attiré par ces nouilles mais j’ai enfin découvert cette année qu’elles sont succulentes, la viande, mijotée pendant des heures dans une soupe étant fondante et sans odeur désagréable.

Il a fait très beau et très chaud toute la journée et j’ai attrapé un coup de soleil!

20 février

Morning chez Rush

 

DSCN1490

 

Pèlerinage dans le petit sanctuaire de Minami Tsuji que j’aime tant depuis notre première rencontre en 2015. Il est toujours aussi mystérieux qu’avant. Photos.

Je fais la lessive

Déjeuner dans la chambre. Saucisson et thon en boîte avec des petits pains délicieux a 100 yen la pièce vendus dans la boulangerie tout proche  de l’école primaire, arrosé avec une toute  petite bouteille de Cabernet Sauvignon du Chili.

Un peu pompé, je reste à la maison l’après-midi.De toute façon il pleut. Lecture et repos

Vers 6:30. je sors pour dîner dans le petit bistrot- Na-na- où j’avais mangé un steak il y a quelques jours .Boeuf au piment avec riz genmai.Altercation stupide avec un client  de Niigata qui me tombe sur les nerfs parce qu’il utilise son portable dans le restaurant en hurlant comme un écervelé. J’ai du mal à rester calme devant ce genre de cons!L’un des habitués, homme du cru qui bégaye un peu, m’offre une tournée de whisky plusieurs fois.Il est vraiment sympa et je ne sais comment le remercier. J’engage la conversation avec la dame assise à ses côtés, R….Originaire de Naha, elle a vécu 45 ans à Tokyo, vient de prendre sa retraite et est  revenue  vivre à Okinawa. Elle s’occupe de sa vieille mère qui a 90 ans et, désireuse  quand même de faire quelque chose d’autre  elle vient d’ouvrir un petit café tout près du sanctuaire Nami no Ue, le Minato Machi Kisa. Nous nous trouvons tout de suite des points d’intérêt commun et discutons de la situation préoccupante d’ Okinawa  jusqu’à 10:00. Une belle rencontre car R…est intelligente et curieuse. Son café est ouvert quatre jours par semaine, du vendredi au lundi.Je lui promets d’y aller vendredi prochain.

Une belle soirée!

 

21 février

Ca fait une semaine que je suis ici.

Rush, comme tous les matins.J’y passe presque deux heures à copier ces lignes sur ma tablette, en regardant le texte sur l’écran de Pomera.Pour découvrir que, sans doute suite à une fausse manoeuvre, tout ce que j’ai tapé ce matin n’a pas ete enregistré! Merde!!! Leçon de l’histoire: il est inutile de transcrire les textes de Pomera dans la tablette. Mieux vaut aller dans un café internet, brancher Pomera sur un ordinateur, téléverser le texte et me l’envoyer à moi-même par courriel. Il me suffira alors d’ouvrir le courriel dans la tablette et télécharger le texte.

 

DSCN1814

Un curieux personnage rencontré sur le chemin de Rush.

 

Déjeuner ( sandwiches du boulanger de Kume) sur la terrasse du parking de Subway, arrosé de Sanpin-cha ( thé au jasmin propre à Okinawa ).  Il fait beau et chaud. Vers un nouveau coup de soleil?

Après -midi. Balade . Maki-shi, Marché, Tsuboya-machi. Parc avec des arbres impressionnants.La dame aux chats, muette.

 

DSCN1938_1

 

Le parc  débouche sur Kokusai Dori. Office du tourisme.Une jeune fille très gentille à qui je pose plusieurs questions et qui se met en quatre pour y répondre en faisant plusieurs . Il y aura bel et bien un concert samedi à 20.00 dans le sanctuaire shinto Oku no Gu du Parc Onoyama, comme l’année dernière.Le programme n’est pas encore connu mais le nom du promoteur- Yama etc..me semble être le même. J’espère que ce seront les mêmes musiciens. J’irai en reconnaissance samedi après-midi, en espérant pouvoir assister à la répétition, comme l’année dernière.

Dîner dans un petit izakaya que j’avais repéré a mon retour, dans les  rues voisines de la gare routière.J’ai eu du flair: très bon, bon marché et relaxe.En outre, le jeune patron est d’Okinawa et non pas du Yamato ( nom que l’on utilise ici depuis toujours pour désigner le Japon). J’ai pris des gyozas, des oden, des tripes et bu un highbowl et un awamori,le tout pour 1710 yen.J’y retournerai, car le menu est très varié. J’aime bien “mon” quartier de Kume, mais la qualité des bistrots y laisse quand même un peu à désirer.

22 février

Réveillé à 5:00. Je me fais un café.

Douche. Morning chez  Rush.

Il est 11:26. Je tape ces lignes dans le petit parc Tsuyoshi Maru  situé à côté du sanctuaire Nami no Ue.

Le ciel est un peu couvert mais il fait doux.

 

DSCN1401

 

Je passe une bonne partie de l’apres-midi à la bibliothèque. J’y ai commencé la lecture du livre de Masahide Ota, ancien préfet d’Okinawa ” 醜い日本人” ( “ Les affreux  Japonais “, jusqu’à la page 56).

 

23 février

 

DSCN1893

 

Rendez-vous avec Mme S.. à 14:00 devant le musée de la céramique de Tsuboya-machi. Ancienne élève de l’Ecole de design de Niigata, où j’ai donné  autrefois des cours de photographie, elle a poursuivi ses études à l’Ecole départementale des beaux-arts d’Okinawa et compte maintenant au nombre des créateurs d’art contemporain remarqués au Japon.Elle fait surtout des installations. Personne intéressante,pleine d’énergie et visiblement bien dans sa peau. Elle partage son temps entre Okinawa et Joetsu,sa ville d’origine dans le département de Niigata.

On est d’abord allés dans son studio et après avoir bavardé un moment, pour faire connaissance et voir des photos de son travail, qui est frappant par sa sobriété et ses références cosntantes à la nature, S…  m’a proposé de faire un tour dans la région pour me montrer certains endroits. Une librairie de livres d’occasion, installée avec goût dans une vieille maison en bois et tenue par une jeune femme originaire de Shikoku qui a épousé  un homme d’Okinawa. Beaucoup de livres d’art et recueils de  photos. Ayant vu des livres de calligraphie, je lui parle de Yu-Ichi Inoue, dont elle ignorait le nom. Elle le note et me dit qu’elle fera des recherches à son sujet sur internet.

 

DSCN1900

 

Les vieux immeubles qui surmontent une partie du marché et se font face comme si leurs balcons étaient collés les uns aux autres. Le très long couloir qui traverse l’un des immeubles, et qui est  bordé d’un tas de portes. Et également le cafe Mahou dans la toute petite rue planté d’arbres où j’etais allé deux fois dans le passé. Espace hors du temps, même un peu nostalgique. Les grandes méduses en papier qui pendent du plafond.

Dîner dans le petit bistrot près de la gare routière. Toujours aussi bon, mis a part les nouilles frites.

 

23 février

Ce matin, je n’avais pas envie d’aller chez Rush. Ai acheté des croissants au convenience store, ainsi qu’un tout petit camembert que j’ai mangés  avec le reste du second saucisson espagnol apporté de Niigata.

 

DSCN2109(1)

Le cafe Minato Machi Kisa.Il occupe  le devant d’un ancien studio de photographie.Tel: 090-1760-3912

 

26 février

Levé à 6:00.Premier café, sans oublier la première cigarette.

On semble bon pour la pluie aujourd’hui.Quelle guigne !

J’ai faim ! Je décide d’aller manger un sandwich à Subway.Bien qu’on soit dimanche, il y a encore peu de monde.Sandwich au poulet avec salade à la sauce basilic et jus de mangue. Ce que j’aime bien ici, c’est qu’il y a des fauteuils très confortables. Idéal pour tuer le temps en lisant les jours de pluis . Je poursuis la lecture de “Au plaisir de Dieu”. J’apprécie  l’écriture  de Jean d’Ormesson et je trouve ses récits assez passionnants. Mais ils sont souvent interrompus en cours de route par de longues  disgressions inattendues et qui, à mon avis, bouleversent le rythme ( le flot) de l’histoire. Un peu comme un film qui aurait gagné à être mieux édité , en se concentrant sur l’essentiel ( les meilleurs plans) et en éliminant  le reste.

12:35. J’ai envie de fumer et je n’ai plus de cigarettes. Le temps semble s’être rétabli. J’y vais!

Je roule jusqu’a Tomari,passe devant le cimetière des étrangers et longe la côte jusqu’au port de pêche.

DSCN1966_1

 

Forme étrange des bateaux. Leur proue est très effilée  et ils sont plus “ blindés” que ceux du Japon,semblant être faits d’une pièce sans coursives et ouvertures latérales. Comme les bateaux de pêche chinois, l’intérieur du poste de pilotage, doté seulement de toutes petites fenêtres, est invisible du dehors. Quand ils sont amarrés cul à quai, les membres de l’équipage doivent se plier en deux pour franchir l’ouverture très étroite de l’arrière du bateau et débarquer en empruntant une planche.

 

DSCN1736_1_1

 

Je prends des photos.Surprise en découvrant que tous les panneaux  sont rédigés en deux langues: japonais et indonésien.

 

DSCN1748_1_1(2)

Le texte de ce panneau, dans les deux langues , signifie ” Accès interdit aux personnes non autorisées”.

 

 

DSCN1751_1

Toujours dans les deux langues, des instructions  pour jeter dans les containers l’huile et les filtres à huile usés.

Curieux d’en connaître la raison,je  pose la question à un pêcheur.Il m’explique que la coopérative de pêche de Naha anime un programme de coopération avec l’Indonésie pour la formation de marins-pêcheurs et qu’ainsi de nombreux jeunes indonésiens figurent parmi les membres d’équipage des bateaux de pêche immatriculés à Naha.Toujours selon mon interlocuteur,la vente des poissons à la criée débute chaque jour au marché à 5:00. Je vais y aller un de ces jours.

En me promenant dans le marché des poissons, j’aperçois un petit bistrot qui sert des mets au thon. J’ y entre et prends un plat de thon mariné servi sur du riz avec un oeuf cru et une soupe à l’encre de seiche, arrosé d’une petite bouteille de Orion, la bière locale qui est excellente car conçue pour le climat semi-tropical.

Je rentre à Kume à 17:30 un peu pompé.

 

27 février

 

Réveillé à 6:30.

Café et cigarette

Je transfère les photos du port, prises hier après-midi sur la tablette.

Ensuite, je fais la lessive, en utilisant le temps d’attente pour poursuivre la lecture de “Au plaisir de Dieu” ( on est  au début de la guerre,peu de temps avant  l’arrivée des allemands au château) dans le coin fumeur du parking.

Trois petits pains pour déjeuner, avec un petit carton de lait.

J’ai décidé d’aller voir un premier film de Go Takamine, fameux réalisateur d Okinawa, au Sakurazaka Gekijo qui présente actuellement une rétrospective de son travail.Renonçant à prendre la route habituelle qui mène au marché, j’emprunte  le chemin de la préfecture et remonte la Kokusai Dori jusqu’à la place de l’office du tourisme.

Comme j’ai encore un peu de temps ( la séance commence à 14:10), j’achète un cafe latte chez Lawson et le bois assis sur les escaliers du convenience  store. Puis je vais dans le parc Kibogaoka pour lire ( cette fois, Moravia, “La dizubbidienza”).Rencontre d’un senior âge de quatre ans de plus que moi, avec lequel j’ai une discussion intéressante à propos de la vieillesse et de la déchéance progressive qu’elle implique. Mais je dois le quitter en cours de route pour aller au cinéma.

Que dire du film “Shiteki Satsumu Gen Ryukyu JM+Papetto Shaman Monsta” ( Images intimes Rêve et Illusion Ryukyu JM+Le marionnettiste shaman monstre)

Le propos du film est la visite à Okinawa de Jonas Mekas, cinéaste et directeur du Anthology Film Archives à New York ( j’étais allé le voir en 1989, quand j’étais attaché culturel au Consulat général de Suisse pour un projet de semaine du cinéma suisse). Très avant-garde dans sa conception, le film, pareil à un kaléidoscope, fait défiler un tas d’images,vidéos et photos  souvent modifiées artificiellement, en faisant entendre des bribes de conversation.Le propos est double: parler de Mekas et d’Okinawa. Nombre de plans ont visiblement été tournés par le réalisateur en tenant la caméra d’une seule  main, à en juger par les tremblements de l’image, avec un traveling un peu trop hâtif à mon goût. Takamine l’a peut-être voulu ainsi pour accentuer l’effet d’instantané, de passager.Des images de peintures aux couleurs vives assez frappantes, qui sont sans doute de lui, apparaissent aussi  fréquemment dans le film.Sans trame bien définie, ce kaléidoscope est  fascinant  par son impact visuel et sonore.

Le film est suivi par un court-métrage au sujet du marionnettiste Eiji Okuda. Un  personnage aussi stupéfiant que ses marionnettes très sensuelles et un peu effrayantes. Les scènes prises à Okinawa, où Okuda, le visage peint en blanc et vêtu d’un kimono multicolore, fait jouer ses marionnettes en les laissant voleter dans le vent avec leurs longues traines devant ce qui semble une grotte de corail  au bord de la mer sont sidérantes. On a l’impression d’assister à une cérémonie de magie noire, accentuée par l’expression diabolique de certaines marionnettes.

 

DSCN1777

L’entrée du cinéma

Sur la terrasse du cinéma. Le Sakurazaka Gekijo, qui est l’un des cinémas d’art et d’essai les plus cotés au Japon, dispose de trois salles de projection. Il existe depuis 70 ans et fonctionne également comme centre culturel.

 

DSCN2000

Le cinéma Sakurazaka Gekijo. Tel: 098-860-9555

Les cerisiers sont déjà en fleur ici.Il commence à faire un peu frisquet et c’est presque cinq heures et demie. Je vais prendre le chemin du retour, en direction de la mer pour essayer, s’il est encore ouvert, le restaurant de nouilles ” Kame Kame” qui m’a été recommandé par le monsieur si généreux de son whisky à Na-Na (et qui est aussi un client assidu du petit café  Minatomachi Kisa ).

 

28 février

PD chez Rush,

En vélo jusqu’à Mie-Bashi

Vais faire un tour chez le libraire Yukyudo. Le prochain “Sekai” n’arrivera ici que le 13.J’achète le “Gekkan Nihon”, un autre mensuel dont j’apprécie  le ton très sévère à l’égard de l’actuel gouvernement. La presse mensuelle au Japon est la seule à être politiquement engagée à la différence de la presse quotidienne qui, à part celle d’Okinawa, est plutôt conformiste , exception faite de quelques journaux, tout particulièrement le Tokyo Shimbun.

Puis balade au marché. Pareil à un labyrinthe,il faut y revenir souvent pour percer ses secrets. Un tas de photos. Entre autres, le ballet des homards dans leur vivier, un sujet inépuisable qui donne des images étonnantes  évoquant des toiles abstraites. Également, les pieds de cochon et les têtes de cochon aplaties!

 

DSCN1835

 

 

DSCN1836

 

 

DSCN1838

 

 

DSCN2592

 

Yakiniku chez Akamaro. Menu de bœuf grillé pour 880 yen, avec une petite bière Orion.Pas mal et les entrées de légume étaient excellentes.

Café viennois sur une toute petite terrasse dans une petite rue adjacente.

Puis, je poursuis ma balade.La spirale des immeubles qui surplombent la partie du marché, Suijo Tenpo,construite  au dessus d’une rivière.

Au retour, le Parc Kibogaoka avec ses arbres gigantesques,Quelques photos pas mal.

 

DSCN1457

 

Fais un saut dans le petit musée municipal de l’artisanat traditionnel, logé dans l’immeuble de l’office du tourisme.Collection assez réduite mais qui mérite néanmoins une visite (kimonos, céramique et laques).En revanche les shisas exposés sont assez décevants. Il vaut mieux aller voir ceux du Musée de la céramique de Tsuboya.

Je rentre vers 16;30, un peu fatigué par cette longue balade ( je suis sorti à 9;30 ce matin).

Dîner dans la chambre ( 2 nigiris,un oeuf dur avec un grand verre de awamori ( alcool de riz distillé, aussi fort que la vodka ). Ensuite, je me suis fait un café dans lequel j’ai ajouté le reste de l’ awamori.C’est pas mal du tout ! Le goût rappelle étrangement  le Irish Coffee, sans la crème fraîche évidemment.

1er mars

Un nouveau mois qui s’ajoute au poids des années !

Encore la pluie!

Morning chez Rush.

Conférence au Fugutsu-Kan, à propos de Samejiro Senaga. Souvenirs du temps de l’occupation américaine ( Okinawa n’a été restituée au Japon qu’en 1972).

Il pleut toujours.

Soki  soba chez Kame Kame Soba. Excellent et très bon marché.

DSCN1381

 

Café au Ryukyu Kisa. Impressionnante  bâtisse en bois. Intérieur  aménagé avec goût. Musique de jazz. Mais la fille qui sert est d’une froideur glaçante !

Rentré à la maison à 18:00..

 

2 mars

Rush

Balade au port.Il faudra y retourner beaucoup plus tôt le matin pour assister au retour des bateaux.

Samurazaka Gekijo. Film ” Katabui” de Daniel Lopez, un compatriote établi ici. Série de portraits qui saisissent très bien la particularité d’Okinawa et transmettent aussi l’amour de l’auteur pour l’île et ses habitants. De très belles images de la nature. Scène d’enterrement assez stupéfiante, après laquelle la famille se réunit devant la tombe et festoie avec les ancêtres. Quand les gens vont prier pour les ancêtres, ils téléphonent à leur parents vivant en dehors de l’île pour les prévenir et leur demander de faire la même chose à l’heure indiquée en se tournant vers l’est.

 

DSCN2069

 

Balade à Tsuboya Machi. Photos.

 

DSCN2057

 

DSCN2059

 

Cafe “Swan” (  la patronne et une cliente font du karaoke après s’être excusées auprès de moi )

Excellent hamburger à l’avocat et verre de vin (yen 1400) dans le petit bar moderne à l’entrée de Tsuboya-Machi en venant du marché.Son nom : Kuraishi? J’y retournerai.

 

3 mars

Petit déjeuner au Minato-Machi Kisa.

 

DSCN2153

 

Dans le petit parc près situé sur une colline à côté du sanctuaire Nami no Ue.J’ai retrouvé ma copine de l’année dernière, la grande plante verte parasite  qui s’est incrustée sur la branche d’un arbre. Je l’ai prise cette fois en couleurs. Bons résultats. Également des racines qui m’ont fait penser à des sculptures de temples indiens.

Déjeuner sur la terrasse du Sakurazaka Gekijo. On peut y utiliser gratuitement l’internet de la ville.J’aime bien cette terrasse avec son plancher en lattes de bois et ses chaises très confortables. Il y a très peu de circulation dans la petite rue en qui lui fait face et l’on s’y sent à l’aise. Photo du chat qui s’y trouve la plupart du temps… totalement indifférent à ce qui se passe autour de lui.

 

 

DSCN1610

 

2eme film de Go Takamine: ” Mugen Ryukyu Tsuru Henri”( Rêve et Illusion Ryukyu Henry suspendu) …. Takamine a vraiment un style propre immédiatement reconnaissable.Ses images sont toujours aussi stupéfiantes. Quant à l’histoire, elle est un peu loufoque .Une chanteuse et son fils métisse d’américain qui fait du karaté se mettent en tête de tourner un film d’après un scénario trouvé sur la branche d’un gajumaru.Comme le film précédent,il n’y a pas de fil conducteur et sans doute pas de scénario non plus. Mais c’est néanmoins passionnant car on est pris par la richesse des images et les péripéties invraisemblables qui ponctuent le film.L’actrice, Misako Oshiro, sans doute autour de la soixantaine, qui interprète la mère est très impressionnante; une grande femme, dans le style vahiné ,sexy,un peu pute ( elle m’a fait penser aux grandes bonnes femmes des films de Fellini). Chanteuse très connue à Okinawa, elle a aussi joué dans des films à l’étranger Les autres personnages sont surlrenants et parfois désopilants.Plusieurs scènes sont tellement inattendues et grotesques qu’on éclate de rire.Un film qui laisse groggy,  et  dont certaines images sont impossibles à oublier (comme celle du garçon qui brûle et qui entre dans la mer avec une dame qui a pris feu à son contact !).

Dîner de gyozas et de riz dans le ramen-ya que j’avais découvert il y a quelques jours.

 

4 mars

Levé à 6:00

Départ pour le port de pêche à 6:30.

 

DSCN2237

 

L’indonésien très cordial avec qui je parle, tout heureux de savoir que j’aime son pays. Il vient de Jakarta , a déjà passé deux ans à Okinawa et s’y sent très bien (“ Les gens sont très gentils  et il fait chaud comme chez moi!”). Il y demeurera encore une année avant de rentrer dans son pays pour y travailler dans une compagnie de pêche.  Photos.

 

DSCN2225

 

 

DSCN2219

 

 

DSCN2247

 

 

Au retour, morning à “Man-Maru” (yen360) près de la mairie. Les deux messieurs de Taiwan qui, en partant, s’inclinent profondément devant la patronne, comme on ne le fait ici que devant l’Empereur, pour la remercier. Celle-ci, terriblement gênée, ne sait plus où se mettre!

Vais bouquiner dans le parc au bord de la rivière, côté Tsubokawa

Puis Minato-Machi Cafe.Grâce à la patronne,j’ai découvert un excellent restaurant népalais,”Kantinaru” tout près de chez moi: curry au poulet, nan et lassie pour 880 yen.Delicieux! Ils ont un menu tandori chicken à  1280 yen que j’aimerais bien essayer la prochaine fois.Presque tous les clients sont népalais.

 

De retour à la maison, coup de pompe. Je dors un moment.Puis lecture de d’Ormesson que je trouve quand même assez lassant à la longue . Heureusement que j’ai aussi pris avec moi un tome des oeuvres complètes d’Alberto Moravia dans la langue originelle.Lui,au moins, il sait écrire en allant à l’essentiel et en pesant chacun de ses mots!

Il fait toujours aussi frais le soir! Quelle guigne!

En début de soirée, la solitude me pèse.Heureusement qu’il y a la photo et la lecture pour l’oublier, sans oublier le saké quand rien ne va plus!

 

5 mars

 

Petit déjeuner sur la terrasse de Subway, face à la plage. K…me rejoint en cours de route. Et comme toujours, nous parlons.Elle aime beaucoup raconter ses souvenirs de jeunesse qu’elle a passée dans différentes villes- St.Louis, Kansas City, Detroit.Et parler de ses relations avec ses parents- un père qui était toujours de son côté, trop tôt disparu à l’âge de 56 ans, et une mère avec laquelle elle ne s’est jamais vraiment entendue.Et également de son frère, avec lequel elle a toujours eu une relation difficile.K…parle aussi beaucoup de son défunt mari, mort il y a déjà plusieurs années.Un personnage que personnellement, à force d’entendre tout ce qu’elle m’a dit de lui,je trouve odieux par son égoïsme,sa froideur et son irresponsabilité.Elle parle vraiment beaucoup, mais je trouve ça passionnant.

Je l’admire aussi pour son courage, son énergie et son optimisme indestructible face à l’adversité.Ca ne doit pas en effet être très drôle de vivre toute seule avec un chat et un chien,comme elle le fait, à 72 ans,loin de son pays d’origine,dans une situation financière plutôt précaire et sans aucune garantie pour l’avenir.On s’entend bien car nos caractères se ressemblent, moutons noirs qui vivent au jour le jour sans trop se préoccuper de l’avenir, qui ont du mal à s’identifier à un groupe et se font beaucoup d’ennemis à cause de leur esprit d’indépendance. Sans oublier une certaine naïveté héritée de l’enfance et qui est toujours bien vivante!

 

Plus tard, je retourne dans le petit parc du Tsushima Maru,  du sanctuaire Nami no Ue pour y manger une nigiri avec un yoghourt. Photos.

 

DSCN2119_1

 

 

Puis direction Mie-bashi

Je m’arrête en cours de route chez un libraire de livres d’occasion et y achète un roman de Genji Nakagami  ” Keibetau” ( le mépris).

Ensuite, je roule jusqu’au café du Sakurazaka Gekijo où je passe deux heures  à consulter l’internet et à entamer la lecture du roman dont les deux protagonistes sont une danseuse nue d’un strip bar et un jeune voyou de très  bonne famille. Tout un programme !

 

DSCN2721

Retour à la maison. Awamori. Vers 18:00 je ressors pour aller au restaurant népalais que j’ai découvert avant-hier. Tandori chicken et curry aux épinards, avec un lassie. Excellent. Comme je l’avais déjà relevé, la majorité des clients sont népalais. Surtout des jeunes, venus à Okinawa en principe pour apprendre le japonais, ce qu’ils font apparemment avec beaucoup de facilité, comme les indonésiens, mais visiblement surtout pour y rester en trouvant un job.Les autorités de l’immigration se sont d’ailleurs aperçues récemment que la moitié de ces étudiants disparaissent dans la nature au milieu de l’année scolaire  et qu’ils  sont sans doute employés au noir.Un étudiant étranger au Japon est autorisé à travailler dans la limite de 28 heures/semaine pour financer ses études. S’il quitte l’école pour travailler à plein temps, il perd son statut d’étudiant et est considéré dès lors comme un résident illégal.

 

6 mars

 

Aujourd’hui aussi, on semble bon pour la pluie!

Morning chez Rush.

Comme tous les lundis, je vais faire la lessive, ayant épuisé mon stock de sous-vêtements de rechange. Il y a des machines à laver et des machines à sécher dans le coin du parking de la pension. 600 yen en tout. J’ai acheté la poudre de lessive dans le Lawson près de chez moi.

Sale temps pluvieux!

À 15:00, je sors quand même pour aller faire un tour dans la direction du sanctuaire Nami no Ue. Je tourne à gauche, pour traverser le petit parc du Tsuyoshi Maru et,prenant la direction de la mer, je suis intrigué par la présence de nombreux chats dans un autre  petit parc qui jouxte une falaise rocheuse.Je m’y arrête. Photos de chats, tout particulièrement un chat noir.Et aussi des arbres et des rochers. Ce qui est formidable avec la photo digitale, c’est que l’on peut photographier en tout temps même si la luminosité est très réduite.Un tas d’images aujourd’hui!!! Même celle d’un papillon !

 

DSCN2337

 

DSCN2345

 

DSCN2377_1_1

 

Le soir,un peu déprimé par la solitude, je vais faire un tour chez “Na-Na .R…,ma copine du café Minato-Machi, y est, comme tous les lundis, Heureux de m’asseoir à côté d’elle et de pouvoir discuter d’un tas de choses.On s’entend très bien depuis le début.Ce qui n’a rien d’étonnant comme je le découvre  car nous sommes tous deux nés sous le signe du Bélier. Étonnamment, et depuis toujours, les personnes avec lesquelles je ressens d’emblée une sympathie naturelle sont très souvent des Béliers.

 

7 mars

 

Aujourd’hui, je ne suis pas allé chez Rush.

Café dans la chambre. Cette fois, du café-filtre acheté chez Family-Mart. C’est bien meilleur que le café instantané!

A midi, je suis allé acheter des petits pains à la boulangerie, ainsi qu’un yoghourt et du lait et le quotidien Rykyu Shinpo chez Family Mart. Déjeuner dans le petit parc du Tsuyoshi Maru.

 

DSCN2528

 

L’après midi au café du Sakuraza Gekijo.Je me connecte à l’internet pour lire notamment quelques articles de l’hedomadaire italien l’Espresso. Très intéressante interview de V.Giscard d’Estaing qui prône l’établissement d’ une Europe à deux vitesses, celle des 9 et celle des autres.

Le soir, je vais au petit bistrot de nouilles d’Okinawa,tout près de chez moi que j’avais repéré depuis longtemps sans jamais l’essayer. Ça valait la peine! Délicieuses nouilles aux pieds de porc (Tebisaki Soba).

Au retour,  j’achète un gâteau aux fruits dans la boulangerie.

Lecture jusqu’à 10:00

 

8 mars

 

Réveillé à 6:00.

 

Morning chez Rush. J’aime beaucoup ce café, leur morning est excellent et on y trouve les deux quotidiens d’Okinawa, le Ryukyu Shinpo et le Okinawa Times. La seule chose qui me déplaît est que la TV y est toujours allumée. Je m’en passerais volontiers. Ce qui est agaçant avec la TV c’est que les yeux se dirigent instinctivement  vers l’écran  même si on n’a aucune envie de la regarder, comme le chien de Pavlov qui salive dès qu’il entend la sonnette!

 

Après,je rentre à la pension pour prendre un pull-over, car il fait très frais, et je décide d’aller voir le parc Gajanbira, dont j’ai lu dans le journal que, situé sur une éminence, il permet d’avoir une vue plongeante sur la baie de Naha.

Je traverse le pont Meiji et suivant la route 332, je tourne à gauche dès que j’aperçois un petit mont boisé qui doit être le parc en question. Il me faut trouver son entrée. Finalement, j’arrive devant un petit parc au pied du mont, d’où partent des escaliers. Je les emprunte et parvient à un petit sanctuaire qui a beaucoup de cachet, le Sumiyoshi Jinja.Photos.

 

DSCN2412

 

Il y a un nouvel escalier derrière le sanctuaire. Je le prends pour arriver à un terre-plein où une stèle, ” Oshiro no Tono” retient mon regard. Photo.

 

DSCN2449

 

Il n’y a plus de chemin après mais seulement un petit sentier au milieu des buissons qui tout à coup monte vers le sommet.La pente est tres raide,le terrain boueux et il faut en plus escalader plusieurs rochers. J’hésite, car vu l’état de mes articulations, je ne m’imagine guère pouvoir y grimper sans l’aide d’un bâton pour maintenir l’équilibre.Mais j’ai de la chance car j’en trouve un tout de suite. Trekking jusqu’au sommet sans trop de difficulté, une corde aidant à franchir le passage le plus difficile avant l’arrivée.C’est bien le Gajan Bira Koen. Ça valait la peine de venir car le site, planté de gazon avec des pins parasols, est magnifique et la vue aussi. Je décide de faire une pause et m’installe sur un rocher.J’ai envie de lire. Je n’ai pas pris de livre mais j’ai apporté ma tablette Asus dans laquelle j’ai téléchargé les “Confessions” de J-J Rousseau.J’en reprends la lecture. J’étais arrivé à la page 106 la dernière fois. Nous sommes au 18e siècle et notre héros est à Turin.Il vient d’être engagé comme valet chez des nobles. Dès les premières lignes, je l’y rejoins, en ayant vraiment l’illusion de me retrouver à ses côtés, bien que je sois physiquement à Okinawa au 21e siècle. C’est vraiment la magie des mots qui, pour celui qui en est digne, rendent leur auteur immortel pour le plaisir des lecteurs des  générations futures !

 

Sandwich à Subway

 

Parc Manko. Ce parc, situé au bord de l’eau, s’étend comme un long ruban qui n’en finit jamais.Presque arrivé au bout, je dépasse un curieux véhicule auquel sont attachés deux chiens qui se mettent à aboyer comme des fous dans ma direction. Leur maître- un vieil homme à la barbe blanche qui était entré dans un buisson- leur intime l’ordre de se taire, sans résultat apparent.

Je vais jusqu’au bout du chemin, gare mon vélo et descend vers l’eau. La plage est souillée d’ordures en plastique et l’eau, de couleur grise, semble vraiment repoussante. .Il n’y a pas de photo à faire ici!

J’aperçois dans les buissons une espèce de baraque arrondie, recouverte d’une toile bleu,Elle est entourée d’une pile de sacs en plastique.C’est sans doute le logement d’un sdf.

 

 

DSCN2495_1

 

Le vieux monsieur que j’avais croisé tout à l’heure arrive et se dirige vers la baraque.Il semble chercher quelque chose mais revient les mains vides quelques instants après. Nos regards se croisent et il m’adresse la parole. D’emblée, je trouve le personnage sympathique.La peau tannée  par le soleil comme les marins-pêcheurs, il a une belle gueule et des yeux qui pétillent de vie. J’apprends qu’il a 80 ans, qu’il s’appelle M.O…et se promène tous les jours au Parc Manko avec ses chiens.  Il y a douze ans, son médecin lui avait qu’il était  en  très mauvaise santé  et qu’il lui restait tout au plus cinq ans à vivre.Il semble  avoir bien survécu ! Ayant du mal à marcher longtemps ( ce qui me pend aussi au nez !), il se déplace avec un petit véhicule électrique auquel est attelée une petite remorque de sa confection.C’est l’étrange véhicule que j’avais vu tout à l’heure. L’homme est touchant  et j’ai du plaisir à parler avec lui.Il me raconte que depuis quelques années il joue du jamizen qui selon lui est non seulement un très bon exercice pour les doigts mais aussi un excellent moyen pour prévenir le gâtisme! Je le quitte après lui avoir donné l’une de mes cartes-postales de Corée, montrant un petit garçon et une petite fille en conciliabule intime, se tenant la main. leurs têtes rapprochées l’une de  l’autre. M.O…,qui a choisi cette photo parmi d’autres, me dit qu’elle lui plaît beaucoup et qu’à son avis les deux enfants sont sans doute frère et soeur, ce à quoi je n’avais jamais pensé jusqu’alors. Il me dit aussi  qu’il a longtemps été passionné par la photo mais qu’il a arrêté d’en faire lorsqu’il s’est aperçu qu’il ne pouvait plus marcher comme avant ”  pour faire de la photo, il faut vraiment être capable de bouger tout le temps sinon c’est impossible”. Comme il a raison!Je le quitte non sans regret.Mais j’ai pris sa photo et et je lui en ai donné l’une des miennes. Une belle rencontre sans lendemain comme il en arrive parfois en voyage.

 

DSCN2506

 

 

Puis route 329, le long de la berge.Pont Oryu Bashi et retour par le parc situé sur l’autre bord de la rivière mais qui s’appelle aussi Manko. Pancarte  “Attention aux serpents”.

 

Pas de dîner.

 

9 mars

 

Levé à 5:30

 

Petit café

 

Morning chez Rush.La dame qui assure le service le matin depuis 7:00 est au téléphone.Tout à coup elle se fâche et hurle plusieurs fois ” Aho!” avant de  reposer  brutalement le combiné. “Aho” qui veut dire ” connard” est une expression propre au Kansai et à Kyushu.Étonné, je lui demande si on l’utilise aussi à Okinawa. Elle me répond ” Non,non, mais moi je viens de Kagoshima”.Un peu plus tard, alors que j’ai fini mon petit déjeuner, elle me tend une nouvelle tasse de café en me disant ” Je vous l’offre gratuitement car il n’y a personne, mais ne le dites jamais!”. Sympa!

 

Retour à la maison.   

 

Lecture de Kenji Nakagami.

 

Curry à Kantipur ( Curry House  Nepalese & Indian Cuisine Open Everyday  Tel: 098-988-3513 ). Leur chai est delicieux!

Je décide d’aller refaire un tour au Marché Central.Juste avant d’y arriver, je tourne à droite pour aller voir le vieux marché des légumes  à Higawa. J’y étais déjà allé autrefois mais aujourd’hui, c’est la désolation, car le marché est visiblement en train de mourir lentement à côté d’un immense chantier de construction. La plupart des boutiques sont abandonnées et les rares qui sont encore ouvertes  semblent le faire beaucoup plus pour la gloire que pour le profit car il n’y a pas un chat dans la rue.Quelques photos.

 

DSCN2564

 

DSCN2550

 

DSCN2541

 

Puis ayant gare mon vélo dans la toute petite rue aux arbres, je me balade dans le marché central. Photographier les gens ne m’intéresse plus comme avant, à part le portrait. Ce qui m’attire plutôt ce sont les formes et les situations insolites.

 

DSCN2585_1

 

Les serpents de mer fumés au marché. Comme les habus qui peuplent l’ile ils sont venimeux et très dangereux. On les mange en soupe ( j’ai essayé une fois mais c’etait plutot difficile!).

J’achète un onguent à la graisse de habu en espérant qu’il  soulagera mes articulations qui sont très sensibles aux brusques changements de température..

Café au Street Chatam Coffee, un tout petit café avec une minuscule terrasse dans une rue avoisinante.

En sortant du marché, je passe devant une boutique de tissus en gros.J’y entre pour voir s’ils ont des tissus aux couleurs vives reproduisant les motifs traditionnels de l’époque du Royaume des Ryukyus que je trouve magnifiques.Ils en ont un grand choix. Mon idée est de faire confectionner un sarong. Ces tissus sont d’une largeur de 2 m, ce qui, à première vue, devrait faire l’affaire.Je dis au marchand que je reviendrai le voir demain avec l’un de mes sarongs indonésiens de Sulawesi, pour vérifier si c’est bien le cas.

Dîner de steak chez “Na-Na” .C’est sympa mais certains clients réguliers sont bien gentils mais un peu agaçants à la longue.J’aurais envie de crier : “Leave me in peace!”.

 

10 mars

 

Levé a 5:30.

Petit café.

Temps gris et froid, une fois de plus.

Douche.

Morning chez Rush.

N’ai pas tellement envie de faire grand chose aujourd’hui sur le plan de la photo. Je prends quand même mon appareil au cas où…

Je retourne chez le marchand de tissus avec le sarong de Sulawesi. Sa hauteur est pratiquement identique à celle des rouleaux de tissus du magasin. Pour confectionner un sarong, j’ai besoin de 2 mètres de tissu dont les deux extrémités doivent être cousues ensemble à la machine pour former un tube. Je choisis un tissu bleu clair avec des motifs rouges.Cela me coûte seulement yen 1100.ce qui est vraiment très bon marché.Le patron m’emmène ensuite chez une couturière dans une allée marchande  proche. Une jeune femme à lunettes plutôt bien en chair et assez marrante. J’attends quelques minutes, tout en bavardant avec elle , et mon sarong est pret.Je lui demande combien je lui dois et elle me répond : ” Oh, 200 yen ca ira era  “.”Un grand merci!”. J’ai hâte d’essayer mon nouveau sarong.

 

Puis je roule jusqu’à Asato.

Café à Cha-Waki et photos dans le marché.

 

PAu retour, Café Minato-Machi. Je montre à R… mon nouveau sarong,en le mettant au dessus de mon jeans,  et elle me dit ” Ca vous va drôlement bien!”.

 

De retour à la pension, j’essaie le sarong (sans rien dessous, comme on a l’habitude de le porter en Indonésie et en Malaisie) et il est parfait. Il faut que je retourne demain chez mon marchand de tissus pour en confectionner un second avec le tissu jaune aux mêmes motifs qui m’a aussi tapé dans l’oeil.  

Nouilles aux pieds de porc

 

11 mars

 

Réveillé a 5:30

Encore la pluie!

Je retourne chez mon marchand de tissu pour acheter 2m de tissu jaune et vais ensuite chez la couturière pour faire coudre le sarong. La dame approuve mon choix, en me disant qu’elle a rarement vu un tissu d’un jaune aussi éclatant.

Café Minato-Machi

Après, je vais faire un tour à la plage de Nami no Ue.Des étrangers s’y promènent qui manifestement, d’après leur mise et leur façon d’être, ne sont pas américains. Alors que je discute en japonais avec un monsieur qui m’a adressé la parole en me demandant d’où je venais, un couple d’étrangers s’approche de nous.Ils parlent français et nous engageons la conversation.Lui est français, de Toulouse, et elle, belge. Arrivés à Naha hier avec le paquebot britannique Queen Elizabeth,ils repartent ce soir pour Kobe.Partis d’Europe en janvier, ils font une croisière autour du monde qui durera jusqu’en mai.Après Kobe, leur bateau fera plusieurs escales en Asie, notamment en Corée, au Vietnam et en Inde avant de se diriger vers l’Amérique du Sud. Nous bavardons et ayant appris que j’habite au Japon depuis plus de quarante ans, le monsieur, avec cet accent musical du Sud de la France que j’aime tant me demande: “Quel est votre prénom ? ” Je lui réponds que c’est Jean-Francois. Il me réplique: ” Comme Champollion, c’est vraiment très intéressant !”. Flatté de la comparaison bien que je n’arrive pas à la cheville de cet éminent égyptologue qui, si je ne me trompe, à enseigné dans une école qui allait devenir plus tard les Langues’O, mon alma mater. Je leur indique le chemin qui mène au sanctuaire Nami no Ue et les quitte en leur souhaitant bon voyage. Diable que je les envie!

 

Je décide d’aller voir le Queen Elizabeth qui est amarré un peu plus loin.Quel navire! Que dire d’autre sinon que sa présence est formidable et écrasante. 

 

DSCN2750

 

Le soir,je vais à Asato. Ça valait vraiment la peine ! Ai trouvé un bistrot génial et très bon marché. Patron sympa d’emblée comme les clients, notamment mon voisin de droite. M.A… qui semble tout droit sorti d’un film des années 30,par sa mise recherchée et son élégant chapeau  noir qui lui va très bien et lui donne l’air d’un gentleman argentin, voire plutôt, selon le patron, d’un chef de gang distingué.Nous parlons d’Okinawa et de tous ses problèmes. M.A …  pense comme moi que les jeunes d’Okinawa devraient  s’intéresser plus à l’avenir de leur patrie et s’engager pour défendre ses droits face à Tokyo et Washington. Le personnage est fascinant et d’une courtoisie extrême. Que fait-il dans la vie? Je ne le saurai jamais car c’est une question déplacée que j’ai pour principe de ne jamais poser et à laquelle , quand on me l’a pose, je réponds toujours “ À vous d’imaginer!”.

Quatre nikumaki (beignets a la viande et aux légumes) , deux highbowls et un vin rouge, pour le prix de mille cent yen.

 

 

DSCN2667

Le café Chawaki. Tel: 090-9781-5175

 

Ensuite, Chawaki. Il y avait de la musique par un petit ensemble .Jazz, chansons d’Adamo (“ Sans toi ma mie” , que le chanteur a interprété en français !) et finalement concert de jamizen ( instrument de musique à trois cordes et dont la caisse est recouverte d’une peau de serpent, à la différence du shamizen japonais ).

 

DSCN2794

 

 

DSCN2790

J’ ai beaucoup bu ce soir, excité par l’ambiance, la musique et la gentillesse des gens.

Au retour,  je juge plus prudent de ne pas enfourcher mon vélo et de le pousser. Je rentre en suivant le parcours du monorail jusqu’à la station de Asahi-Bashi.  

Je m’endors comme une pierre.

 

12 mars

 

Réveil à 8:15

C’est dimanche.Un peu fatigué quand meme par mes émotions d’hier soir.

K…m’invite au buffet matinal du Pacific Hotel. Il y a une réduction pour les seniors ( mille yen)! On continue la conversation assis à l’ombre sur le bord du bassin du monument  kitsch, une réplique en plastique de la Fontaine de Trévise !

Lecture du Ryukyu Shinpo dans le parc du Tsushima Maru. Il y a tellement de vent que le journal s’envole et ses feuilles s’éparpillent ! J’arrive tout juste à les rattraper en maudissant ce foutu vent.

Café Minato-Machi

Parc Wakasa avec ses très étranges blocs de corail ( ils sont apparus lorsque l’on a comblé la mer il y a 70 ans).

 

DSCN2874

 

DSCN2867

Il y a des chats partout dans les parcs, surtout au bord de la côte..

 

PDîner  dans la chambre: 2 nigiris, 2 oeufs durs et deux petits chocolats. Puis café. Assez pompé!.

 

Je repartirai en principe dans trois jours. C’est bien triste!!!

 

13 mars  

 

RSCN2660_1

 

Le départ approche irrémédiablement.Quelle guigne!

Petit déjeuner chez  Rush

Pique-nique dans le parc du Tsushima Maru

Café Minato-Machi.

Le soir, je  retourne à Asato pour aller dans le bistrot que j’avais découvert samedi dernier.Cette fois-ci, j’y vais en monorail, en laissant mon vélo pres de la station Asahi Bashi.Toujours aussi sympa et bon. Niku maki, tebasaki ( ailes de poulet frites) et tofu.Avec une bière pression et un chope de vin ( il est servi dans une chope de bière avec de la glace).

 

DSCN2834

 

J’adore cette petite gargote ouverte sur l’extérieur, où les clients sont assis les uns a côté des autres le long du comptoir, face au patron et à ses deux employés.L’atmosphère y est tellement détendue qu’au bout d’un moment tout le monde se parle.En discutant avec  M….,mon voisin de gauche, j’apprends qu’il est cuisinier de sushi,qu’il a vécu vingt ans en Italie et qu’il adore ce pays Il parle italien et nous poursuivons la conversation dans cette langue à l’étonnement des clients qui nous entourent.Le patron, en revanche, semble ravi de ce happening, à en juger par son sourire entendu. Outre l’Italie, mon interlocuteur a aussi exercé son art à Los Angeles et à Miami.Les cuisiniers de sushi ont l’habitude de travailler avec leurs propres couteaux et de les prendre avec eux quand ils vont à l’étranger,ce qui peut parfois poser des problèmes à la douane, car ces couteaux très acérés sont aussi des armes potentiellement redoutables.  M…m’explique qu’il a l’habitude de les démonter et de dissimuler les lames dans de grands livres épais dans ses bagage de soute  et que cela marche dans la plupart des cas !

Pour revenir au bistrot, il n’a pas de nom. Le nom du patron, horloger-bijoutier le jour, est M.Nakama (Tel: 080-2694-5149).

Retour par le monorail jusqu’à Asahi Bashi où je retrouve mon vélo.    

.

14 mars

 

Avant dernier jour!

De nouveau la pluie.

ChezRush

Rentré a la pension, je remets dans la boite en carton les choses que j’avais envoyées de Niigata il y a un mois,et ayant fixé cette boite sur le panier avant de mon vélo en utilisant le cable de l’anti-vol, je roule jusqu’au bureau de la compagnie Yamato Unyu situé tout près dans la region des entrepôts. Heureusement pour moi, la pluie s’est arrêtée.

 

DSCN1927

 

Déjeuner de curry chez Kantinor.

Cake-set dans le Magellan Cafe du Ryukyu SunRoyal Hotel. Il fait malheureusement trop froid pour rester sur la terrasse.Je commence à lire le numero spécial du mensuel “Sekai” consacré à Okinawa et intitulé ” Okinawa- Qu’est-ce qu’il se passe ?”. Le gâteau, une tarte aux pommes, servi dans une grande assiette blanche sur la surface de laquelle le garçon a composé une décoration multi-colore de sucre fondu qui fait penser à un tableau de Miro,est délicieux. J’avais repéré depuis longtemps ce café avec sa jolie terrasse, situé dans une petite transversale tout près de Asahi- Bashi,sans jamais y mettre les pieds jusqu’à maintenant. Dommage, car son cadre est raffiné, le service cordial,et l’on s’y sent a l’aise Un endroit idéal pour bouquiner ou écrire dans le calme les jours de pluie. L’un des plaisirs du voyage est la découverte d’endroits uniques qui, où qu’ils soient situés dans le monde, restent à jamais graves dans la mémoire. Ce petit café charmant s’ajoute à ma liste. Café Magellan  Ryukyu SunRoyal Hôtel  098-864-1876.

 

Je retrouve K… en début de soirée. Elle propose de me conduire dans un restaurant de nouilles d’Okinawa qui compte à ses yeux parmi les meilleurs. Il est situé a mi-chemin du trajet qu’elle accomplit chaque jour à vélo ( sa moto Honda 250cc a tristement rendu l’âme peu de temps apres mon arrivée) pour se rendre à l’école secondaire de Urasoe où elle enseigne l’anglais. Le chemin fut long, dans des petites rues sinueuses et étroites avec beaucoup de voitures,mais les nouilles en valaient la peine. Comme toujours ces derniers temps, j’ai pris des nouilles aux pieds de porc.

Retour en longeant la route 58 où le trafic est épouvantable.

Ce soir, je dois rester éveillé jusqu’à minuit afin d’aller dans un café internet et acheter mon billet de retour au tarif “senior”. Finalement, après avoir cherché en vain un bar dans le quartier de Kume, nous sommes allés dans un petit bar, Pecos à Wakasa , où j’étais allé une fois l’année dernière, pour y tuer le temps jusque là. Cosy et très sympa. Guiness, awamori… (Pecos Tel: 098-861-0035).

À minuit, je vais dans le café internet situé tout près pour me brancher sur le site de All Nippon Airways (ANA). Il y a encore des places libres et j’achète mon billet.  Je partirai demain à 14:35 par le vol ANA 1866

Mes notes de sont arrêtées ici.

 

Screenshot_2017-03-15-00-44-45

Mon billet de retour!

 

  

 

Add a comment

Fleurs- 6 janvier 2017

DSCN1005_1

 

Bonjour.

Même si la neige a fondu et s’il est possible de se déplacer à vélo, il fait vraiment trop froid pour aller se balader dans la  ville avec un appareil-photo. Je préfère chercher des images chez moi. Comme ce matin où, à force de les voir ces derniers jours, j’ai eu brusquement l’envie de photographier ces fleurs disposées sur l’étagère de mes ” lavabos”.

 

 

DSCN1015

 

La carte-postale, visible tout en bas à droite, montre une image que je considère comme un chef d’oeuvre du portrait photographique. Son auteur est Denis Hopper, acteur génial qui était aussi un très grand photographe,  et son modèle n’est autre que Andy Warhol. J’aime bien la correspondance, dûe au pur hasard, qui s’est établie entre les fleurs blanches du vase et celle du portrait. Un  genre de portrait  que je ne me lasse jamais de contempler, en enviant son auteur !

 

DSCN1008

 

 

 

 

Add a comment

Memories of the Past- 30 janvier 2017

 

AUTOPORTRAIT 07-04-2009 20.33.41

Autoportrait, Tokyo, années 80

 

 

Memories of the past are not memories of the facts but memories of your imaginings of the facts “.

Philip Roth ( The Facts, A Novelist’ s  Autobiography)


 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Quel affreux cirque !- 28 janvier 2017

44

Photo: New-Dehli,  1990

 

Disons les choses en clair. Le grand cirque Barnum vient d’annoncer qu’il allait replier à jamais son grand chapiteau…C’est bien triste!  Quant au nouveau cirque D.T qui vient de s’installer à Washington,  son spectacle quotidien  est désolant et profondement inquiétant. Le moment est venu pour le monde de garder son sang-froid et de maintenir une distance de sécurité  face à ce délire car c’en est un!  Un délire qui confirme l’adage selon lequel “ les peuples n’ont  que  les dirigeants qu’ils méritent !” .

Add a comment

Une fois de plus sous la neige!- 23 janvier 2017

 

DSCN0834

 

Bonjour!

Une fois de plus, une vague de froid a frappé le nord du Japon et nous sommes sous la neige.  Quelques images prises ce matin de l’intérieur de ma maison.

 

 

 

DSCN0841(1)_1

 

 

 

DSCN0829

 

 

 

DSCN0846_1

 

 

 

DSCN0867

 

Add a comment

22 janvier 2017

DSCN0772_2

 

 

DSCN0802

 

 

DSCN0793

 

 

DSCN0815

Add a comment

18 janvier 2017

DSCN0709

 

Bonjour!

J’ai profite du beau temps pour aller faire un tour a velo, apres trois jours d’immobilite forcee a cause de la neige.  Mes pas m’ont conduit dans un temple que j’aime assez,situe  pres du centre, et dont le batiment principal est surmonte par une grande sculpture un peu effrayante figurant un moine fameux.

Les jizos etaient fideles au rendez-vous, dans la neige.

 

 

DSCN0736

 

 

DSCN0760

 

 

Et j’ai aussi decouvert cette tombe d’un tres jeune lieutenant de vaisseau de la Marine imperiale, sorti de l’ecole d’officiers en 1942 et mort au combat une annee apres, dans le Sud Pacifique.

 

 

DSCN0750

 

Add a comment

A propos de M.Trump – 16 janvier 2017

Bonjour

Ci-dessous , deux courts extraits  d’une interview du grand sociologue Zygmunt Bauman à propos de Donald Trump, parue récemment dans l’hebdomadaire italien l ‘Espresso dont je suis un lecteur assidu en raison de la grande qualité  de ses informations.

L’imbroglione Trump è un veleno venduto come antidoto ai mali di oggi.

Il rischio è che i tradizionali meccanismi di tutela democratica vengono sostituti dall’agglutinamento in modelli autoritari.   

À bon entendeur salut!

DSCN5538_1

 

 

 

Add a comment

Sous la neige- 14 janvier 2017

DSCN0647_1_1_1

 

Bonjour  !

 

Ici, on est enfoui sous la neige depuis hier. Finis les deux-roues, vélo ou scooter, jusqu’à  la fin mars, ce qui n’ est pas drôle du tout pour les gens qui, comme moi, détestent  l’ immobilité forcée et l’ impossibilité de sortir de la ville pour aller dans la nature. Mais je prends mon mal en patience car dans un mois je m’envolerai pour Okinawa, comme je l’ai déjà fait ces deux dernières  années. Ouf!

 

DSCN0625

 

Ces derniers temps, la lecture des journaux japonais, sans parler de la tv,m’agace profondément, car on n’ y parle que de M.Trump, et c’est vraiment lassant au bout d’ un moment, étant donné que le débat vole très bas avec toujours les mêmes commentateurs prétendument “ éclairés” , comme une sauce mayonnaise qui ne prendrait jamais ! Une chose est claire en tout cas.  Le monde de la courtoisie, du respect de l’ autre et des gentlemen est bien révolu. Nous entrons maintenant dans celui des rustres égocentriques qui qualifient de  “désastre” tout ce que leurs prédécesseurs ont accompli,  sans faire autre chose que nous noyer sous un flot de paroles contradictoires et très malveillantes  qui évoquent beaucoup plus un show télévisé qu’ un débat politique sérieux et réfléchi. Basta! Et vive l’Europe!

 

DSCN0643

 

 

Add a comment

3 janvier 2017

dscn0473_2

 

Comme toujours durant le congé du ” Shogatsu” ( nouvel an, en japonais),  Niigata, comme toutes les autres  villes du Japon, est pareille à un désert. Cet après- midi, j’ai mis le nez dehors pour aller faire un tour  à vélo dans deux sanctuaires, le ” Inari Jinja” ( photo du dessus) près du port, et le ” Kanbara Jinja”. `A la différence du 1er Janvier, il n’y avait pas foule. J’ai donc surtout cherché des formes.

 

 

dscn0482

 

 

dscn0494_1

 

Les deux caractères chinois 根性 qui sont disposés de chaque côté de la porte du sanctuaire forment  ensemble le terme  ” konjo” qui signifie”  ” fermeté  d’esprit,  persévérance “.

 

 

dscn0501

 

 

dscn0533_1

 

 

dscn0565

 

 

dscn0568_1_1

Add a comment

Bonne annee, avec un tas d’images- 1er janvier 2017

Tout d’abord, une très bonne année du coq, selon le cycle du zodiaque  chinois  adopté par le Japon depuis des siècles.

 

dscn9928_1

 

Aujourd’hui, en sortant de chez moi, ma première tâche a été de trouver une image de coq. La chance aidant, j’y suis parvenu assez vite grâce à cette assiette de vieil Imari découverte dans la vitrine d’un antiquaire situé dans les arcades commerciales, tout près du sanctuaire shinto Hakusan,

J’avais  auparavant laissé mon vélo dans l’avenue Higashi-Bori  et traversé le sanctuaire shinto Shin Mei Gu , en saluant au passage mes amis les renards.

 

dscn9921

 

Le shinto est une religion polythéiste très ancienne que les monothéistes, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou juifs, considèrent comme paienne. Mais il a l’avantage par rapport à ces trois religions  d’être tolérant et de ne jamais vouloir imposer sa foi à quiconque par la force. Culte de la nature  sous toutes ses formes (et étranger aux interdits), il encourage  l’homme a vivre en parfaite harmonie  avec elle.

Ensuite, je suis allé au grand sanctuaire Hakusan. Il y avait foule, et la simple idée  de faire la queue pour accéder au sanctuaire principal  m’a révulsé. J’ai préféré chercher un endroit pour m’y mettre à l’affut avec mon Nikon et attendre qu’il se passe quelque chose. Et  comme les images qui suivent le montrent, il s’est passé un tas de choses. Gâce à cela , j’ai redécouvert une des règles de base de la ¨photo de rue  : trouver une scène, la cadrer, et attendre patiemment  l’arrivée des acteurs.

 

 

dscn0002

 

 

dscn0012

 

 

dscn0015

 

 

dscn0023

 

 

dscn0026

 

 

dscn0027

 

 

dscn0028

 

 

dscn0031

 

 

dscn0037

 

 

dscn0038

 

 

Et pour finir,  je me suis rendu au Konpira Jinja, le sanctuaire des marins.

 

 

dscn0053

 

En admirant comme toujours la simplicité des sanctuaires shinto au coeur desquels il y a uniquement un miroir, comme si son propos était de dire au visiteur: ¨ Connais toi toi-même!¨.

 

dscn0059_1

Add a comment

Lettre à une amie -31 décembre 2016

Bonsoir!

Ici au Japon, c’est huit heure moins dix-neuf. On sera en 2017  dans un peu plus de cinq heures. C’est sans aucun plaisir que j’aborderai  la nouvelle année, car le monde actuel me dégoûte et je le quitterai volontiers sans aucun regret.  Dans cet esprit , le texte d’une lettre que je viens d’adresser à une très chère amie, beaucoup plus jeune que moi mais avec qui l’électricité passe depuis toujours, car nous sommes des âmes soeurs, et dans laquelle j’explique les raisons pour  lesquelles je n’aime guère le 21ème siècle.

Bonjour!

Merci pour vos lignes qui comme toujours sont stimulantes parce qu’ elles invitent à la réflexion.

Oui, et malgré notre différence d’âge, je suis tout à fait d’accord avec vous:  l’ époque actuelle est fade et sans relief. J’ai beaucoup vécu, effectivement, et dans ma jeunesse j’ai ete élevé dans le culte des  héros ( une espèce qui tristement  n’ existe plus) qui a été remplacé par le culte des gens connus à la TV, comme si le monde se résumait seulement aux célébrités de la TV et aux autres, les simples téléspectateurs!  Même la politique est devenue un show ( Trump!). Quelle tristesse et quelle pauvreté intellectuelle, encouragées  par des mass-media sans  audace et trop complaisants à l’égard du pouvoir ( c’est tout particulièrement le cas au Japon ou il n’existe aucun grand quotidien d’opposition, à la différence de l’Europe).

Mais ce qui m’inquiète le plus c’est la montée du conformisme  et le recul de la réflexion et de l’esprit critique, contrairement  au temps de ma jeunesse profondément marquée par les guerres coloniales- Indochine et Algérie – et durant laquelle les intellectuels, les artistes, les étudiants et même les lycéens n’hésitaient  pas à descendre dans la rue pour protester contre les dérives autocratiques du système, en employant la violence si nécessaire.  Les gens de notre époque en revanche sont des moutons craintifs qui acceptent les idées toutes faites, en se les appropriant sans les remettre en question, uniquement préoccupés qu’ils sont  par leur  bien-être et leur pouvoir d’achat dans une société qui ne vit que pour consommer. L’internet encourage cette tendance  passive à ” l’abdication de la pensée personnelle “, et c’est très dangereux.

Car le probleme des réfugiés du moyen-orient et les ravages du  terrorisme aveugle  de daesh donnent des arguments de poids à l’extrême-droite et pourraient dans le pire des cas créer un terrain propice  à la naissance de régimes néo-fascistes  en Europe, beaucoup de  gens souhaitant des pouvoirs forts qui garantissent la sécurité de leur pays respectifs et leur homogénéité raciale.  Je ne vous souhaite pas de voir ça un jour!

Que faire devant tout cela ?  À mon avis. maintenir une distance de sécurité vis-à-vis de la société, bien choisir ses amis, et se dédier à sa passion en se foutant du reste!  Pour agir toutefois avec détermination et sans peur le moment venu, si l’occasion se présente de passer à l’action pour changer le monde. En maintenant son indépendance d’esprit et en se refusant à accepter une idée avant d’en avoir vérifié soi-même le bien-fondé!

1 comment

Images de Sado (5)

dscn9528_2_1

 

Bonsoir

Je continue a presenter dans ces pages les  moins mauvaises images que j’ai rapportees de l’Ile de Sado, apres un voyage d’une semaine avec mon ami photographe de Geneve. Comme ces photographies le montrent nous avons surtout visite des temples, a la recherche de sculptures de jizos et autres.

Le charme de Sado reside non seulement dans sa nature d’une diversite etonnante mais aussi dans sa culture , tres differente de celle du departement de Niigata, auquel l’ile est rattachee administrativement. Les racines de cette culture n’ont en effet rien a voir avec cette region puisqu’elles proviennent de la celle du Kansai, et tout particulierement de Kyoto.  L’Ile, depuis le 8eme siecle, etait en effet une terre d ‘exil a  laquelle la Cour imperiale de Kyoto, et plus tard les Shogouns, condamnaient les personnes qu’elles jugeaient indesirables. Exil temporaire ou parfois definitif, comme ce fut le cas de l’Empereur Juntoku, mort a Sado au 13eme siecle.  Le moine Nichiren, fondateur de la fameuse secte du meme nom, jugee dangeureuse par le Shogounat de Kamakura, y fut exile temporairement a la meme epoque. Comme Zeami, createur du Noh, au 14eme siecle. Plusieurs temples ont d’ailleurs ete construits a l’image de  temples de Kyoto dont ils portent  le nom orthographie en caracteres chinois, avec toutefois une lecture differente. C’est le cas notamment du 清水寺 dont le nom se lit ” Seisui-Ji” a Sado et ” Kiyomizu-Dera“ a Kyoto. Ou encore du 長谷寺、dont le nom  ” Chokoku-Ji”  a Sado et ” Hase-Dera” a Kyoto.  Les habitants de Sado sont tres fiers de leur identite cuturelle qui les distingue des autres habitants du departement. Le dialecte de Sado est d’ailleurs fortement marque par celui du Kansai, tout particulierement au niveau des intonations, a tel point qu’on les confond souvent avec des gens du Kansai lorsqu’ils sortent de leur ile.  Une dame originaire de Nara et vivant a Sado depuis de longues annees, qui travaillait dans l’hotel ou nous avons sejourne a Ryotsu,et  a laquelle j’avais demande : ” Vous n’avez pas eu trop de mal a vous habituer a la vie d’ici?”  m’ a repondu :”  S’habituer au climat a ete un peu difficile, mais sinon je me suis sentie tout de suite  a l’aise car  j’ai retrouve la meme culture que celle de ma region d’origine”.

 

 

dscn9403

 

 

 

dscn9539_1_1

 

 

dscn9822_1

 

 

dscn9397

Add a comment

Images de Sado (4)

 

 

 

dscn9184_1

 

 

dscn9187_1

 

&nbsp:

dscn9468

 

 

dscn9717

 

 

dscn9462

Add a comment

Images de Sado (3)

dscn9740

 
 
 

dscn9474

 
 
 

dscn9714

 
 
 

dscn9711

 
 
8nbsp;

dscn9715_1_1_1

 
 
 

dscn9708

 
 
 

Add a comment

Images de Sado (2)

dscn9563

 

La plage de lave de Shukunégi. Le petit village de Shukunégi, avec ses belles  maisons en bois  tassées les unes sur les autres et ses petites ruelles, dont l’origine remonte au début du 17ème siècle, mérite une visite, comme le cimetière  du Temple Shoko-ji, situé à côté du village ou l’on remcontre de nombreux jizos. Les tombes y sont fleuries toute l’année, en souvenir des 100 habitants qui perdirent la vie lors du grand  tremblement de terre qui frappa la région en 1802..

 

dscn9614

 

dscn9629

 

dscn9621

 

dscn9602

 

dscn9624

 

dscn9634

Add a comment

Images de Sado (1)

dscn9235_1_1

 

Le rocher Benten-Iwa sur la route  45 de Ryotsu à Futatsu-Gamé. La variété des paysages de Sado. dont certains semblent tout droit sortis d’une estampe japonaise , est incroyable. Il sufitt de faire deux ou trois kilomètres pour se retrouver dans un monde tout à fait différent de celui dans lequel on était quelques minutes avant.

 

dscn9424_1_1

 

Un autre rocher très curieux sur la même route.

 

 

dscn9075_1_1_2

 

Cet immense rocher,  le  Kazéjima Benten, dont on peut faire l’ascension par un chemin tortueux, se trouve quant à lui sur la même route 45, mais dans le sens contraire, en direction de Aka-Domari.  Le meilleur moyen de visiter Sado est de louer une voiture pour pouvoir rayonner à loisir dans l’île. Les routes sont très bien entretenues et agréables,  mais parfois un peu  périlleuses car très étroites sur les parcours en montagne, ou le seul voeu du conducteur est de ne pas rencontrer une voiture venant en sens inverse!

 

dscn9685_1_1

Sur la route de montagne 161, en direction du Temple Chokokuji.

Add a comment

Dans un jardin japonais- Oiwaké, Karuizawa ( été 2006)

J’ai retrouvé hier des plans vidéo que j’avais faits l’année dernière dans le jardin japonais de la résidence d’un ami de longue date, à Oiwaké, Karuizawa, et que j’avais laissés de côté, après les avoir visionnés. En les revoyant, j’ai eu l’idée de les coller ensemble  et je suis assez content du résultat. Je vais revenir prochainement à  mon voyage à Sado  dès que j’aurai fini une traduction que l’on vient de me confier récemment et qui presse assez ( au Japon tout presse toujours, spécialement  durant les dernières semaines de l’année!).

 

 

Et, en attendant Sado, une première image:

 

dscn9608

Add a comment

¨ Buri Matsuri, Washizaki, Île de Sado- 4 décembre 2016

 

Le ¨ kan  buri¨ ( sériole, en français) est un poisson d’hiver très apprécié au Japon.  On en pêche  beaucoup autour de l’ïle  de Sado en décembre , et le port de Washizaki, situé au nord- est à la pointe de l’île , organise chaque année un festival au cours duquel les poissons vivants  d’une taille assez impressionnante sont présentés au public dans des grands bassins d’eau où ils tournent en rond avec toute leur énergie. Certains sont choisis pour participer à une course de vitesse dans un grand bassin allongé, chaque poisson étant identifié par un ruban de couleur differente enroulé autour de sa queue, le tout dans une atmosphère de liesse populaire. Mais ces malheureux poissons ne se doutent évidemment pas qu’ils sont en train de vivre leurs derniers moments, puisqu”ils vont tous être capturés un à un par la suite et livrés immédiatement au couteau des poissonniers pour être débités en morceaux!  J”avoue que la vue de ce festival m’a laissé  une impression assez mitigée, car j’étais évidemment du côté des poissons !

 

Add a comment

Port de pêche de Sado- 9 décembre 2016

Bonsoir!

Je suis rentré  de Sado il y a quatre jours, après une semaine passée dans cette île avec un ami photographe de longue date que j’appellerai ici  P…. Nous avons passé chaque jour à photographier du matin jusqu’au soir, principalement dans des temples (il y en a 88 au total dans l’île et mon ami poursuit depuis plus de dix ans un travail de longue haleine sur le thème du Jizo)mais aussi en pleine nature, dans les petits villages en bord de mer et dans les ports. Je reviendrai prochainement plus en détail sur ce que nous avons vu dans cette ile merveilleuse par sa nature d’une diversité étonnante et sa culture qui en fait l’un des sanctuaires de l’ancien Japon, loin de la modernité  envahissante un peu partout ici, tant les choses vont toujours plus vite qu’ailleurs dans ce pays.

Aujourd’hui, deux vidéos que j’ai prises le matin du 9 décembre dans le port de pêche de Ryotsu, l’une sur le débarquement des poissons d’un bateau de pêche, et la seconde sur la vente des poissons. Bien que je sois pas l’homme des thèmes en photographie et en vidéo, elles me semblent illustrer assez bien celui des ” Hommes au travail”.

 

 

 

 

 

 

Add a comment

1er decembre 2016

dscn8967

 

Les ” koyo” ( litteralement les ” feuilles rougies d’automne ” ) du temple Myoko-ji, dont j’ai deja souvent parle. Ici, c’est deja le grand froid. Je partirai dans deux jours pour un voyage d’une semaine avec un ami photographe  pour l’Ile de Sado, situee a 90 km au large de Niigata. J’en reparlerai dans ces colonnes apres mon retour.E la nave va !

 

Add a comment

Qu’est ce qu’un Jizo?- 16 novembre 2016

 

 

 

dscn6921_1

 

 

 

 

Bonsoir!

J’ai souvent parlé du ¨Jizo¨ sur ce site et présenté des photos de ce petit personnage omniprésent au Japon. Sans toutefois expliquer vraiment sa nature.

Je vous propose aujourd’hui i ma traduction d’un récent article sur ce sujet paru dans les pages pour écoliers du quotidien Niigata Nippo. Les xplications faites aux enfants sont souvent beaucoup plus pertinentes que celles destinées aux adultes. Ce papier fait à mon avis très bien le point sur ce thème.

 

 

Le Jizo

Pourquoi Jizo est-il vénéré un peu partout au Japon ?

Le culte du Jizo s’est répandu avec l’arrivée du bouddhisme

C’est aussi le dieu protecteur des enfants

 

Est-ce qu’il y a des jizos près de chez vous ou sur le chemin de l’école? Certains sont représentés debout, d’autres assis.Beaucoup ont une expression très douce et portent un bonnet et une bavette.Pourquoi vénère-t-on ces jizos qui observent en silence notre existence?

À l’origine, le Jizo éait une sculpture de pierre représentant le “Jizo Bosatsu”, un être qui s’efforce d’atteindre l’illumination pour devenir un bouddha.Le culte du Jizo Bosatsu, introduit au Japon au 6ème siècle de notre ère avec le bouddhisme, s’est largement répandu dans notre pays et de nombreuses statues du Jizo ont été confectionnées un peu partout au Japon à l’époque d’Édo.Une grande partie des statues de jizos anciennes que l’on trouve à l’heure actuelle chez nous remontent à cette époque.      

“Le culte du Jizo repose sur la croyance selon laquelle,à la différence du Bouddha qui est très loin de nous dans l’au-delà, Jizo se manifeste dans notre monde pour nous sauver,tout en poursuivant sa quête de l’illumination.  Nombre de personnes s’adressent à Jizo pour lui demander de les aider face à des problemes auxquels les sciences modernes sont incapables de répondre”.C’est l’explication du Jizo donnée par M.Miyoichi Watanabé, président de l’Association des sculptures bouddhiques du département de Niigata.

Le Jizo a aussi une relation étroite avec les enfants. Autrefois, quand la médecine n’était pas encore très développée, de nombreux enfants mourraient emportés par des maladies.Les gens de l’époque croyaient que la mort prématurée de ces enfants, outre qu’elle affligeait leurs parents, les condamnait après leur disparition à être persécutés par les démons, faute d’avoir vécu assez longtemps pour pouvoir pratiquer le culte de leurs ancêtres. On pensait que le Jizo protégeait ces enfants des démons et leur permettait d’entrer dans le paradis du Bouddha.

Le fait que le Jizo porte souvent un bonnet et une bavette de couleur rouge s’expliquerait selon certains parce que la couleur rouge, (qui se dit ” aka” en japonais), outre qu’elle fait allusion au terme “akako” qui signifie “bébé”, protège aussi des démons. Elle exprimerait encore, selon d’autres,le voeu du Jizo de garantir aux bébés une croissance pleine de vitalité

Les enfants jouent un rôle important lors du festival des jizos qui se déroule chaque année le 23 juillet à Murakami. Les élèves de l’école primaire nettoyent de toutes leurs forces les petits sanctuaires de jizos de la ville, en faisant sonner une cloche et en chantonnant: “Jizo, gloire à toi. Apporte nous des gâteaux de riz plus vite que ça!”. Ils distribuent aussi des fuda ( petite carton représentant un pétale de fleur de lotus ) aux personnes venues faire des offrandes à Jizo.

On dit aussi que,bien avant l’arrivée du culte de Jizo au Japon, les gens avaient  coutume de vénérer la nature sous toutes ses formes,tout particulièrement les pierres qu’ils considéraient comme des dieux et auxquelles ils adressaient des suppliques.       

Les ” Amé Jizos” de Itakura bessho à Joetsu sont des jizos dont les gens ont l’habitude d’enduire la bouche de sucre japonais visqueux (amé), la croyance voulant que ces Jizos ont le pouvoir de favoriser la lactation des femmes après la parturition. Ils ont tous la bouche noire à force d’avoir été oints de sucre !  

 

dscn6945_2

 

 

 

 

Il existe aussi à Kashiwasaki un ” Satonamé Jizo” réputé soulager les maux de dents, et à Tokuwa, Sado, un “Miso Namé Jizo” dont on dit qu’il élimine les douleurs du corps si on l’enduit de miso. Et également à Sanjo un “Aburakaké Jizo” dont on affirme qu’il prend sur lui les vicissitudes des personnes si les victimes de ces maux l’oignent d’huile.
Pour sa part, le “Amagoi Jizo” de Sanwaku à Joetsu est réputé faire tomber la pluie les jours de sécheresse prolongée. Il suffit pour cela de le jeter dans les eaux de l’étang voisin !

Add a comment

Puzzles- Plage secrète – 13 novembre 2016

dscn8854_1_1

 

Hier je suis allé faire un tour sur la plage secrète, située entre Kakuda et Téradomari, dont j’ai déjà parlé plusieurs fois sur ce site. Le temps n’est malheureusement plus aux bains de soleil et de mer dans le plus simple appareil ( quand il n’y a personne d’autre, évidemment…) depuis le mois de septembre qui est marqué par l”arrivée des méduses ( les plus dangeureuses sont filiformes et de couleur violette, et provoquent des décharges électriques très fortes). Mais j”aime m”y promener encore, avant qu”il ne fasse trop froid, à la recherche des curieuses compositions que le hasard, aidé par le vent et les vagues, a créé avec les objets rejetés par la mer.

 

dscn8886_1_1

 

Ce trou ( fait par un crabe ?)  m’a semblé apporter un côté mystérieux  à l’image de ce gant de caoutchouc enfoui dans le sable et qui à elle seule  aurait été sans grand  intérêt.

 

 

 

dscn8894_1_1

 

Pour revenir aux récentes élections américaines, la victoire de Donald Trump constitue quand même un choc colossal pour les gens de ma génération !  Je suis heureux d’habiter au Japon très loin de tout cela, tout en estimant qu’il faut par fair-play lui donner une chance et le juger sur la base des résultats de la première année de son mandat, car les dés sont jetés sans possibilité de retour en arrière.

 

dscn8871_1_1

 

 

Add a comment

Par un jour de pluie – 11 novembre 2016

dscn8772_1

Add a comment

Give him a chance !- 10 novembre 2016

nyc17

 

En désignant Donald Trump comme prochain occupant de la Maison blanche, les Américains ont fait un choix stupéfiant auquel nul ne s’attendait tant aux États-Unis que dans le monde, à l’image de celui que les Britanniques ont effectué il y a quelques mois en votant Brexit contre toutes les prévisions. Ce résultat très choquant voire carrément traumatisant pour beaucoup ( c’est le cas au Japon où les gens s’ inquiètent maintenant pour l’ avenir de leurs relations avec l’Amérique) nous démontre une nouvelle fois que, qu’on le veuille ou non et qu’on les porte dans son coeur ou non, les États-Unis sont vraiment un pays où le mot “ impossible “  n’existe pas, comme ils l’avaient déjà  prouvé il y a 8 ans en élisant Barack Obama, leur premier président africain-américain.

Les jeux sont faits et Donald Trump deviendra donc le 45ème président des États-Unis  en janvier 2017. En invitant son pays et le monde entier à faire avec lui un saut dans l’inconnu tant le personnage est ambigu,  imprévisible  et à première vue très peu qualifié et mal préparé pour une telle charge. Un saut dans l’inconnu  pour le meilleur ou pour le pire ?  Who knows ?  Il faut laisser à Donald Trump le bénéfice  du doute à ce stade. À lui de faire ses preuves et de démontrer que la confiance qui vient de lui être accordée était justifiée. En d’autres termes comme le president Barack Obama et Hillary Clinton l’ont déclaré avec beaucoup de fair-play “ Give him a chance !” .

Add a comment

Shibata – 5 novembre 2016

dscn8643_1

 

Hier, je suis alle  jusqu’a Shibata en empruntant la nationale 7, qui est une quasi-autoroute a deux pistes  ( la vitesse limite est fixee a 70km/h mais la plupart des vehicules vont a plus de 80km/h  …), pour faire un tour au chateau qui est l’orgueil de cette petite ville. Le fief de Shibata, avec ceux de Nagaoka et de Murakami , et aussi partiellement celui de Aizu ( qui regnait en maitre sur le territoire voisin de l’actuel departement de Fukushima ), etait a l’epoque d’Edo l’un des centres du pouvoir local, infeode aux shoguns Tokugawa, sur le territoire de ce qui constitue maintenant le departement de Niigata. Son chateau, entierement detruit comme la plupart des autres au Japon a la fin du XIXe siecle sur l’ordre du gouvernement de Meiji, qui voulait par cette mesure effacer radicalement  tous les symboles de l’epoque feodale, a ete en partie reconstruit sur la base de photos prises avant la destruction, et en employant autant que possible des materiaux retrouves dans les ruines. Seules les fondations en pierre et les douves sont d’epoque.

 

dscn8627_1

Un ancien chemin de garde

 

dscn8589_2_2

La porte du chateau

 

 

Sur le parking du chateau. Un futur champion ? Ce petit garcon de 5 ans s’entrainait de toutes ses forces a la course de vitesse et au slalom sous la direction tres severe de sa mere. Il le faisait deja quand je suis arrive, et le faisait toujours une heure apres quand je suis reparti, visiblement avec beaucoup d’enthousiasme. Chapeau!

 

dscn8575_1_1_1

 

 

Add a comment

Jeu de couleurs – 2 novembre 2016

dscn8490_1

 

Pour une fois, il a fait beau. J’en ai profite pour aller faire des courses chez Yamaya, une chaine de magasins de Shiogama ( departement de Miyagi) qui, outre l’alcool, offre un tres bon choix de produits alimentaires etrangers, du couscous aux  pates italiennes, en passant par la choucroute, la charcuterie, les conserves, les confitures et les specialites d’Asie du SE. Yamaya, qui possede sa propre flotte de cargos et importe directement les produits de l’etranger grace a eux,  sans passer par le reseau de distribution japonais  traditionnel, propose des prix tres modiques qui defient la concurrence, notamment celle des grands magasins. En sortant de Yamaya, j’ai ete frappe par le jeu de couleurs des poteaux qui ponctuent le parking de l’immense centre commercial  ou se trouve ce magasin. En ayant l’impression pour un court instant de me retrouver sur une planete bizarre, ni japonaise ni non plus occidentale , un lieu fictif comme le Japon, pays du synchretisme  par excellence, a l’art d’en inventer.

 

dscn8447_1

 

Mais ces poteaux, dont chaque face est d’une couleur differente ont aussi evoque dans mon esprit  les installations de Daniel Buren, membre du defunt groupe BMPT. Pur hasard ?  Voire au contraire emprunt mimetique?  Je penche pour cette seconde hypothese. Une installation de poteaux colores de Daniel Buren se trouve en effet depuis plusieurs annees  aux pieds du Nikko Hotel de Niigata, dans le cadre du complexe architectural ” Toki Messe” qui fait fonction de palais des congres et centre d’expositons commerciales.

 

 

dscn8461_1

Add a comment

Toyosaka/ Tsukioka – 30 octobre 2016

dscn8433_1

 

 

 

dscn8366_1

 

 

 

dscn8384_1_1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Il fait de plus en plus froid! – 29 octobre 2016

dscn8332_2_1

 

Le temps des poeles et des kotatsu est de retour ! Comme toujours Cartouche, qui est aussi frileuse que moi, a deja retrouve l’une de ses places preferees en hiver…

Add a comment

Objets trouves ( Plage de Maki)- 27 0ctobre 2016

dscn8324_1

 

La plage de Maki, tout pres du Mont Kakuda, est l’un de mes lieux de promenade preferes quand je n’ai pas envie de rouler tres loin. J’aime l’arpenter a la recherche des objets rejetes par la mer, qu’il s’agisse de bouts de bois polis par les vagues ou au contraire  de choses de la vie courante souvent venues d’ailleurs. Comme ce recipient en plastique probablement  largue d’un bateau coreen et qui contenait visiblement un plat de salade a en juger par l’illustration. Il m’est meme arrive une fois de trouver des fragments d’une carte maritime russe. La Mer du Japon, a la difference de l’Ocean pacifique,  est en effet la porte du Japon sur le monde exterieur puisqu’elle fait face a la Coree et a la Russie d’Extreme-Orient ( Vladivostok est a une heure de Niigata en avion ).

 

dscn8238_2

 

Certains objets posent des enigmes. Comme cet arbre qui a visiblement navigue tres longtemps. Est-il japonais, coreen, russe, voire chinois?

 

 

dscn8322_1

 

Le hasard fait parfois tres bien les choses. Cette composition naturelle m’a fait penser a Paul Klee.

 

dscn8138

 

La- aussi, cette paire de sandales pose une question, ceci d’autant plus que la plage etait deserte. A-t-elle ete oubliee? Ou son proprietaire a-t-il disparu dans la mer?

 

 

Add a comment

Sur la route- 24 octobre 2016

dscn7996_1_1

 

Ce qui est deprimant quand on habite comme je le fais du cote de la Mer du Japon, c’est qu’on est oblige en hiver de faire une croix sur le velo et la moto jusqu’a l’arrivee du printemps. Raison pour laquelle je profite des dernieres belles journees pour m’envoler ailleurs. Comme je l’ai fait aujourd’hui en roulant de Niigata a Kameda, puis de la a Yasuda, et ensuite en  empruntant la route nationale 290 en direction de Shibata, pour prendre finalement le chemin du  retour via Tsukioka et Toyosaka, soit 90 km au  total.

A l’entree de Yasuda, je me suis arrete dans un petit restaurant de tonkatsu ( croquettes de porc) pour y dejeuner. La photo ci-dessus montre l’enseigne de l’endroit face a un ciel magnifique. Yasuda est une petite ville que je ne connais pas encore tres bien et ou l’on trouve plusieurs temples impressionnants et aussi des vieilles residences d’une grande elegance. J’espere pouvoir y retourner afin de l’explorer plus a loisir avant l’arrivee de l’hiver.

 

dscn8030_2_1_1_1_1

 

Entre Tsukioka et Toyosaka, une formidable  surprise: des cygnes en train de picorer dans une riziere. Ces grands oiseaux qui viennent de Siberie volent chaque annee en grand nombre jusqu’a  Niigata pour y passer tout l’hiver, plantant leur camp dans deux petits lacs, a Suibara et a Sagata,  et passant leur  journee dans les rizieres pour se nourrir des glanes de riz laissees par les moissons. Ils repartent generalement vers fin mars-debut avril avec  les jeunes cygnes nes ici durant leur sejour.  En les voyant, je repense toujours  a l’emerveillement que je ressentais encore enfant lorsque ma grand-mere maternelle, Cecile,  me lisait chaque soir un episode du ” Merveilleux voyage de Nils Holgersson” de Selma Legenlorf, dont les personnages, mis a part Nils, ne sont toutefois pas des cygnes mais des oies sauvages.  C’est sans doute cette lecture qui m’a donne tres tot le gout du voyage et des horizons  lointains.

 

dscn8082_1_2_3_1

Add a comment

La province bouge…- 21 octobre 2016

 

dscn7983_1_1

 

 

La recente election a Niigata d’un nouveau prefet, M. Ryuichi Yoneyama, medecin et concuremment avocat, et qui, avec l’appui de trois partis d’opposition dont le parti communiste, mais sans celui du parti democratique ( Minshinto), a defait a plate couture M. Kamiyo Mori, candidat officiel du parti gouvernemental, de l’establishment et des milieux economiques , est porteur d’espoir pour tous ceux ( plus de 40% des citoyens)  qui estiment  que l’actuel gouvernement de M.Shinzo Abe constitue un danger a long terme pour la democratie au Japon. Ceci en raison de ses methodes autocratiques , son refus de preter l’oreille a ceux qui sont opposes  a sa politique en matiere de defense, sa volonte de reviser radicalement la constitution et celle aussi de remettre en marche la plupart des centrales nucleaires  dont le fonctionnement a ete interrompu depuis l’incident de Fukushima. Il est interessant de souligner a ce propos  que le nouveau prefet de Niigata a ete elu avant tout en raison sa determination a s’opposer a  la remise en marche de la centrale nucleaire de Kashiwasaki , situee a 90 km de Niigata et  qui, avec un total de 7 reacteurs, est la plus importante du Japon.

 

 

dscn7909_1_1

 

 

 

dscn7967_1

Add a comment

Kamo- 19 octobre 2016

dscn7864_1_1_1

 

 

Add a comment

Au jardin botanique de Niitsu ( suite)- 16 octobre 2016

Encore quelques images prises hier dans ce lieu magique où je vais apaiser  de temps en temps  ma nostalgie des pays tropicaux  et de leurs sociétés multi-raciales si stimulantes par leur diversité et leur respect de la différence.

 

 

dscn7776_1_1

 

 

 

 

dscn7657_1

 

 

 

 

dscn7742

 

 

 

 

dscn7715

 

 

 

 

dscn7684_1_1-1

 

 

 

Add a comment

Au jardin botanique de Niitsu- 15 octobre 2016

dscn7690_1

 

 

 

Bien que la ville de Niitsu  n’existe plus formellement depuis quelques années, après avoir fusionné avec la ville de Niigata, qui gobe peu à peu les villes avoisinantes en effaçant  leur nom et et par la même occasion leur histoire propre  – ses détracteurs au Japon la suromment d”ailleurs  avec dérision   la ¨ville rizière ¨, car son territoire actuel  est  composé en grande  partie de terres agricoles qui s’étendent à l’infini- , je persiste a l’appeler Niitsu, car je l’aime mieux ainsi. L’un des centres d’intérêt de Niitsu est son musée des beaux-arts et son jardin botanique  qui sont situés dans un magnifique parc en dehors de la ville. Cet après-midi, je suis allé faire un tour  au Jardin botanique et tout particulièrement au Dome des plantes tropicales.

 

 

 

dscn7736_1_1

 

 

 

J’adore la végétation tropicale, découverte pour la première fois à Singapour et en Malaisie dans les années 70, et par la suite à la Martinique et dans les Iles Maurice et Rodrigues.Ses  formes souvent très sensuelles me fascinent. J’ai aussi l’impression en les voyant d’y retrouver toutes les bases du design moderne , tout particulièrement dans le monde des courbes et des structures géométriques.

 

 

 

dscn7709_1

 

 

 

Le Dome d’une hauteur de 30 mètres et d’une circonférence de 42 mètres, est le plus grand de son genre au Japon. ll abrite 550 variétés de plantes tropicales.

 

 

 

dscn7762

 

 

 

Les coordonnées du Jardin botanique;

 

Niigata Kenritsu Shokubutsuen   新潟県立植物園

186 Kanazau Akiha-ku Niigata 956-0845

956新潟市秋葉区金津186番町

Tel; 0250-24-6455

Heures d’ouverture; 9;30-16;30

Fermé le lundi

 

 

 

dscn7671_1

 

Add a comment

Nuttari – 13 octobre 2016

dscn7630_1_1_1

 

 

Le quartier de Nuttari a Niigata  est l’un des endroits ou mes pas me ramenent  toujours ,comme un assassin qui revient sur le lieu de son crime. Sans doute parce que son histoire est distincte de celle de Niigata, a laquelle elle est anterieure ( l’expression Nuttari, dont la variante est Numatari, assez  repandue au Japon, designe les lieux des premiers peuplements marques par la construction d’une forteresse en bois dans les marais )  et aussi parce qu’il y regne une atmosphere retro ( sans buildings anonymes et autres constructions pretendues modernes mais sans  ame et sans sensualite qui defigurent beaucoup  de villes japonaises de province) qui me rappelle celle du Japon decouvert pour la premiere fois en 1965. Nostalgie de temps meilleurs ? Peut-etre. Il y avait en ces temps-la tres peu d’etrangers et les gens, qui vivaient chichement, avaient le coeur sur la main… En outre la plupart de mes amis d’alors avaient  fait la guerre et connu ses horreurs…

 

 

dscn7604_11_1

.

 

 

Add a comment

Gyeongju – 12 Octobre 2016

Un personnage qui m’accompagne toujours depuis notre rencontre a Gyeonju, Republique de Coree vers le milieu des annees 80. Sa presence est apaisante et je ne peux pas m’en passer, comme celle de mon kris.

 

dscn7559

 

 

Add a comment

Bord de mer – 11 octobre 2016

dscn7536_1_1

 

 

dscn7530_1

 

 

dscn7529_1

Add a comment

Fleurs- 10 octobre 2016

dscn7480_1_1_2_1-1

 

 

Aujourd’hui, j’ai choisi comme sujet un bouquet de fleurs assez touffu placé dans l’entrée de notre maison, au dessous d’un poster de Ché Guevara. Les fleurs sont un sujet très difficile car le risque de produire avec elles des images d’un charme un peu mièvre est très grand, surtout si on les prend en  couleurs. Mon entrée est très sombre et j’ai réglé mon Nikon sur une sensibilité de 1600 ASA  sans aucune lumiere d’appoint.

 

 

dscn7475_1_1_1_2_1_1

 

 

 

dscn7468_1_1_1

Add a comment

Renards – 9 octobre 2016

dscn7388_1_1_1

 

 

 

Le mauvais temps ( la longue descente en direction de l’hiver a déjà commencé, avec des chutes brutales de température) et des tâches urgentes aidant, j’ai négligé mon Nikon ces derniers jours. Pour le reprendre aujourd’hui et aller faire un tour dans l’un de mes sanctuaires inari préférés. J’ai toujours du plaisir à retrouver ces  renards qui semblent à jamais figés dans le temps.

 

 

 

dscn7427

1 comment

Objets trouvés – 6 octobre 2016

dscn7361_1_1_1

 

Le typhon  est passé ce matin dans sa course vers le nord. en évitant le département de Niigata.  Il fait beau mais il y a beaucoup de vent. Aujourd’hui je me suis amusé à composer des natures mortes avec  deux  morceaux de racine rejetés par la mer  que j’avais ramassés  cet été  sur la plage secrète dont j’ai déjà  parlé dans ces pages autrefois. Ces objets  m’avaient frappé par leurs formes très  érotiques qui me paraissent symboliser  assez bien le ¨Yin¨et le ¨Yang¨. J”ai utilisé comme ¨studio¨ le bureau  du deuxième étage, en combinant la lumière de la  lampe  de table qui l’éclaire le soir et la lumière naturelle de la fenêtre devant laquelle il est placé , et aussi en réglant la sensibilite du Nikon sur 1600 ASA.

 

 

dscn7298_1_1_1

 

 

 

 

dscn7291_1_1_1

 

 

Add a comment

Divers- 5 octobre 2016

dscn7225_1_1

Il y a des jours comme celui-ci ou j’ai vraiment du mal a trouver des sujets, surtout quand le temps est gris et maussade. On annonce l’arrivee d’un nouveau typhon  pour demain matin aux premieres heures.

 

dscn7152

 

dscn7199_1_1_1

Add a comment

Route 290- 4 octobre 2016

dscn6622_1_1_1

Add a comment

Fukushima-gata- 3 decembre 2016

dscn7141_1

 

Aujourd’hui, par un temps couvert mais etonnamment chaud, je suis alle faire un tour au Lagon de Fukushima, situe a Toyosaka, a 29km de Niigata. C’est une reserve naturelle qui attire chaque annee un grand nombre et une grande variete d’oiseaux migrateurs. Un lieu  tres agreable  pour flaner  dans la nature en suivant des sentiers.

 

dscn7107_1_2_1

 

 

dscn7082_1

Add a comment

La profondeur de champ- 2 octobre 2016

Avec la diffusion generalisee de l’image digitale et la facilite qu’ont maintenant les gens de prendre des photos reussies ( sur le plan de la nettete et de l’exposition au moins !) avec un I-phone ou une tablette, nombre sont les personnes qui ignorent totalement les regles elementaires de la photographie, puisqu’il leur suffit de presser sur le declencheur de leur appareil pour ” photographier”. Et pourtant, connaitre ces regles est essentiel si l’on veut garder le controle sans laisser l’appareil prendre toutes les decisions, pour creer des images qui expriment une vision propre a leur auteur.

C’est le cas avant tout de la profondeur de champ qui varie en fonction de l’ouverture du diaphragme de l’objectif de l’appareil. On choisit une ouverture selon le sujet, soit pour obtenir une nettete  etendue a toute l’image, soit au contraire limitee a la zone que l’on veut accentuer, en laissant les autres floues.  Il faut evidemment disposer dans ce but d’un appareil photo qui permet le reglage des ouvertures. Celles-ci sont exprimees par un nombre precede de la lettre f. Plus le nombre est grand, plus l’ouverture est petite, et plus il est petit, plus l’ouverture est grande. Les grandes ouvertures telles que f1.4, f2, f2.8 donnent une profondeur de champ tres limitee , alors qu’avec les petites ouvertures telles que f8, f11, f16, f22,  la profondeur de champ s’etend de plus en plus. L’ouverture mediane  f5.6 est ideale pour le snap car elle procure une zone de nettete d’environ 2 a 3 metres de profondeur, en laissant le reste flou tant en premier plan qu’en arriere-plan.

Pour illustrer le principe de la profondeur de champ, je vous propose deux photos du meme sujet, prises il y a quelques jours, avec l’objectif de mon Nikon regle sur une grande ouverture ( f.2,8).

Il faut noter aussi que les bons objectifs donnent leur meilleure performance et de beaux  flous avec les grandes ouvertures. En revanche, tous les objectifs donnent pratiquement les memes resultats a partir de f8 et plus.

dscn7009_1_1_1

 

Dans cette photo, j’ai voulu mettre l’accent sur l’araignee et sa toile, en laissant flou le sujet du fond ( des jizos). J’ai donc mis au point sur l’araignee.

 

dscn7006_2

 

Dans cette seconde photo, j’ai voulu au contraire rendre les jizos nets, en mettant au point sur eux. Comme j’ai utilise une grande ouverture, la toile a disparu et l’araignee est devenue une forme floue et indefinie. Si j’avais choisi une petite ouverture (f8 ou plus), l’araignee, sa toile et les jizos auraient tous ete nets en donnant une photo decevante  car sans point de repere precis pour l’oeil du spectateur.

 

Add a comment

Route 290 – 1er octobre 2016

Aujourd’hui,le temps était tellement beau  que j’ai  refait avec mon Honda PCX le circuit que j’avais emprunté la semaine dernière -160 km de Niigata à Murakami et retour, par la route 290 à l’aller et la 335 au retour. Comme la dernière fois,  je me suis arrête à l’endroit sur la route 290  d’où l’on voit un pic montagneux tout au loin, pour y manger les sandwiches que j’avais achetés en cours de route à Toyosaka. Et c’est là que  j’ai revu l’arbre ( a gauche sur la photo ) déjà repéré avant  et  qui  curieusement, m’a fait  penser aujourd’hui à  un guerrier japonais médiéval. D’où ces photos – 2 variations sur un même thème- où l’arbre en question joue un rôle central.

D’abord en noir et blanc:

 

dscn7027_1_1_1_2

 

Et ensuite en ” vintage” ,  grâce au logiciel photo de ma tablette Asus:

 

dscn7027_1_1_1_1_1

 

 

 

 

Add a comment

La grenouille- 30 septembre 2016

Un grenouille minuscule rencontrée cet après-midi  lors d’une promenade dans un temple à 26 km de la ville.

 

 

dscn6943_1

Add a comment

En pensant à Java- 29 septembre 2016

I

dscn6874_1_1

 

Ici, la longue descente vers l’automne a commencé. Il fait froid et il pleut. Finis les T-shirts et  les sandales jusqu’à l’année prochaine, ce qui est bien triste !  Aujourd’hui, j’ai retrouvé un masque de topeng que j’avais acheté à Jogjakarta à la fin du siècle dernier (!), et il a fait ressurgir en moi un tas de souvenirs. Quelques images prises ce matin avec la complicité involontaire de Cartouche…Ce sont les 3 qui ont survécu aux 105 que j’ai faites.

 

 

dscn6832_1

 

 

dscn6882_1

Add a comment

Il pleut!- 28 septembre 2016

Il pleut a verse aujourd’hui!. Je me limite donc a cette image, que je viens de prendre de la fenetre du premier etage de ma maison.

 

dscn6783_1_1_1

 

Note de lecture:

” L’uomo è il solo animale che ride. E anche il solo che sa di dover morire. Quindi ridiamo per non passare la vita a piangere”.  Umberto Eco

Add a comment

Le mystérieux ¨visiteur¨ de ma salle de bain- 27 septembre 2016

dscn6698_1_1

 

 

Depuis plusieurs jours, il se passait des choses assez étranges dans ma salle de bain (” furoba” en japonais). Un matin,avant de prendre ma douche, je m’aperçus que le couvercle ajouré en aluminimum qui recouvre la bouche d’évacuation des eaux au pied de la baignoire avait disparu. Pour le retrouver sous la dernière où il semblait avoir été projeté avec beaucoup de force.  Au début, j’ai cru que la chose était dûe à un geste involontaire de notre part puisqu’au Japon on se lave toujours en dehors de la baignoire, assis sur un tabouret , avant d’entrer dans le bain. Mais comme cela se répéta  les jours suivants, et que je m’étais aussi rendu compte que l’un des deux savons posés à droite sur le rebord de la fenêtre, dans un récipient en plastique et enveloppé dans un sachet résillé, était lui-aussi, comme le couvercle,  chaque fois  déplacé  au même endroit, à gauche, j’en conclus que nous avions un visiteur nocturne qui empruntait la conduite des eaux usées. Ce soir-là, je décidai de bloquer le couvercle en posant sur lui deux ” bunshis”, des  barres en métal très pesantes  que l’on place  sur le papier japonais pour l’immobiliser quand on s’apprête à calligraphier. Peine perdue, comme je le découvris le lendemain! Les barres et le couvercle avaient été projetés dans toutes les directions et le savon se retrouvait une fois de plus à gauche, au même endroit  sur le rebord de la fenêtre. Il fallait donc penser à  autre chose  pour barrer le passage au ¨visiteur¨.

J’ai enfin trouvé la solution comme on le voit sur la photo.Tous les jours , je place sur le couvercle une vieille poêle à frire sur laquelle je pose un récipient en verre très lourd qui contient de l’alcool de prune ( ¨umé-shu¨ en japonais).  Depuis, plus aucune visite. Je n’ai jamais vu le ¨visiteur¨. Serait-ce un rat, voire un serpent ? Je l’ignore. Mais ce qui est sûr, en tout cas, c’est qu’il adore le savon, à en juger par les traces de dents (ou de  crocs?)  qu’il a laissées sur celui-ci!

 

Add a comment

Empreintes- 26 septembre 2016

De nouveau la grisaille d’un temps couvert, maussade et nuageux. Quelques images d’une promenade dans le port, autour d’une vieille halle aux poissons abandonnee.

dscn6768_2

 

 

 

dscn6756_1

 

 

 

dscn6774_1_1

Add a comment

Direction Murakami ( Routes 290 et 113) – 25 septembre 2016

dscn6597_2

 

 

 

dscn6611_2

 

 

 

dscn6659_1_1_3

Add a comment

Souvenirs de jeunesse- 24 septembre 2016

Cette obligation que je me suis donné, depuis le début de septembre, de photographier tous les jours, est pénible  mais aussi  très excitante. Je dois chaque fois faire un saut dans l’inconnu (Comme André Kertez , l’un de mes maîtres, je ne suis pas ¨l’homme des ¨thèmes¨, c’est-à-dire des gens qui, une fois qu’ils ont trouvé une idée fixe la poursuivent éternellement en faisant du ¨remplissage, alors qu’une seule photo très forte suffit pour symboliser un thème), en me demandant longuement¨ quel sujet choisir?¨.  C’est difficile mais au bout d’un moment la solution surgit tout à coup. Il est faux, comme je l’ai longtemps prétendu,  de se refuser à l’action, en proclamant ¨de toute façon, j’habite dans un endroit  de merde où il n’y a rien  à photographier ¨. Dans mon cas précis, Niigata est effectivement une ville de province banale et sans odeur,  comme il y en a des milliers au Japon,  avec en plus un climat détestable, sauf en été. Mais peu importe! On peut faire des images partout. Il suffit d’ouvrir les yeux, et si le sujet manque, de l’inventer.

Aujourd’hui, par un temps maussade et gris qui m’a retiré toute envie de sortir de la ville pour faire de la route et trouver  quelque chose de nouveau, j’ai redécouvert mon buste , à sa place habituelle dans le ¨tokonoma¨ de la grande pièce du rez-de-chaussée de ma maison. Je l’ai pris avec moi dans un rucksack, car il pèse très lourd, pour aller le photographier sur la petite place où ma rue, Ishizué-cho Dori , se finit devant  un pont.

 

dscn6528_1_1_1

 

 

Mon père, Jean-Daniel Guerry, était sculpteur  et j’ai le privilège, assez rare à notre époque,  de posséder un buste en bronze  qu’il a fait de moi alors que j’avais 18 ans. En plus d’un buste en plâtre me montrant à l’âge de 2 mois, malheureusement un peu abimé. En fait, mes parents se sont séparés très tôt , et je n’ai vraiment connu mon père qu’à l’âge de 18 ans, en prenant l’initiative d’aller le rencontrer.

 

 

dscn6529_1_1_1_1_1

 

 

Je lui en voulais beaucoup de m’avoir oublié  pendant si longtemps et d’avoir en plus négligé toutes ses  obligations vis-à-vis de moi et de ma mère.J’étais très mal disposé à son égard, décidé avant tout à lui demander des comptes et à lui dire son fait. Mais le personnage se révéla tellement fascinant que je tombai immédiatement sous son charme et oubliai tous mes griefs. Nous nous vîmes beaucoup depuis lors. Et un jour il me proposa de faire mon buste, ce que j’acceptai volontiers.

 

dscn6540_1_1_1_1_1_1_1

 

 

Cette rencontre tardive nous permit de rattraper le temps perdu et d’établir une relation cordiale et soutenue jusqu’à sa disparition, trop prématurée, à l’âge de 60 ans en 1971.

 

dscn6592_1_2_1

 

En revoyant ce buste, je m’imagine parfois, en plaisantant,  que, comme les anciens Romains, mes traits de 18 ans sont peut-être figés pour l’éternité…car le bronze est un matériau qui dure et résiste au temps et aux cataclysmes…Mais peu importe, de toute façon, car après moi, le déluge !

 

 

dscn6580_1_1_1

 

Pour revenir à la photographie, je n’ai jamais aimé la lumière artificielle et le travail en studio. La lumière du jour suffit pour qui sait l’utiliser! Cette conviction remonte à l’expérience très enrichissante que je fis, lorsque j’étais étudiant à Paris, en ayant la chance inespérée, grâce au bureau de placement universitaire, d’être embauché comme assistant et¨homme à tout faire¨, durant les vacances d’été, par un photographe de mode franco-britannique très fameux à l’époque, M.Blackwell, qui travaillait  pour ¨ Vogue¨ et qui aimait beaucoup photographier en extérieur .

 

 

dscn6589_2_1_2_1

 

Add a comment

Portraits de Jizos- 23 septembre 2016

dscn6426

 

 

 

dscn6424_1_1

 

 

 

dscn6412_1

 

 

 

dscn6416

 

 

 

dscn6422

 

 

 

dscn6419

Add a comment

Le Kriss- 22 septembre 2016

dscn6350_1_1_1_1

 

La pluie m’a retiré toute envie de sortir. J’ai étendu un T-shirt noir sur mon balcon pour photographier mon kriss à la lumière naturelle. C’est un vieux compagnon qui veille toujours à mon chevet depuis notre “rencontre” à Jogjakarta en 1991 ( lorsque je suis en voyage,une photo de lui le remplace!).  Le préposé aux kriss du Palais du sultan, que j’avais eu l’honneur de connaître grâce a mon ami, M. Setyoko Kanpi, lorsque je lui dis que j’avais acquis cette arme, me demanda de la lui montrer, convaincu qu’il était qu’un étranger ne pouvait pas faire un bon choix en la matière. Il faisait  déjà nuit.  Je  pris un cyclo-pousse pour aller chercher le kriss dans ma pension et le lui rapporter (il habitait dans l’enceinte du palais  Taman Sari). À  sa vue, son expression changea. L’ ayant pris dans les mains  avec beaucoup de respect, il l’eleva devant lui en s’inclinant, observa la lame et les décorations de la garde, et  me déclara:” Alors je retire ce que j’ai dit tout à l’heure. Vous avez vraiment eu de la chance.Ce  kriss est magnifique. Soyez toujours très prudent et  très respectueux avec lui, car il est très puissant.Et surtout ne buvez jamais d’alcool quand vous le prenez en main. car c’est une chose qu’il déteste au plus haut point!”. Ah que Java et son monde magique me manquent, sans oublier le sourire et la gentillesse des gens !

 

 

dscn6387_1_1

 

 

dscn6393_2_1

 

Add a comment

Port de Maki- 21 septembre 2016

dscn6291_1_2

 

 

dscn6265_2_1_1

 

 

dscn6250_3_2

 

Add a comment

Le café sous les rails et le chat- 20 septembre 2016

dscn6182_1_1_3

 

Le ” Coffee Club” , l’un de mes cafés préférés à Niigata. Il présente la particularité d’être installé sous les voies du Shinkansen ( le TGV japonais), et de posséder une petite terrasse vitrée. On y sert un très bon café, et aussi un ” morning set” succulent pour la modique somme de 420 yen.

 

dscn6176_1_2

 

Cartouche a une prédilection pour ce coin de fenêtre où elle aime  se poster  à côté de son copain, l’ours en peluche.

Ici, on est bon pour la pluie toute la semaine avec l’arrivée d’un nouveau typhon,

Finalement, la photographie, c’est comme le piano ou la moto. Il vaut mieux en faire  tous les jours pour conserver la main. Je poursuis cette série dans l’esprit d’un simple journal en images, sans la moindre prétention artistique.  J’y prends du plaisir  et c’est là l’essentiel.

 

Add a comment

Parc Hakusan- 19 septembre 2016

Par temps gris et pluvieux. Et avec le Nikon.

dscn6124-1024x768_1_1

 

 

dscn6152-1024x768_1

 

 

dscn6138-1024x768

Add a comment

Quelques images de Sakata (15-16 septembre 2016)

dscn6099_3_1

 

Rongé par l’ envie de faire de la route à loisir avec mon PCX, je suis allé  à Sakata avant-hier pour rentrer  le jour suivant.  353 kilomètres au total, en empruntant différentes routes à travers monts et vallées et moultes tunnels, et aussi le long du littoral.  Deux jours de beau temps, mis à part un  “skoll” rencontré à l’aller , à 30 minutes de Sakata. Trempé, je me suis réfugié sous un pont dans un petit port  en attendant que cela passe.  Le ciel s’était brusquement couvert  alors qu’ à deux kilomètres plus loin  il était d’un azur  resplendissant.

Grâce à ce court voyage, j’ai redécouvert mon Nikon Coolpix P7800 que j’avais tendance à négliger ces derniers temps, pris par la lubie de photographier seulement avec mon portable.  Le plaisir inégalable de découper l’espace avec un viseur, en gardant le contrôle,  sans laisser l’appareil tout décider lui-même !!! Inutile de préciser que j’y suis revenu pour de bon, sans pour autant faire une croix sur le portable, toujours utile ” au cas ou”  , et qui  en outre donne des résultats très honorables compte tenu de ses limites, comme je l’ai découvert ces dernières semaines. Quelques images capturées en cours de route et à Sakata.

 

dscn6012_1

 

dscn6025

 

Et également, des nuages…

 

dscn6001_1_1

 

dscn6006_1_1

 

dscn5996_1

 

Le sanctuaire des renards ( Inari Jinja), tout près du port de Sakata. Un endroit  magique  où mes pas me conduisent toujours à chaque visite.

 

dscn6090_2

 

dscn6086

 

dscn6093_2

 

 

Jeux d’ombres  à la grande porte  du sanctuaire Hiyori Yama, situé dans le parc du même nom campé  sur la colline qui domine le port de Sakata.

 

dscn6069_1

 

 

dscn6078_1

 

dscn6074_1

 

Et comme toujours le soir, dîner dans le vieux restaurant ” Kumura” dont j’ai déjà plusieurs fois parlé sur ce site autrefois et où l’on se sent si bien…

 

dscn6113_3

 

 

Add a comment

14 septembre 2016

p1000268_1

Add a comment

Par un temps maussade et minant- 13 septembre 2016

p1000255_1_1_2_1_1_1_1

 

 

 

 

p1000244_2_1_1

 

 

 

p1000238_1

Add a comment

L’araignée, les croix de bois et le ¨ sarusubéri¨- 12 septembre 2016

p1000299_1_1

 

 

p1000288_1_1_1-1

 

Il existe à Niigata, dans le recoin d’un grand cimetière bouddhique, un tout petit cimetière chrétien dont l’origine remonte au XIXe siècle. Le port de Niigata fut ouvert aux bateaux étrangers  en 1869, à la première année de l’époque Meiji (pour leur part, les ports de Yokohama, Kobé, Nagasaki et Hakodaté avaient déjà été ouverts au commerce étranger  dix ans plus tôt, en 1859 , à la fin de l’époque Tokugawa). Il y eut à cette époque une colonie étrangère  relativement importante à Niigata  et plusieurs consulats dont celui de la Suisse.  Actuellement, Niigata accueille  trois consulats, ceux de Chine, de République de Corée et de Russie.

 

p1000251_1_1

 

Le ¨ sarusubéri¨ dont le nom  signifie  ¨  la glissade des singes¨ est un arbre qui me fascine par sa beauté. Son tronc et ses branches sont dépouvus d’écorce et possèdent une surface très lisse, d’où sans doute le nom très amusant qu’on lui a donné. Ses branches sont torsadées  et quand il fleurit ( en été), c’est une merveille à contempler. J’en ai  aussi souvent  vu en Corée du Sud. La traduction de son nom donnée par mon dictionnaire  japonais –français ( Nouveau Petit Royal, Obunsha) est ¨ lagerstroemia¨.

 

p1000246_1_1_1

 

p1000241_1_1

Add a comment

Sur la route- 10 septembre 2016

p1000220_1_2

Add a comment

” Suivez les flèches” , le port – 9 septembre 2016

p1000228_1

 

Ces pancartes avec des flèches, qui figurent sur le mur d’une maison dans le quartier de Nuttari, m’intriguaient  depuis quelque temps, et j’ai décidé aujourd’hui d’aller les photographier. En y regardant de près, celle du haut indique la direction du cabinet d’un oculiste, M.Shirakashi. Celle du milieu vous mène à la clinique dentaire Kurinoki. Quant à  celle du bas, elle vous conduit dans un restaurant de sushi dénommé Sékai ( le monde!). Au Japon,  les maisons n’ ont pas de numéro et il est souvent difficile de les trouver sans avoir un plan à disposition. En outre, les Japonais, rendus  très dociles par un système éducatif  dont le leitmotiv est ” d’enfoncer tous les clous qui dépassent” , suivent instinctivement les flèches sans trop se poser de question…

À part çà, j’ai aussi fait un tour au port.

p1000211_1

 

Nombreux sont les bateaux étrangers qui, comme celui-ci, déchargent du bois pour alimenter la grande  usine de papier ” Hokuétsushi” située tout près de Nuttari. Les troncs, liés en radeaux, sont remorqués jusqu’à l’usine.  J’admire toujours la prouesse des ouvriers qui, pareils à des funambules, se déplaçent sur ces fragiles esquifs comme si de rien n’était, en réalisant que je serais sans doute  incapable de le faire sans tomber dans l’eau entre les troncs et être broyé par eux  !  Ce genre de scène  vous apprend le profond respect du travail manuel !!!

 

 

p1000210

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Le chat, le ¨ morning set¨, le jizo, l’escalier et la ¨maison poubelle¨- 9 septembre 2016

p1000186_3_1

 

Tous les matins, Cartouche, ma chatte, à  laquelle l’accès de la chambre à coucher  est interdit la nuit, se précipite sur mon futon dès que la porte est ouverte, pour affirmer son droit de l’occuper  quand bon lui semble!

 

p1000189_1

 

Ce matin, je suis allé au café ¨ Moulin¨ pour prendre leur ¨ morning set¨qui propose deux toasts, une petite salade et un oeuf dur pour la somme modique de 300 yen. J’en ai profité pour lire le journal. En première page, l’ouverture des Jeux Paralympiques  et la rencontre du premier ministre japonais et de la Présidente de la République de Corée qui sont convenus d’unir leurs efforts s’opposer par tous les moyens aux tirs de missiles répétés  de la Corée du Nord en direction du Japon.

 

p1000210_1_1_1_1

 

Un petit  ¨jizo¨rencontré en cours de route.

 

p1000215_1_1

 

Un escalier qui monte en direction de l’hôpital de la Faculté de médecine de Niigata. Le genre d’endroits où j’aime bien me mettre à l’affût en attendant qu’il se passe quelque chose.

 

p1000226_1_1_1

J’aime bien flâner sans but, car on a parfois la chance de faire des découvertes insolites, comme cette ¨maison poubelle¨ remplie d’ordures dans le quartier de Suido Cho. L’un des plus grands avantages de la photo digitale est sans doute le fait que l’on peut faire des images n’importe quand , même si le ciel et couvert et gris comme aujourd’hui, vu la très grande sensiblité  disponible.

La taille des images

Je trouvais mes images publiées jusqu’a présent sur ce site beaucoup trop petites, sans savoir comment faire pour y remédier. Agacé, j’ai finalement  découvert qu’il était possible de choisir différents formats ( mon site était réglé sur le plus petit !). On ne finit jamais d’apprendre !!!

Add a comment

Au bord de la riviere (7 septembre)

P1000191_1_1

 

 

P1000219_1

 

P1000180_1_1

 

Add a comment

Ombres et lumiere ( 6 septembre 2016)

 

P1000232_1_1

 

 

Sortir  chaque jour avec mon portable pour aller a la chasse de nouvelles images, que le coeur y soit ou non, est un tres bon exercice pour lutter contre la paresse, Celle-ci est  encouragee evidemment par une chaleur ecrasante et l’envie qu’elle me donne de rester a l’ombre. Les resultats sont  inegaux selon les jours, mais l’essentiel est de continuer pour voir jusqu’ou on peut aller avec un appareil photo aussi simple. Mon plaisir, apres la chasse, est de selectionner les moins mauvaises images en eliminant tout le reste,  et de les ameliorer avec le logiciel a cet effet de ma tablette Asus. C’est beaucoup moins fatigant que la chambre noire,il faut le reconnaitre, et tres ” pointu”!

 

 

P1000217_1_1_1

 

P1000224_1_1

 

P1000206_2

 

 

 

 

 

1 comment

Les lotus ( 5 septembre 2016)

 

 

Toujours avec mon portable, ces images prises ce matin dans le parc du sanctuaire shinto Haku-san , Niigata.

 

P1000165_3_1

 

 

P1000161_2

 

 

P1000154_1

 

 

 

P1000146_1_1_1

 

Et plus tard, en fin d’après-midi, au bord de la mer…

 

 

P1000183_1_1

 

Add a comment

3 septembre 2016

Je continue de  photographier avec mon vieux portable Panasonic  831 P. C’est assez frustrant étant donné que la  qualité de l’image est médiocre  et  que les  déchêts sont légions. Mais on peut quand même obtenir des choses si l’on persévère. J’aime bien le côté ¨ basse définition¨ de ces images imparfaites qui tranchent avec la netteté excessive de notre monde actuel où le nombre de pixels semble beaucoup plus  important que la façon de découper l’espace.  Quelques images qui ont survécu à l’élimination en ce jour du 3 septembre 2016.

 

P1000128_1_1_2

 

 

 

P1000111_1

 

 

P1000128_1

 

 

P1000114_2_1

 

 

P1000114_1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

La rivière – 1er septembre 2016

Une petite rivière très rafraîchissante ( je m’y serais volontiers plongé mais le courant était vraiment  trop fort  !) rencontrée hier à mi-chemin sur la route nationale 290 entre Shibata et Sékigawa Mura, un endroit assez fascinant par sa nature  et  son histoire, situé à 65 km de Niigata, et dont je reparlerai  dans ces pages, ayant l’intention d’y retourner prochainement pour photographier.

 

Add a comment

31 août 2016- Quelques images…

Bonjour!

Il fait tellement chaud ces derniers temps que je n’ai guère l’envie de prendre mon appareil-photo quand je vais me balader, mon seul désir  étant de trouver  des endroits à l’ombre dans la nature  pour bouquiner. Je m’en veux un peu de mon inactivité dans le domaine de l’image. mais je n’ai guère d’inspiration ces derniers temps, ceci d’autant plus que  je suis contraint à l’immobilité, faute de moyens pour partir au loin, ce qui est tres frustrant !

Une façon de de lutter contre cette paresse serait-elle  de découper l’espace avec mon vieux portable Panasonic 831P ?  Les  essais que j’ai faits aujourd’hui, en noir et blanc, me donnent l’envie de voir jusqu’où il est possible d’aller avec un outil aussi simple et limité dans ses performances, mais très compact puisqu’on peut le mettre dans la poche  :

 

P1000017

 

 

 

P1000013

 

 

P1000004_1_1_1_1

 

 

 

P1000015_1

 

 

 

Add a comment

Muno Takéji ( 8 août 2016)

 

Muno Takéji(武野武治), journaliste et militant pacifiste très fameux au Japon,vient de disparaître à l’âge de 101 ans.

Rongé par le remord  d’avoir collaboré durant la seconde guerre mondiale  avec une presse qui avait renoncé à son indépendance pour servir aveuglément les desseins des autorités militaires de l’époque, il avait quitté le grand quotidien Asahi Shimbun à la fin du conflit , pour militer en faveur du pacifisme et du respect de l’actuelle constitution, notamment dans le cadre d’un petit hebdomadaire, Taimatsu ( La Torche), qu’il publia lui-même de 1948 à 1978. Très critique de l’actuel gouvernement, il avait  déclaré ce qui suit à son propos,dans une interview faite l’année dernière:

” Le pacifisme actif ” dont M.Shinzo Abé se réclame toujours, c’est seulement des belles paroles. Avec sa nouvelle loi sur la sécurité, le premier ministre a en effet mis en place un système destiné à permettre un jour au Japon de faire la guerre.
Il faudrait que l’on entende beaucoup plus les voix de ceux qui sont opposés à cette dérive. Mais malheureusement les Japonais ont une attitude passive face au gouvernement,comme des petites hirondelles qui se contentent d’attendre dans leur nid que la mère hirondelle leur apporte à manger !”

Add a comment

Nice- L’horreur de la haine (16 juillet 2016)

Consternation, profonde tristesse et dégout. C’ est ce que j’ ai ressenti, à des milliers de kilomètres de l’Europe,  en apprenant  l’affreux carnage qui vient de se dérouler à Nice, peu de temps  après celui de Dacca. Notre monde est la cible de fous  furieux qui sont gouvernés par une haine  aveugle de nos valeurs et nos cultures , et décidés à  nous faire vivre sous le régime de la peur en nous démontrant qu’ ils sont capables de massacrer des innocents partout et n’ importe quand. Le défi est de taille et il convient de le relever en gardant toujours l ‘espoir de jours meilleurs même si la lutte sera longue et périlleuse.  Hier, j ‘ai repensé à Bob Marley, trop tôt disparu à l’âge  de 36 ans, et à l’ une de ses plus fameuses chansons, ” Get up, stand up for your right” dont les paroles me semblent  formuler parfaitement l’attitude qui doit être la nôtre dans cette lutte contre  le monde des ténèbres, notamment:

Get’ up, stand up for your right

Get’ up, stand up for your right, don’ t give up the fight

Life is your right

So we can’ t give up the fight !

 

 

Add a comment

Le Parti Libéral Démocrate ( PLD) et son allié, le Komeito, vainqueurs des élections au Sénat japonais- 11 juillet 2016

Les  élections au Sénat japonais (Sangi-in Gi-in) qui se sont déroulées durant le week-end dernier ont permis au Parti Libéral démocrate de M.Shinzo Abé et à son allié le Komeito ( qui, il est bon de le rappeler, est une émanation politique de la Secte Soka Gakkai), d’obtenir une nouvelle fois la majorité dans cette chambre, avec un total de 135 sièges sur 242, les partis d ‘opposition ayant récolté 97 sièges. Le premier ministre Abé à donc ainsi reçu un nouveau mandat du peuple pour poursuivre ses différents projets, dont notamment la révision radicale de la Constitution japonaise “imposée unilatéralement  “, selon ses propres  termes, par les Américains durant l’occupation du pays de 1945 à 1952.

On peut toutefois relativiser cette victoire au vu du taux de participation des électeurs qui n’a pas dépassé les 54,7% en moyenne dans tout le pays.

Et aussi noter que le Parti Libéral démocrate est sorti vaincu de ces élections à Okinawa, où sa candidate, Mme Aiko Shimajiri, ministre en charge de l’ Agence de développement de Hokkaido et Okinawa , a été battue à plate couture par M.Yo-ichi Iha, ancien maire de la ville de Ginowan et membre du mouvement ” All Okinawa “qui soutient le préfet Takeshi Onaga dans sa détermination à s’opposer par tous les moyens à la construction de la nouvelle base militaire américaine de Henoko. Une défaite d’autant plus cuisante pour le PLD que tous les députés d’Okinawa membres de ce parti ont précédemment perdu leurs sièges à la Chambre des représentants face aux candidats de” All Okinawa”. Les citoyens d’Okinawa viennent donc, une fois de plus, d’ exprimer clairement leur colère devant la façon arbitraire et arrogante avec laquelle le gouvernement japonais se comporte à leur égard. Ce dernier saura-t-il enfin comprendre que le moment est venu pour lui de leur prêter oreille et de tirer les conclusions qui s’ imposent ? Grand point d’interrogation !!!

Défaite écrasante aussi pour M.Abé dans les trois départements de Iwaté, Miyagi et Fukushima, victimes du grand tremblement de terre du Japon-Est en 2011, où tous les candidats PLD ont été éliminés. On peut sans doute y voir l’expression du ” ras-le bol ” des populations sinistrées de ces régions face aux mesures insuffisantes prises par le gouvernement actuel pour la reconstruction des lieux dévastés par le séisme, et l’obligation dans laquelle de très nombreuses personnes ( environ 19.000) se trouvent encore de vivre d’une manière très précaire dans les logements provisoires préfabriqués et loins de tout , en attendant la construction promise mais toujours attendue d’ habitations en dur. Là aussi, le message est clair. ..Et là aussi on peut se demander s’il sera entendu par un gouvernement qui a tendance à se considérer comme le seul porteur de la bonne parole, et à dénigrer systématiquement et méchamment ceux qui ont le malheur de le critiquer, tout particulièrement les membres de la presse tant japonaise qu’étrangère …

 

Add a comment

1er juin 2016

 

La décision des Britanniques de quitter l’Union européenne semble donner raison au Général de Gaulle qui, il y a bien longtemps de cela,  s’était toujours déclaré fermement opposé à la participation du Royaume-Uni à la construction de l’Europe, ce que j’avais trouvé choquant à l’époque, venant d’une personne que l’Angleterre avait généreusement accueilli pendant la dernière guerre en lui donnant les moyens de lutter pour la France libre. J’ai l’impression que les partisans de Brexit se sont jetés dans la bataille sans se rendre compte, faute d’un plan bien défini pour l’après, que leur décision allait produire un véritable marasme dans leur pays. J’ai du mal à comprendre aussi pourquoi Boris Johnson, qui est l’un des principaux responsables de Brexit, vient de se retirer du jeu, en déclarant qu’il n’avait pas l’intention de briguer le poste de premier ministre. Comme un général qui abandonne son commandement  en plein milieu d’une bataille. Shame on him!

 

Add a comment

Bavardage…(21 juin 2016)

Le titre exact du Soutra du Lotus gravé sur la pierre qui apparait dans cette vidéo est ” Namu Myoho Renge Kyo”.

Les élections à la Chambre Haute ( San Gi In) dont je parle également se dérouleront le 10 juillet prochain. Ces élections sont capitales  pour l’opposition qui est actuellement en minorité dans cette chambre, comme dans la Chambre  Basse ( Shu Gi In). Elles  auront d’ailleurs  deux particularités qui méritent d’être soulignées  car celles-ci  pourraient produire des résultats tout à fait inattendus… La première réside dans le fait  que trois partis d’opposition – le parti démocrate ( Minshin To), le parti socialiste et le parti de la vie ( Seikatsu no To) ont accepté de s’allier temporairement au parti communiste ( Kyosan To) pour faire front contre le parti libéral démocrate au pouvoir, en établissant une coopération étroite qui n’exclut pas  d’éventuels désistements en faveur des candidats les mieux placés de leurs partis respectifs. Et la seconde dans le fait  que 2,4 millions de nouveaux jeunes électeurs y participeront pour la première fois, l’àge minimal pour  le droit de  vote ayant récemment été abaissé à 18 ans ( curieusement, l’âge de la majorité  légale au Japon n’en demeure pas moins  fixé à 20 ans)…

 

 

 

Add a comment

A Rome, fais comme les Romains ! ( 26 mai 2016)

Bonjour.

J ‘avais évoqué il y a quelque temps  dans ces pages  le problème posé par deux écoliers syriens, réfugiés en Suisse alémanique, qui invoquaient les règles  de l’  Islam pour refuser de serrer la main de leur institutrice.

L’ école, dans un premier temps, avait cédé à leur demande. Par la suite, prise de doute sur la justesse de sa décision, elle s’était adressée aux autorités locales pour leur demander conseil. Ces autorités , appuyées par le gouvernement fédéral, ont décidé que les écoliers cités étaient tenus de serrer la main de leur enseignante, selon la coutume en vigueur dans les écoles en Suisse,  sous peine d’amende en cas de refus, comme il en ressort de l ‘article de ce jour de la BBC, dont le texte suit. Cette décision me paraît tout à fait justifiée, car quiconque souhaite refaire sa vie dans un nouveau pays est tenu de respecter ses règles et ses coutumes, selon l ‘adage bien connu ”  A Rome, fais comme les Romains!”  C’est à mon avis la moindre des politesses à l’égard des gens qui vous ont accueilli sans  avoir pour autant la moindre obligation de le faire …

 

Switzerland: Muslim students must shake teacher’s hand
25 May 2016

The pupils said that shaking hands with a woman who was not related to them would go against their religious beliefs

Muslim students in Switzerland must shake their teacher’s hand at the beginning and end of lessons, a regional authority has ruled.

A controversial exemption from the tradition had been granted for two teenage brothers whose interpretation of the Koran meant they were unwilling to touch a member of the opposite sex.If they continue to refuse, their parents could face a fine.

The regional authority said teachers “had the right” to demand handshakes.

Shaking teachers’ hands as a sign of respect is a longstanding tradition in Switzerland.

When it emerged last month that a middle school had allowed two Syrian brothers aged 14 and 15 to avoid the tradition due to their religious beliefs, it sparked a national controversy.The boys, whose father is an imam, said their faith did not allow them to shake hands with a woman who was not related to them.

Justice Minister Simonetta Sommaruga said on television that “shaking hands is part of our culture”.

There are about 350,000 Muslims in Switzerland, which has a population of eight million.

Some Swiss Muslim groups said there was no religious justification for refusing to shake a female teacher’s hand and urged the Swiss not to give in to extremist demands. But one Islamic organisation said a handshake between men and women was prohibited.

The family’s citizenship process was halted and the migration office in Basel said it was seeking more information about the circumstances under which the boys’ father’s asylum request was approved.
‘Relieved’

The school, in the small northern town of Therwil, had tried to find a compromise in the matter by deciding the boys should not shake hands with male or female teachers
Àfter considerable media attention, the school turned to regional authorities to settle the matter.

The authorities said in a statement on Wednesday that “the public interest concerning gender equality as well as integration of foreigners far outweighs that concerning the freedom of belief of students”.The school said it was “relieved” at the ruling and that there was now “clarity on how to proceed”.

In future, the parents or guardians of pupils in the northern canton of Basel-Country could face fines of up to 5,000 Swiss francs (£3,400; $5,000; 4,500 euros) if the pupils refuse to shake hands with a teacher.
The boys told Swiss media (in German) that “nobody could make them” shake hands with a woman, and that they “could not just delete their culture as if it were a hard drive”.

Add a comment

Okinawa- Une jeune femme assassinée par un ex-Marine

21 mai 2016

La police d’Okinawa à découvert il y a trois jours le cadavre d’une jeune femme de la ville de Uruma.Selon l’enquête en cours, il s’agit d’un meurtre commis par un ex-Marine employé dans une base militaire américaine . L’homme en question a été arrêté par la police et a reconnu les faits, des traces de DNA de la victime ayant été détectées dans sa voiture .

Cet horrible drame illustre une fois de plus la situation intenable créée par la trop forte concentration de bases militaires américaines à Okinawa et l’incapacité du gouvernement japonais de prendre les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité des habitants d’Okinawa en exigeant des autorités militaires américaines qu’elles assument pleinement la responsabilité de ces crimes et qu’elles mettent tout en œuvre pour les prévenir, ce qu’elles n’ont jamais fait jusqu’à présent…

Comme l’a laissé entendre le vice-préfet d’Okinawa au Commandant en chef des troupes américaines dans l’ île venu lui communiquer sa tristesse ( et non pas ses excuses!) au sujet du crime susmentionné, les Etats-Unis devraient se rendre compte que la colère des habitants d’Okinawa est à son paroxysme et qu’elle pourrait un jour amener le préfet Onaga à exiger le fermeture pure et simple de toutes les bases américaines si rien n’est fait du côté américain pour améliorer la situation.

Add a comment

Le concours de chant des coqs, Yahiko Jinja- 5 mai 2016

 

Hier, j’ai roulé jusqu à Yahiko, à 30 km de Niigata, pour aller assister à la deuxième journée du fameux concours de chant des coqs qui se déroule chaque année durant la première semaine de mai ( appelée ici la “Golden Week “car elle comporte trois jours fériés qui permettent aux gens de faire le pont pour prendre une semaine de vacances) au grand sanctuaire shinto Yahiko Jinja. Le temps était au beau malgré des rafales de vent d’une extrême violence, tout particulièrement le long de la côte et des étendues plates des rizières. En cours de route, je me suis arrêté dans un “konbini” pour boire un cafe latte. Le vent était devenu tellement fort qu’il fallait se plier en deux pour marcher. Je me suis demandé un moment si ça valait vraiment la peine de continuer jusqu’à Yahiko, imaginant mal les coqs pouvoir chanter dans la bourrasque. Mais finalement, je repris la route et arrivai à bon port vingt minutes avant le début du concours.

Malgré mes craintes et malgré le vent, les coqs étaient fidèles au rendez-vous ( voir ma vidéo ci-dessous). Le concours se déroule devant un petit pavillon situé au pied du chemin qui monte en direction de l’une des entrées du sanctuaire et que l’on trouve en venant du parking. Les coqs sont amenés deux par deux et placés chacun sur un grand tabouret. Le maître des cérémonies ( l’homme à lunettes muni de deux chronomètres dans les mains que l’on voit fréquemment dans la vidéo) attend qu’ ils chantent et s’ils ne s’exécutent pas spontanément, les incite à le faire en s’ approchant d’eux, levant les mains et les fixant dans les yeux. Certains coqs n’en veulent rien savoir et n’ ouvrent pas le bec. D’autres se mettent à chanter. Ils doivent pour être qualifiés chanter plus de 23 secondes, un record qui n’a malheureusement pas été atteint hier, les rafales de vent effrayant les animaux et les empêchant de se concentrer.

 

 

J’ai retrouvé dans mes archives cette photo du concours prise en 1997 dans le cadre de la série de reportages que j’avais faits durant une année à travers le Japon pour le compte de l’hebdomadaire Shukan Shincho. Le jeune homme à lunettes, les bras croisés, que l’on voit à droite, est sans doute la même personne que le maître des cérémonies qui apparaît dans la vidéo. La photographie est vraiment le témoin du temps qui passe!

 

nr_17-1_1

 

Le sanctuaire Yahiko Jinja est situé dans une très belle forêt au pied du Mt Yahiko qui jouxte le Mt Kakuda. Très ancien- son nom est mentionné dans le “Manyoshu” ( Recueil des dix mille feuilles), le premier ouvrage de poésie en langue japonaise, compilé au VIIIe siècle -c’ est l’un des hauts lieux du shinto de la région nord du pays , côté Mer du Japon, également fameux pour ses manifestations culturelles, notamment dans le domaine de la musique et danse traditionnelle kagura. Il accueille aussi des tournois de sumo.

Add a comment

Promenade dans un cimetière, Temple Myoko-ji- 26 avril 2016

 

DSCN5892

 

Il fait toujours assez frais, surtout le soir, mais les journées ensoleillées sont  maintenant plus nombreuses. Depuis mon retour de Okinawa, j’ai retrouvé avec  plaisir mon ¨ cheval à moteur¨, le Honda PCX, avec lequel je fais des balades  en dehors de la ville, surtout en direction du MtKakuda dont j’ai déjà souvent parlé sur ce site et qui se trouve à environ 22 km. Hier, je me suis promené assez longuement dans le cimetière du Temple Myoko-ji, situé au flanc de cette petite montagne  et qui comporte de nombreuses tombes très anciennes taillées dans la pierre,  dont les formes douces et  très élégantes  contrastent avec la laideur clinquante des tombes modernes en marbre  et aux angles aigus.

La photo du haut montre le détail de la tombe  d’un moine du temple à l’époque de Édo. Loin d’être un monstre, l’animal couché sous la stèle est  un bélier à en juger par ses cornes.  Je me promène depuis longtemps dans les cimetières mais c’est la première fois que j’ai vu ça. Le déclic a été d’autant plus fort que mon signe est celui du bélier et que ce petit personnage semblait m’envoyer des ondes pour que je découvre sa présence.

Ci-après, d’autres images  pêchées hier. Je commence enfin à comprendre que certains sujets sont faits pour la couleur…

 

 

 

DSCN5718

 

 

DSCN5720

 

 

 

DSCN5726

 

 

 

DSCN5717

 

 

 

DSCN5715

 

 

 

DSCN5787

 

 

 

DSCN5731

 

 

 

DSCN5714

 

 

DSCN5737

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Tremblement de terre de Kyushu- 20 avril 2016

 

Les régions de Kumamoto et Oita à Kyushu, frappées par un grand tremblement de terre depuis le 14 avril dernier, subissent toujours des secousses telluriques quotidiennes d’une très grande ampleur.

Plus de 100.000 personnes ont abandonné leurs maisons pour se réfugier dans des centres d’accueil improvisés dans des édifices publics et des écoles , ceci sans véritable confort, puisque les gens dorment tous ensemble les uns à côté des autres, enveloppés dans des couvertures . La situation est particulièrement pénible pour les personnes âgées qui souffrent de cette promiscuité et ont du mal à trouver le sommeil. D’ autres personnes – elles seraient plus de 10.000- ont préféré eviter les centres d’accueil, soit parce qu’elles sont soucieuses de protéger leur vie privée ou qu’ elles ne veulent pas se séparer de leurs animaux de compagnie, et passer la nuit dans leurs voitures sur les parkings. Une solution qui n’est pas sans danger car plusieurs d’entre elles ont déjà été victimes du ” syndrome de la classe économique” , une affection résultant d’une station prolongée dans un espace exigu et d’un manque d’ exercice, et qui dans le pire des cas peut provoquer la mort par embolie pulmonaire.

Les secours semblent bien organisés et des milliers de pompiers, membres des forces d’auto-défense et policiers recherchent inlassablement 24 heures sur 24 les personnes qui ont disparu dans les glissements de terrains. Le nombre de morts se monte à 47 à l’heure actuelle et celui des blessés à 1168.

Le plus grand problème est celui du ravitailement en eau et en vivres, l’infrastructure routière ayant été gravement endommagée et le transport par camions prenant trois fois plus de temps que d’habitude. Le concours des forces armées permet d’y remédier en partie.

Comme toujours au Japon, les gens affrontent ces vicissitudes avec dignité et calme, et la solidarité témoignée à l échelle nationale par l’aide concrète et spontanée des autres départements et des NGO est remarquable. Seul pont noir au tableau: celui des voleurs qui s’aventurent dans les demeures abandonnées ( il y aurait déjà eu plusieurs cas d’  effractions). 

Ce terrible séisme confirme une fois de plus qu’aucun endroit au Japon n’est à l’abri des tremblements de terre, à l’exemple de l’Indonésie et des Philippines.
.

Add a comment

Lettre a une amie ( extrait)- 6 avril 2016

DSCN5140
(  Vue de la fenetre de ma chambre, Naha)

Chere C…

Bonjour. Je reponds enfin a votre dernier message  que j ‘ai recu a Naha  ou j ‘etais sans internet.

J’espere que votre operation de la hanche s’ est bien passee. J’ai le meme probleme, du cote droit, mais j ‘essaie de prendre mon mal en patience, en faisant des exercices et en bougeant le plus possible. Je n’ai pour l’instant aucune envie d’envisager une operation. J’ai en effet un probleme avec les medecins japonais qui, s’ils sont tres cales sur le plan technique, attachent peu d’importance aux relations humaines avec leur patient. Ils vous recoivent pour quelques minutes et vous parlent sans vous regarder, les yeux constamment  fixes sur l’ecran  de leur ordinateur. On a l’ impression d’etre face a des robots sans ames et je nai pas envie de subir une operation aussi delicate  aux mains d’un chirurgien anonyme ! Il y a evidemment des exceptions mais elles sont rares.

En outre, un professeur de la Faculte de medecine de l’une des grandes universites de Tokyo est en train de poursuivre une recherche sur le traitement de l’arthrose de la hanche sans operation mais par injection d’une culture de cellules de cartilage. Il a deja obtenu des resultats encourageants en soignant de cette facon  des athletes atteints de cette maladie et je serais plus tente de ce cote-la.

Oui, la vieillesse est un naufrage, comme de Gaulle l’ a dit. Naufrage ou decheance, le resultat est le meme, car tel est notre sort a tous !

Pardon mais  j ‘insiste sur l’idee du retrecissement , car quand on est jeune on peut faire des plans sur la comete, etant donne qu’on se fiche de la mort, alors qu’a nos ages,  on y pense souvent, et il est difficile d’envisager un avenir lointain. Un jeune medecin russe, rencontre la semaine derniere, avec lequel j’ai eu un echange tres enrichissant, etonne d’apprendre que j’allais prochainement  avoir 73 ans, alors qu’il m’en donnait 60, m’a dit: ” Oh ne vous en faites pas, vous vivrez encore au moins 5 ans!”.  Je dois vous avouer que ca m’a fait un choc !  Mais passons…

1 comment

Lettre a un ami (2)

 DSCN5549
Salut!

En relisant le message que je t’ai envoye tout a l’heure en reponse au tien, je le trouve beaucoup trop modere. Comme tu le sais, je hais le racisme, en essayant toujours d’etre du cote de ceux qui en sont victimes. Mais les deux ecoliers musulmans de cette ecole en Suisse alemanique qui invoquent leur religion pour refuser de serrer la main de leur institutrice , outre qu’ils sont completement cons, ont aussi oublie le plus important. C’est qu’ils sont sans doute, comme les GIs americains a Okinawa, des ” uninvited guests”, c’est-a dire des gens qui se sont etablis dans un pays etranger sans etre expressement invites a le faire. On pourrait donc s’attendre a plus de retenue de leur part.

A mon avis, ils n’ont qu’un choix: ou se plier a nos coutumes, dans l’esprit de l’adage ” A Rome, fais comme les Romains” , ou foutre le camp!  Car en Europe la religion est avant tout une affaire privee qui ne doit en aucun exercer une influence sur  les regles de la societe civile, selon le principe de la laicite,  point final !

Nietzsche a ecrit que  le propos des religions monotheistes etait de faire de l’homme un mouton stupide soumis a la volonte du maitre du troupeau…Cette triste affaire semble lui donner raison!

Quel monde de cons vraiment!

Il faut l’ ignorer et profiter a plein du peu de temps qui nous est imparti  pour jouir du plaisir de la nature, que ca soit a pied, a velo, a moto , a cheval ,en bateau ou en avion !!!

See you.

JF

Add a comment

Bonjour de Naha- Le mot de la fin (26 mars 2016)

 

 

RSCN4879_1_1

 

26 mars

Finalement, j’ai fui l’hiver à Naha pendant un mois pour le retrouver une nouvelle fois à Niigata, malgré quelques belles journees ensoleillées,oh combien trompeuses!, après mon retour…Avalanche de giboulées avant-hier et une nouvelle fois hier matin…La température maximale de ce jour est de 9 degrés ,il faut toujours porter des vêtements d’hiver et mettre le chauffage a la maison …J’attends avec impatience l’arrivée du printemps!

Je conclus cette chronique en parlant des endroits que j’aime tout particulièrement à Naha.Tout d’abord les parcs. Il y en a un peu partout et on a vraiment l’embarras du choix, des plus petits aux plus vastes.

Mon préféré est le petit parc situé sur une éminence derrière le temple Gokoku-ji ( qui jouxte le sanctuaire Umi no Ué Miya, à Kumé), pour sa végétation semi-tropicale, notamment une serie de “gajuma-maru” ( arbre dont les branches produisent des racines qui pendent en direction du sol pour finalement s’y enfoncer avec le temps,et dont l’on dit qu’ils sont hantés par des esprits). L’observatoire situé à son sommet offre une vue plongeante sur le port de Tomari. On y accède en empruntant l’entrée du monument aux morts du Tsushima Maru, un navire de commerce qui transportait plusieurs milliers de civils et fut torpillé par un sous-marin américain vers la fin de la guerre. En ressortant de ce parc, j’aime bien faire un tour au temple de Lao Tzeu et de la déesse chinoise des navigateurs qui se trouve juste à coté, en tournant à gauche à la sortie.

 

 

DSCN5212

Le Onoyama Koen, situé sur la rive droite ( en regardant de la mer) de la rivière Kokujo Gawa, est aussi un endroit que j’apprécie particulierement par beau temps pour aller y lire.C’est là que j’ai assisté au concert dont j’ai parlé avant .

Le Manko Koen, qui se trouve sur l’autre rive, est également à recommander à ceux qui aiment la marche ou le vélo, car il permet de longer assez longtemps la rivière ,soit en empruntant la piste cyclable, voire la piste de jogging en terre battue.

Et évidemment aussi le Fukushu-En, un jardin chinois offert à la ville de Naha par la province chinoise de Fujian (Fukien), en souvenir des relations très étroites qui furent les leurs tout au long de l’histoire du Royaume des Ryukyus. La plupart des immigrants chinois à Okinawa durant cette période étaient en effet originaires de cette province et ils habitaient tous à Kumé-mura, actuel quartier de Kumé. C’est la raison pour laquelle ce quartier possède aussi un temple de Confucius (dont j’avais parlé dans ma ” Chronique de Naha” de l’année dernière).

Le Wakasa Kaihin Koen, situé au bord de la mer,à côté de la petite plage Nami no Ué,est aussi un lieu agréable pour flâner, notamment en fin d’après-midi, juste avant le coucher du soleil.

 

 

DSCN4976_1

 

 

 

Un autre parc qui me plaît particulièrement est le Midori ga Oka Koen situé tout au bout, à droite, de la rue Paradise Dori à Miébashi. J’aime tout spécialement sa construction en pierre, rappelant celle des “gusuku” ( chateau) d’Okinawa, avec leurs remparts en courbe.

Outre Kumé et Wakasa, où j’aime me promener dans les petites rues, mes quartiers préférés sont ceux de Tsuboya-machi ( quartier des céramistes) et de Sakura-zaka (quartier des bars populaires) dont les ruelles escarpées et sinueuses réservent toujours des découvertes.

 

 

RSCN4500_1_1_1

 

Je ne suis pas un “fan” de la Kokusai Dori, quartier des touristes aux mille échoppes de souvenirs, mais j’aime bien en revanche ses rues adjacentes, des deux côtés. Je recommande toutefois le Starbucks situé a l’angle de cette avenue, à gauche, en venant de la station de monorail de Miébashi, aux personnes qui n’ont pas de connexion internet là où elles logent.Il est très couru et souvent envahi par des hordes de touristes (dont les plus bruyants sont presque toujours les chinois, à la différence des gens de Taiwan et de Hong-Kong qui,eux, sont beaucoup plus respectueux de l’autre…).Le personnel est cordial et la petite terrasse très plaisante.

Le Marché central (Kosetsu Ichiba), auquel on accède de la Kokusai Dori en prenant la Mutsumi Bashi Dori, mérite aussi une visite. C’est vraiment le monde des souks,avec des petites boutiques qui outre les fruits de mer et la viande,proposent tout un choix de produits locaux à des prix plus avantageux que ceux des marchands de souvenirs de la Kokusai Dori.Ce marché est un véritable labyrinthe dans lequel il est assez facile de se perdre si l’on n’a pas le sens inné de l’orientation!

Le petit marché de Asato ( on y parvient par la station de monorail du meme nom) est également un endroit à recommander aux personnes nostalgiques,car on a vraiment l’impression d’y remonter dans le temps,tant il est vétuste ( pour ne pas dire croulant!) et miraculeusement encore sur pieds ( mais on peut se demander jusqu’a quand?). On y trouve aussi  quelques gargotes assez amusantes, fréquentées surtout par les gens du quartier.

 

 

DSCN4669_1_1

 

 

 

 

 

J’ajouterai finalement à cette liste le château de Shuri, résidence des rois des Ryukyus jusqu’à l’annexion du pays par le Japon,le Tama U-dung, cénotaphe de la famille royale, dont j’avais parlé l’année derniere, et aussi le Jardin royal Shikina-en que j’ai découvert cette année, ainsi que le cimetière situé dans la même région.

Le Musée municipal d’histoire ( Naha Rekishi Hakubutsukan) situé dans l’immeuble Palette, qui abrite aussi le grand-magazin Ryubo, propose des petites expositions temporaires généralement assez interessantes.

Je recommande également une visite au Musée départemental d’histoire et des beaux-arts d’Okinawa ( Okinawa Kenritsu Rekishi Hakubutsu-Kan- Bijutsukan), situé à Omoromachi ( descendre a la gare de monorail du même nom), à ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire des Ryukyus.

Il existe plusieurs galeries d’art à Naha, mais je ne les connais pas encore.C’est un domaine que j’aimerais explorer lors d’un prochain séjour.

Se déplacer à Naha à vélo est très pratique, mais il faut être prudent si l’on roule en dehors des trottoirs, tout particulièrement dans les intersections dépourvues de feux, car les automobilistes et les deux-roues motorisés roulent vite et ne sont guère habitués aux bicyclettes. Attention aussi aux taxis qui,comme c’est souvent le cas au Japon, sont assez agressifs à l’égard des vélos qui, à leurs yeux,  encombrent visiblement la chaussée !

 

 

DSCN4706_1

 

Add a comment

Lettre a un ami- 24 mars 2016

DSCN4945

Bonsoir!

Cette fois-ci a Bruxelles… La prochaine fois ou?  Ca me donne la nausee!

A mon avis, le seul moyen de  faire baisser le risque de ces attaques qui dans l’etat actuel des choses  peuvent arriver n’importe ou et n’importe quand, serait pour les pays occidentaux de faire appel a la criminalite organisee- mafia, camorra, ’ndgrandheta, sacra corona unita, yakuza, mafia russe et autres – pour solliciter leur concours afin d’augmenter les chances de pouvoir localiser a l’avance les elements  dangereux et les neutraliser. Ces organisations  criminelles sont en effet presentes partout, elles sont  tres bien informees,  controlent le trafic illicite des armes et detestent par nature  les extremistes de tout bord.

L’histoire montre que, dans le pire des cas, il est judicieux d’oublier ses haines pour s’allier temporairement avec un ennemi afin d’en defaire un autre beaucoup plus dangereux. Apres tout, la criminalite organisee a un code d’honneur, une chose  qui fait tristement defaut dans nos societes permissives, et elle n’a guere de gout pour la violence non justifiee en dehors de  ses lois de l’omerta, a la difference des fous de daesh qui tuent toujours tres cruellement des gens sans defense, veulent nous ramener aux temps de l’obscurite et ravalent les femmes au rang de betail.

Tout cela pour dire que le monde actuel me degoute, que je suis un yakuza de coeur, et que je n’aurai aucun regret a le quitter quand le temps viendra de le faire! Basta!

Bonne fin de semaine!

Add a comment

Bonjour de Naha

15 fevrier   Levé à 7h00. Après m’être fait un cafe et avoir pris  une douche, je me prépare à partir pour l’aéroport d’ou, si tout va bien, je m’envolerai pour Okinawa à 11h25. Je dis “ si tout va bien” , car les billets “ senior” de All Nippon Airways (Zen Nikku) réservés aux personnes âgées ( plus de 65 ans ), avec une réduction de 70% du tarif normal, ne peuvent pas être retenus à l’avance et doivent être achetés à l’ aéroport le jour meme du vol. Il ne devrait toutefois pas y avoir de probleme car comme j’ai pu le verifier hier soir, en telephonant a la compagnie, il y avait encore 50 places libres. En prenant mon cafe, j’ai decouvert sur la table une jolie boite de chocolat, avec un petit de S…( mon epouse)  qui dort encore, car c’est son jour de conge, “ A manger dans l’avion si le coeur t en dit”. Une attention touchante comme elle en a le secret chaque fois que je pars en vadrouille..

Parti de chez moi a 8h00 moins dix, j’ai traverse le pont Bandai et suis alle au Bus Center tout proche pour prendre le bus de 8h30. Arrive a l’aeroport a 9h00, je me suis rendu tout de suite alle au guichet de All Nippon Airways. Il y avait effectivement encore des places et j’ai pu acheter mon billet  au tarif senior( yen 13.330 au lieu du prix normal de yen 50.000, une aubaine qui, pour une fois, m’ a reconcilie avec mon age que j’execre tant…

Decollage a 11h25 sous la pluie. Le ciel est gris mais a peine cinq minutes apres, comme par un coup de baguette magique, le decor est remplace par un ciel bleu ensoleille  qui va nous accompagner pendant presque toute la duree du voyage. L’avion survole les iles de Honshu et Kyushu avant de voler au dessus de la Mer de Chine en direction d’ Okinawa.

Vol agreable  que j’ai passe la plupart du temps en lisant “ Les Memoires d’ Hadrien” de Marguerite Yourcenar ( l’un de mes livres preferes en voyage, car j’y decouvre toujours des choses nouvelles, tout en ayant l’illusion de remonter dans le temps et de vivre dans la peau de cet empereur romain originaire d’Espagne dont Yourcenar nous a transmis le verbe comme si elle avait ete possedee par son esprit a l’instar d’un acteur de Noh possede par l’esprit du masque du personnage qu’il incarne) en degustant les chocolats de S…qui se sont reveles parfumes au sake et a l alcool de prune! .

 

 

 

Arrivee a Naha a 14h30, quinze minutes plus tot que prevu. Apres avoir mange un sandwich au saumon fume et bu un cappuccino dans le petit cafe du 3e etage de l ‘aeroport, je prends le monorail jusqu a Asahi Bashi. Une destination que je connais bien puisqu elle avait deja ete la mienne l’ annee derniere.

 Plaisir de me retrouver une nouvelle fois dans ce quartier de Kume ou je me sens si a l aise. Cette annee, j ai decide de faire des economies en louant une chambre dans une pension (minshuku), Hikari no Ie ( La maison de la Lumiere) ,  situee a quelques minutes a pied du studio meuble que j’avais loue en 2015. Je retrouve facilement l’endroit que j’avais repere l’annee derniere avant mon depart. Bel immeuble de 4 etages situe face au terrain de sport du lycee voisin, avec une entree dont le toit est decoree dans le style traditionnel des maisons d’Okinawa ( tuiles rouges et blanches, couple de shisas, gardiens protecteurs des habitations. J’ ai choisi la chambre la plus economique ( yen 40.000/mois) , sans douche et toilettes privees.En bref, un simple endroit pour dormir. Accueil sympathique de la patronne qui porte un bebe en echarpe, comme on le fait souvent au Japon. La chambre se revele spartiate mais agreable ceci d’autant plus que la fenetre offre une vue sur des arbres. J’ai meme droit a une TV en prime ! Les toilettes et la douche sont justes a cote. Le sac de couchage, la bouilloire electrique , la petite radio MontBell et les bouquins que j’avais envoyes samedi  de Niigata par “takyubin” ( service de transport rapide ) sont deja arrives de sorte que je me sens deja presque chez moi.

 

 

 

 

 

DSCN4591_2_1

 

Le soir, je vais faire un tour a Torimitsu, ce petit bistrot que j’avais souvent frequente l’annee derniere, parce qu’ il est sympa, assez bon  et tres raisonnable. Surprise du patron ( ou plutot de la patronne car il s’agit d’une femme qui a choisi de se donner une apparence  masculine) et de ses employes qui m ‘accueillent avec leur gentillesse habituelle, comme si on s’etait quitte le jour d’avant et non pas il y a une annee. Je retrouve certains habitues, dont notamment un vieux couple. La femme, originaire d’Okinawa, a toujours son air de vahine boudeuse, mais en fait elle n’est pas si desagreable qu’elle en a l’air. Il n’y a plus d’aquarium sur le comptoir. J’apprends que son etrange habitant, dont j’avais poste la photo sur ce site l’annee derniere, est mort a l’age de 4 ans et demi. Tout a une fin dans ce bas monde ! Yakitori ( brochettes de poulet) et yaki o-nigiri ( boulettes de riz grillees) arroses de Awa mori ( alcool de riz tres fort).

 

17 fevrier

Voila trois jours que je suis a Naha et que j’ai repris gout avec plaisir au rythme assez relaxe de cette ville qui me change de la febrilite du Japon. Seule ombre au tableau: la circulation automobile qui est vraiment folle sur les grandes arteres. Les gens conduisent plus vite et plus agressivement qu’au Japon. Et comme toujours, les deux-roues sont legions ( on pourrait presque se croire au Vietnam mais heureusement il y a ici beaucoup de feux ).

RSCN4451_1_1

 

 

 

 

 

 

Hier, j’ai retrouve avec plaisir le petit velo que j’avais achete l’annee derniere et confie lors de mon depart a K…, une amie americaine dont j’avais fait la connaissance a l’epoque. C’est une personne avec laquelle l’ electricite passe assez bien, car nous sommes de la meme generation, partageons beaucoup de choses en commun, dont notamment le gout de l independance, le refus du conformisme et des idees toutes faites, et aussi la passion du velo et de la moto. Souffrant d’arthrose de la hanche, je ne peux plus marcher comme avant pendant des heures. ni non plus courir. En revanche et heureusement pour moi, je ne ressens aucune douleur a velo meme si j’en fais pendant plusieurs heures de suite, ce qui est egalement le cas du ski de fond, comme je l’ai decouvert avec soulagement cette annee en ressortant mes skis a Niigata un jour de grande neige.

Ce matin, je suis alle au Cafe Rush, a 3 minutes a pied de ma pension, comme je l’avais deja fait hier, pour prendre leur “ morning set” et lire les journaux dOkinawa.

 

 

DSCN4439_1_1_1

 

 

 

 

 

Le morning set est un concept japonais tres original qui propose un petit dejeuner complet pour le prix d’ une tasse de cafe. Celui de Rush, que j’avais deja frequente la derniere fois, se compose d’un oeuf au plat, avec des tranches de bacon, un toast beurre, de la confiture et une petite salade, sans oublier le cafe, tout cela pour le prix modique de yen 500. Le menu varie selon les cafes et reserve parfois des surprises tres agreables. Une formule a recommander aux voyageurs etrangers au Japon, car les petits dejeuners des hotels coutent au moins le double, voire plus, exception faite bien entendu des hotels qui offrent un petit dejeuner gratuit a leurs hotes.

 

 

 

 

Jpeg

Jpeg

 

 

La lecture du quotidien Ryukyu Shinpo de ce jour m’a fait immediatement reprendre conscience de la dure realite d’Okinawa  qui, malgre sa retrocession au Japon en 1974, subit toujours contre son gre une presence ( je devrais plutot dire une occupation ) militaire americaine massive, tout en etant toujours traitee par Tokyo comme une colonie sans droit au chapitre, a la difference des autres prefectures japonaises… Une dure realite que le vacarme effrayant des appareils militaires americains qui survolent Naha en tout temps est la pour le rappeler a quiconque l’aurait oublie…

 

 

DSCN4564_1_1

 

 

 

 

Le torchon brule toujours entre le Prefet d’Okinawa, M.Takeshi Onaga et le gouvernement de M.Shinzo Abe a propos de la construction de la nouvelle base militaire de Henoko. Bien que le prefet ait annule l’autorisation des travaux de la base, accordee par son predecesseur, en raison de vices de procedure, Tokyo a decide de poursuivre les travaux et d’attaquer M.Onaga en justice…

 

 

 

 

DSCN4403_1_1

 

 

 

Aujourd’hui, j ‘avais l’idee d’aller faire un tour au Jardin Royal “ Shikina En”  que je ne connais pas encore et qui est situe assez loin du centre, a l’est  de la ville. Je m’y suis rendu a velo, en prenant plus de temps que necessaire, car je me suis trompe deux fois de route en faisant de longs detours, pour finalement y parvenir et decouvrir qu’il  etait ferme le mercredi ! Irrite et depite, j’ai  toutefois eu la surprise de decouvrir sur le chemin du retour l’impressionnant cimetiere de Shikina.Je devrais plutot dire l’impressionnante “ ville des morts “ car c’en est une,  les tombes d’Okinawa etant semblables a des maisons alignees les unes a cote des autres,certaines etant de tres grandes dimensions.Cette culture des tombes est inconnue au Japon et evoque plutot l’Asie du Sud-Est ( je pense tout particulierement a l’Ile de Sulawesi en Indonesie). Le culte des morts  joue un role capital dans la culture d’Okinawa.

J’avais fait d’ailleurs une experience assez unique a ce sujet lors de ma premiere visite ici en 1998. U…,un ami dont j’avais fait   la connaissance a Niigata, etait venu m’accueillir a l’aeroport. Il m’invita a dejeuner et apres la fin du repas me declara: “ Si ca ne vous derange pas , j’aimerais vous conduire a la tombe de ma famille pour vous presenter a mes ancetres,leur dire que vous etes un ami et que c’est votre premiere visite chez nous”. Tres touche par  cette marque d’estime, j’acceptai volontiers. Situee a Itoman, c’etait une tombe ancienne tres impressionnante  installee au pied d’une falaise, dans la nature. L’usage veut que les familles rendent regulierement visite aux tombes pour y passer un certain temps avec leurs ancetres en festoyant et en buvant a leur sante. Nombre de tombes  disposent  d’une esplanade  et  parfois meme de bancs en pierre a cet effet..

 

 

 

 

 

 

DSCN4387_1_1_1

 

 

 

 

DSCN4389_1_1

 

 

 

18 fevrier

Un peu pompé par mes aventures d’hier a velo, j’ai décidé de baisser la vapeur en restant a la “maison”( intéressant comme on considere très vite comme siens les gîtes temporaires en voyage, sans doute par la volonte inconsciente de se rassurer en se disant qu’on a un toit pour passer la nuit en toute securite! ). J’ai poursuivi  la lecture d’un roman policier passionnant de Giorgio Faletti, “ Fuori da un evidente destino” , et l’apres-midi, je suis alle au Starbucks de la Kokusai Dori pour naviguer sur l’internet et verifier mon courrier. Ma pension dispose d’une connexion Wi-Fi de  Soft-Bank qu’il est toutefois impossible d’utiliser sans abonnement payant. Starbucks, en revanche, permet d’utiliser gratuitement l’internet pour le prix d’un cafe. Il suffit de s’inscrire pour creer un compte qui permet de se connecter a l’internet dans pratiquement tous les cafes Starbucks du Japon.  

 

DSCN4511_1 

 

 

                                                                

22 fevrier   C’est lundi et ca fait donc deja une semaine que je suis a Naha. L’idee d’habiter dans le meme quartier que l’annee derniere etait vraiment la bonne, car j’ai retrouve mes circuits et les endroits qui me plaisent particulierement. La pension “ Hikari no Ie “ est tres agreable car elle est se trouve dans une rue  residentielle paisible, a la difference de beaucoup de logements bon marche pour touristes qui sont souvent situes dans des lieux agites et sans caractere. Avant-hier, je suis alle visiter le jardin Shikina-En. Construit au XVIIIe siecle par le roi des Ryukyus, ce jardin qui avait ete completement detruit lors de la Bataille d’Okinawa a ete reconstruit en 1980. Jardin d agrement de la famille royale, il etait aussi utilise pour la reception des envoyes de l’Empereur de Chine lors de leurs visites dans l’Ile. Quelques images:  

 

DSCN4481_2_1_1_1

 

 

DSCN4460_1_1

 

 

DSCN4468_1

 

 

 

DSCN4459_1_1_1

 

 

DSCN4473_2_1_1

 

 

Après la visite du jardin, je fais une pause, face au parking, afin  de fumer une cigarette. De loin, je vois ce chat qui, croyant être tout seul ( heureusement pour moi, je suis dans l’ombre) , s’oublie, comme on dit poliment.  J’ai trouvé cette vidéo très instructive pour comprendre pourquoi Cartouche, quand elle fait ses besoins à la maison, doit répandre du sable synthetique un peu partout. Instinct des animaux sauvages quu doivent toujours brouiller les pistes afin de confondre l’ennemi!

 

 

 

 

 

 

26 fevrier

 

 

DSCN4598_1

 

 

Ces derniers jours, temps gris et parfois pluvieux ( mais ici les chutes de pluie sont intermittentes, comme des skolls, et non pas  eternelles, du matin jusqu au soir, comme c’est souvent le cas  dans la region de la Mer du Japon ou j‘habite), entrecoupe d’eclaircies, avec des bourrasques de vent et des chutes brutales de temperature. La temperature moyenne se situe autour de 15 degres et l’ hiver, qui dure seulement 2 mois,devrait se terminer au debut du mois prochain. Je viens de finir la lecture des “  Memoires d’ Hadrien “ de Marguerite Yourcenar.

Une fois de plus emerveille par le caractere magique de ce livre. Demeurant invisible a l’ image d‘un kuroko ( assistant des acteurs du theatre Kabuki, vetu de noir et au visage entierement cache ), l’ auteur donne la parole a l’empereur Hadrien- le texte est ecrit a la premiere personne-, et invite le lecteur a revivre avec lui les 18 annees de son regne au IIe siecle, marque par la stabilite de l’ Empire romain, la volonte de dialogue avec les peuples etrangers a l‘empire et celle aussi  de ne recourir a la guerre que dans les cas extremes.

Le livre est accompagne d‘un carnet de notes prises durant le temps tres long  ( 24 ans au total) que necessita son elaboration. En voici quelques-unes qui m’ ont particulierement frappe :

“ Je me suis vite apercue que j’ ecrivais la vie d‘un grand homme. De la, plus de respect pour la verite, plus d‘attention, et de ma part plus de silence” . “ Un pied dans l’erudition, l‘autre dans la magie, ou plus exactement et sans metaphore, cette magie sympathique qui consiste a se transporter en pensee a l’ interieur de quelqu’un”.

“ Ceux qui auraient prefere un “ Journal d’ Hadrien”  a des “  Memoires d’ Hadrien”  oublient que l’ homme d action tient rarement un journal : c est presque toujours plus tard, du fond d’ une periode d’ inactivite, qu’ il se souvient, et le plus  souvent s’ etonne” .

On est bien loin d’ Okinawa avec tout cela ! Revenons-y : Comme je l’ avais deja releve l’annee derniere, Okinawa est, avec Aomori, le departement le plus desherite du Japon, une realite que de nombreux Japonais ignorent, s’imaginant a tort et fort naivement que le pays roule sur l’ or grace aux subventions de Tokyo.  Le revenu annuel moyen par habitant  a Okinawa est d’a peine 2 millions yen, une somme qui au Japon range son beneficiare dans la categorie des personnes economiquement faibles.

Selon une enquete effectuee recemment par le departement d’Okinawa, 29,9%  des enfants  scolarises proviennent de familles pauvres, le pourcentage de ces enfants etant de 16,3% au Japon.

Avant-hier, j’ai ete reveille a 5h30 du matin par le vacarme des reacteurs de plusieurs jets militaires americains qui sillonnaient le ciel de Naha. Le vol des avions a une heure si matinale etant strictement interdit au Japon comme dans tous les pays developpes, j’ai trouve la chose etrange… Mais en fait, c’est chose courante a Okinawa, etant donne que les troupes americaines beneficient du statut d’exterriorialite et sont libre d’agir a leur guise, au mepris des regles.

A la difference de l’Italie, ou l’aviation militaire americaine est placee sous le controle de l’armee de l’air italienne, a laquelle elle doit soumettre a l’avance tous ses plans de vol, et  doit aussi respecter les limites fixees pour les vols a basse altitude, sous peine d’interdiction de vol des pilotes concernes en cas d’infraction, et egalement les interdictions de vols durant les heures de repos nocturne  et meme de sieste (!) des Italiens, l’armee de l’air americaine au Japon n’a aucun compte a rendre aux autorites japonaises. L’Italie, comme le Japon, comptait au nombre des pays vaincus de la derniere guerre mondiale. Elle a toutefois su negocier avec les Etats-Unis un accord de defense qui oblige les troupes americaines stationnees sur son territoire a respecter sa souverainete et a se plier a ses lois. On peut se demander pourquoi le Japon tolere une telle situation alors qu’il  pourrait invoquer  l’exemple de l’italie pour exiger le meme traitement et une revision en consequence de son accord de defense avec les Etats-Unis…

PS: La photo  du dessus montre une ” Ishiganto”. Cette inscription que l’on trouve souvent sur le mur des maisons dans la rue a pour but de proteger l’habitation des demons et des mauvais esprits.

 

 

DSCN4571_1_1_1

 

 

1er mars

 

Dimanche apres-midi, alors que je me baladais sans but precis dans le grand parc Onoyama Koen, situe au bord de la riviere Kokuba, j’entendis tout a coup de la musique et des chants diffuses au loin par des haut-parleurs. Curieux de savoir s’il s’agissait d’un concert, je me dirigeai dans leur direction pour decouvrir finalement que ces sons provenaient du sanctuaire shinto, Jingu, situe dans le parc.

Ayant gravi les marches de l’ escalier en pierre du sanctuaire, construit sur une petite eminence, je decouvris que le sanctuaire principal avait ete amenage en scene et que des musiciens etaient en train d’y jouer en l’absence de tout public. J’etais en effet arrive en plein milieu de la repetition  du concert prevu ce soir-la, et donne par des musiciens et des chanteuses originaires de l’ile de Ishigaki, la plus grande, apres Okinawa, des iles de l’archipel des Ryukyus, dont certains deja tres fameux. Me faisant aussi discret que possible, je m’assis sur les marches du petit escalier situe a droite de la scene et assistai a la suite de la repetition.

 

 

 

Ce que je vis m’impressionna tellement que, tombe sous le charme de ces musiques, je decidai de revenir le soir pour assister au concert.Celui-ci debuta a 20h00, apres une courte ceremonie shinto – n’oublions pas que nous etions dans un sanctuaire- au cours de laquelle le pretre (kannushi), apres avoir invoque les dieux avec une voix grave et profonde rappelant celle des acteurs du theatre Noh, purifia la scene , les musiciens et le public en agitant au dessus d’eux une sorte de balai coiffe d’une gerbe de rubans de papier blanc ( c’est ce que l’on appelle le rite du “ Oharai”  en japonais).

Le programme du concert etait d’autant plus fascinant qu’il combinait, en les melant parfois, des genres aussi  differents genres que la musique traditionnelle d’Okinawa, le pop et le rock, avec les musiciens suivants:.

Harumi Kinjo ( 金城弘美) qui chante et joue du jamizen (petit instrument a cordes dont le tambour est fait de peau de serpent), avec un  accompagnement au piano, est l’une des interpretes les plus en vue de la musique traditionnelle d ‘Okinawa.  Sa voix est epoustouflante!

 

DSCN4760_1_1

 

 

 

 

 

 

Les soeurs du duo “ Iris” (イーリス) sont elles-aussi  des chanteuses pop -rock remarquables, et dont les chansons prennent  litteralement l’auditeur “ au ventre”, comme celles de Harumi Kinjo.

 

 

RSCN4780_2

 

 

 

 

 

 

Bassiste et chanteur de rock, Yamada Mitsuru (山田みつる) compte au nombre des musiciens notoires a Okinawa. Frappant par son dynamisme et son humour sur scene, il a abandonne la musique de 2002 a 2011, avant d’y revenir, pour devenir coureur cycliste !.  

Guitariste et chanteur, Ikeda Shinsaku (池田信作) est l’un des grands noms du rock a Okinawa. Il joue de la guitare en s’accompagnant a l’harmonica.

Au moment de mettre ce texte  en ligne dans le cafe Starbucks de la Kokusai Dori, je m’apercois qu’il m’est impossible de telecharger de nouvelles images sur ce site avec ma tablette, en raison d’une memoire insuffisante. Je vais reessayer une autre fois et si ca ne marche pas non plus, j’ajouterai de nouvelles photos a ce texte apres mon retour a Niigata le 16 mars prochain. L’annee derniere, je n’avais pas rencontre ce  genre de probleme, car j’ avais pris avec moi mon ordinateur et l’avais utilise pour telecharger mes photos. J’ai pris plusieurs videos depuis mon arrivee ici  et je les ajoutera egalement une fois a Niigata, car les videos prises avec mon Nikon Coolpix ne sont pas compatibles avec ma tablette!  Comme quoi il faut parfois se mefier de la technique… Je vais donc continuer ce journal sans images, a moins d’un miracle…

 

RSCN4984 (1)

 

 

 

 

Deux petites filles de Shanghai  rencontrees  au cafe Starbucks

 

7 mars

Le temps passe !  Ca fait 3 semaines que je suis a Naha et je prevois de rentrer a Niigata le 16 mars, soit dans  9 jours.

 

 

Une chose qui me frappe depuis toujours a Okinawa, c’est le nombre tres reduit de temples bouddhiques et de sanctuaires shinto, compare au Japon. Curieux de savoir pourquoi, j’ai pose la question a plusieurs personnes.  Elles m’ont repondu que le culte des ancetres ( 先祖崇拝, senzo suhai) etait la religion dominante ici. A la difference du Japon ou le bouddhisme est etroitement lie a la mort, puisque les funerailles se deroulent selon le rite bouddhique et que les temples entretiennent des cimetieres, les ceremonies funeraires a Okinawa sont organisees par la famille du defunt ( c’est en general le fils aine qui officie)  sans le concours d’aucun religieux. Toujours selon mes interlocuteurs, l’interet pour le shinto est aussi assez limite. En outre, les gens d’Okinawa pratiquent aussi le culte des dieux protecteurs de la maison,comme au Vietnam.

 

 

RSCN4981 (1)

 

 

Urnes funeraires  dans lesquelles on met les cendres des morts a Okinawa.

 

M.Shinzo Abe, premier ministre, vient d’annoncer hier qu’il avait donne l’ordre d’arreter les travaux du nouvel aeroport militaire americain de Henoko, suite a sa decision d’accepter la proposition de la branche de Naha du Tribunal de grande instance de Fukuoka  invitant le gouvernement japonais a interrompre ces travaux et rechercher un compromis avec M.Onaga, prefet d’Okinawa. M.Abe, qui a rencontre hier M.Onaga a Tokyo, n’en a pas moins  declare  que la construction dudit aeroport a Henoko demeurait la seule issue possible. M.Onaga, pour sa part, a confirme son opposition totale au projet. Le dialogue de sourds se poursuit donc ! La decision du premier ministre d’accepter la proposition de compromis du tribunal est tout a fait inattendue. Elle aurait ete motivee par la crainte du gouverment japonais de perdre son proces contre M.Onaga. Plusieurs commentateurs estiment en revanche que cette decision n’est rien d’autre qu’une manoeuvre destinee a detourner l’attention du public du probleme de Henoko  jusqu’aux elections de la Chambre haute de juillet prochain…

 

DSCN5219_1

 

 

Il a plu ces deux derniers jours. Mais ici, la pluie est plus clemente qu’a Niigata car elle ne tombe pas continuellement mais par vagues assez courtes, comme un skoll, et les goutellettes d’eau sont plus fines.Elle est aussi assez souvent interrompue par des eclaircies subites.

Je suis tres frustre de ne plus pouvoir telecharger mes images dans ces pages, ceci d’autant plus que je n’ai pas tellement le coeur a ecrire. Je le ferai donc apres mon retour. Aujourd’hui,il fait tres beau et j’ai l’intention de partir a la chasse photographique, comme toujours en me baladant au hasard, sans savoir ce que je vais prendre avant de l’avoir fait. Ces derniers temps, je suis surtout interesse par les formes et les jeux de l’ombre et la lumiere.

 

 

DSCN4992_1_1

 

 

 

 

 

9 mars

Aujourd’hui, rien ne va plus, car le mauvais temps qui sevit a Okinawa ces derniers jours me tombe sur la tete ! J’en ai assez des changements brusques de temperature et des bourrasques de vent glacial qui font vite oublier les rares journees ensoleillees, et finalement ne me changent guere de Niigata, meme s’il fait beaucoup moins froid. Mais mon irritation n’est pas seulement due a l’instabilite du temps. Elle provient egalement de la lassitude que je ressens depuis trois semaines de devoir tous les jours acheter des plats tout faits a l’exterieur  faute de disposer d’une cuisine, surtout des bentos ( boites a dejeuner) que l’on trouve un peu partout ici et dont le prix depasse rarement 500 yens .Le bento, est un repas tout fait qui propose une gamme assez variee de nourritures – legumes, poissons, viandes, curry-accompagnees de riz . Ca va de temps en temps , et c’est meme parfois tres bon, mais au bout d’un moment on en a vraiment marre. Non pas que je deteste le riz, mais je n’ai pas envie d’en manger tous les jours ! Quant au restaurant, je n’y vais guere, car cette annee mes moyens financiers sont reduits, faute de tout travail en cours. En outre, je ne suis guere attire par la cuisine locale, car je n’aime pas la viande de porc…Ni non plus les “ fast food”.  Mon estomac est vraiment face a un dilemne cette fois !

 

 

DSCN5123_1

 

Ah, j’ai envie de rentrer chez moi !

 

Tout cela pour dire que  temps et nourriture aidant le charme est rompu… je n’ai plus qu’une envie, rentrer chez moi des que possible. Je pense repartir lundi prochain, si je trouve un billet ce jour-la.

Mais je suis quand meme content de ce sejour qui m’a change les idees et m’a aussi permis de me retrouver seul avec moi-meme. Dans une ville qui me plait, que je trouve tres agreable et esthetiquement tres plaisante et tres exotique. Sans oublier les gens qui sont beaucoup  “nature” et decontractes qu’au Japon. Et qui n’ont aucun complexe a l’egard des etrangers…

 

 

 

DSCN5002_1

 

 

 

Nouveau coup de theatre dans le conflit qui oppose Tokyo a Okinawa. Bien que le premier ministre ait accepte avant-hier la proposition de rechercher un compromis avec le prefet d’Okinawa concernant Henoko, et d’arreter les travaux, son ministre du territoire et des transports vient de faire parvenir a M.Onaga un document declarant illegale sa decision d’ annuler l’autorisation des travaux de Henoko delivree par son predecesseur et le sommant de l’ annuler sur le champ !  Difficile,dans ces conditions-la, de croire a la reelle volonte de M.Abe de rechercher un compromis avec M.Onaga…

 

 

 

17 mars

 

 

 

Un tres grand saut dans le temps ! Je suis de retour a Niigata depuis deux jours, J’ai vraiment fait une betise, cette fois,  en m’imaginant que je pourrais tout faire avec une tablette, sans emporter avec moi un ordinateur! Ca ne marche pas, et c’est terriblement frustrant! Car je suis quelqu’un pour qui les images , en tant que point de depart, sont le seul moyen d’essayer d’ecrire quelque chose. Comme je l’ai deja dit, ma tablette refuse de telecharger sur ce site toute image ou toute video, en pretextant  une memoire insuffisante…D’ou ma colere!

 

DSCN5101_1

 

 

Tout cela pour dire que je suis rentre a Niigata le 15 mars . J’avais voulu repartir la veille, sans succes, car l’unique vol journalier a destination de ma ville de residence etait complet.  Un retout justifie avant tout par la limite de mes moyens financiers cette annee- meme en vivant tres simplement, l’argent file en voyage!- , plus que par la volonte de retourner dans un endroit que je n’aime pas, mis a part mon velo, mon scooter et mon chat…Quant a ma femme, elle est gentille, certes, mais il y a des siecles que l’electricite ne passe plus…

Faute d’images ( j’espere pouvoir en ajouter quelques- unes dans les jours a venir), je me contente  de livrer ci-apres quelques impressions recueillies lors de ce sejour:

Traite comme une colonie de second ordre par le Japon depuis son annexion manu-militari  a  la fin du XIXe siecle, sacrifie pour la protection du territoire japonais par la terrible bataille d’Okinawa, et occupe par les forces americaines depuis 70 ans, Okinawa est le seul departement japonais dont les autorites  n’ont visiblement pas le droit de s’opposer aux decisions de Tokyo dont le seul souci, dans le cas d’Okinawa, est  de ne pas deplaire au ” grand frere” americain, quitte a fouler aux pieds la volonte populaire qui a porte au pouvoir ces autorites. On se trouve vraiment dans un cercle  vicieux.  Le prefet Onaga a sans doute raison de vouloir  etablir un dialogue direct avec les autorites americaines, pour les sensibiliser a la situation intenable posee par la trop forte concentration de leurs bases militaires dans l’ile principale de l’archipel des Rykyu, faute de pouvoir faire passer le message par la voie officielle , vu le peu de cas que l’on fait de lui a Tokyo.

 

DSCN5032_1

 

 

 

Dans le meme contexte, deux jours avant mon depart, une triste nouvelle dans le journaux, qui est tombee tres  mal, vu la situation deja assez tendue a Okinawa en rapport avec Henoko. Une nouvelle affaire de viol ( elles ne sont pas peu nombreuses, malheureusement ), dans un hotel de Naha,  par un  soldat americain du Camp Schwab. La victime etait cette fois non pas une femme d’Okinawa mais une touriste japonaise que le militaire, pris de boisson,  a trouve endormie dans le couloir et qu’il a transportee dans sa chambre. ..C’est revoltant et inadmissible. Mais de la a conclure ,comme l’a fait la presse, que tous les soldats americains a Okinawa constituent un danger potentiel dans ce sens, c’est aller un peu trop loin a mon avis . Tout groupe humain comporte une certaine part d’ivraie melee au bon grain, ceci tant au Japon qu’aux Etats-Unis ou ailleurs. En tout cas, les autorites militaires americaines ont pris l’affaire tres au serieux. Le commandant en chef des Marines et le Consul general des Etats-Unis a Naha  ont tenu a rendre visite au Prefet Onaga pour lui transmettre personnellement leurs excuses et  lui promettre de prendre des mesures afin d’eviter la repetition de tels incidents. Let’s hope for the best!

 

RSCN5041_1_1_1 (1)

 

 

Le tourisme  est la principale ressource d’Okinawa qui dispose d’une infrastructure tres developpee dans ce domaine. Mais en y regardant de plus pres, on decouvre que la majorite des grands hotels et des resorts sont sous le controle du capital japonais et que leur profit, loin de demeurer a Okinawa, repart toujours au Japon. En outre, d’apres ce que plusieurs personnes m’ont dit , la plupart des postes de cadres des professions hotelieres a Okinawa sont occupes par des japonais, seul le personnel subalterne etant originaire d’Okinawa. Les  touristes viennent en majorite du Japon ( six sur sept), suivis par ceux de Taiwan, de Hong-Kong , et de Chine. Et egalement, en nombre plus reduit,  d’Europe, notamment de France et de Russie d’Extreme-Orient  (Vladivostok).

 

 

 

DSCN4624

 

J’ai aussi ete frappe de constater que nombre de bistrots,  de restaurants et de bars  sont tenus  par des japonais etablis a Okinawa et  qui , pour certains, donnent vraiment l’impression de se croire  en pays conquis, a en juger par  leurs remarques deplaisantes a l’egard des gens du cru, et leur indifference totale face aux problemes d’Okinawa qui, selon eux, est tenu d’obeir a la volonte de Tokyo, point final!

 

DSCN4716
  

 

 

1 comment

A propos de la photographie- 29 janvier 2016

Bonsoir !

Aujourd’hui , une vidéo prise avec l’appareil-photo  de ma tablette Asus. Pardon pour les tremblements  de l’image. Habitué à l’ emploi d’un viseur pour cadrer, je ne suis pas encore très habile  à le faire en regardant un écran digital .

 

Add a comment

Il pleut,il neige, il vente… 20 janvier 2016

 

 

Jpeg

 

Bonsoir

Ici, on est en plein hiver. Une saison que ma chatte, Cartouche, ne porte pas dans son coeur, a mon image. Au point de passer toute la journee enfouie dans un futon ou cachee au fond du kotatsu. On se voit seulement le matin et le soir. Comme ce matin ou, selon son habitude, elle s’est installee sur la chaise derriere moi, pendant que je lisais le journal. Pour ensuite grimper sur la table et se coucher sur le journal que j’avais replie. Avant de repartir en me lancant ce regard enigmatique qui figure  dans la palette de ses nombreuses expressions et dont je n’ai pas encore perce le sens . La psychologie des chats est vraiment un sujet inepuisable!

 

 

 

Add a comment

Divagations… 18 janvier 2015

Bonsoir !

Cette vidéo, prise tout à l’heure dans mon salon, à travers les vitres des ¨shojis¨ ( parois coulissantes). Ici, on est en plein hiver et les jours de neige et de pluie se succèdent sous un ciel immanquablement lugubre. Vivement Okinawa où je retournerai dans quelques semaines pour un séjour d’un mois…J’en parlerai régulièrement sur ce site comme je l’avais fait l’année dernière.

 

 

Add a comment

Bonne année du singe !

 

 

 

 

 

 

DSCN3768_1

 

L’un des singes du plafond du grand sanctuaire Hié Jinja, à Sakata, pour vous adresser tous mes voeux à l’occasion de la nouvelle année 2016.

J’y ajoute un message-vidéo que j’ai tourné ce matin.à minuit vingt, dans le petit sanctuaire Konpira Jinja, situé tout près de chez moi, et dont la divinité  est réputée protéger les bateaux et les navigateurs.

 

 

1 comment

Images de Lesbos (été 1980)…ou la photographie comme ” disque dur” de la mémoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG Grece  l'âne_1

 

 

Bonjour,

Comme je l’ai déjà  dit dans ce Journal, je suis depuis quelque temps en train de faire de l’ordre dans mes affaires en liquidant sans pitié toutes les choses qui me semblent devenues inutiles. J’ai des milliers de négatifs et aussi beaucoup de grands tirages que j’ai faits en chambre noire et que je considère comme importants. À part cela, j’ai aussi un tas de boîtes qui contiennent des photos que je n’avais pas retenues dans un premier choix, parce que je les avais jugées trop imparfaites,  sans avoir pour autant le courage de les jeter.

Je suis récemment tombé sur un carton de photos intitulé ¨ Lesbos 1980¨. Il s’agit de tirages de format 20.3 x 25.4 cm que j’avais confectionnés sur la base de photos prises lors du séjour que j’avais fait dans cette île grecque toute proche de la  Turquie en  été 1980, soit il y a 35 ans !!! J’avais déjà commencé à travailler en chambre noire depuis plusieurs années, mais les résultats que j’obtenais alors étaient vraiment médiocres , car je ne respectais guère les température indiquées pour le développement des films Kodak Tri- X ( une chose à éviter à tout prix étant donné que ces températures doivent être scrupuleusement respectées durant les premières minutes du développement pour obtenir de bons négatifs), ce qui me donnait  des négatifs trop durs et par consequent difficiles à tirer, Je n’avais pas non plus encore compris que, pour obtenir un bon tirage avec un négatif très contrasté, il ne fallait pas se contenter d’exposer le papier uniformément  mais aussi utiliser un masque ( j’employais toujours dans ce but un fil de fer ou une très mince baguette en bois à l’extrêmité de laquelle j’avais  fixé une rondelle de carton) voire ses mains pour exposer plus longuement, en cachant les autres, les zônes sombres de l’image et aussi  ses bords, ce que l’on appelle la technique du ¨ dodging¨ en anglais.

Bien que mes tirages de Lesbos soient vraiment mauvais, j’ai quand même voulu essayer cette fois de les scanner et  de les rattraper en utilisant les fonctions de ma tablette Asus qui permettent, entre autres car il y en a tout un tas, de modifier l’exposition, augmenter ou diminuer les  contrastes et  les ombres , et aussi de recadrer l’image  en l’espace d’un très court instant.

Les résultats  que je présente dans cette page m’ont surpris en bien, même si ces photos ne sont pas parfaites. On dit souvent que la photographie fige le temps à jamais. En revoyant ces images prises il y a 35 ans, j’irai même jusqu’à dire qu’elle est a sa façon un ¨disque dur¨ de la mémoire, puisque regarder une vieille photo suscite en nous des associations d’idées qui nous rappellent ce que l’on a ressenti en la prenant, voire même parfois des odeurs, des sons ou des musiques.

 

 

 

 

IMG Grece le pope_1

 

En revoyant cette image prise dans un bistrot où j’allais souvent , je me souviens de ce vieux pope dont le visage raviné par le temps m’avait fasciné. Je voulais le saisir en cachette, car je n’aime pas les photos   posées, mis à part les portraits évidemment. Je me rappelle que j’avais placé mon appareil sur la table, après l’avoir réglé, et que j’avais pris la photo en utilisant le  déclencheur à retardement ( self-timer) du Nikon.

 

 

 

 

IMG Grece la vieille dame_1

 

J’avais déjà commencé à photographier sans regarder le viseur, et cette image est à mon avis un bon exemple de ce que l’on peut obtenir en faisant ainsi. Les appareils compacts sont parfaits pour ce genre de photos si on les tient d’une seule main.

 

 

IMG Grece 2_0002_1_1

 

Je me souviens  très bien de ce bistrot. La jeune femme que l’on voit de dos en était la patronne. Elle était assez belle  mais se muait en mégère dès qu’elle ouvrait la bouche. Elle n’arrêtait pas d’engueuler ses employés qui, visiblement, n’en pouvaient plus.

.

 

 

IMG Grece  oh la la!_1

 

 

 

J’avais été frappé – pour ne pas dire dégoûté- par la dégaîne  des estivantes étrangères à Lesbos qui n’hésitaient pas à montrer leurs fesses dans la rue comme si elles se trouvaient en pays conquis, ce qui était vraiment de très mauvais goût compte tenu des moeurs très conservatrices des habitants de l’île.  Je précise que je n’ai rien contre la nudité, mais je trouve qu’elle n’a pas sa place dans de tels endroits.

 

 

 

 

IMG Grece dans la rue_1_1_1

 

 

À Lesbos en ces temps-là, on voyait des ânes partout. J’imagine que les choses ont sans doute  changé depuis. Dommage!

 

 

 

IMG Grece la petite fille 2_1

 

 

 

Je me rappelle encore très bien de la gêne que j’ai éprouvée après avoir pris cette photo, en croisant le regard de reproche  de cette petite fille qui balayait dans la rue.

 

 

 

IMG Grece  le pirate_1

 

 

Lesbos était alors une terre très rude, tres rustique et très masculine. On y rencontrait souvent dans les oliveraies des vieillards avec de belles gueules de pirates, juchés sur un âne ou sur un petit cheval. Comme celui-ci, avec sa bandana, avec lequel j’aurais bien aimé discuter un moment, tant le personnage semblait attirant,  mais il ne parlait que grec…

 

 

 

IMG Grece  rue_1

 

N’ayant plus de chambre noire depuis quelques années, j’utilise avant tout le scanner et ma tablette Asus pour le traitement des images argentiques. Grâce à cela, je recadre beaucoup plus souvent les photos que par le passé,car c’est très facile, comparé au  travail de longue haleine que cela implique  en chambre noire. Mais je pense quand même qu’il vaut mieux s’efforcer autant que possible, et si on en a le temps, de choisir un cadrage definitif dans le viseur au moment de la prise de vue.

 

 

 

Add a comment

Asakawa Maki, chanteuse japonaise de jazz et de blues ( 1942-2010)

Bonjour

Le hasard  m’a fait trouver sur You Tube un recueil de chansons de Asakawa Maki ( 浅川マキ en japonais) , une chanteuse japonaise de jazz et de blues absolument géniale dont j’étais un fan quand je vivais à Tokyo dans les années 70. J’ai souvent assisté à ses concerts dans la boîte de jazz Pit Inn à Shinjuku qui existe encore.  À la différence de la plupart des chanteuses japonaises de jazz et de blues, qui  ne chantent qu’en anglais, Maki ne le faisait qu’en japonais.Et c’était tant mieux ! Femme énigmatique et très sensuelle, elle me rappelait à beaucoup d’égards Juliette Gréco, avec sa voix grave et ses grands yeux noirs. Asakawa Maki   est malheureusement décédée trop tôt à Nagoya en 2010, lors d’une tournée. Dommage car elle appartenait à une race d’artistes underground qui se fait bien rare de nos jours tant au Japon qu’ailleurs.

Bonne écoute! Si cela vous intéresse, vous pourrez  trouver d’autres enregistrements de cette chanteuse sur You Tube.

 

1 comment

Paris, cher à mon coeur, souviens-toi de ta devise-¨Je flotte, mais je ne coule jamais!¨

Bonsoir!

 

J’ai attendu quelques jours, après le choc des massacres du vendredi  13 novembre dernier à Paris, pour réagir sur ce site à leur égard. Consternation, effroyable tristesse et colère qui, si j’étais plus jeune, me conduiraient à tout quitter pour aller affronter daesh sur le terrain et  les annihiler avec mes amis  kurdes et arabes.

De la génération des Rolling Stones- j’ai le même âge qu’eux – , né durant la 2ème guerre mondiale et élevé dans l’idée et l’espoir de ne jamais plus voir de guerre, cette époque me révulse. Car elle nie toutes les valeurs auxquelles nous croyions. confirmant la bêtise des hommes. Ce qui me dégoûte dans les attentats du 13 novembre, c’est non seulement la mort effroyable de victimes innocentes, mais celle aussi  des acteurs de ce méfait qui, endoctrinés par la pensée simpliste  de meneurs  irresponsables et profondément égoistes( car ils restent en vie, eux, comme tous les salauds qui décident la guerre sans risquer leur peau !)-, ont sacrifié leur jeunesse et l’honneur de leur famille  pour une cause odieuse.

J’aimerais rappeler aux leaders incultes de daesh  que leur islam n’a rien à avoir avec celui qui marqua autrefois l’apogée de la civilisation arabe. Un islam tolérant, qui acceptait les différences , et reconnaissait à chacun le droit de choisir ses convictions, en respectant les minorités . Un islam qui s’enorgueillait d’une  civilisation raffinée, à la pointe des connaissances scientifiques et philosophiques du monde entier. En leur disant aussi que le monde des ténèbres, cruel et profondément primaire par la pauvreté  effarante de sa pensée, qu’ils veulent imposer,   est destiné un jour ou l’autre à sombrer  misérablement au plus profond des océans,comme un navire damné  dont la perte n’affligera  personne . Car telle est la loi de l’histoire qui punit toujours impitoyablement  les tyrans, tôt ou tard.

 

 

Add a comment

Temple Kokujo-ji- 5 novembre 2015

Bonsoir,

Ci-dessous, quelques images glânées hier, par un jour de beau temps qui nous aurait presque donné l’illusion d’être de nouveau en été si la température n’avait pas baissé brutalement de 8 degrés après la tombée du jour, au temple Kokujo-ji, dont j’ai déjà parlé sur ce site. Dernière demeure du fameux moine Ryokan, ce temple très rustique situé en pleine nature tout près de Téradomari, est un endroit où mes pas me ramènent toujours, de préférence en fin d’après-midi, tout juste avant le coucher du soleil qui, ces derniers temps, intervient très tôt, en général peu avant 17h00.

 

DSCN4063_1

 

 

DSCN4068_2_1

 

 

 

DSCN4104_1_1

 

 

 

 

 

DSCN4083_1_1

 

 

 

DSCN4090_1_1

Add a comment

La loi du nombre…jusqu’à quand ?

La nouvelle loi sur la sécurité (Anpo Ho 安保法) vient d’être approuvée hier, 19 septembre. par la Chambre haute par 148 voix contre 90, en dépit d’une opinion publique très divisée sur le sujet et de son inconstitutionnalité dénoncée par la majorité des spécialistes de droit constitutionnel, et récemment aussi par un ancien juge de la Cour suprême qui, au Japon, est l’autorité responsable du contrôle de la constitutionnalité des lois.

Cette nouvelle loi, qui en comporte en fait 11, marque un tournant décisif dans l’histoire du pays puisqu’elle met un terme à la politique de sécurité strictement défensive respectée par tous les gouvernements qui se sont succédés jusqu’à l’actuel depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, en permettant dorénavant aux forces  japonaises de participer à des opérations armées de défense collective en dehors de ses frontières et ceci sans véritable limite géographique.

La façon très expéditive dont cette loi a été passée ( le gouvernement Abé détient la majorité des sièges dans les deux chambres, avec son allié, le Parti Komeito) en dépit d’une opposition très vive tant des partis d’opposition que d’une partie de la population- les manifestations autour du Parlement continuent chaque jour, avec la participation croissante de jeunes- confirme que seule la loi du nombre compte aux yeux du gouvernement Abé, peu enclin au dialogue avec ceux qui ne partagent pas ses vues, victime qu’il est du phénomène de ¨blocage de la pensée¨( 思想停止) si fréquent  de nos jours dans le monde entier…

Il est à souhaiter que les principaux partis d’opposition oublient  leurs divergences pour faire bloc ( un mouvement dans ce sens est déjà en marche, et le  Parti communiste vient même de proposer au Parti démocrate Minshuto une action concertée lors des élections de l’année prochaine, au sujet de laquelle les dirigeants des deux partis vont discuter aujourd’hui 25 septembre, ce qui mérite d’être souligné car cela ne s’était jamais vu avant, le PC ayant toujours été tenu à distance par les autres partis d’opposition), et que les citoyens continuent d’exprimer en nombre toujours croissant leur insatisfaction sur la voie publique (avec l’appui des jeunes qui semblent enfin se réveiller et qui pourraient jouer un rôle décisif lors des prochaines élections de la Chambre haute en 2016, puisque l’âge minimum requis pour les électeurs vient d’être abaissé de 20 ans à 18 ans).

Comme l’a déclaré dans une récente interview télévisée  M .Taku Yamazaki, un membre influent de la vieille garde du Parti Libéral Démocrate (PLD) qui s’est désolidarisée de l’actuel PLD de M.Abé, l’espoir demeure néanmoins et il ne faut pas trop broyer du noir. Car la nouvelle loi déjà citée pourra toujours être modifiée, voire même supprimée un jour, si l’opposition parvient à former un parti unique et à reprendre le pouvoir en mettant un place un gouvernement libéral. La balle,comme on le voit, est donc maintenant dans le camp des citoyens. Let’s hope for the best!

Add a comment

Le goût de l’ailleurs- Sakata ( 15 et 16 septembre 2015)

Bonjour !

Depuis le début du mois, il fait souvent très mauvais temps , avec des pluies diluviennes qui provoquent de terribles catastrophes  comme il y a quelques jours à Kinugawa. La météo ayant annoncé deux jours de répit, le 15 et le 16 septembre dernier, j’en ai profité pour aller faire un tour à Sakata, une petite ville située  à 170km de Niigata. Comme je l’ai écrit souvent sur ce site, c’est depuis très longtemps  l’une de mes destinations préférées, quand j’ai envie de changer d’air. Pourquoi? Parce que c’est une petite ville riche en histoire  et qui vit à un rythme beaucoup plus paisible que Niigata- elle abonde en espaces verts et n’est pas victime du boom immobilier qui transforme les  villes japonaises en déserts de béton avec des immeubles locatifs  tous pareils et d’une profonde laideur.

Comme je l’ai fait pour Kanazawa, j’ai  poursuivi l’idée des messages-vidéo enregistrés en cours de route. Ils sont toujours imparfaits, car, à la différence de l’Olympus, il m’est impossible avec le Nikon d’éditer sur le champ en coupant les plans inutiles. Pardon pour  les longueurs et parfois aussi pour le bruit du vent!

 

 

Le vent m’a interrompu lors du commentaire de la vidéo suivante. J’y disais que Sakata a une relation privilégièe avec la Nouvelle Zélande par l’intermédiaire de ses bateaux de pêche de haute mer qui chaque année partent pour 6 mois dans la région à la recherche de seiches.

 

 

Le nom du sanctuaire Shinto  fameux pour ses sculptures de singes, montrées dans la vidéo suivante est Hi-é Jinja. Il est situé sur la colline qui domine Sakata.

 

 

Les sculptures bouddhiques dans le roc, en bord de mer, sont situées à Fukiura, à un trentaine de kilomètres de Sakata. Elles auraient été faites à la fin du XIXème siècle (1868)  par un moine errant, en remerciement  de l’hospitalité qui lui fut accordée par le temple voisin.

 

 

 

 

Et le lendemain matin, promenade avec le chien Cab avant de reprendre la route.

 

Add a comment

LE MIROIR AUX ALOUETTES

 

Comme on pouvait s’y attendre, les consultations “intensives” au sujet de la construction de la nouvelle base américaine de Hénoko, organisées à cinq reprises du 12 août au 7 septembre entre le gouvernement japonais et le préfet d’Okinawa,M.Takéshi Onaga, n’ont produit aucun résultat. Ce qui n’a rien d’étonnant car ce prétendu dialogue n’était en fait, comme je l’avais déjà relevé,  qu’une opération alibi- je dirais même un “miroir aux alouettes”- imaginée  par Tokyo pour donner à l’opinion publique japonaise la fausse impression que les autorités japonaises étaient prêtes à négocier avec Okinawa, ceci alors qu’il était clair dès le début qu’elles n’avaient pas la moindre intention de céder d’un seul pouce sur le dossier Hénoko. Ce que M.Shinzo Abé a confirmé clairement  hier, bien malgré lui, en déclarant que les travaux de la nouvelle base, qui avaient été interrompus durant un mois, reprendront, s’agissant d’un projet ” entériné par l’accord accord nippo-américain de 1996″.

M.Takéshi Onaga a réaffirmé  hier sa détermination à s’opposer par tous les moyens au dessein de Tokyo. En prévoyant d’annuler  d’abord l’autorisation de construire la nouvelle base, qui avait été accordée, dans un retournement de veste de dernière heure particulièrement vil, par son prédecesseur, et qui, selon une commission d’experts qu’il a formée dans ce but, comporterait des vices de procédure.

Le préfet envisage aussi d’organiser un référendum pour demander aux habitants d’Okinawa de se prononcer sur le projet Hénoko. Ceci prendra un certain temps, car il lui faudra d’abord mettre en place les bases légales pour l’organisation d’une telle consultation.  Il prévoit enfin de se rendre à Genève à la fin du mois afin de dénoncer le non-respect par Tokyo du droit d’autodétermination des habitants d’Okinawa devant le United Nations Rights Council (UNHCR). La bataille s’annonce longue et difficile mais sa cause, heureusement, est loin d’être perdue contrairement à ce que beaucoup de gens pensent ici, souvent par ignorance, voire encore par absence de toute volonté  de réflexion en dehors des lieux communs.

Add a comment

Message-vidéo de Maki ( 7 septembre 2015)

Bonjour!

 

On a beau n’être qu’au début septembre, ici on pourrait déjà se croire à la fin de l’automne…Éternelle rengaine de cette région, si agréable en été, mais au climat ingrat le reste du temps…Mer du Japon oblige!

Ci-dessous, un message-vidéo enregistré cet après-midi  lors d’une promenade à Maki, tout près du Mt Kakuda. Cette fois-ci, j’ai utilisé mon vieil ami, l’Oympus LS-200 qui a l’avantage d’être très compact et d’avoir un viseur horizontal comme les bi-réflex.

 

Add a comment

Opposition au gouvernement de M.Shinzo Abé- Les gens commencent enfin à bouger!

Bonjour!

Les Japonais, longtemps silencieux, commencent enfin à manifester leur irritation à l’égard de la façon dont l’actuel gouvernement de M.Shinzo Abé mène sa barque, en imposant ses décisions sans se soucier des règles les plus élémentaires de la démocratie et sans prêter la moindre oreille aux opinions contraires aux siennes et à la voix des citoyens. Le gouvernement cherche actuellement à faire passer une loi très contestée sur la sécurité qui, si elle est votée par les deux chambres, permettra au Japon d’utiliser ses forces armées en dehors de ses frontières,  dans le cadre d’opérations militaires de défense collective, avant tout avec les États-Unis. Cette loi est une violation flagrante de  l’article 9 de la Constitution grâce auquel le Japon s’est abstenu de participer à tout conflit armé pendant les 70 dernières années, et a bénéficié à ce titre de l’ image d’un pays pacifique respecté partout  dans le monde entier.

Dimanche dernier, 120.000 personnes ont manifesté en masse devant le Parlement japonais à Tokyo, pour réclamer le retrait du projet de loi susmentionné et exiger la démission de l’actuel gouvernement. Il y avait parmi eux de nombreux jeunes , en majorité des étudiants,  de nombreuses femmes, de nombreux universitaires  et spécialistes du droit constitutionnel, ainsi que des  personnalités du monde des arts et de la  la culture , dont notamment le célèbre compositeur japonais Ryu-Ichi Sakamoto  qui a  fait la déclaration suivante dont je vous livre la traduction ci-desous, car je la trouve pleine de sens:

¨ Pour dire la vérité, j’étais désespéré par la situation actuelle. Mais en voyant des jeunes et surtout des femmes prendre la parole pour protester, j’ai regagné  de l’espoir. Cette manifestation nous montre que, à un moment où la démocratie et la constitution sont en danger,   les Japonais ont pris conscience de leur droit souverain en tant que citoyens et de l’importance de la constitution. Nous n’avons pas lutté en risquant notre vie pour  obtenir l’actuelle constitution mais maintenant c’est précisément ce que nous sommes en train de faire pour la protéger. Je suis   décidé à participer moi-aussi à votre action¨.

Avec sa morgue habituelle, le gouvernement semble officiellement  ne pas vouloir faire grand cas  des protestations populaires qui, outre la grqnde manifestation de  Tokyo, se sont déroulées dans de nombreuses villes au Japon dimanche dernier. Il ne fait aucun doute, toutefois, que ces mouvements l’inquiètent, car la popularité de M.Abé est en baisse constante…

J’ajoute, à propos d’Okinawa, que le gouvernement a décidé le mois dernier de suspendre pendant un mois les travaux de construction de la nouvelle base militaire américaine de Hénoko, afin de poursuivre un dialogue plus étroit  avec M.Onaga. Il s’agit toutefois d’un dialogue de sourds, je dirais même d’une opération alibi, puisque le gouvernement n’a visiblement pas l’intention de changer en quoi que ce soit ses plans à propos de construction de la base. J’ai personnellement l’impression que l’abîme qui sépare le Japon d’Okinawa s’élargit de plus en plus, ce qui pourrait avoir un jour des conséquences tout à fait inattendues pour le premier si Tokyo ne fait pas l’effort de se mettre enfin à la place de l’autre, et de comprendre une bonne fois pour toutes que les gens d’Okinawa en ont ras le bol de la situation actuelle. Hénoko risque en effet d’être la goutte d’eau qui pourrait faire déborder le vase, si l’on n’y prend garde…

 

Add a comment

Un saut à Kanazawa- 10-12 août 2015

Bonsoir!

J’ai négligé ce site ces derniers mois, par irritation à l’égard de la situation politique actuelle du Japon.  Mais ceci dit, la vie n’en continue pas moins,  et le plaisir du voyage dans ce  merveilleux  pays également.

Je pars demain pour un court périple de trois jours à Kanazawa, afin d’y rencontrer mon fils et sa famille  qui, habitant en Suisse,  viennent chaque année au Japon.  Jusqu’à présent, nous nous sommes toujours rencontrés à Tokyo, mais cette année nous avons decidé  de le faire  à Kanazawa , capitale du département de Ishikawa, côté Mer du Japon.

Cette fois-ci, j’ai voulu tenter  une nouvelle expérience en tenant mon journal de route non pas avec un texte mais avec des vidéos  dans lesquelles je parle spontanément sans aucune préparation ni mise en scène, avec toutes les imperfections que cela sous-entend.  Dans le genre ¨vidéo vérité¨. Pardon pour les lapsus!  Si tout va bien, je  lèverai l’ancre demain matin à 5hoo, en même temps que l’apparition du jour,  pour faire  environ 320 km avec mon nouveau cheval, le Honda PCX.

Ci-après, mon premier message, filmé  tout à l’heure:

 

 

Et comme toujours, à chaque fois que je me prépare à partir, ma chatte, Cartouche, sent qu’il y a quelque chose  qui, pour elle, n’est pas normal . La suite demain…

 

 

Et puis finalement, je suis parti ce matin, à 5h30 , peu de temps après le lever du soleil. Pour faire un total de 320 km et arriver à Kanazawa vers 14h30. Un voyage très agréable et très excitant dont je livre quelques instants dans les vidéos qui suivent. Pardon pour certaines longueurs et certains plans imparfaits- je n’ai pas encore bien compris comment éditer les vidéos, en coupant les séquences inutiles , avec mon Nikon Coolpix P78oo…

 

 

 

 

 

 

 

Finalement, le temps a passé très vite et je n’ai pas eu le temps matériel  de mettre en ligne en direct  à Kanazawa toutes les vidéos que j’ai prises . De retour à Niigata ( nous sommes le 13 août), je vais le faire pendant la journée.

Quelques mots  à propos de Kanazawa. C’ est sans aucun doute la ville la plus fascinante et culturellement la plus riche de l’île principale de Honshu côté Mer du Japon, en raison de son histoire liée au clan des seigneurs Maéda. On y trouve les restes d’un imposant château et l’un des jardins japonais seigneuriaux  les plus grands du Japon, le Kenrokuen. La ville, souvent appelée le Kyoto de la Mer du Japon, abonde en temples et sanctuaires , et possède même  deux quartiers de geisha distincts, ainsi  que   d’anciennes résidences de samourais. Kanazawa est  réputée pour sa céramique- Kutani, et son artisanat de la laque et du verre.  Elle est la seule à proposer  un enseignement  au niveau universitaire des techniques d’artisanat traditionnel   dans le cadre de la très cotée   Kanazawa Bijutsu  Kogei Daigaku ( Université des beaux-arts et de l’artisanat).  L’un de ses nouveaux fleurons est le 21st Century  Museum of Contemporary Art ouvert en 2004 et  conçu par  deux  architectes japonais qui comptent parmi les plus fameux à l’heure actuelle, Kazuyo Séjima et Ryué Nishizawa , connus sous le sigle de SANAA. Le musée, qui a reçu le Lion d’or  de la Section Architecture de la Biennale de Venise, est l’un des plus fréquentés au Japon, avec un chiffre de plus d’un million de visiteurs par année. À noter enfin que Kanazawa est maintenant desservie  par les trains super-express Shinkansen  depuis  le mois de mars de cette année.

Ci-après, d’autres vidéos prises le 11 et le 12 août:

 

The Swimming Pool, installation de l’artiste argentin Leandro Erlich, qui fait partie de la collection du Musée du 21ème siécle.

 

Sur le chemin du retour à l’hôtel  le soir du 11 août , attiré par le son de la musique, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller regarder cette soirée dansante en plein air  organisée sur une  petite place entourée d’immeubles, devant la terrasse d’un restaurant.  L’ambiance était  vraiment très sympa car les gens  avaient enlevé leur masque de sérieux  habituel, imposé par  les règles d’une société  qui prône l’uniformité, pour redevenir naturels et spontanés . Les Japonais gagnent à être connus durant les fêtes…

Et puis j’ai repris la route le 12 août au matin  pour arriver à Niigata vers 17h00.  Le voyage de retour m’a pris deux heures de plus que celui de l’aller, car la circulation était très dense, surtout lors de la traversée des villes, en raison des vacances du ¨ Bon¨.  Il m’a fallu en tout et pour tout 12 litres d’essence normale ( moins de 15 euros) pour parcourir un total de 660 km…Le  Honda PCX est vraiment un scooter idéal pour ce genre de périples , car il est très confortable, très stable  sur les routes en plat comme sur les routes en lacets,  et doté d’un moteur  suffisamment puissant et nerveux  pour donner à son conducteur un sentiment de  grande sécurité  dans pratiquement  toutes les circonstances.

 

 

Je n’ai pas pu m’empêcher  de refaire une nouvelle vidéo de cette plage, en me concentrant  cette fois sur les personnages visibles à l’horizon. Le grand photographe dont je parle, et qui compte au nombre de mes maîtres, est Shoji Uéda. Pardon pour le lapsus!

 

Et pour conclure, la dernière vidéo prise ce jour-là. J’étais effectivement assez fatigué , la chaleur aidant,  et je le suis encore un peu ajourd’hui, car il m’a fallu 11 heures ( au lieu de 9 à l’aller) pour rentrer à Niigata , moins les  nombreux arrêts pour fumer, boire un café , me dégourdir les jambes et déjeuner …Mais c’était une très belle aventure et l’aventure n’a pas de prix!

 

1 comment

Naoki Hyakuta – ” Il faut anéantir les 2 journaux d’Okinawa !”

Avant-hier, lors d’une réunion d’un cercle d’études pour la révision de la Constitution institué par le premier ministre et qui rassemble 40 jeunes députés  du Parti Libéral Démocrate (PLD), M.Naoki Hyakuta, auteur à succès et proche  de M.Shintaro Abé, a répondu comme suit à quelqu’un qui avait fait la remarque selon laquelle la presse d’Okinawa était toujours très critique du gouvernement: ” Il faut anéantir les 2 quotidiens d’Okinawa. Les gens de là-bas se réveilleront enfin lorsque la Chine aura investi l’une de leurs iles ! “. Ce qui a amené l’un des députés  présents a enchaîner : ” Pour punir  les mass-media, le plus simple est  de les priver de tout  revenu de publicité.  Il faut  que des personnalités du monde de la culture ( hic!!!) interviennent dans ce but auprès de Keidanren ( l’association centrale du patronat japonais)…” M.Hyakuta, qui est aussi membre du comité de direction de la NHK ( télévision publique), est connu pour ses vues nationalistes extrêmes, notamment à propos du massacre de Nankin qui selon lui est une pure fiction.  On peut s’étonner que le premier ministre choisisse comme conseillers des gens d’un niveau intellectuel aussi désolant  ( mais qui reflète visiblement  le sien) que M.Hyakuta. Ce nouvel incident confirme en tout cas la volonté évidente du gouvernement de faire pression sur  les mass-media qui lui déplaisent …Triste Japon que celui de M.Abé!

Entre parenthèses, cette malheureuse affaire illustre une nouvelle fois la proprension des politiciens et des personnalités japonaises en vue  à faire des déclarations inconsidérées, sans réaliser la portée de leurs propos, et en s’imaginant qu’il suffit de s’excuser vaguement  après, comme M.Hyakuta qui affirme maintenant avoir dit ce qui précède ¨ en plaisantant¨. Comme dirait l’autre : ¨ Tu parles !¨.

Add a comment

Où va le Japon ?

Irrité et dégoûté  par la conduite du gouvernement actuel de M.Shinzo Abé, qui bafoue les règles les plus élémentaires de la démocratie pour imposer ses vues , sans se soucier de respecter les dispositions de la Constitution qu’il interprète à sa guise par des décisions de cabinet, de façon a  éviter la procedure coûteuse en temps d’une révision de cette constitution, afin de faire passer une nouvelle loi sur la sécurité et la  défense collective qui, si elle est approuvée, donnera au Japon la possibilité – exclue par l’article 9 de la présente Constitution-de participer à des conflits armés en dehors de ses frontières, avant tout aux côtés du grand frère américain, qui refuse tout dialogue avec ceux qui sont d’une opinion contraire à la sienne, qui boude ses voisins les plus proches- Corée et Chine-  avec sa volonte de réécrire  l’histoire du rôle du Japon durant la seconde guerre mondiale, qui devient de plus en plus critique à l’égard des mass-media, qui voudrait imposer le lever du drapeau et l’éxécution de l’hymne national lors des cérémonies officielles  des universités nationales, et qui traite Okinawa comme une colonie sans droit au chapitre, je trouve l’air de ce pays de plus en plus irrespirable. Nombreux sont les gens opposés au gouvernement de M.Abé mais, à la différence des années 60, les Japonais n’ont visiblement plus le courage de protester  et si nécessaire de descendre dans la rue, seule solution qui reste pourtant, dans un pays démocratique normal, quand les règles du  jeu democratique ne sont plus respectées,  ce qui est actuellementle cas au Japon. La faute en est à une opposition trop divisée, l’absence d’une presse engagée, et   l’indifférence de nombres de citoyens et  de  membres de la jeune génération à l’égard de la politique. Tout cela est bien triste vraiment, et me retire pour l’instant toute envie de parler du Japon dans ce blog, car ce pays ” file” , comme on dit, ” un très mauvais coton” … et je m’inquiète pour son avenir tant que l’actuel gouvernement demeurera en place. À noter que les intellectuels et les artistes japonais sont aussi à blâmer pour leur silence qui est une preuve de  manque de courage, ceci d’autant plus que  nombre d’entre eux condamnent sévèrement en privé  les faits et gestes de M.Abé. Seraient-ils devenus amnésiques comme le reste du troupeau ?

Add a comment

Okinawa- La grande erreur de Tokyo et de Washington

Comme je l’avais déjà relevé dans ma “Chronique de Naha”, Okinawa, tout en étant formellement un département du Japon comme les autres, a toujours été traité par Tokyo et Washington comme une colonie à laquelle on impose des décisions contraires à sa volonté, sans lui reconnaître le droit au chapitre. Ce triste jeu n’a jamais cessé depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, dans l’indifférence de la majorité des Japonais.

M.Takeshi Onaga, nouveau préfet du département, s’est récemment rendu à Washington pour tenter de communiquer directement aux autorités américaines la volonté de la majorité des habitants d’Okinawa, exprimée  par son élection, de s’opposer par tous les moyens à la construction de la nouvelle base militaire américaine de Hénoko. Il s’est toutefois heurté à un mur, tous ses interlocuteurs, dont notamment le Sénateur John McCain, s’etant borné à lui répondre que la construction de la base en question était la seule solution possible pour contrer la menace que représente l’actuel déploiement stratégique  de la Chine en Asie du Sud.  Tokyo et Washington se sont visiblement donnés le mot pour discréditer M.Onaga aux yeux des citoyens de l’ile, en démontrant son impuissance à appliquer le programme sur la base duquel il a été élu. Le Japon et les Etats-Unis me semblent toutefois avoir fait une tres grande erreur de jugement en agissant ainsi, sans se rendre compte des conséquences tout à fait inattendues pour eux  qu’elle pourrait avoir à long terme. Car les temps ont changé et la patience d’Okinawa a atteint ses limites.

L’attitude inflexible des deux pays demontre clairement  qu’ils bafouent sans vergogne les règles les plus élémentaires de la démocratie à Okinawa, en apportant ainsi, malgré les apparences, de l’eau au moulin de M.Onaga. Il est en effet maintenant loisible à ce dernier de porter le débat aux Nations-Unies, pour dénoncer cette violation des droits des gens d’Okinawa. Voire même d’ envisager carrement  l’indépendance, un droit qu’Okinawa pourrait reclamer a juste titre en invoquant la realite de son histoire: à savoir  que l’annexion manu-militari du Royaume des Rykyus, état souverain à l’époque, par le Japon en 1879 a été et demeure une violation flagrante du droit international…

 

Add a comment

Le sakura de Junsai-ike, Niigata – 12 avril 2015

DSCN2541_1

 

Comme toujours, mon sakura ( cerisier ) prefere a Niigata etait fidele au rendez-vous, dans toute sa splendeur.

guerry.dip.jp

 

 

 

 

Add a comment

Okinawa- Texte integral de la declaration de M.Takeshi Onaga, prefet ( 6 avril 2015)

Ci-apres, le texte integral de la declaration faite par le prefet de Okinawa, M.Takeshi Onaga, lors de sa rencontre avec M.Yoshihide Suga, secretaire general du cabinet du gouvernement japonais, a Naha, le 5 avril dernier, publie aujourd’hui dans le quotidien Ryukyu Shinpo.

Comme on pouvait s’y attendre, cette premiere rencontre  a confirme l’absence de tout terrain d’entente entre Tokyo et Okinawa concernant la construction de la nouvelle base militaire americaine de Henoko. M.Suga s’est en effet borne a rappeler la position de Tokyo selon laquelle la construction de la base en question  est la seule solution possible, en declarant que les travaux se poursuivront ” paisiblement ” comme prevu. Pour sa part, M.Onaga, apres avoir rappele l’histoire douloureuse d’Okinawa durant les 27 ans d’occupation americaine et la situation intenable et injuste dans laquelle la presence massive de bases militaires place l’ile depuis sa retrocession au Japon, a confirme sa determination a empecher la construction de la nouvelle base de Henoko. Il a fait remarquer fort justement a son interlocuteur que son election, obtenue avec une majorite ecrasante de plus de 100.000 voix ,  refletait la volonte dans ce sens des gens d’Okinawa. Il a aussi dit tres clairement a M.Suga que les habitants de l’ile avaient beaucoup de mal a supporter  l’attitude condescendante adoptee vis-a-vis d’eux par le gouvernement de M.Shinzo Abe, en relevant que cette attitude lui rappelait etrangement celle de M.Paul W.Caraway, l’un des Hauts-commissaires a l’epoque de l’occupation de Okinawa par les Americains, qui avait declare un jour:”  L’autonomie d’Okinawa n’est qu’un mythe!”, et qu’elle remettait en question le principe meme de la democratie au Japon.

 

<翁長知事冒頭発言全文>「粛々」は上から目線

2015年4月6日

お忙しい中、時間を割いていただき、意見交換の場をつくっていただいたことに感謝を申し上げたい。

官房長官からも話があったが、沖縄は全国の面積のたった0・6%に74%の米軍専用施設が置かれている。まさしく戦後70年間、日本の安全保障を支えてきた自負もあり、無念さもある。今、官房長官からそういったことに対して大変理解のある言葉をもらった。そうであるならば、去年の暮れ、あるいはことしの初め、どんなに忙しかったかは分からないが、こういった形で話をする中で「物事を粛々と進める」ということがあったら、県民の理解ももう少し深くなったと思う。

私は日米安保体制が重要だというのは、私の政治の経歴からいっても十二分に理解している。しかし、日本の安全保障を国民全体で負担するという気構えがなければ、今、尖閣の話もあったが、たった1県のこの沖縄県に多くの米軍施設を負担させて日本の国を守るんだと言ってもよその国から見るとその覚悟のほどがどうだろうかと思う。

日本国民全体で負担する中で、日本の安全保障や日米安保体制、日米同盟をしっかりやってほしいというのが私の気持ちだ。

オスプレイなどが本土で訓練する話もあったが、残念ながらいわゆる基幹基地を本土に持って行くという話がないから、訓練をしていずれ全て沖縄に戻ってくるのではないかという危惧は、今日までの70年間の歴史からすると、十二分に感じられることだ。不安がある。

そして、どんなに言っても米軍の運用に自分たちは口を挟めないんだという形で物事が終わってしまう。環境問題もさることながら、日米地位協定の改定も抜本的な意味合いでやってもらわないと。沖縄の危惧は、今の日米地位協定の中では解決しにくいと思っている。

今日まで沖縄県が自ら基地は提供したことはないということを強調しておきたい。普天間飛行場もそれ以外の取り沙汰される飛行場も基地も全部、戦争が終わって県民が収容所に入れられている間に、県民がいる所は銃剣とブルドーザーで、普天間飛行場も含め基地に変わった。

私たちの思いとは全く別に全て強制接収された。自ら奪っておいて、県民に大変な苦しみを今日まで与えて、そして今や世界一危険になったから、普天間は危険だから大変だというような話になって、その危険性の除去のために「沖縄が負担しろ」と。「お前たち、代替案を持ってるのか」と。「日本の安全保障はどう考えているんだ」と。「沖縄県のことも考えているのか」と。こういった話がされること自体が日本の国の政治の堕落ではないかと思う。

日本の国の品格という意味でも、世界から見ても、おかしいのではないかと思う。この70年間という期間の中で、基地の解決に向けてどれぐらい頑張ってこられたかということの検証を含め、そのスピードから言うと先にはどうなるのか。これもなかなか見えてこないと思う。

一昨年、サンフランシスコ講和条約の発効の時にお祝いの式典があった。日本の独立を祝うんだという、若者に夢と希望を与えるんだという話があったが、沖縄にとっては、あれは日本と切り離された悲しい日だ。そういった思いがある中、あの万歳三唱を聞くと、沖縄に対する思いはないのではないかと率直に思う。

27年間、サンフランシスコ講和条約で日本の独立と引き換えに米軍の軍政下に差し出されて。そして、その27年の間に日本は高度経済成長を謳歌(おうか)した。その間、私たちは米軍との過酷な自治権獲得運動をやってきた。想像を絶するようなものだった。

官房長官と私は法政大学で一緒だが、私は22歳までパスポートを持ってドルで送金受けて日本に通った。そういったものなどを思い浮かべると、あの27年間、沖縄が支えたものは何だったのかなと思い出される。

そして、官房長官が「粛々」という言葉を何回も使う。僕からすると、埋め立て工事に関して問答無用という姿勢が感じられる。その突き進む姿は、サンフランシスコ講和条約で米軍の軍政下に置かれた沖縄。その時の最高の権力者だったキャラウェイ高等弁務官は「沖縄の自治は神話である」と。「自治は神話」だとあの当時に言った。

私たちの自治権獲得運動に対し、そのような言葉で、キャラウェイ高等弁務官が言っていて、なかなか物事は進まなかった。

官房長官の「粛々」という言葉がしょっちゅう全国放送で出てくると、何となくキャラウェイ高等弁務官の姿が思い出される。何か重なり合う感じがして、私たちのこの70年間、何だったのかなと率直に思っている。

そして、この27年間の苦しい中で強制接収された土地を、プライスさんという人がきて、プライス勧告というもので強制買い上げをしようとした。とても貧しい時期だったから、県民は喉から手が出るほどお金がほしかったと思うが、みんなで力を合わせてプライス勧告を阻止した。

今、私たちは自分たちの手の中に基地(の土地)が残っている。こういった自治権獲得の歴史は「粛々」という言葉には決して脅かされない。そう思っている。上から目線の「粛々」という言葉を使えば使うほど、県民の心は離れて、怒りは増幅していくのではないのかと思っている。私は辺野古の新基地は絶対に建設することができないという確信を持っている。

こういう県民のパワーが私たちの誇りと自信、祖先に対する思い、将来の子や孫に対する思いというものが全部重なっていて、私たち一人一人の生きざまになってくる。こういう形で「粛々」と進められるものがあったら、絶対に建設することはできない、不可能になるだろうなと私は思う。そうすると、建設途中で頓挫することによって、起こり得る事態は全て政府の責任だ。世界が注目しているので、日本の民主主義国家としての成熟度が多くの国に見透かされてしまうのではないかなと思っている。

官房長官にお聞きしたい。ラムズフェルド国防長官(2003年当時)が「普天間は世界一危険な飛行場だ」と発言し、官房長官も国民や県民を洗脳するかのように「普天間の危険性除去のために、辺野古が唯一の政策」と言っている。辺野古基地ができない場合、本当に普天間は固定化されるのかどうか、聞かせていただきたい。

ラムズフェルドさんも官房長官も多くの識者も世界一危険な基地だと言っているのに、辺野古ができなかったら固定化ができるのかどうか。これをぜひお聞かせ願いたい。

普天間が返還され、辺野古に行って(面積が)4分の1になるという話がある。それから嘉手納以南の相当数が返されると言うんですが、一昨年に小野寺前防衛大臣が来た時に「それで、どれだけ基地は減るのか」と聞いたら、今の73・8%から73・1%にしか変わらない。0・7%だ。

なぜかというと那覇軍港もキャンプキンザーもみんな県内移設だから。県内移設なので、普天間が4分の1の所に行こうがどうしようが、73・8%が73・1%にしか変わらない。

官房長官の話を聞いたら全国民は「相当これは進むな」「なかなかやるじゃないか」と思うかもしれないけれど、パーセンテージで言うとそういうことだ。

それからもう一つ。那覇軍港やキャンプキンザーなどは2025年まで、2028年までには返すと書いてあるが、その次に「またはその後」と書いてある。これは日本語としてどうなんだと思う。

2025年、2028年までに返すんだと書いておいて、その次に「またはその後」という言葉が付いている。「ハナシクワッチー」と言って、沖縄では話のごちそうという言葉がある。いい話をして局面を乗り越えたら、このことにはまた知らんふりというのが、戦後70年間の沖縄の基地の問題だったと思う。だから、今こうしてオスプレイをどこそこに持って行くあるいはたくさんの基地が返るんだという話をされても「またはその後」が付けば、「50年ぐらい軽くかかるんじゃないか」という危惧を県民はみんな持っている。

こういうところをぜひ、ご理解いただきたい。そして、安倍総理が「日本を取り戻す」と2期目の安倍政権から言っていた。私からすると、取り戻す日本の中に沖縄が入っているのか、率直な疑問だ。

「戦後レジームからの脱却」ということもよく言うが、沖縄では「戦後レジームの死守」をしている感じがする。一方で憲法改正という形で日本の積極的平和主義を訴えながら、沖縄でこの「戦後レジームの死守」をすることは、本当の意味の国の在り方からいくと納得しにくい。

昨日、一昨日の官房長官の「沖縄県民の民意」というものがあった。「いろんなものがあってあの選挙を戦ったんだよ」と。「だから(民意は)いろいろあるでしょう」という話があったが、昨年度の名護市長選挙、特に沖縄県知事選挙、衆院選挙の争点はただ一つだった。前知事が埋め立て承認をしたことに対する審判だった。テレビ討論や新聞討論で(議題は)教育、福祉、環境いろいろあるが、私と前知事の政策に、埋め立て承認以外では違いがなかった。

あの埋め立て承認の審判が、今度の選挙の大きな争点であり、10万票差で私が当選したということは、もろもろの政策でやったものではないということを、ぜひ理解してほしい。辺野古基地の反対について、県民の圧倒的な考えが示されたと思っている。

振興策の話もしていたが、沖縄県はいろいろ難しいところがある。例えば基地があることによって困ったことは何だったかというと、あの9・11の(米国)ニューヨークのテロでビルに飛行機がぶつかったときに、大変なことが起きたなと思ったら、1週間後には、沖縄に観光客が4割来なくなった。そして4割来ないということは大変な出来事で、あのときの沖縄の苦しみというのは大変だった。

そして尖閣も日本固有の領土だし、守ることは結構だ。しかし、あの尖閣で何か小競り合いが起きると、石垣島に来ている100万人の観光客がすぐ10万人くらいに減るという危険性も十二分に持っている。そういう視点からも、沖縄は平和の中にあって初めて、沖縄のソフトパワー、自然、歴史、伝統、文化、万国津梁の精神、世界の懸け橋になる、日本のフロントランナーとなる。経済的にもどんどん伸びていき、平和の緩衝地帯として他の国々と摩擦が起きないような努力の中に沖縄を置くべきだと思う。米軍基地があると、お互いの国とも近くて、最近はミサイルが発達しているので1、2発で沖縄が危なくなる。

こういったことを考え合わせると、米軍もアメリカももうちょっと遠いところに行きたがっているんじゃないか。日本の方がかえってそれを止めて「抑止力」という形でやっているのではないかという疑問がある。

アジアを見据える、あるいは中東を見据えるところまで沖縄の基地が使われるのではないかと思っているが、この辺の根本的な説明がないと、新辺野古基地というのは恐らく難しい。

県民の今日までのいろんな思いは絶対に小さくはならない。もっと大きくなって、この問題に関して、話が進んでいくと私は思っている。

きょう官房長官にお会いさせていただいたが、安倍総理にもこのような形でお話しする機会があれば大変ありがたい。ぜひ、その面談の手配をお願いしたい。(官房長官は)基地負担軽減担当大臣でもあるので、辺野古建設の中止をされて、しっかりと話し合いをして、基地問題を解決していただきたいと思っている。よろしくお願いします。

Add a comment

Okinawa- Island-Wide Council to appeal to the United-Nations, working with the Okinawa prefectoral government

Bien que de retour à Niigata, la situation à Okinawa continue de me préoccuper. Le bras de fer entre le département de Okinawa et le gouvernement japonais continue de plus bel, Tokyo poursuivant les  travaux de la nouvelle base de Hénoko malgré les mises en demeure du département. Une rencontre est prévue le 4 avril à Okinawa entre M.Onaga, préfet du département, et M.Suga, secrétaire-général du cabinet dudit  gouvernement. Il est toutefois à prévoir que les intéressés ne trouveront aucun terrain d’entente, M.Suga ayant récemment déclaré dans une interview que les travaux se poursuivront contre vents et marées. M.Onaga prévoit de se rendre aux Etats-Unis à la fin avril pour y présenter le point  de vue d’Okinawa dans cette affaire aux autorités américaines. Une action auprès du United Nations Human Rights Council ( UNHRC) sera également engagée à Genève au  courant de ce mois , selon les termes indiqués dans l’article suivant du quotidien Ryukyu Shinpo publié le 14 janvier dernier :

 

Ryukyu Shimpo – Okinawa


Island-Wide Council to appeal to the United Nations, working with the Okinawa prefectural government
January 14, 2015 Ryukyu Shimpo

On January 13, Director Yoshikazu Tamaki of the “Island-Wide Council for Leading to the Future and Realizing the Okinawa Statement” has announced an international strategy at a press conference held at the Okinawa Prefectural Building. Among the plans is an enhanced effort to lobby international organizations such as the United Nations Human Rights Council (UNHRC) to increase international awareness of Okinawa’s military base issues. The council will act together with Governor Takeshi Onaga, who opposes relocating Futenma Air Station to another location in Okinawa, and begin new activities as a citizen movement supporting the prefectural government.

According to the Island-Wide Council’s office, the UNHRC carries out “Universal Periodic Reviews” (UPR) on the human rights performance of each country, and the United States is scheduled for review in May.

The council will also dispatch representatives to Geneva in April to present a report on Okinawa to the UNHRC’s 47 member states during the pre-session hearing ahead of the UPR.

The report will appeal with clear explanations of the various problems arising from the presence of American military bases, the extreme military base burden on Okinawa, and the forcible manner in which the relocation of Futenma Air Station is being conducted. The council is also considering submitting a situation report to the Office of the High Commissioner for Human Rights and inviting the United Nations Special Rapporteurs on human rights to report on Okinawa.

Besides appealing to the United States Congress, United States news media, and prefecture-related people in America, the Island-Wide Council is also gathering sponsors and seeking support for its activities within Japan.

Director Tamaki explained, “We want to make known the overburdened situation of military bases in Okinawa and the movement to stop further construction of new military bases in Okinawa.”

Tamito Matayoshi of the Island-Wide Council office emphasized, “The people of Okinawa have already strongly expressed their stance through the gubernatorial election and Lower House elections, and we are in a situation where we have no other recourse. We would like all citizens of Japan to direct some of their attention to this problem.”

(English translation by T&CT and Lima Tokumori)

guerry.dip.jp

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa( 30)-Le mot de la fin ecrit a Niigata- 22 mars 2015

Nuageux et couvert ( 8 degres)- Je ne suis plus a Naha mais, malheureusement pour moi, a Niigata ou, comme toujours, on a l’impression d’etre en hiver alors qu’on est au printemps…

J’ai quitte Naha dimanche dernier, le 15 mars. De retour ici, j’ai retrouve ma maison, qui est la seule chose que j’aime ici, car elle est vaste et confortable, meme si les interstices de ses fenetres laissent passer le vent. La seule chose avec ma chatte, Cartouche, mon velo et mes bouquins…Quant a TD, dont j’ai souvent parle dans ces pages, il a rendu l’ame, faisant trop de fumee. J’ai decide de me separer de lui pour le remplacer par un scooter Honda pcx 125 avec lequel j’irai peut-etre un jour a Naha, en roulant jusqu’a Kyushu pour y prendre le ferry. De toute facon, j’ai laisse mon coeur a Okinawa et il faudra donc que j’y retourne pour le retrouver et redevenir entier.

En conclusion de cette chronique, deux images du petit parc-sanctuaire de Kume, devant lequel j’ai passe tous les jours pendant deux mois et qui est garde en permanence par un chat enigmatique. J’ai l’intention de rouler le mois prochain jusqu’a Karuizawa ou je passerai un certain temps pour mettre au point la version finale de la traduction dont j’ai deja parle apres avoir elucide avec son auteur, qui est un ami de tres longue date, habite la-bas la plupart du temps,  et est assez gentil pour me preter le hanare ( pavillon separe ) de sa residence en pleine foret ( loin des hordes de touristes ) quand je sejourne chez lui,  les nombreux points qui me posent encore des problemes.  La vie continue, meme si parfois elle est dure a supporter !

 

DSCN2321_1

 

 

 

DSCN2313_2

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (29)- 13 mars 2015

Assez belle journee ( 18-20 degres )degres), mais comme toujours ces derniers temps, la temperature baisse considerablement des le coucher du soleil.

Je repars dimanche, sans aucun plaisir, mais avec l’idee que je reviendrai des que possible. La perspective de retomber en plein hiver ( 4 degres et chutes de neige possible selon la meteo ) me revulse…

Comme toujours a la fin d’un voyage, j’ai le vague a l’ame. Ces derniers jours, j’ai fait pas mal de velo et decouvert de tres beaux parcs- Naha abonde en espaces verts-  le long de la riviere Kokuba Gawa et aussi au bord de la mer, a cote de la  plage de Nami no Ue, toute proche du sanctuaire du meme nom. Un cadre ideal pour lire les deux quotidiens locaux- le Ryukyu Shinpo et le Okinawa Times ( en japonais lui-aussi, malgre son nom ) – qui malheureusement apportent chaque jour  des nouvelles deprimantes sur le bras de fer entre le gouvernement de M.Shinzo Abe et le prefet du departement de Okinawa, M.Onaga.

Tokyo, comme  je l’ai deja souligne dans ces pages,  a decide de poursuivre les travaux de construction de la nouvelle base en ignorant totalement l’opposition de la population et de ses autorites, et en passant outre a la demande faite par M.Onaga d’un arret temporaire de ces travaux pour verifier la legalite des autorisations accordees par son predecesseur ,M.Nakaima, qui, tout en s’etant longtemps declare oppose a la construction de la base, a tourne casaque au dernier moment pour ” manger dans la main ” de M.Abe comme les gens d’ici le disent avec un profond mepris. Tout indique qu’il s’agit d’une action concertee en vue de nier l’autorite de M.Onaga  et de l’obliger a capituler en lui demontrant qu’il ne peut rien faire contre les decisions de Tokyo…Avec le concours empresse des autorites militaires americaines qui, hier, ont rejete categoriquement une demande du departement d’Okinawa visant a obtenir de leur part la permission  d’envoyer une equipe de plongeurs dans le but de verifier les degats subis par les bancs de corail  qui se trouvent dans la zone des travaux ( interdite d’acces et placee sous l’autorite de l’armee americaine), et sur lesquels des blocs de beton ont ete largues…Pour la petite histoire, il est bon de relever que le departement  d’Okinawa n’a pas le droit de dialoguer directement  avec cette armee et qu’il est oblige de lui transmettre ses requetes par l’intermediaire du Ministere japonais des affaires etrangeres. Qu’on le veuille ou non, Okinawa est bel et bien traitee  comme une colonie tant par Tokyo que par Washington, a la difference des autres departements japonais qui accueillent des bases americaines.

Mais la question est evidemment de savoir jusqu’a quand les gens de Okinawa supporteront cela. Toutes les hypotheses sont ouvertes a ce sujet, car les temps ont change et les mentalites aussi, ceci d’autant plus que les informations se repandent tres vite dans le monde a notre epoque et qu’il existe des instances internationales qui defendent les droits  des populations autochtones minoritaires…

Une photo drole, pour enlever le gout amer que laisse  cette tres triste situation…L’entree d’un ” love hotel” tout pres de chez moi:

 

 

 

DSCN2289 (1)_1

 

 

 

guerry.dip.jp

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (28)- 10 mars 2015

Temps très froid, avec un vent glacial. On se croirait presque en hiver ( 13 degrés).

 

DSCN2222_1_1

 

Après presque deux mois passés à Naha, le moment est venu pour moi de me préparer à conclure cette chronique bien imparfaite. Je ne suis pas journaliste mais simplement un bourlingueur  qui adore  le monde et qui  essaie d’être aussi sensible que possible aux signaux qu’il reçoit quand il est sur la route.

Quitte à choquer beaucoup de personnes au Japon ou ailleurs, j’ai le sentiment que Okinawa, loin d’être un département japonais comme les autres, avec tous les droits que cela sous-entend,   n’a jamais cessé depuis son annexion à la fin du XIXème d’être traitée par les Japonais et, depuis la fin de la guerre, par les Américains, qui l’occupent encore en partie, comme une colonie à l’égard de laquelle  les règles les plus élémentaires de la démocratie ne s’appliquent pas, l’usage étant de lui imposer unilatéralement des décisions, quitte à utiliser la force si nécessaire  ( les incidents quotidiens entre les protestataires de bonne foi et les forces de l’ordre, qui entourent  la construction de la nouvelle base militaire de Hénoko  le montrent une nouvelle fois ). Il ne faut pas oublier d’ailleurs  que le  Japon, comme il l’a fait à Hokkaido à l’égard des Ainous, s’est efforcé depuis l’annexion du royaume  de détruire systématiquement l’identité des habitants des Ryukyus, en leur interdisant de parler leur langue et en confisquant leur culture et leur  histoire, pour en faire des Japonais de second ordre, toujours victimes  de discrimination.

J’ai appris  qu’à Okinawa l’enseignement scolaire imposé par Tokyo ne faisait aucune mention de l’histoire du Royaume des Ryukyus qui a pourtant duré plus de 450 ans, et qui était distincte de celle du Japon, même si le royaume, tombé au 17ème siècle sous le contrôle du Clan de Satsuma qui l’avait envahi, tout en continuant d’être  vassal de la Chine, n’en avait pas moins préservé son indépendance jusqu’au XIXe siècle. Une indépendance qui était d’ailleurs reconnue formellement par le Régime des Tokugawa.  Mais les enfants d’Okinawa peuvent toutefois et heureusement  apprendre l’histoire de leur pays en dehors de l’école publique japonaise, puisqu’il existe des manuels de l’histoire du Royaume des Ryukyus  publiés à Okinawa , comme je l’ai découvert aujourd’hui en faisant un tour dans la boutique du Musée des beaux-arts de Urasoé. Certaines communes ont d’ailleurs  inclus de leur propre initiative un enseignement de cette histoire dans le programme de leurs écoles, en estimant fort justement qu’elle faisait tout autant partie, sinon plus, de l’identité des enfants que l’histoire du Japon à la même époque… 

Étant citoyen d’un petit pays dans lequel les minorités francophone, italianophone et rhéto-romanche ont toujours droit au chapitre même si leur  poids est matériellement très faible par rapport à celui de la majorite alémanique, la façon très brutale dont  le gouvernement japonais actuel traite Okinawa me révolte et me dégoûte !  Le moment est sans doute venu d’alerter le monde sur les  pratiques inacceptables d’un  pays qui se prétend démocratique sans respecter pour autant la volonté de ses minorités.

 

DSCN2214_1_2

 

guerry.dip.jp

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa ( 27-2)- 6 mars 2015

Pour beaucoup de touristes japonais, Okinawa semble etre avant tout un disneyland un peu exotique que l’on traverse rapidement, dans le cadre de circuits tout faits, sans vraiment s’interesser a la culture et a la realite quotidienne des gens d’ici.

 

 

 

DSCN1989

 

 

 

 

Tout a l’heure a la radio, j’ai entendu une remarque faite dans ce sens , a propos des touristes japonais qui viennent specialement a Okinawa pour aller voir les MV22 Ofsprey , avion de transport et helicoptere militaire que les troupes americaines ont deploye ici et dont la reputation est assez mauvaise, en raison de plusieurs accidents aux Etats-Unis dans le passe. Le speaker, parlant de ces touristes qui trouvent ” merveilleux ” le spectacle de ces avions, a remarque: ” Pour eux, c’est merveilleux, parce qu’ils ne font que passer, mais ca l’est beaucoup moins pour les gens d’ici qui tous les jours voient ces etranges volatiles survoler leurs habitations et sont saisis chaque fois par un sentiment d’apprehension”. Dure realite que celle d’Okinawa!

guerry.dip.jp

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (27)- 6 mars 2015

Nuageux et frais (15 degres).

Ca fait deja sept semaines que je suis a Naha. Mon retour a Niigata est prevu pour le 15 mars. Je n’ai guere envie de rentrer, mais je n’ai pas le choix pour le moment.  Je suis enfin  arrive au terme du premier jet de ma traduction et j’entre maintenant dans la deuxieme phase, qui consistera a polir le texte pour le rendre aussi fluide et agreable a lire que possible, apres avoir rencontre l’auteur et passe un certain temps avec lui pour eclaircir tous les points que  je dois verifier  afin d’etre sur de les avoir correctement interpretes. C’est un travail de longue haleine grace auquel j’ai appris un tas de choses sur le monde artistique japonais de l’avant et de l’apres-guerre. Le titre provisoire du livre en francais est:  ”  Yu-Ichi Inoue – Le Sho, c’est l’art de tout le monde “.

 

DSCN1904_1_1

 

Le Sho 書  est une abreviation du terme Shodo 書道 qui signifie ” calligraphie ” en japonais. La photo ci-dessus  montre le livre avec lequel je me bats depuis septembre dernier non sans plaisir d’ailleurs. Le japonais ecrit est une langue tres difficile car elle emploie trois sortes de caracteres: les hiragana,  les katakana et les ideogrammes. Si les hiragana et les katakana, caracteres phonetiques propres au japonais,  sont relativement simples a apprendre, les ideogrammes ( caracteres chinois) sont en revanche impossibles a connaitre tous tant ils sont nombreux. Le japonais courant exige la connaissance de 2000 a 3000 ideogrammes, mais il y en a evidemment beaucoup plus. Quand on rencontre un  ideogramme ( kanji 漢字)  inconnu, on doit le chercher dans un dictionnaire  de caracteres ( kanwa jiten 漢和辞典).  Pour ce faire, il faut d’abord trouver sa clef ( bushu 部首 ), c’est a dire le ou les traits  qui indiquent la categorie dans laquelle il est range. La table des clefs qui figure generalement au verso de la couverture du dictionnaire propose un choix de 214 clefs, composees de 1 a 17 traits. Avec l’habitude, on repere assez facilement la clef de l’ideogramme que l’on cherche, mais il arrive parfois que l’on se trouve face a un ideogramme dont la clef est difficile a trouver… Sans clef, il est evidemment impossible d’ouvrir une porte. Ca prend parfois beaucoup de temps. Mais on peut aussi chercher le caractere  dans la liste des ideogrammes repartis selon leur nombre total de traits. Voire, si l’on a devine sa prononciation par analogie avec d’autres ideogrammes de la meme famille que l’on connait deja  ( il faut de l’habitude mais on y parvient, car il y a quand meme une certaine logique dans tout cela ), le chercher dans la liste des ideogrammes classes selon leur lecture.

Pour revenir au debut, une fois la clef trouvee, on cherche l’ideogramme dans le chapitre de la clef qui est la sienne,  apres avoir compte le nombre de traits qui s’ajoutent a ceux de la clef, les caracteres etant classes par le nombre de traits.  Malgre ma  tres longue pratique du japonais, il m’arrive parfois de rencontrer un ideogramme qui refuse de me livrer son secret, meme si j’y consacre beaucoup de temps. C’est tres frustrant, et ca m’amene souvent a hurler : ” Pourquoi diable ai-je choisi d’apprendre une langue aussi complexe ! “. Dans le pire des cas, je demande de l’aide a quelqu’un. Un autre grand probleme du japonais est la lecture des noms de lieux et des prenoms, car meme s’ils sont ecrits avec les memes ideogrammes, leur lecture  est souvent tres differente selon les cas…

Il n’existe aucun rapport entre le japonais et le francais. Ce sont deux mondes a part. Un autre probleme que je rencontre souvent est que, meme si je comprends le texte japonais sans difficulte,  je ne suis pas capable de trouver sur le champ l’equivalent francais de certains termes. D’ou le cahier place sous le livre dans la photo…il me faut, dans un premier temps, noter a la main les termes en question et reflechir a leur propos jusqu’a ce que je trouve la reponse souvent absente des dictionnaires. It’s a long way!

 

 

 

RSCN1987_1

 

 

guerry.dip.jp

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa ( 26 ) – Le 4 mars 2015

Il fait froid ( 13 a 14 degres)

Avant-hier, j’ai pris mon courage a deux mains pour retourner au Chateau de Shuri, a velo cette fois. La montee assez longue et en lacets n’a pas ete trop difficile et je suis parvenu a la faire presqu’entierement assis sur la selle, en me prouvant ainsi que j’etais encore vivant, malgre mon age avance !

 

 

DSCN2009_1

 

Mon propos etait cette fois de visiter le Tama-U-Dung 玉陵, mausolee royal de la seconde dynastie des Sho 尚. Construit en 1501 et partiellement detruit durant la bataille d’Okinawa et reconstruit plus tard, ce mausolee abrite les restes de 9 rois  et leur famille,  dont ceux de  Sho Tai O 尚泰王 , 19eme et dernier roi des Ryukyus qui fut detrone en 1879, lors de l’annexion du royaume par le   Japon. Ce mausolee, dont la forme evoque celle du palais royal du 16eme siecle, comporte  trois grandes caves.

 

 

DSCN2015_1_2_1

 

A la difference des Pyramides ou des Kofun au Japon, les souverains d’Okinawa n’avaient pas de chambres funeraires individuelles. L’usage voulait en effet que leur cadavre soit place apres leur mort dans la cave centrale du mausolee, pour y demeurer queques annees. Par la suite, leurs ossements etaient recueillis, laves et places dans des urnes en ceramique rangees les unes a cote des autres dans la cave de gauche. Ceux de leurs epouses logeaient en revanche dans la cave de droite.

 

DSCN2033_1_1

 

 

 

 

Le Tama-U-Dun est inscrit au Patrimoine mondial, comme le Chateau de Shuri.

guerry.dip.jp

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (25)- 28 fevrier 2015

Temps couvert ( température entre 14 et 22 degres).

Hier, je suis retourné dans le quartier Omoromachi, dont j’ai déjà parlé, pour aller faire un tour au Musée préfectoral des beaux-arts de Okinawa. La chance était avec moi , car j’y ai découvert une exposition absolument fascinante qui m’a procuré un plaisir fou. Organisée par le Musée des beaux-arts  Mori de Tokyo, cette exposition itinérante, présentée au musée  du 16 janvier au 15 mars, est intitulée ” Go-Betweens : The World Seen Trough Children   ゴービトウイーンズ展 こどもを通して見る世界”. Elle  propose, sous forme de photos et vidéos, le travail de 20 artistes  japonais et étrangers.

J’ai particulièrement été captivé  par  les oeuvres  de Zhang O, Wong Hoy Cheong  et Takayuki Yamamoto.

Chinois de Malaisie établi a Kuala Lumpur, Cheong propose  une vidéo de 13 minutes ,” Oh Sukule, Darling Sukule “, qu’il a tournée avec les enfants romanichels du quartier de Sukule à Istanbul en 2007. Un petit film plein de fantaisie dans lequel les enfants parlent chacun à leur tour de leur vie, de leur famille, de leur quartier. On est frappé par leur joie de vivre et le regard positif  qu’ils portent sur le monde. La dernière scène, dans laquelle ils volètent tous comme des papillons devant la caméra , est absolument géniale  par sa poésie.

 

5

Oh Sukule,Darling Sukule, de Wong Hoy Cheong

 

Né en Chine et vivant à New York, Zhang O  a effectué une serie de portraits  d’orphelines chinoises adoptées par des familles américaines, intitulée ¨ Daddy and I ¨. En couleurs, ces photos géantes, qui montrent les enfants avec leur père adoptif, dégagent une atmosphère étrange et  prenante à la fois. On a l’impression de ressentir aussi la nostalgie éprouvée par le photographe, chinois lui-même, devant ces petites filles sans doute coupées à jamais  de leur culture d’origine.

 

zhang01

Daddy and I , de Zhang O

 

L’installation de Takayuki Yamamoto, ” Now Hell, What Kind of Hell Will We Go To”, offre un spectacle d’humour noir tout a fait insolite  qui m’a fasciné  tout en me faisant beaucoup rire. L’artiste japonais a choisi des enfants, leur a demandé d’exprimer  leur idée  de l’enfer et de la matérialiser  sous forme d’installations en papier et en carton, avec l’aide de ses assistants. Il a ensuite filmé chaque enfant devant son installation, en le priant de parler de son enfer . Le résultat est sidérant, car les enfants décrivent avec un calme olympien et beaucoup de sérieux les supplices épouvantables, à en donner la chair de poule,  que leur enfer réserve à ceux qui ont le malheur d’y tomber !  Les installations sont exposées  devant l’écran qui  montre la vidéo.

 

TakayukiYamamoto_New_Hell_video-e1402896163976

New Hell ,What Kind of Hell Will We Go To?  de Takayuki Yamamoto

guerry.dip.jp

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (24)- 26 fevrier 2015

Temps couvert  mais  assez  chaud (22 degres)

La facon tres brutale ( illustree presque chaque jour par les actes de violence inacceptables de la police et des gardes-cotes perpetres a l’egard des civils qui protestent pacifiquement contre le projet)  avec laquelle les autorites de Tokyo poursuivent les travaux preliminaires a la  construction  de la nouvelle base militaire de Henoko, en depit de l’opposition des autorites locales, montre clairement deux choses: la nature autocratique du gouvernement de M.Shinzo Abe  et son mepris total pour Okinawa qu’il traite comme une colonie, en lui imposant ses decisions par la force et en refusant tout dialogue avec ses elus. La democratie est en danger au Japon aux mains d’un tel gouvernement qui bafoue ses regles les plus elementaires et  justifie son attitude en invoquant des arguments  d’une mauvaise foi tellement flagrante qu’elle en est genante pour lui. J’espere avec beaucoup de gens d’ici que M.Onaga , le nouveau prefet, se battra jusqu’au bout pour stopper le projet,  quitte a porter le debat au niveau des instances internationales  si Tokyo refuse de changer d’attitude.

guerry.dip.jp

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (23)- 21 février 2015

Temps ensoleillé ( 19 degrés).

 

 

 

RSCN1848_1

 

 

Je suis finalement allé faire un tour hier dans le quartier de Asato, que j’avais mentionné dans mon dernier texte. On peut y aller avec le monorail .C’est un endroit tres curieux. Avec son vieux marché d’abord où il y a un tas de petites ginguettes. L’atmosphère m’a rappelé celle des marchés coréens, bien que les odeurs soient différentes. Du marché, on débouche sur des petites ruelles qui , à première vue, sont occupées par un tas de petits restaurants et snacks. En fait, il n’en est rien, car ces endroits ne servent pas les cuisines qu’ils indiquent mais les plaisirs du sexe… Contrairement aux maisons de bains-bordels de mon quartier, à Tsuji, dont les actrices sont de très jeunes filles, les dames qui travaillent à Asato sont d’un âge respectable, voire très avancé pour certaines. Elles se tiennent au seuil de leurs boutiques, voire sur le trottoir, et hèlent les passants pour leur proposer leurs services avec un naturel très bon enfant. Les ¨rencontres¨  se passent au deuxième étage . J’y suis allé de jour et je n’ai vu que quelques dames, dont une à l’allure  très impressionnante, fausse blonde dans la cinquantaine, avec laquelle j’ai échangé quelques mots, en lui disant que je me promenais et que je n’avais pas le coeur à ¨ça¨ce jour-là. Elle l’a très bien pris et m’a dit: ¨ A la prochaine! Prends soin de toi ¨. Ce que j’aime en Asie, c’est que le sexe n’est pas un objet entouré d’opprobre et de honte.

 

DSCN1853_1

 

Après ma balade dans le monde finalement très  nature de ces petites rues, je suis retourné au marché pour trouver un endroit où dîner.J’ai découvert  à sa sortie un tout petit bistrot de ¨ kushi katsu¨, brochettes  frites , de viandes, de poissons et de légumes , installé à moitié sur le trottoir, de l’autre côté de la rue. Excellent pour un prix très modique, et arrosé de ¨ awa mori¨, alcool blanc de riz, très fort, qui fait penser a la vodka et  qui est la boisson préférée des gens d’Okinawa. J’aime bien ce bistrot, la fille qui sert est très sympa, et j’y retournerai.

 

 

 

DSCN1806_1

 

 

 

guerry.dip.jp

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (22)- 18 fevrier 2015

Temps ensoleille mais legerement frais ( entre 13 et 16 degres).

 

 

 

DSCN1668_2

 

Hier apres-midi j’ai pris le monorail pour aller au Chateau de Shuri, ancienne residence des rois des Rykyus de 1406 a 1879. Entierement detruit, comme la ville, lors de la bataille de Okinawa, ce chateau a ete reconstruit en 1992.

 

 

 

DSCN1623_1

 

Le chateau est situe sur une eminence qui domine la ville. Ce qui frappe d’emblee, ce sont les remparts impressionnants qui sont tres differents de ceux des chateaux japonais etant donne que leurs extemites forment des courbes douces et non pas des angles saillants. La difference s’affirme d’ailleurs partout, des lions qui gardent les portes aux dragons qui flanquent l’entree du batiment principal de style chinois et a ceux qui couronnent  son toit.  .

 

 

 

DSCN1635

 

 

 

DSCN1642

 

 

DSCN1644_1_1_1

 

 

 

 

La visite des differentes salles du chateau revele un monde de reve d’une grande splendeur. On est surpris par la grandeur des espaces qui se succedent les uns apres les autres derriere le batiment principal. La salle du trone, avec ses parois et ses piliers en laque rouge est d’un luxe particulierement impressionnant. Elle  m’a fait penser a celles des palais des sultans de Java. On est tres loin de la sobriete esthetique  du Japon ici, meme si le chateau possede quelques pieces a tatamis.

 

 

DSCN1661_1

 

 

 

 

DSCN1708_1

 

 

 

DSCN1696 (2)_1

 

 

Egalement un jardin sec dans le style des Ryukyus, et aussi le petit jardin prive du roi, qui commande une vue plongeante sur la ville. J’ai trouve ce chateau tres seduisant et j’ai l’intention de revenir y rever  de temps en temps car l’endroit possede un certain magnetisme…

 

 

 

DSCN1682_1

 

 

 

 

DSCN1693_1_1

 

 

Au retour, j’ai pris la petite rue pavee qui redescend de la colline et conduit au quartier de Samugawa dans les petites rues duquel j’ai erre longuement et peniblement avant d’arriver a la station  de monorail de Asato. Je me suis balade un peu dans ses alentours, notamment dans un petit marche avec un tas de petites ginguettes. L’endroit, d’apres ce que l’on m’en m’a dit,  semble ne pas avoir tres bonne reputation. Ce qui m’a donne bien evidemment l’envie d’aller l’explorer l’un de ces prochains jour.

 

 

 

DSCN1731_1

 

 

 

DSCN1728_1

 

guerry.dip.jp

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (21)- 16 fevrier 2015

Beau temps. La temperature est montee jusqu’a 20 degres au debut de l’apres-midi.

 

 

IMG_20150116_221629

 

En lisant le journal et en discutant avec toutes les personnes  que je rencontre depuis le debut de mon sejour ici , j’en arrive a penser que le drame d’Okinawa est d’etre pris dans un etau, avec d’un cote la presence ecrasante des bases militaires americaines, et de l’autre, l’attitude profondement meprisante et desobligeante  que l’actuel gouvernement de M.Shinzo Abe a decide d’adopter a son egard.  Les gens d’ici disent frequemment  qu’ils ont toujours ete victimes  de ” discrimination” . Ils ont tout a fait raison, car cette discrimination est bien reelle, exercee simultanement par les deux tiges de fer de l’etau, dans la quasi-indifference du reste du Japon. Certains sont resignes, en declarant que cela a toujours ete comme cela et que les choses ne changeront pas. D’autres veulent reagir, car ils estiment que le moment est venu de le faire. J’espere qu’ils passeront a l’action. Je suis de coeur avec eux car j’adore ce tout petit ” pays” et ses habitants si attachants, ballotes contre leur gre par les vagues de fond de l’histoire.

guerry.dip.jp

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (20)- 15 fevrier 2015

Beau temps ensoleille ( 18 degres ).

 

DSCN1415_1_2

 

C’est fou ce que le temps passe vite quand on est en voyage!  Ca fait exactement un mois depuis aujourd’hui  que je suis ici.  Il ne m’etait pas arrive depuis longtemps de vivre seul et je dois dire que c’est tres agreable !

Car on est libre de faire ce que l’on veut quand on est chez soi. J’ai retrouve ainsi  le plaisir du sarong  et decouvert celui des strings, tres pratiques en voyage car on peut les laver dans le lavabo et ils sont secs en quelques heures. En plus,c’est assez sexy !  Je redecouvre aussi un tas de choses que je n’avais pas faites  depuis longtemps: le menage, pas tres pratique ici car il n’y a pas d’aspirateur mais seulement des  especes de serpillieres en papier que l’on fixe sur une planchette en plastique dotee d’un manche. La lessive aussi, tres facile a faire puisque j’ai une machine a laver sur le balcon. Comme il y une laverie automatique en face de chez moi,  plutot que de faire secher le linge sur le balcon, je prefere utiliser leurs machines a secher qui font le travail en 15 minutes et vous rendent les vetements parfaitement secs et chauds comme des petits pains qui viennent de sortir du four.

Quant a la cuisine, je la fais le plus simplement possible. Il y a un super-marche a cinq minutes a velo d’ici. Il est tres bien achalande et on y trouve un tas de specialites, notamment un excellent jambon fait a Okinawa, qui n’a pas le gout etrange, sans doute du aux additifs, du jambon japonais. Egalement des hamburgers de boeuf prepares a Okinawa. Mon seul probleme, c’est le pain. Quand je suis arrive le mois dernier, il y avait une grande boulangerie, situee au sous-sol du grand magasin Ryubo, en face de la prefecture, qui  faisait d’excellentes baguettes. Manque de chance, elle a ferme une semaine apres, et ne rouvrira qu’a la fin mars. Je dois donc me contenter de toasts ou de butter-rolls, ce qui n’est pas tres marrant a la longue. Quant au riz, on en trouve vendu par portions dans un emballage sous vide, qu’il suffit de rechauffer 15 minutes dans l’eau bouillante, ce qui est tres pratique.

Mais la decouverte la plus stupefiante  que j’ai faite est le volume d’ordures qu’une personne seule produit. C’est incroyable et j’en ai presque honte !

 

 

 

DSCN1457

 

J’aime beaucoup mon petit appartement qui est tres agreable surtout depuis que j’ai  une table et une chaise. Comme je deteste les eclairages au plafond, j’ai eu la chance de trouver une lampe pour la somme modique de yen 900 ( 7 euros) dans un petit magasin tout pres de chez moi qui vend des meubles a des prix incroyablement bas. Ce qui est normal ici , car les gens, comme ceux de Aomori au nord du Japon, ne sont pas tres riches, a la difference des autres japonais. On trouve dans mon quartier des petits restaurants qui proposent des repas a partir de 350 yen, et il est possible de louer des logements tres bon marche, avec douche,  sans avoir l’obligation, habituellement  incontournable au Japon , de deposer de 3 a 6 mois de loyer, dont seule la moitie vous est restituee a la fin du bail.

 

 

 

DSCN1482_1

 

guerry.dip.jp

 

 

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (19)- 14 fevrier 2015

Temps relativement agréable et ensoleillé (18 degrés ).

On aurait pu croire que depuis la chute du Mur de Berlin  la Guerre Froide était terminée. Ce qui n’est visiblement pas le cas dans l’esprit de certains officiers  des forces américaines à Okinawa…Comme ce lieutenant d’origine asiatique qui a déclaré hier à des journalistes que les gens d’Okinawa qui s’opposent à la construction de la nouvelle base de Hénoko (52% des électeurs ) sont tous des communistes ! Quand j’entends dire de pareilles  conneries  ( j’avais initialement écrit ” bêtises ” mais ” conneries ” est vraiment et tristement  le seul terme qui s’applique ici ) , je regrette de ne pas avoir un passeport japonais pour me joindre aux protestataires. Basta !

Quelques images prises cet après-midi dans mon quartier.

 

DSCN1577_1_1_1

 

 

 

 

DSCN1493_1

 

 

 

DSCN1511_1

 

 

DSCN1576_1

 

 

 

DSCN1505_1_1_1

 

 

 

DSCN1589_2

 

 

 

DSCN1570_1

 

 

 

DSCN1531

 

 

PS: Finalement,  la plaie la plus terrible de notre epoque est l’intolérance et le refus de respecter la différence… Les extrêmes se rejoignent dans leurs débordements qu’ils soient d’un bord ou de l’autre. Quelle tristesse que ce monde qui répète le même refrain depuis des siècles !!!

guerry.dip.jp

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (18)- 12 février 2015

Temps ensoleillé mais encore relativement frais ( 15 degrés).

La lecture des journaux locaux- j’apprécie tout spécialement le Ryukyu Shinpo ( 琉球新報) –  permet de constater avec amertume qu’une partie d’Okinawa est toujours littéralement occupée par les troupes américaines. Les Américains sont en effet libres de se conduire comme ils l’entendent  et  n’ont aucun compte à rendre aux autorités japonaises puisqu’ils bénéficient de l’exterritorialité…Comme l’incident très déplaisant qui s’est déroulé hier  à Nago, devant le Camp Schwab vient de le montrer une fois de plus.

Depuis le début des travaux préliminaires à  la construction d’une nouvelle base, en dépit de l’opposition d’une majorité de la population, des personnes se rassemblent quotidiennement devant le camp déja cité  pour protester pacifiquement. Hier, un soldat américain qui se trouvait de l’autre côté de la barrière  a subitement dégaîné son pistolet et, le tenant dirigé vers le ciel, s’est promené lentement  le long de la barrière  tout en dévisageant les protestataires avec un air de défi.

Ci-dessous, une photo de l’article qui relate cet incident.

 

 

 

DSCN1399_1

 

Les gens ont évidemment protesté aupres des autorités du camp. On s’est contenté de leur répondre que les membres des troupes américaines à Okinawa  sont des représentants de leur pays, que leur présence à Okinawa est autorisée dans le cadre du Pacte de sécurité Japon-Etats-Unis, et que l’acte du soldat en question n’avait rien de repréhensible… On croit rêver, mais telle est la triste réalité d’Okinawa. Personnellement, ça me dégoûte, car je doute que des soldats américains basés en Europe osent se conduire  d’une telle  façon !

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (17)- 10 février 2015

Temps nuageux ( 13 degres)

Avant-hier, dans un autre  petit bistrot très sympa que j’ai découvert près de chez moi – minuscule, il accueille tout au plus six clients autour de son bar-,  j’ai eu le plaisir de faire la connaissance d’une dame charmante et très concernée par la situation actuelle d’Okinawa face à un gouvernement qui semble ignorer les règles les plus élémentaires de la démocratie à son égard.

 

 

 

DSCN1329_1

 

C’est sur la recommandation de cette personne que je suis allé faire un tour hier dans un petit musée, le 不屈館(  fugutsu-kan, musée de la résistance) consacré au journaliste et politicien communiste 瀬長亀次郎 Kaméjiro Sénaga (1907-2001), qui lutta activement durant tout le temps de l’occupation américaine d’Okinawa ( Okinawa, à la différence du Japon qui regagna son indépendance en 1952, par le Traité de San Fransisco, demeura sous mandat américain pendant 27 ans, jusqu’à sa rétrocession au Japon en 1972) pour défendre les droits de ses compatriotes face aux pratiques brutales ( confiscation des terres pour la construction de bases militaires, viols et autres formes de violence et de discrimination) et anti-démocratiques des occupants, et exiger la réunion d’Okinawa au Japon.

Élu député en 1954 dans le parlement du ¨ Gouvernement des Ryukyus¨ instauré par les Américains, il fut emprisonné 7 mois plus tard pour ses vues jugées trop radicales par l’occupant. Sorti de prison un an après, il fut élu maire de Naha en décembre 1956, à la colère de l’administration militaire américaine qui avait tout fait pour empêcher son élection, notamment en lançant du ciel par hélicoptère des tracts diffamatoires à son sujet ( photo ci-dessous).

 

 

 

DSCN1324_1_1_1

 

Il ne perdait rien pour attendre puisqu’il fut suspendu 11 mois plus tard de ses fonctions de maire par un décret de l’administration déjà citée et déclaré inéligible. Sénaga n’en poursuivit pas moins son combat et s’engagea activement pour la réunion au Japon de la préfecture d’Okinawa. Élu membre de la chambre basse du parlement japonais en 1970, il poursuivit une carrière politique jusqu’a sa démission en 1990.

Kaméjiro Sénaga est le symbole de l’esprit de résistance des gens d’Okinawa face a l’adversite. On évoque souvent son nom ici ces derniers temps, ce qui n’a rien d’étonnant vu la situation actuelle.

 

 

FSCN1335_1

 

 

Le site ( en japonais)  du Fugutsu-kan:

info@senaga-kamejiro.com
.

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (16)- 8 fevrier 2015

Aujourd’hui, il a fait tres froid ( 11 degres)  pour ici.

Small is beautiful!  Aurais-je enfin trouve la terre promise, apres une longue errance ?  J’en ai de plus en plus l’impression, car je ne m’imagine guere repartir d’ici pour de bon, sinon pour aller liquider mes affaires et revenir…La vie, que j’ai souvent tendance a mepriser, a force de l’avoir ” vecue ”  trop longtemps a mon gout, semble vouloir me dire depuis que je suis ici : “Patiente encore un peu avant de jeter l’eponge, car il  y a peut-etre encore des bonnes choses qui t’attendent! “.  Elle m’a deja envoye un signal dans ce sens il y a une semaine (secret!). On verra bien. Mais je sens qu’il se passe quelque chose en moi  que je n’avais jamais eprouve jusqu’a present. Je suis arrive a un carrefour capital et il me faut choisir la bonne direction, car c’est sans doute une occasion qui ne se representera plus …

 

 

 

DSCN1312

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (15)- 7 fevrier 2014

Il a fait assez beau aujourd’hui ( temperature autour de 15 degres )

 

DSCN0947

 

 

 

Chose curieuse, quand on a  sejourne quelque temps dans un nouvel endroit, on finit toujours par delimiter  un territoire a l’interieur duquel on rayonne. Dans mon cas, ce sont surtout les quartiers de Kume, ou j’habite,  Miebashi  ( pas la Kokusai Dori, mais les petites rues qui l’entourent de chaque cote),  et Tsuboya ( le quartier de la ceramique). Habituellement, je travaille chez moi  le matin et apres avoir dejeune a la maison, je prends le velo ( il m’arrive aussi de faire le trajet a pied )  pour aller me balader un peu avec le Nikon. Ensuite je vais souvent dans un cafe tres sympathique  a Miebashi, le Cinammon Cafe, d’un design tres recherche, avec des murs blancs et des petites tables en bois encastrees dans des niches. Ma place preferee est le coin gauche du bar, avec le mur derriere. J’y travaille en general deux heures. Pour le retour, je choisis chaque fois un itineraire different, en empruntant surtout les petites rues dont certaines ont beaucoup de cachet. L’architecture tres exotique ( elle me rappelle un peu  celle des villes de Java) des maisons individuelles et des ecoles publiques me fascine

 

 

IMG_20150124_202456

 

 

 

Des personnes semblent avoir eu recemment des problemes pour se brancher sur mon site. Son unique adresse est maintenant guerry.dip.jp , a chercher de preference sur Google.

PS: Utilisant surtout la tablette pour ecrire ces textes, je ne peux pas mettre d’accents. Desole!

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (14)- 6 fevrier 2015

Il fait assez froid. Temps couvert (13 degres)

 

DSCN1298

 

 

Depuis deux ou trois jours, les cerisiers sont en fleurs, comme c’est toujours le cas a Okinawa deux mois avant le reste du Japon. Ici, pas de beuveries sous les abres  comme les gens du ” Yamato” (terme utilise ici depuis toujours pour se referer au Japon) aiment tant le faire. Quant  a moi, c’est le cafard a en chialer ( pardon pour ce terme vulgaire qui est le seul a pouvoir exprimer ce que je ressens aujourd’hui … ) .

 

 

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (13 )- 4 fevrier 2015

Temps couvert et pluvieux ( 15 degres)

 

DSCN1260_1

 

Ci-dessus, la photo d’un article paru en premiere page du quotidien Ryukyu Shinpo de ce jour. Son titre:  ”  Les originaux des Traites d’amitie conclus par le Royaume des Ryukyus avec les Etats-Unis, la France et les Pays-Bas de retour chez nous apres 131 annees d’absence-  Ils apportent la preuve  que le royaume etait un etat souverain a l’epoque”.

L’article annonce que les originaux de ces traites, conserves au Ministere japonais des affaires etrangeres depuis l’annexion du Royaume des Ryukyus par le Japon,  seront exposes au Musee des beaux-arts de la ville de Urasoe a partir du 27 fevrier. Le traite avec les Etats-Unis avait ete conclu en 1854, lors de la deuxieme venue du Commodore Matthew Perry, celui avec la France en 1855  et celui avec la Hollande en 1859. En  1873, le gouvernement de Meiji, qui planifiait deja l’annexion du royaume, avait ordonne au  gouvernement royal de lui remettre ces traites, preuve genante de l’independance du pays. Au debut, les autorites des Ryukyus refuserent categoriquement de se plier a cette demande mais elles furent finalement obligees de ceder en 1874. L’article souligne que la production de ces traites ne manquera pas d’influencer  le debat au sujet du droit des gens d’Okinawa  a reclamer l’autodetermination qui a ete declenche par la volonte unilaterale de Tokyo de construire une nouvelle base militaire a Henoko, en depit de l’opposition de la population et de ses autorites nouvellement elues.

Dans le meme contexte, le journal annonce que 17 intellectuels americains et japonais viennent d’adresser une lettre au president Obama pour exiger l’arret immediat des travaux de construction de la nouvelle base. La lettre, qui rappelle l’histoire particuliere d’Okinawa, insiste sur le fait que la concentration, depuis 70 ans,  de 70% des bases americaines au Japon sur un territoire qui represente 0.6% de celui de ce pays constitue deja en soi une violation flagrante des droits de l’homme.  Les choses commencent a bouger ici, comme on le voit.

Pour changer de sujet  j’ai une pensee tres emue aujourd’hui pour la famille du pauvre pilote jordanien qui, lui-aussi tombe dans les griffes  de IS, vient de connaitre une fin epouvantable. De quel droit peut-on tuer les gens comme ca et foutre leur vie en l’air  ?  C’est intolerable et monstrueux!

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa( 12)- 3 fevrier 2015

Temps nuageux le matin et partiellement ensoleille l’apres-midi ( 18 degres).

Kenji Goto, le second otage japonais aux mains de IS, est mort en martyr de facon atroce comme tous ses malheureux predecesseurs. IS a declare la guerre a l’humanite toute entiere en employant les armes de la terreur et de la cruaute la plus abjecte. L’histoire tend toutefois a montrer que les regimes de terreur extreme font rarement de vieux os. Les Khmers Rouges de Pol Pot qui ont terrorise le Cambodge en employant les memes methodes inhumaines que IS en sont le plus recent exemple…

Il est facile de tuer  les gens. Mais impossible de tuer leurs idees et leur souvenir, surtout quand on en a fait des martyrs.

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (10)- 29 janvier 2015

Beau temps, assez chaud ( 22 degrés).

 

DSCN1104

 

 

 

 

Comme j’envie le flegme de ce chat, vu tout à l’heure à l’entrée  d’un bistrot situé dans une rue près de chez moi ! Depuis hier soir, je suis terriblement frustré et irrité…car la tablette Keian, que j’avais commandée chez Amazon, pour remplacer la vieille, est elle-aussi tombée en panne après quelques  heures d’emploi…Impossible de la remettre en marche, même après avoir rechargé la batterie et appuyé  longuement sur le bouton…En outre, ce produit m’a  déplu  d’emblée par sa contruction légère et visiblement très peu solide. Basta ! J’ai tout de suite pris contact  avec Amazon et leur ai expliqué la situation. Je serai remboursé  dès que j’aurai  retourné le produit, ce que je ferai demain. La bonne  leçon de l’histoire :  avant d’acheter un appareil électronique sur l’internet,  il est plus prudent d’ aller le voir dans un magasin spécialisé pour le prendre en main et vérifier  s’il  fait l’affaire ou non ! Quel imbécile je fais parfois…

Aujourd’hui, j’ai laissé le vélo sur  le balcon et j’ai pris le monorail jusqu’à Omoromachi, un nouveau quartier où sont concentrées  les grandes surfaces, pour aller faire un tour dans les magasins d’électronique, évidemment. J’ai déjà repéré une tablette Asus de 8 inches  qui  semble solide,  bien faite  et  très agréable à utiliser. Elle est  dotée  en outre d’un gps, pour le même prix  que celle qui a trahi mon attente.  Omoromachi est un lieu froid,  artificiel et sans âme , comme le sont souvent les nouveaux quartiers au Japon, dédié uniquement au dieu de la consommation et du fric, car il n’y a rien  d’autre à faire dans ce désert en béton, avec ses buildings pareils à  des cubes.

Le monorail est vraiment très agréable. Il  permet de survoler la ville, qu’il traverse  verticalement,  de l’aéroport, au sud, au Palais de Shuri, au nord.

L’une des choses  que j’aime ici, comme je l’ai déjà relevé, c’est le rythme presque méditerranéen de la vie. Je n’ai jamais vu jusqu’à présent  des gens courir, comme ca m’arrive souvent de le faire ailleurs au Japon,  même à Niigata. J’adore cette atmosphère très relax . À quoi bon se presser, la vie est courte !

À la radio ( je prends  toujours ma petite radio Montbell, compacte et résistante aux chocs, quand je voyage, car une radio non seulement ¨ meuble¨ la solitude mais permet aussi de prendre le pouls de l’endroit où l’on séjourne)  comme dans les journaux,  on sent que les gens d’Okinawa commencent   à perdre patience devant  le refus du gouvernement de Tokyo d’envisager tout dialogue avec leur nouveau préfet, et ainsi d’ignorer purement et simplement la volonté  exprimée par les citoyens qui l’ont choisi pour s’opposer à la construction d’une nouvelle base militaire américaine ( Hénoko ). Ils en ont aussi plus qu’assez de la politique de la carotte et du bâton qui leur a toujours été appliquée. La situation risque de s’envenimer sérieusement si l’actuel premier ministre, M.Shinzo Abé, ne comprend pas que son intransigeance pourrait, dans le pire des cas ( et ça serait tout autant dommage  pour le Japon que pour Okinawa),  amener les gens d’ici à  remettre en question le principe de  l’appartenance de leurs îles  au Japon.  J’avais ecrit auparavant que le nom d’Okinawa  avait été inventé de toutes pièces par le gouvernement de Meiji , après l’annexion du royaume en 1879, selon ce qu’une connaissance m’avait dit. Il se revele en fait que c’est une erreur, car ce nom, qui designe l’ile principale de l’archipel des Ryukyus, avait deja ete mentionne avec l’orthographe actuelle au XVIIe siecle dans un document historique du Clan de Satsuma.L’abolition du terme ” Ryukyu” visait a supprimer toute reference au royaume du meme nom et a ses relations privilegiees avec la Chine ( les rois des Ryukyu  tiraient  leur legitimite de leur reconnaissance comme tels par l’Empereur de Chine dont il etaient les vassaux).

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (9)- Le 27 janvier 2015

 

 

DSCN0777

 

Il fait assez frais aujourd’hui. La température se situe vraisemblablement  autour de 19 degres. Je dis ” vraisemblablement”  car le temps où ma tablette Acer, dotée d’un gps, m’indiquait automatiquement chaque jour l’endroit où  je me trouvais et les prévisions du temps vient de se finir  hier… la pauvre ayant  rendu l’ âme !. Ce qui est bien embêtant, avant tout pour la photo et l’accès immédiat à l’internet. J’en ai commandé une nouvelle chez Amazon.jp qui devrait arriver dans les prochains jours, mais qui n’aura pas de gps. Entretemps, j’utilise mon petit ordinateur Asus, avec lequel le traitement des photos est fastidieux  et ne permet pas de les doter de  cadres, ce dont j’avais pris l’habitude.

 

DSCN0812

 

Je m’habitue peu à peu à mon nouvel environnement. Naha est vraiment une ville très agréable, car le temps semble s’y écouler paisiblement, loin de la frénésie constante du Japon. Les gens ne sont pas pressés et ils donnent l’impression d’avoir tout leur temps. Certes, comme ailleurs au Japon, la circulation automobile est très dense sur les grandes artères, avec une proportion de deux-roues- les big scooters semblent être très populaires auprès des jeunes- très élevée.Mais dès qu’on est dans les petites rues, c’est la paix totale. L’architecture des maisons est très différente de celles du Japon, car elles sont conçues pour un climat semi-tropical, avec des grandes fenêtres et de nombreux balcons. Souvent blanches, elles sont généralement de deux ou trois étages. Rares sont les constructions en bois.  Ce  qui est aussi très plaisant ici, c’est que  la nuit tombe seulement vers 19h00 en hiver, alors qu’il fait nuit au Japon deux heures pus tôt  à cette saison.

 

DSCN0798 (2)

 

Hier, revu I… que j’avais rencontré le premier soir de mon arrivée ici, dans le petit bistrot, Tori Mitsu ( 鳥光) situé a 3 minutes à pied de chez moi où  j’ai également fait la connaissance de   O… et I… Il m’avait téléphoné avant et nous nous y sommes retrouvés à 17h00. Un de ses amis, T…, médecin de Toyama, qui passe toujours l’hiver ici depuis 4 ans, nous a rejoints un peu plus tard. Originaire de Koza, I… a fait ses études universitaires à Tokyo. À l’époque, les gens d’Okinawa y étaient encore presque considérés comme des demi-sauvages. Il nous a raconté qu’un jour, lors de sa première année à l’université, un étudiant, ayant appris qu’il venait d’Okinawa, s’etait approché de lui avec un air de défi dans les yeux et lui avait  dit :¨ Ah, Okinawa ?! Vous avez pris votre lance avec vous  ?¨.I… lui a répondu du tac au tac : ¨ ¨Bien entendu ! Mais je vous préviens que, si on m’embête, je vais l’apporter..Elle est très acérée et elle va droit au but!¨. Ce genre de vexations étaient chose courante alors, mais maintenant, toujours selon I…, les choses ont complètement changé, les jeunes japonais étant très attirés par Okinawa, au point même, pour certains, de vouloir y chercher du travail pour s’y établir. I… nous a dit qu’il a conservé un très bon souvenir de son temps a Tokyo, ayant appris à prendre toujours les choses de façon positive et à renvoyer systématiquement et sans pitié la balle aux gens qui lui faisaient des remarques déplaisantes. Au point de se faire beaucoup d’amis et de les emmener explorer les nuits de Tokyo avec lui…

 

DSCN0831

 

 

Avant-hier, je me suis baladé dans le port et j’y ai découvert dans sa proximité le ¨ Tomari International Cemetery¨. On y trouve surtout des tombes de soldats américains. Et  aussi une stèle ( photo) qui commémore l’arrivée à Naha, le 6 juin 1853, du Commodore Matthew Perry et de ses ¨ bateaux noirs¨. Perry  passa plusieurs semaines à Naha avant de se rendre à Edo ( ancien nom de Tokyo à l’époque des Tokugawa ) où il arriva le 8 juillet dans la baie de Uraga. N’ayant rien pu obtenir lors de son premier voyage, il revint l’année  suivante à la tête d’une flotte beaucoup plus importante que la première  pour obliger le Japon a s’ouvrir sur le monde extérieur en lui imposant un traité de commerce avec les Etats-Unis. Perry retourna aussi la même année  à  Naha afin de  conclure  un traité de commerce avec le Royaume des Ryukyus dont l’histoire a duré 450 ans, de 1429 à  1879, date de son annexion par le Japon.

 

DSCN0850

 

DSCN0838

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa ( 8 )- Dimanche 25 janvier 2015

Il fait beau et assez chaud ( 22 degrés).

Selon le Okinawa Times de ce jour, 15  personnalités étrangères du monde universitaire et intellectuel anglo-saxon, dont notamment Gawan McCormack, professeur émérite de la Australian National University et éditeur du Asia-Pacific Journal -Japan Focus, revue publiée sur la toile, et le cinéaste Oliver Stone, viennent d’adresser une lettre a M.Onaga, nouveau préfet d’Okinawa, pour le presser d’agir le plus vite possible afin d’arrêter les travaux du nouvel héliport de Nago et exiger la restitution de la base de Futenma. Cet article  m’a permis de découvrir  l’existence de  la revue susmentionnée qui semble être une source d’informations très pertinentes et très variées sur le Japon actuel et ses problèmes. J’y ai trouvé notamment un assez long essai   de M.MacCormack, ¨ Storm Ahead : Okinawa’s Outlook for 2015 ¨,  qui  fait la synthèse de la situation  complexe d’Okinawa et de ses rapports très difficiles  et très frustrants  avec l’actuel gouvernement de M.Shinzo Abé depuis l’élection de M.Onaga. Le nouveau préfet semble d’ailleurs  être considéré comme une persona non grata par le gouvernement, ainsi qu’il vient d’en faire l’amère expérience  lors d’une  visite à Tokyo,  le premier ministre et son chef de cabinet ayant catégoriquement refusé de le rencontrer pour écouter son point de vue… ce qui est tout simplement inacceptable dans un pays qui se prétend démocratique et devrait  par conséquent respecter la volonté des minorités  ( on a l’impression  que les gens d’Okinawa – 1,4 millions au total – pèsent vraiment peu  pour Tokyo face à 130 millions de japonais !).

Le lien de cet article:

http://www.japanfocus.org/-Gavan-McCormack/4250

 

DSCN0771

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (7)- Le 23 janvier 2015

Aujourd’hui, il a fait froid, comme en automne  ( 16 degrés).

Le quartier de Kumé, dans lequel j’habite, était peuplé, à l’époque du Royaume des Ryukyus, par une population en majorité d’origine chinoise, comme je l’ai découvert aujourd’hui, en visitant le nouveau sanctuaire de Confucius  qui se trouve à 5 minutes à vélo de mon appartement.

 

IMG_20150123_175414

 

Egalement chinois, le jardin Fuku Shuen, situé tout près et que j’avais déja  photographié lors de ma  première visite ici. J’y suis allé cet après-midi.

 

IMG_20150123_175908

 

 

IMG_20150123_175751

 

 

Ce que j’aime, dans ce quartier, ce sont ses contrastes très vifs, puisque d’un côté on y trouve une  zône de bordels, cachés sous l’apparence de maisons de bain, et de l’autre, des rues résidentielles dont les maisons sont souvent d’une architecture moderne très raffinée. Nombreuses sont les habitations  aux murs blancs et les  immeubles  dont la surface est en béton cru, d’un style qui rappelle celui de Tadao Ando.

 

IMG_20150123_123814

 

Toujours plongé dans ma traduction, il y a des jours où je m’en veux vraiment d’avoir passé le plus clair de ma vie à apprendre une langue aussi complexe que le japonais, impossible à traduire littéralement, car le fil de la pensée est totalement différent du nôtre. Je me trouve souvent placé devant des cas où je me pose la question: ¨ Je comprends très bien le sens mais, diable !, comment faire pour  dire les choses plus simplement et plus logiquement  en français ? ¨. La réponse: interpréter ( j’ai l’avantage de connaître l’auteur et de pouvoir vérifier périodiquement avec lui si mes interprétations sont justes) .

À part cela, les japonais sont dans l’attente de connaître le sort de leurs deux compatriotes tombés aux mains de I.S. C’est angoissant et effrayant, car nous ne pouvons rien faire pour eux, sinon implorer  les kamis et maudire leurs agresseurs… Finché c’è vita, c’è speranza !

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (6)- Mercredi 21 janvier 2015

Temps couvert, la temperature variant entre  17 et 18 degres. On annonce de la pluie pour les jours qui viennent.

Aujourd’hui, j’ai un peu baisse la vapeur, et decide de renoncer a la balade quotidienne en velo durant l’apres-midi.J’en ai profite pour faire le menage et la lessive. Je suis invite ce soir a un diner mensuel qui reunit une vingtaine de personnes de tous les horizons. Bien que je sois devenu assez associal avec l’age – car le temps est plus precieux qu’avant et  je n’ai pas de temps a perdre avec les gens qui m’ennuient- j’ai  decide d’accepter  par curiosite.

Ici, evidemment,  la capture de deux malheureux japonais par l’etat islamique, et la menace  de les decapiter si le Japon ne paie pas une raison exorbitante, font  la une des journaux. Ceux-ci rappellent d’ailleurs que ce n’est pas la premiere fois qu’un tel drame arrive, puisque 14 ressortissants japonais ont ete tues ou executes par les mouvances islamiques  depuis la premiere guerre d’Irak. En voyant les images terrifiantes diffusees par les ravisseurs, qui ne sont que des assassins et des bandits de l’espece la plus meprisable, je realise une nouvelle fois avec beaucoup de tristesse  que l’internet, qui a rendu notre vie si pratique, se mue en une machine epouvantable quand il est employe par de pareils individus pour transmettre leurs messages de mort et de haine au monde.

 

IMG_20150121_152430

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha ( 5)- Mardi 20 janvier 2015

IMG_20150120_131609

 

Temps relativement beau ( 19 degrés)  mais frais en  fin de journée, au moment où  j’écris ces lignes. Je me sens bien car j’ai enfin une table et une chaise !

Ce qui me frappe en parcourant  la presse locale, c’est la haute  fréquence des incidents provoqués par certains membres de troupes américaines basées ici. Après l’hélicoptêre de chasse qui avait largué par erreur 200 kilogs d’équipement, c’est maintenant le tour d’un deuxième classe du Camp Schwab qui, hier, vers 5h30 du matin, est entré par effraction dans deux appartements de la ville de Nago. Arrêté dans sa fuite par la police locale, qui a constaté qu’il était en état d’ébriété, il s’est justifie en disant qu’il s’était perdu et qu’il voulait simplement  demander son chemin !  Toujours à propos de Nago, les travaux préliminaires du futur héliport flottant sont en cours, en dépit de l’opposition du maire de la ville et du préfet d’Okinawa.Hier aussi, des habitants de Nago  qui étaient venus en bateau pour protester contre l’installation de bouées et  d’une barrière flottante contre le pétrole ( oil fence ) ont été  arrêtés  brutalement par les gardes côtes qui ont tenté de confisquer leurs appareils-photos…

 

IMG_20150120_130338

L’aquarium  du bistrot, avec son étrange habitant

 

Hier soir, je suis retourné dans un petit bistrot situé tout près de chez moi, où  j’étais allé le soir de mon retour. J’y ai fait la connaissance de O… et de I… Le premier, originaire de la préfecture de Niigata ( quelle coincidence étrange !) vit à Okinawa depuis 40 ans, et le second est originaire d’ici. Nous avons évidemment parlé des problèmes actuels de l’île et tout particulièrement de  l’opposition du nouveau prefet, M.Onaga au projet d’héliport. Bien qu’il ait vécu très longtemps ici, O… a défendu tout au long de la soirée le gouvernement actuel , en niant la spécifité d’Okinawa, qui n’est selon lui qu’une préfecture comme les autres, et en affirmant qu’Okinawa n’avait pas d’autre choix que de se plier aux décisions de Tokyo, en raison de son importance stratégique…En somme, l’homme japonais obtus, comme il y en a beaucoup, qui n’écoute que lui-même, récusant systématiquement les arguments contraires que vous avancez, en vous disant qu’après tout on est au Japon et non pas en Europe (ceci à propos de la notion de la démocratie !) .Basta! En revanche, j’ai trouvé en I… un interlocteur  subtil,  ouvert et attentif, comme le sont souvent les gens ici. Il m’a rappelé l’extrême complexité  de la situation et des intérêts en jeu- notamment le rôle des grands propriétaires qui encaissent chaque mois de Tokyo des loyers faramineux  pour leurs terrains qui sont occupés par les bases, et qui peuvent se permettre de ne rien faire en menant un grand train de vie, et de l’autre côté le drame des petits paysans qui eux, doivent se contenter d’indemnités dérisoires pour les champs qu’on leur a confisqués. Il  m’a dit aussi une chose  que je ne savais pas et qui rend la situation de Nago extrêmement ambigue. À savoir que ce sont les habitants de cette ville qui, après la guerre, ont demandé eux-mêmes aux Américains de construire une base chez eux , à savoir le  Camp Schwab déjà cité. L’héliport en question  serait considéré  officiellement comme un prolongement de ce camp. Toujours selon I…, les habitants de Nago sont très partagés à propos de l’héliport,  48% étant pour et 52% contre, ce qui crée depuis longtemps une  situation très malsaine puisque la population est diviséee en deux camps antagonistes.

 

IMG_20150120_131007

 

Add a comment

Chronique de Naha ( 4)- Lundi 19 janvier

 

IMG_20150117_014221

 

Le temps est au beau ( 19 degrés)).

Tout d’abord, un passage  de ¨ Jardin et routes ¨ de Ernst Junger, qui m’a particulièrement frappé :

¨ Bêché l’après-midi des plates-bandes, semé radis et cerfeuils. Lu Thornton Wilder, Le Pont du roi Saint-Louis. L’auteur, énumérant quelque part les caractères du véritable aventurier, cite entre autres le don d’engager la conversation avec des inconnus. C’est peut-être en effet un trait essentiel.  Lorsque nous passons nos relations en revue, nous en trouvons fort peu dont nous n’ayons pas fait connaissance par le truchement d’un tiers. Quant aux hommes que nous avons connus directement, nous les avons presque toujours rencontrés en dehors des circonstances ordinaires: en voyage, à l’occasion d’une fête ou d’un accident. Dans le domaine de l’amour aussi, la façon directe d’aborder ou d’inviter à la danse est décisive. C’est un geste aventureux que celui d’un homme qui, dans une pièce sombre – au théâtre par exemple- étend la main vers une femme inconnue. (…). L’aventurier, qui est insociable, fait fond sur son talent personnel ¨.

Aujourd’hui, quelques images de mon nouvel  intérieur:

 

IMG_20150119_130657

 

Le studio comporte une pièce  living-chambre à coucher, une cuisine et une salle de bain. 24m carrés au total. La porte située derrière le vélo  ouvre sur un cagibi, malheureusement sans aucune étagère! Celle que l’on voit à gauche  mène à la cuisine.

 

IMG_20150119_131012

 

La petite table dont  j’ai déjà parlé avant.  C’est là que je travaille et prends mes repas, assis sur l’édredon plié en quatre. Un supplice pour mes vieilles articulations  qui se terminera heureusement demain,  car je vais recevoir une table et une chaise normale à la place !

Par terre, le  vieux ¨ Petit Robert¨ rafistolé qui me suit partout, car je suis perdu sans lui  quand je dois écrire.  Sur la table, le bouquin que je suis en train de traduire du japonais en français,  une biographie critique du grand artiste japonais Inoué Yu-Ichi (  井上有一 書は万人の芸術である、海上正臣著).

 

IMG_20150119_125741

 

Repas de midi de ce jour. Curry au poulet avec un oeuf dur. On voit aussi  mon ¨ Swiss army knife ¨, indispensable en voyage, ainsi qu’une cuillère-fourchette verte en plastique  et un couteau de chasse que je traîne depuis plus de 30 ans, tous deux suédois  ( l’héritage viking!) .

 

IMG_20150119_130130

1 comment

Chronique de Naha (3)- Le 18 janvier 2015

IMG_20150118_181824

 

Par un temps légèrement brumeux et assez frais ( autour de 16 degrés).

Je m’habitue peu à peu à ce petit studio de Kumé qui  va être mon  ¨chez moi¨ pendant 2 mois.  J’ai d’ailleurs réalisé hier que ça faisait plusieurs dizaines d’années que je n’avais pas vécu seul.  La dernière fois que je l’ai fait, j’avais passé 6 mois dans le cadre exigu d’une chambre d”hôtel à Tokyo, et je n’avais pas trouvé cela très drôle. Cette fois, en revanche, je suis chez moi, puisque j’ai une cuisine qui me libère de l’obligation, lassante à la longue, d’aller manger dehors tous les jours.

Ce  matin, j’ai oublié mon travail pour reprendre la lecture des Journaux de guerre ( 1939-1948) de Ernst Junger que j’avais commencée avant-hier dans l’avion. C’est un auteur que j’apprécie beaucoup car ses journaux invitent le lecteur non seulement à partager les faits saillants de ses journées, mais aussi sa philosophie de la vie et  le regard qu’il porte sur les hommes et sur le monde . J’adore ses descriptions de la nature, sa passion pour les insectes ( même en pleine guerre, il trouvait toujours le temps d’aller faire ce qu’il appelait  ¨ la chasse subtile¨), sans oublier son goût pour les femmes et les mets délicats !  C’est le genre de livres que l’on peut relire maintes et maintes fois, car on y découvre toujours des nouvelles choses, tant leur contenu est riche.

 

IMG_20150118_181618

 

 

Mais revenons à Okinawa. J’ai trouvé ce matin dans le Okinawa Times, l’un des deux grands quotidiens d’ici, avec le Ryukyu Shinpo, un éditorial qui rappelle la dure et triste réalité de cette petite île qui abrite, contre son gré, plus des 70% des bases américaines au Japon, ceci alors que sa superficie ne représente que 0,6 % de la superficie totale  du Japon. Intitulé ¨  Un hélicoptère  américain laisse tomber des pièces de son équipement durant le  vol- Il faut interdire le vol des hélicoptères de chasse !¨, il relate l’incident qui s’est passé le 15 janvier dernier et au cours duquel un hélicoptère de chasse des Marines, AH1W Super Cobra,  a laissé tomber durant un exercice son dispositif de lancement de missiles ainsi qu’un réservoir de carburant, d’un  poids total de 200 kilogs.  L’incident n’a pas fait de victimes, heureusement, mais le journal rappelle que ledit hélicoptère est basé à Kadena, aéroport militaire situé en pleine ville de Koza,et que, à leur habitude,  les autorités militaires américaines sont restéees muettes sur les causes de  cet incident ( erreur de pilotage ou équipement défectueux ?).  Il rappelle aussi que 300 incidents de ce genre se sont déroulés durant les 10 dernières années, et que les gens d’Okinawa doivent toujours vivre dans la peur lorsque des appareils militaires américains survolent les zônes habitées…Sans commentaire!

Cet après-midi, je suis allé me balader a Tsuboya, le quartier des potiers depuis le 17e siècle, situé tout près du grand marché public. Il fait bon se promener dans ses petites ruelles pavées, avec ses vieilles maisons défendues par des ¨ Shisa¨ très impressionnants. J’ai aussi été  voir le petit musée municipal de la céramique  qui est une merveille du genre . Une collection compacte et présentée avec beaucoup de goût. Le deuxième étage du musée conduit a  un terre-plein bordé  d’arbres qui abrite le sanctuaire du dieu  des potiers, gardé par deux ¨ Shisa¨ au regard terrifiant ( les 3 photos qui illustrent cette page). Je les avais photographiés en noir et blanc lors de mon premier séjour ici en 1998, et en les revoyant aujourd’hui, ils m’ont paru beaucoup plus petits. …Curieux comme la mémoire conserve des images qui, à la longue se déforment, l’imagination aidant !

 

IMG_20150118_181723

 

 

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa (2)- Le 17 janvier 2015

IMG_20150117_202131

 

Bonsoir!

Tout près de là où j’habite depuis 3 jours à Kumé, il y a un ¨ konbini¨ ( supérette japonaise ouverte 24 heures  sur 24) très pratique, car on y trouve pratiquement tout ce dont on a besoin quand on est en voyage. Deux  des jeunes employés qui y travaillent durant la journee sont vietnamiens.  Etudiants à Naha, ils se trouvent très heureux à Okinawa car, selon leurs propres mots, ¨ les gens sont vraiment très gentils et on se sent bien au milieu d’eux, car comme au Vietnam, ils sourient toujours¨… Ce qui semble donc confirmer  les impressions que j’ai livrées hier.

Aujourd’hui, après avoir travaillé à ma traduction durant la matinée- j’ai remplacé le coussin par le futon, plié en quatre, pour m’asseoir, mais le problème sera résolu la semaine prochaine, l’agence ayant compris  mes doléances, et m’ayant promis de remplacer la table basse par une petite table normale, avec un chaise ( j’ai beau avoir passé plus de 30 ans au Japon, je me sens mieux assis sur une chaise que sur le plancher !), je me suis lancé à la recherche d’une agence de location de vélos située dans le quartier, que j’avais découverte  grâce à l’internet avant mon départ. Bingo!  Ils m’ont proposé d’acheter un vélo pliant d’occasion, quasi neuf, pour la somme très modeste de yen 16.000. Je l’ai essayé et j’ai été séduit sur le champ, car il est très confortable et dispose d’un changement de vitesses qui permet de rouler aussi bien que je  le fais habituellement avec un vélo de sport de taille normale. C’est un Tonino Lamborghini. Grâce a lui, mon rayon d’action va s’étendre considérablement. Il me  plaît tellement  que je l’ai pris à la maison …peut désireux de susciter la convoitise des autres en le laissant coucher dehors.

 

IMG_20150117_201948

 

Pour conclure, une nouvelle photo de ¨ Shisa¨, ces lions mythiques, propres à Okinawa, qui protègent les maisons des mauvais esprits. Vous en verrez souvent durant mon séjour ici, car ils me passionnent tout autant que les renards sacrés du Japon.

 

IMG_20150117_202311

 

Add a comment

Chronique de Naha, Okinawa- Le 16 janvier 2015

IMG_20150116_222727

 

Bonjour!

Arrivé hier en début d’après-midi à Naha, après un vol de 3 heures au départ de Niigata, j’ai l’impression étrange, que j’avais déjà ressentie lors de ma première visite ici, vers la fin des années 90, d’avoir atterri quelque part en Asie du Sud-Est, même si officiellement je suis toujours au Japon.

Tout  ici est différent. Avant tout les gens, souriants et cordiaux, et avec lesquels le contact visuel fonctionne parfaitement , comme au Vietnam ou en Indonésie. Depuis hier, j’ai retrouvé grâce à eux le monde chaleureux que j’aime et qui me manque terriblement là ou je vis habituellement côté Mer du Japon. Car les gens d’Okinawa, à la différence des autres Japonais, n’ont pas de complexes à l’égard des étrangers qui pour eux ne sont pas des  外人(gaijin, littéralement ¨ l’homme du dehors¨, une épithète agaçante à la longue, car elle vous sera constamment attribuée  si vous avez un visage pâle, même si vous passez toute votre vie au Japon…pour vous signifier clairement que vous êtes et que vous serez toujours un outsider dans cette société ) mais des êtres humains comme eux…Il est vrai qu’ils sont aussi , à leur   façon, des ¨ étrangers¨ dans leur propre pays ( c’est un sujet sur lequel je reviendrai plus à loisir dans le cadre de cette chronique).

 

IMG_20150116_221443

 

 

J’habite à Kumé, l’un des quartiers les plus populaires de Naha, situé prês de la mer et qui abritait autrefois un  quartier réservé.La tradition survit toujours, mais de façon moins élégante qu’avant, puisque la zône en question dans laquelle je me suis promené aujourd’hui pour aller au grand sanctuaire ¨Nami no Ue Jinja¨  , est peuplée de  maisons de passe cachées discrètement ( en fait pas tellement, car leurs enseignes multicolores laissent deviner le genre de services qu’elles proposent à ceux qui ont l’usage de ce pays) sous le nom de ¨ Soap Land¨…J’ai été frappé d’ailleurs par le très grand nombre de petits bureaux,nommés ¨ annaijo¨, qui proposent dans les alentours des informations gratuites sur les maisons en question.

 

IMG_20150116_222430

 

J’ai loué un studio meuble avec cuisine, très bien situé et agréable. Seul hic, il n’y a qu’une petite table basse et pas de chaise…J’utilise provisoirement l’oreiller comme coussin ! Toujours engagé dans le long travail de traduction dont j’ai déjà parle, j’ai l’intention de travailler à la maison le matin et de réserver les après-midi à la découverte de la ville. Naha est traversée maintenant dans toute sa longueur par un monorail très pratique qui n’existait pas encore dans les années 90, et qui va de l’aéroport jusqu’au Palais de Shuri( reconstruit après la guerre) , qui etait jusqu’à l’invasion japonaise de la fin du XIXe la résidence des souverains du Royaume des Ryukyus, ancien nom d’Okinawa.

 

IMG_20150116_222034

 

Quelques images prises cet après-midi.

PS: La température moyenne à Okinawa en janvier varie entre 18 et 20 degrés. Il fait un peu frais le soir, mais je suis maintenant bien loin  de l’hiver, enfin ! ( il faisait 4 degrés à Niigata hier matin lors de mon départ).

 

IMG_20150116_221951

 

 

Add a comment

L’affreux massacre de Charlie Hebdo

Bonsoir!

 

Ce qui vient de se passer hier a Paris , au siege de ” Paris Hebdo”, est une pure horreur !  Une fois de plus, les pretendus disciples de Allah font leur justice eux-memes.  Tuer des personnes sans defense est un crime meprisable et ceux qui l’accomplissent ne sont pas des guerriers mais des pleutres. Je les respecterais  s’ils avaient au moins  le courage de defendre leur opinion sur un champ de batailles, a armes egales.  Eleve en France, mais de nationalite suisse, je suis reconnaissant a ce  pays pour l’education que j’y ai recue  et pour son principe de la laicite , qui  est l’une des plus belles valeurs au monde. L’Islam, a cause des ces fous ignares qui l’ont denature et qui l’utilisent a des fins violentes, est en passe de devenir une religion qui n’inspire que  haine et  mepris, et dont le monde pourrait tres bien se passer … Ma question: Pourquoi les musulmans de bonne foi – je suppose qu’ils sont nombreux – n’ont-ils pas le courage de se lever et de nous dire  a voix haute et dans le monde entier  que leur religion n’a rien a voir avec la violence demente de l’integrisme et qu’elle respecte les differences, quitte a risquer leur vie ? Sinon, le pire est a craindre.  La religion est une affaire privee et non pas publique!   Vive la laicite, fleur de la Revolution francaise!

Add a comment

Bonne année du mouton !

IMG_20150102_170437

 

Bonsoir.

Je souhaite à toutes les personnes qui font des visites sur ce site  une très heureuse et tres riche année 2015. En Asie, c’est celle du mouton ( voire de la chèvre). C’est mon année par excellence , puisque placé sous le signe du bélier en Occident, je suis né, il y a bien longtemps, dans une année  qui était elle-aussi celle du mouton  en  Asie.

 

IMG_20150102_170352

 

Je prévois de partir pour Okinawa le 15 janvier  et j’espère pouvoir tenir sur ce site un journal aussi fréquent que possible  des mes aventures à Naha et ailleurs à Okinawa . D’ici là, bon début d’année à  tous !

 

 

IMG_20150102_170535

 

Ces images ont été prises aujourd’hui, le 2 janvier, au sanctuaire shinto ” Gokoku Jinja”, Niigata. Le mouton du haut est accompagné des idéogrammes 感謝( kansha) qui signifient ” gratitude ” , et celui d’en bas des caractères 平和 ( heiwa) qui signifient ” la paix ” , une chose dont notre monde a vraiment  un terrible besoin …

 

IMG_20150103_152529

 

 

 

2 comments

Okinawa- Les choses commencent à bouger !

Bonjour!

Je romps mon silence pour signaler un nouveau développement de la situation à Okinawa. L’assemblée préfectorale  à Naha vient en effet d’adopter hier, le 24 décembre, une résolution par laquelle elle invite le gouvernement japonais à renoncer à la construction d’un nouvel héliport destiné aux marines américains dans la baie de Nago, pour respecter la volonté dans ce sens exprimée par la grande majorité des habitants. Le premier ministre M,Shinzo Abé, dont le Parti Libéral Démocrate détient maintenant la majorité dans les deux chambres, avec son allié le Komeito, suite aux récentes élections ( la participation s’est toutefois  limitée à 52,2% des électeurs) saura-t-il écouter la ¨ vox populi¨ des gens d’Okinawa ? Rappelons que jusqu’à présent son gouvernement a purement et simplement ignoré l’opposition de la population de Nago  au projet, ayant déjà engagé les travaux préliminaires de sondage de la baie de cette petite ville. Comme je l’ai déjà dit, je serai à Okinawa à partir du 15 janvier jusqu’au 15 mars, et je compte bien suivre cette affaire, tout en tenant une chronique de mon séjour sur ce site.

Add a comment

La démocratie en péril au Japon- Un article de M. Tatsuru Uchida

Bonjour.

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises  dans ce courrier de la conception très étrange que l’actuel gouvernement de M.Shinzo Abé se fait de la démocratie. Je viens de lire dans le quotidien local Niigata Nippo ( 新潟日報) du 2 décembre, une analyse très intéressante à ce sujet、dûe à la plume de M.Tatsuru Uchida ( 内田樹氏)penseur et ancien professeur à l’Université Kobe Jogakuin Daigaku, spécialiste de la pensée contemporaine en France.

 

IMG_20141130_185300

 

Dans un article intitulé ¨ 国家の会社化 ¨( L’État mué  en entreprise), M.Uchida avance la thèse selon laquelle le premier ministre n’a en tête que les intérêts globaux des grandes entreprises. Et que pour lui, l’État doit par conséquent être géré comme une entreprise. Le processus démocratique habituel constituant à ses yeux un fer au pied pour l’activité économique, M.Abé entend en effet gouverner le Japon à la façon d’un C.E.O,en prenant seul toutes les décisions importantes et en les imposant du sommet, sans consultation et sans débat démocratique. Un bon exemple en est donné par son interprétation arbitraire de l’article 9 de la constitution, le passage d’une loi très controversée sur la protection des secrets d’État, et son projet de loi autorisant le Japon à participer, pour la première fois depuis plus de  70 ans, à des opérations militaires hors de ses frontières, dans le cadre de la sécurité collective avec les États-Unis.

 

IMG_20141130_185640

 

 

Toujours selon M.Uchida, le fait, très surprenant, que nombre de citoyens approuvent sans autre  la politique de M.Shinzo Abé s’explique sans doute pour la raison  que  50%  des Japonais sont salariés et que le seul modèle d’organisation qu’ils connaissent est celui des entreprises. Un modèle d’organisation dans laquelle toutes les décisions sont prises par les dirigeants sans consulter les employés, et qu’ils trouvent tout à fait naturel, d’où leur soutien au gouvernement…

Inutile d’ajouter que j’abonde totalement dans le sens de M.Uchida et que je m’inquiète sérieusement pour l’avenir de la démocratie dans ce pays.

 

IMG_20141130_185033

 

Add a comment

29 novembre 2014- Balade au temple Kokujo-ji et nouveaux développements politiques au Japon

Bonjour ! J’ai tendance à négliger ce site ces derniers temps. La raison tient au travail de traduction de longue haleine dans lequel  je suis engagé  depuis quelques mois, et aussi sans doute à un manque d’inspiration. Sans oublier une certaine paresse. Hier, comme par miracle, il a fait très beau – on aurait presque pu se croire en été- . Je suis allé avec TD au temple zen Kokujoji, situé à 40km de Niigata, dans  une petite montagne nommée Kugami-Yama. Il est fameux  pour avoir accueilli au XIXème  le moine errant et poète, Ryokan, qui y vécut dans une petite hutte au toît de chaume. Considéré comme l’une des figures majeures du Zen, Ryokan ne dispensait pas d’enseignement et vivait d’aumône. Il est très connu pour ses poèmes en chinois classique et ses haikus ( poèmes très courts en japonais). Quelques images:

 

 

 

 

IMG_20141128_182844   IMG_20141128_181134     IMG_20141128_182244     IMG_20141128_181451     IMG_20141128_175451       IMG_20141128_182510

 

A part cela, le Premier Ministre Shinzo Abé a décidé subitement de dissoudre la Chambre basse  pour consulter le peuple sur sa politique.  Les élections auront lieu le 14 décembre prochain. Étrangement, M.Abé a choisi de centrer le débat essentiellement sur sa politique économique,  ¨ Abenomikusu ¨, comme si  son interprétation arbitraire de l’article 9 de la constitution  et sa volonté de permettre au Japon de participer dans l’avenir  à des opérations militaires de défense collective en dehors de ses frontières, essentiellement avec les États-Unis, n’étaient pas à l’ordre du jour.  À leur habitude,  la plupart des  mass-media suivent la ligne indiquée par le gouvernement, sans s’étonner de cette omission capitale. Mais il en est heureusement qui condamnent cette approche arbitraire, en exhortant les citoyens qui sont opposés aux choix politiques de M.Abé- ils sont nombreux- à saisir la chance de ces elections pour freiner les dérives de ce dernier.

Quant à Okinawa, les choses ont bougé dans un sens qui a pris de court le gouvernement. M.Takeshi Onaga vient en effet de remporter , avec une majorité très forte, les élections pour le poste de préfet d’Okinawa. Fermement opposé à la construction à Nago d’un héliport flottant, destiné aux Marines américains, en remplacement de la base de Futenma, il a décidé de mettre tout en oeuvre pour bloquer  ce projet auquel son prédecesseur, M.Hirokazu Nakaima, avait donné son feu vert,  en tournant casaque au dernier moment.  C’est un défi lancé à Tokyo  et qui exprime très clairement  le sentiment de ¨ ras-le-bol¨ éprouvé par les gens d’Okinawa. Rappelons que  la population de Nago , la principale  intéressée, s’est elle-aussi exprimée en majorité contre le projet d’héliport, en élisant un maire, M.Inaminé, qui  partage les vues de M.Onaga. Mais les choses ne seront pas faciles, car Tokyo, pour lequel la démocratie directe est visiblement un terme abscons, a décidé d’ignorer purement et simplement ces nouveaux développements et d’aller de l’avant dans ce projet…Il est impossible à l’heure actuelle de prévoir ce qui va se passer et comment M.Onaga va pouvoir agir effectivement. Je suivrai le sujet, car je prévois de séjourner à Okinawa pendant deux mois, du 15 janvier au 15 mars 2015, et cette affaire, qui remet en question le principe même de la démocratie au Japon, me paraît capitale pour l’avenir d’Okinawa,  ancien Royaume des Ryukyus annexé par la force au Japon au XIXème siècle.

Add a comment

15 octobre 2014- Dieux qu’ il fait froid !

Bonsoir

 

Ici comme toujours, dans cette région qui compte parmi les plus ingrates du Japon, par son climat et sa banalité, c’est déjà l’hiver depuis aujourd’hui.  Ma chatte, Cartouche, qui vit avec nous depuis 11 ans et qui est aussi  frileuse que moi, en a tiré les conclusions qui s’imposent, en s’enfouissant toute la journée dans mon futon, comme le montre cette image, prise ce matin. Ce qui ne l’empêche pas pour autant de partir en chasse la nuit. L’avantage des chats par rapport aux chiens est qu’ils peuvent se promener tout seuls tout en étant très conscients des dangers qu’ils courent. Cartouche, que j’ai suivie plusieurs fois, regarde toujours à droite et à gauche avant de s’engager quelque part, comme je le fais à velo et à moto. À part cela, les nouvelles du monde sont tellement déprimantes que je n’ai rien à dire, sinon que mon coeur est avec les étudiants de Hong Kong et les Kurdes de Kobané  et d’ailleurs.

 

 

IMG_20141015_175332

 

1 comment

9 octobre 2014- Balade dans le port de Niigata

Bonjour,

Le port de Niigata est un endroit que je hante depuis des années car , comme dans tous les ports, j’y ressens l’appel du large et l’envie d’embarquer sur un bateau pour foutre le camp ailleurs  le plus loin possible. Helas pour moi, il n’est plus aussi accessible qu’avant, puisque tous les quais réservés aux navires etrangers sont interdits au public depuis plusieurs années, soi-disant en raison de la menace terroriste. J’ai l’impression  que nous vivons dans un monde où tous les prétextes sont bons pour décréter des interdictions.

L’exemple le plus absurde dans ce sens nous est donné par la ville de Tokyo dans  laquelle, si l’on peut encore  fumer dans la majorité des cafés, des bars et des restaurants, il est en revanche absolument interdit d’allumer une cigarette  à l’air libre  dans toute la ville, sauf dans les espaces fumeurs.

À  quand l’interdiction de penser  différemment du  troupeau  sans esprit critique  dont les idées sont empruntees ailleurs par le triste phénomène du ¨ copy and paste ¨,   très répandu  au Japon où 73% des gens croient dur comme fer  ce que disent les  mass-media , alors que seuls 13% le font au Royaume-Uni  ?

 

IMG_20141009_181238

 

IMG_20141009_181905

 

IMG_20141009_180630

 

IMG_20141009_175936

Add a comment

La situation a Hong Kong

Bonjour!

 

Inutile de dire que j’admire le courage et la determination des etudiants de Hong Kong qui, par plusieurs dizaines de milliers, se sont rassembles au centre le l’ancienne colonie pour protester pacifiquement en faveur de la democratie. Ci-dessous, une analyse tres interessante de la situation, trouvee ce matin dans l’edition anglaise de la chaine France 24 . Sa conclusion tend a demontrer que les risques d’un nouveau Tienanmen  sont improbables, en raison des conditions particulieres propres a Hong Kong. J’espere de tout coeur qu’il en sera ainsi.

Your friend saw this page on France24.com and thought you might be interested:
France24 – Hong Kong: a new Tiananmen Square?
http://www.france24.com/en/node/5552228
Your friend used the FRANCE 24 app for smartphones and tablets to send you this page. You can also download the FRANCE 24 app for free here :http://www.france24.com/en/mobil

 

 

 

e

Add a comment

Simples notes de voyage- 23, 24 et 25 septembre 2014 ( Sakata )

Ici, comme toujours, on sent déjà l’approche de l’hiver, car l’automne se fait rare ces dernières années.

Quelques notes photographiques prises mardi, mercredi et jeudi  derniers, lors d’un saut à Sakata, en train cette fois car il fait déjà trop froid pour les longues balades à moto ou scooter. Dommage, car en train ça coûte 4 fois plus cher ! Mais l’avantage du train, c’est qu’on peut bouquiner. Cette fois, ¨ La Romana¨ d’Alberto Moravia.

 

IMG_20140925_195804

 

Murakami, sur le chemin de Sakata ( 23 septembre).  J’adore depuis toujours ce tout petit sanctuaire de ¨ jizos¨ (  à l’origine, un être qui est parvenu à l’illumination mais qui a décidé de rester dans notre monde pour sauver les âmes égarées, tout particulièrement celles des enfants morts en bas âge) situé dans une  petite rue en direction du centre.

 

IMG_20140925_194138

 

 

Sakata ( 24 septembre). ¨ Cab¨, mon meilleur copain à Sakata, dont j’ai déjà parlé, et avec qui je fais toujours de très longues promenades grâce auxquelles il ne m’oublie jamais, même si on se voit rarement.

 

IMG_20140925_192204

 

La ¨Vénus¨ de l’époque Jomon , vieille de 4500 ans. Une reproduction qui figure sur le quai de la gare de Sakata. Elle a été découverte lors de fouilles archéologiques dans le nord du département de Yamagata, à Funagata Machi. ( 25 septembre ).

 

IMG_20140925_195616

 

Toujours les ¨jizos ¨ de Murakami  ( 23 septembre).

 

IMG_20140925_193038

 

L’un de mes temples préférés à Sakata ( 24 septembre). D’autres images suivent.

 

IMG_20140925_193246

 

Toujours le même.

 

IMG_20140925_193658

Une fois de plus

 

IMG_20140925_195340

 

Encore Murakami

 

IMG_20140925_194612

 

Sakata ( 24 septembre). ¨ Cab¨, devant le sanctuaire Shinto qui protège les anciens greniers de riz situés au bord de la rivière.

 

IMG_20140925_192719

 

Sakata ( 24 septembre). Vive les renards!

 

IMG_20140925_192622

 

Idem (  24 septembre )

 

IMG_20140925_192301

 

Sakata ( 25 septembre). Et finalement, une nouvelle fois la ¨ Vénus¨ de Jomon, vue de dos cette fois. Sa croupe joliment rebondie me rappelle étrangement celle des anciennes sculptures africaines.

 

ADDENDUM (  3 décembre 2014 )

Si vous allez un jour à Sakata,département de Yamagata,  et si vous aimez la cuisine vietnamienne, je vous recommade  une visite au petit restaurant PHO SON qui s’est ouvert cette année. On y sert une grande variété de plats délicieux et authentiques ( le patron, M.Son, qui figure sur la photo du bas avec sa petite fille, est vietnamien) à des prix étonnamment modestes pour le Japon. Ce bistrot est situé dans la rue en pente, bordée de boutiques, qui part du centre ( prendre comme point de repère  le grand magasin Shimizuya). Ses coordonnées:

ベトナム食堂

酒田市二番町7-7

Tél: 0234-24-7818

Ouvert tous les jours, sauf  mardi midi et dimanche soir.

 

 

IMG_20140825_135443

Add a comment

Le plaisir de la frugalite a la japonaise- Repas de midi ( 22 septembre 2014)

IMG_20140922_181121

 

 

Ce que j’adore dans la cuisine japonaise , a mon avis l’ une des plus variees du monde , c’ est que l’ on peut manger tres simplement tout en en retirant un double plaisir, non seulement celui de l’ estomac mais aussi celui des yeux . J’aime manger frugalement , comme aujourd’hui a midi. Le menu comportait, en partant du bas et en se dirigeant dans le sens des aiguilles d’une montre, du saumon marine, de l’umeboshi ( prunes macerees), du kimchi ( choux macere avec du piment rouge, a la coreenne), des noris ( algues sechees), du riz blanc,et un oeuf cru. Ce dernier se mange a la fin du repas, en le versant sur le riz qui reste , apres l’avoir battu, et en l’ assaisonnant avec un peu de sauce de soja.

 

 

Add a comment

La pensee du jour- A propos de la traduction

Le plus grand probleme de la traduction du japonais en francais, ou dans toute autre langue occidentale, reside dans le fait que l’on se trouve face a des textes fort interessants et souvent brillants dans leur langue originale mais qui, une fois transposes dans l’une de nos langues, perdent tout leur eclat pour la simple raison qu’ils sont totalement denues d’esprit de synthese  ( l’absence desolante , dans le curriculum des ecoles japonaises,  de l’exercice de dissertation – qui nous apprend a aller a l’essentiel – en est, a mon avis, la cause principale) et adorent les repetitions….Le traducteur a deux choix: soit faire un traduction litterale, qui produira dans la plupart des cas un texte profondement ennuyeux et souvent bancal, car prive de toutes ses fioritures appreciees en japonais mais sans equivalents dans nos langues, ou alors, s’il est soucieux de livrer  un texte francais ou autre aussi fluide que possible et allant a l’essentiel, d’elaguer sans pitie tout ce qui n’a aucune raison d’etre. Le seul moyen de s’en tirer est a mon avis de faire une interpretation et non pas une traduction. A noter que le probleme est le meme dans l’autre sens.  Telles sont mes conclusions, une fois de plus, arrive a la 80e page du bouquin que je suis en train de traduire…Dieux que c’est penible et frustrant !

Pardonnez–moi l’absence d’accents  dans ce texte redige avec ma tablette anglophone qui les ignore.

Mais tout ce que j’ecris me semble bien futile quand je pense  a la barbarie insensee  des faux-musulmans  du pretendu califah IS…dont les jours sont comptes, car ils sont alles vraiment trop loin. Notre seul choix est de les  reduire au neant. Eien ni kutabare, orokana baka yaro !

Add a comment

Royaume- Uni / Une belle leçon de démocratie ( 19 septembre 2014)

J’éprouve beaucoup de sympathie pour  les pays qui respectent leurs minorités et leur accordent le droit de choisir leur destin, quand rien ne va plus. Comme le Royaume-Uni vient de le faire   en reconnaissant aux Ecossais leur droit de choisir l’indépendance ou la continuation de leur appartenance au pays, par voie de rérendum. Les Ecossais se sont prononcés hier  en faveur de la seconde formule, par 2.001.926 voix ( 53,30%) contre 1.617.989 ( 44,70%)  pour la première. On est donc loin d’une majorité écrasante. Mais je suis sûr que le gouvernement de M.Cameron en tirera les conclusions qui s’imposent, en accordant à l’Ecosse une plus grande autonomie et un partage plus équitable des revenus pétroliers de la Mer du Nord. Belle leçon de démocratie, en tout cas, pour des pays centralisés comme la France ou le Japon , dont les minorités- qu’il  s’agisse des Bretons, des Normands, des Corses, des Alsaciens ou des Ainous et des gens d’Okinawa –  n’ont aucune voix au chapitre en la matiere.

Add a comment

Un endroit secret- 11 septembre 2014

Bonsoir!

Quelques images de l’un de mes endroits secrets  préférés à Niigata. Situé le long de la côte, entre le Mt Kakuda et Téradomari, il est non seulement protégé des regards indiscrets par une barrière naturelle, mais aussi difficilement accessible, sinon en venant de la mer, voire en empruntant un unique chemin très difficile à trouver si on ne le connaît pas.  Une plage déserte idéale, en somme !

 

IMG_20140911_180402

 

 

IMG_20140911_180951

 

 

 

IMG_20140911_180241

 

 

 

IMG_20140911_180318

 

 

 

IMG_20140911_180629

 

 

IMG_20140911_180508

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

Courrier des lecteurs- La démocratie au Japon

Bonsoir!

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce site des dérapages anti-démocratiques très inquiétants de l’actuel gouvernement japonais dirigé par M.Shinzo Abé. On a en effet l’impression que pour M.Abé, qui visiblement a une notion très sommaire  de la démocratie , celle-ci  se résume à dire   qu’un premier ministre, en tant que responsable suprême du pays, est libre de prendre toutes  les décisions qui lui plaisent , sans jamais consulter le peuple,  même si ces décisions engagent l’avenir du pays, puisqu’il sera de toute facon jugé par le peuple lors des prochaines élections. Sans aller jusqu’ à affirmer, comme certains commentateurs le font,  que l’actuel gouvernement du Parti Libéral Démocrate est une dictature à terme ( le terme signifiant les prochaines élections des deux chambres), je trouve la situation très inquiétante. Et je ne suis évidemment pas le seul à penser ainsi, car nombreux sont les personnes dans les milieux intellectuels du Japon à le faire.

À l’étranger aussi. J’ai trouvé récemment, dans le courrier des lecteurs du grand quotidien Asahi Shimbun, ce message d’une pianiste japonaise établie en Allemagne. J’en livre ci-après ma traduction.

¨ Qu’est-ce qui se passe au Japon ? Pourquoi les citoyens ne font-ils pas opposition? ¨. Voire : ¨ Après la catastrophe de Fukushima, le Japon envisage maintenant de prendre part aux conflits militaires à l’étranger. Mais où va donc votre pays?¨. Tels sont les commentaires que mes amis allemands m’ont faits après la décision de cabinet du gouvernement de M.Abé de reconnaître au Japon le droit de participer militairement à des opérations de défense collective en dehors de ses frontières.

Jusqu’alors, les Allemands appréciaient beaucoup les Japonais pour leur diligence au travail et leur gentillesse. Mais maintenant, leur jugement est devenu très sévère: ¨ Un pays qui n’a pas été capable de tirer des leçons  de Fukushima et qui veut faire la guerre !¨.

L’été dernier, je suis rentrée au Japon pour les  vacances. J’ai eu l’impression durant mon séjour que même si de nombreux Japonais s’opposent à la décision de cabinet susmentionnée, leurs voix sont ignorées par le gouvernement. C’est la même chose pour la remise en marche des centrales nucléaires. Un pays dans lequel le gouvernement ne prête pas oreille aux opinions des citoyens ne peut pas être qualifié de démocratique. En Europe, les citoyens ne toléreraient jamais un premier ministre qui interprète la constitution selon son bon plaisir  et qui décide tout seul de poursuivre la génération d’électricité nucléaire.

Le gouvernement japonais actuel se comporte comme si le Japon n’avait rien  à se reprocher pour sa conduite  durant la seconde guerre mondiale, et aussi comme si la catastrophe de Fukushima n’avait jamais existé.  Ceci alors que le Japon, seul pays du monde à avoir subi les horreurs de la bombe atomique, est à mon avis le mieux placé pour communiquer son expérience au monde et encourager la création d’un monde sans guerre , sans bombe atomique et sans centrales nucléaires.

Add a comment

2 septembre 2014- Promenade dans une plantation de kaki

Bonsoir!

Très occupé par un mandat de traduction à longue haleine qui, la chance aidant,  vient  de me tomber dessus, et qui me donnera les moyens de réaliser un rêve que je couvais depuis longtemps -passer la plus grande partie de l’hiver loin d”ici, à Okinawa  où je  séjournerai deux mois au début de l’année prochaine, en emportant ce travail avec moi —   j’ai un peu négligé ce site, comme les balades d’ailleurs. Mais aujourd’hui il a fait très beau –  on aurait pu se croire à nouveau en plein été, – et j”ai décidé de sortir avec TD en direction du Mt Kakuda, dont j’ai souvent parlé ici, et qui, à une vingtaine de kilomètres de Niigata, propose une nature sauvage très excitante. Mon but était un endroit assez  étrange, que je pratique depuis longtemps mais dont j’ai découvert aujourd’hui un nouvel accès, la plantation de kaki ( kaki-danchi en japonais). Elle est située sur une colline, en face de la montagne.  Chaque fois que j’y vais, j’ai presque l’impression de me retrouver en Grèce, tant les alignements des arbres de kaki évoquent dans mon esprit l’image des oliveraies que j’avais tant appréciées autrefois lors d’un séjour à  Mytilène . Mais il manque évidemment ici  le spectacle des  vieillards à l’air farouche de pirates qui hantaient ces  oliveraies, juchés sur leurs ânes, la tête ceinte d’un foulard…

Voici les 7 images qui, sur 147 prises cet après-midi, ont survécu à la sélection que j’en ai faite sur ma tablette Acer après mon retour à la maison.  Comme on le verra, certaines sont en couleurs, dans l’esprit des films 8mm qui m’ont longtemps passionné.

 

IMG_20140902_172303

 

 

IMG_20140902_170631

 

 

 

IMG_20140902_170923

 

 

IMG_20140902_171804

 

 

IMG_20140902_170824

 

 

 

IMG_20140902_170547 (800x600)

 

 

 

IMG_20140902_170518

 

 

 

 

 

Add a comment

Ogni posto è una miniera

La soluzione ai problemi umani non puo venire dalla  ragione, perche proprio la ragione è all’origine di gran parte di quei problemi.La ragione è dietro all’efficienza che sta progressivamente disumanizzando  le nostre vite e distruggendo la terra da cui dipendiamo. La ragione è dietro alla violenza con cui crediamo  di metter fine alla violenza.

Non si tratta di giustificare, di condonare, ma di capire. Capire, perche io sono convinto che il problema del terrorismo non si risolvera uccidendo i terroristi,  ma eliminando le ragioni che li rendono tali.

Ogni posto è una miniera. Basta lasciarsi andare. Darsi tempo, stare seduti in una casa da tè a osservare la gente che passa, mettersi in un angolo del mercato, andare a farsi i capelli e poi seguire il bandolo di una matassa che puo cominciare con una parola, con un incontro con l’amico di un amico di una persona che si è appena incontrata e il posto piu scialbo, piu insignificante della terra diventa un specchio del mondo.

Tiziano Terzani

 

VIET%252027

 

 

Add a comment

À propos des Ainous

Bonsoir!

J’ai trouvé récemment dans le journal une petite annonce, publiée par le Ministère japonais de la santé publique. dont je donne la traduction ci-après

Irankarapté ! ( Bonjour!)

Nous sommes à la disposition des Ainous qui souhaitent nous consulter.
N’hésitez pas à nous demander conseil si vous avez des soucis en rapport avec la vie de tous les jours, le travail, l’ éducation, voire si vous êtes victime de discrimination.
Tél etc..
Si vous le souhaitez, vous pourrez demander à parler à l’un de nos collaborateurs ainous
Centre pour la promotion et la propagation des droits de l’homme ( organisation publique).

Cette information m’a donné l’envie d’en savoir plus sur la situation actuelle des Ainous au Japon, en consultant un petit livre de Kenji Namikawa ( 浪川建治), ¨ アイヌ族の軌跡 ( Sur les traces du peuple ainou)、 publié en 2004 chez l’éditeur Yamakawa Shuppansha (山川出版社) à Tokyo.

 

IMG_20140810_081057

 

Dans son introduction, l’auteur fait d’emblée une remarque qui me paraît importante car elle remet en question la prétendue unicité raciale et culturelle du Japon. Je cite : ¨ Si l’on observe toutes les époques  de son histoire, on constate que le territoire actuel du Japon n’a jamais été l’apanage d’une seule race et d’une seule culture. L’existence du peuple ainou dans le nord du pays et celle de la culture des Ryukyus au Sud le démontrent clairement. Même si l’on fait abstraction du fait que les Ainous ont parfois été obligés d’ émigrer voire de s’installer ailleurs sous la menace de la force, Il est évident que l’archipel japonais comporte deux peuples et trois grandes cultures et que les contacts culturels réciproques se sont répétés tout au long de l’histoire¨.

L’ïle de Hokkaido, dont les Ainous sont les habitants primitifs, était considérée jusqu’au XIXe siècle comme un terre étrangère, nommée ¨ Ezo-chi ( terre des barbares), la présence japonaise y étant limitée au petit fief de Matsumaé tout au Sud de l’Ile (  les villes actuelles de Matsumaé et Hakodaté ) qui monopolisait le commerce du troc avec les Ainous.

Les choses ont changé brutalement pour les Ainous suite à la Réforme de Meiji et la décision des autorités de developper le Hokkaido en encourageant une immigration japonaise en masse. Les Ainous furent en effet soumis à une politique d’assimilation très brutale dont le but était clairement de les couper de leurs racines et de leur culture pour en faire des citoyens de second ordre, objets d’une discrimination notoire.  Obligés de renoncer à leur langue, qui fut interdite, ils durent apprendre le japonais, prendre des noms japonais, et abandonner finalement leurs activités traditionnelle de chasse et de pêche, comme toutes leurs cérémonies religieuses …

La situation a toutefois évolué en mieux  avec une loi passée en 1999 qui, pour la première fois au Japon, reconnaît les Ainous comme étant un peuple distinct des Japonais et possédant sa propre culture.

À noter cependant  que le Japon n’a pas ratifié la Convention no.169 de l’Organisation internationale du Travail relative aux peuples indigènes et tribaux ( descendants des populations qui habitaient les pays concernés à l’époque de la colonisation ou de la conquête), car il se refuse toujours  à reconnaître que les Ainous étaient les habitants primitifs du Japon…

Selon une enquête effectuée en 1999 dans l’île de Hokkaido, la population ainoue , répartie dans 73 communes, se montait à 23.767 personnes. Ce chiffre est sans doute incomplet car il ne comprend pas les Ainous qui ont préféré dissimuler leur origine pour échapper à la discrimination, ni non plus ceux, assez nombreux, qui se sont établis un peu partout dans les grandes villes de l’archipel tout en gardant eux-aussi l’anonymat.

Add a comment

Le mot du jour…. ( 7 août 2014)

Chi odia non pensa !
Le razze non esistono. Non c’è una razza bianca o una razza nera o una gialla. C’è una razza, che è la razza umana composta da milliardi di esseri tutti diversi e tutti uguali. ( Tahar ben Jelloun )

Add a comment

L’ ours en cage … ( 3 août 2014 )

IMG_20140803_181218

Cette image, prise dans les environs de Vladivostok en 1999, illustre parfaitement mes sentiments du moment: ceux d’être, comme lui, un ours en cage, encore incapable de trouver la sortie vers d’autres horizons plus cléments. ici ou ailleurs…

Add a comment

Israel and Palestine -Both parties are losers in this conflict

Ci-dessous, l’adresse réticulaire (je n’ai pas réussi à l’activer,pardon!) d’un article de Daniel Baremboin paru dans le quotidien britannique The Guardian du 24 juillet, dont je recommande vivement la lecture. Double national israélien et palestinien, son auteur émet l’opinion qu’il n’y a pas de solution militaire à ce conflit, et que seul l’établissement d’un dialogue de bonne volonté entre Israel et les autorités palestiniennes concernées, y compris Hamas, devrait permettre à ces deux peuples qui vivent sur la même terre de trouver un compromis pour une coexistence pacifique, pour autant que chacun d’entre eux abandonne le langage de la haine et développe une empathie à l’égard de l’autre en faisant l’effort de se mettre à sa place et de compatir à ses souffrances.

 
 

http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jul/24/israelis-palestinians-losers-conflict-suffering-rights

Add a comment

Les corbeaux- Parc de Uéno, Tokyo (18 juillet 2014)

J’ai depuis toujours une très grande fascination pour les corbeaux, animaux super-intelligents, courageux, parfois cruels, et qui ne se laissent guère impressionner par la gente humaine qu’ils méprisent sans doute dans leur for intérieur. Cette vidéo prise la semaine dernière dans le Parc de Uéno lors d’un saut à Tokyo.

Add a comment

24 juillet 2014- Débris ( 2)

Bonsoir !

Ci-dessous, encore quelques images prises hier. À part cela, j’ai fait l’idiot au début de l’après-midi en rentrant à scooter chez moi sous la pluie. TD a un moteur très irascible, et j’aime bien le solliciter, même quand cela n’est pas nécessaire. Comme tout à l’heure, quand, après m’être garé à ma place normale, j’ai voulu en rajouter, en oubliant le frein…de sorte que je suis allé droit dans le mur ! Je m’en suis tiré avec un genou égratigné. Les deux-roues, c’est comme les chevaux, il faut savoir les ménager, sinon gare ! Mais grâce à cette expérience, j’ai appris quelque chose de nouveau. Dorénavant, je couperai tout de suite le moteur après m’être garé.

 
 

IMG_20140724_071852

 
 

IMG_20140724_072028

 
 

IMG_20140724_185235

 
 

IMG_20140724_071331

 
 

IMG_20140724_071205

 
 

IMG_20140724_071446

Add a comment

23 juillet 2014- Débris (1)

Lieu: Echizen Hama
Raison: Je ne sais pas, mais j’ai sans doute pensé inconsciemment à l’avion de ligne malais descendu par des barbares au dessus de l’Ukraine de l’Est en poursuivant ces débris rejetés sur les côtes par la Mer du Japon. La fleur des sables, à la fin, est toutefois  porteuse d’espoir. Soyons positifs   même si le monde actuel est désespérant!

 

 

 

 

IMG_20140723_174828
IMG_20140723_174925
IMG_20140723_175255
IMG_20140723_174559
IMG_20140723_174133
IMG_20140723_174259

Add a comment

22 juillet 2014- Quel monde de fous que le nôtre !

Quel monde de fous que le nôtre, vraiment!

Israel qui une nouvelle fois massacre les Palestiniens sans vergogne avec une férocité épouvantable, et comme toujours l’aval des Etats-Unis, la Russie de Putin qui, passé maître dans l’art de la duplicité et de la mauvaise foi, continue d’appuyer des bandes de mercenaires primaires qui terrorisent les gens et n’éprouvent  pas la moindre culpabilité d’avoir descendu un avion civil, en s’efforçant maintenant de détruire toutes les preuves,  Isis, cette autre bande de fous sanguinaires au drapeau noir,  qui s’empare peu a peu de l’Irak, sans oublier le Japon qui, sous la houlette d’un premier ministre hyper-nationaliste, peu réfléchi et dénué de toute sagesse, pourra sans doute un jour faire la guerre en dehors de ses frontières ” comme tous les pays normaux”…, en flétrissant  à jamais son image de pays pacifique qui lui avait pourtant valu le respect du monde entier durant les 70 dernières années ! Ni non plus les Nations-Unies dont l’impuissance est désolante. C’est à ne plus savoir où donner de la tête. Comme si le compteur de l’histoire était revenu à zero et  la haine de l’autre devenue le seul dénominateur commun des peuples. Les nouvelles du monde me donnent la nausée et il y a des jours où  j’en ai vraiment marre, tout en étant conscient du fait que je ne peux rien faire contre tout cela, sinon hurler   ¨ Rideau ! ¨ comme les loups!

IMG_20140722_170537

IMG_20140722_170515

IMG_20140722_170449

Add a comment

18 juillet 2014

IMG_20140719_121538

 

 

 

IMG_20140719_120345

 

 

 

IMG_20140719_120221

Add a comment

11 juillet 2014- Variations sur un même thème, port de Maki, Niigata

De retour à Niigata, après le voyage de 3 semaines dont j’ai montré des images sur ce site, je dois me creuser la tête pour trouver des sujets photographiques. Comme je l’ai dit mille fois, cette ville est très peu inspirante à ce sujet, car presque toutes ses formes japonaises ( très nombreuses autrefois ) ont disparu, remplacées par un monde en béton souvent laid et sans la moindre poésie. En revanche, la nature qui lui est proche est une source de merveilles, pour autant que l’on fasse l’effort d’ouvrir les yeux.
Cet après-midi, je suis allé avec TD jusqu’a la plage du port de Maki, à un peu plus de 20 km de la ville, tout près du Mont Kakuda. Pour respirer un peu à l’air libre, après plusieurs jours de pluie incessante provoquée par un typhon particulièrement violent. Quelques images en couleur, car je n’aurais jamais pu rendre ce sujet en noir et blanc.

 
 

IMG_20140711_173935

 
 

IMG_20140711_174248

 
 

IMG_20140711_174330

 
 

IMG_20140711_180413

 
 

IMG_20140711_174301

 
 

Également, l’une des quatre vidéos que j’ai prises à la même occasion, toujours avec le Nikon Coolpix P7800, et en noir et blanc.

Add a comment

À propos de la photographie, pour oublier le reste….

Bonsoir!

Aujourd’hui, très déprimé par les initiatives irresponsables et irréfléchies de l’actuel gouvernement ( voir mon article précédent), et aussi par le manque de courage des élites de ce pays qui, tout en jugeant la situation dangereuse, n’ont plus le courage de descendre dans la rue pour tenter de s’y opposer ( comme elles le faisaient dans les années 60), je préfère parler de photographie. En revenant à l’image , ¨Osaka Girls¨, que j’avais fait figurer à la fin de mon papier ¨ 18 et 19 juin -En ferry jusqu’à Osaka¨. J’avais pris toute une série de photos de cette scène de personnes qui faisaient la queue je ne sais pourquoi Celle que j’avais publiée sur mon site était la dernière. D’emblée, j’avais senti qu’il allait se passer quelque chose, et j’avais attendu. En revoyant mes photos aujourd’hui, j’ai trouvé la première qui m’avait donné l’idée d’attendre. Tout cela pour dire que, si vous faites de la photo de rue ( street photography ou snap, en anglais) sérieusement, quand vous vous trouvez face à une situation qui semble intéressante, arrêtez-vous et observez la scène. Si vous êtes chanceux, il va se passer un tas de choses!

 
 

IMG_20140703_083724
La première

 
 

IMG_20140624_061115
La dernière

Add a comment

Attachez vos ceintures !

Dans une démocratie digne de ce nom, la constitution est un texte fondamental qui détermine la forme du gouvernement et garantit les droits des citoyens. Toute modification de la constitution ne peut être entreprise que dans le cadre d’une révision de ladite constitution, selon une procédure coûteuse en temps puisqu’elle nécessite non seulement un débat approfondi au Parlement mais également l’aval des citoyens au moyen du référendum.

Comme je l’ai déjà écrit sur ce site, M.Shinzo Abé, actuel premier ministre du Japon, est un homme qui mène son bateau à toute vitesse  et  qui, convaincu de la justesse de ses choix politiques, a tendance à les imposer sans prêter oreille à ceux qui pensent différemment de lui ( ils sont  tristement très  rares à le faire  dans son parti, mais nombreux ailleurs , heureusement ! ) et sans se soucier non plus des moyens employés, même si ceux-ci peuvent paraître un peu trop autocratiques …Conscient que le temps n’est pas mûr pour une révision de la constitution, face à une opinion publique très divisée sur le sujet, et décidé néanmoins à permettre le plus vite possible aux Forces de défense japonaises d’intervenir militairement en dehors des frontières du Japon pour défendre les intérêts du pays et ses alliés ( avant tout les Etats-Unis), M.Abé a choisi une nouvelle fois d’interpréter librement l’article 9 de la constitution, qui ne reconnaît pas le droit de belligérance au Japon, au moyen d’une résolution de cabinet qui va dans le sens mentionné plus haut, présentée officiellement par lui hier, et qui sera passée aujourd’hui dans les deux chambres, où son parti. le Parti Libéral Démocrate et son allié, le Komeito, détiennent une majorité confortable. Cette résolution constitue un tournant historique puisqu’elle brise à jamais un tabou jusqu’à présent scrupuleusement respecté par tous  les prédécesseurs de M.Abé, tout en vidant complètement de sa substance l’article 9 susmentionné.On peut se demander où va le Japon avec un tel timonier qui bafoue sans vergogne les règles les plus élémentaires de la démocratie, persuadé d’être le seul porteur de la vérité. Si j’étais japonais, je descendrais dans la rue !

Pour illustrer ces lignes, cette image, trouvée la semaine dernière au Mont Koya, et qui montre, à gauche, M,Abé, sur une affiche de son parti, et à droite , une autre de la police locale avec le slogan ¨ N’oubliez pas d’ attacher  vos ceintures !¨. Je vous laisse faire le rapprochement…

 

IMG_20140701_093805

Add a comment

21 juin 2014- Mont Koya ( Koya-san)

Fondé il y a 1200 ans par le moine Kukai ( Kobo Daishi), la petite bourgade du Koya-san  est le ” Vatican ” de la secte du bouddhisme ésotérique Shingon et l’un des hauts lieux du bouddhisme japonais, avec le Mt Hiei et Osoresan. J’y ai inclus une étape dans notre programme pour répondre au voeu de O… qui souhaitait passer une nuit dans un temple ( shukubo, en japonais ). 52 temples du Koya-san accueillent en effet des hôtes.

D’Osaka,on se rend au Koya-san en empruntant le train Nankai Dentetsu au départ de la gare de Namba. Le trajet prend 90 minutes jusqu’à la gare de Gokurakubashi, puis  5 minutes en funiculaire. Quelle surprise agéable, dans ce dernier, d’entendre un commentaire diffusé en français, ce qui est très rare au Japon ! J’apprendrai plus tard que plus de 70% des touristes étrangers en visite au Mont Koya sont francophones,  et que les moines, en conséquence, ont décidé d’adopter le francais en lieu et place de l’anglais…

Il nous a fallu un certain temps pour trouver le temple, Yochi-in, où  j’avais réservé  une chambre, car il était mal indiqué sur la carte. Idéalement situé tout près du Danjo Garan, un complexe de temples qui est, avec le Okuno-In ( voir plus bas) l’un des deux endroits les plus importants au Koya-san, ce petit temple, avec son jardin sec à l’entrée, nous a séduit  sur le champ.  Accueil très cordial par un jeune moine à lunettes qui nous conduit à  notre chambre. Elle donne sur un petit jardin et  est tellement vaste qu’il m’est facile, en quelques secondes, de la transformer en trois pieces indépendantes, la grande au mileu, qui tient lieu de séjour, l’autre à gauche et la troisième au fond, grâce aux parois coulissantes. Ainsi  chacun aura sa chambre.

C’était ma première visite au Koya-san  et j’étais donc peu familier avec le lieu. L’abbé en second, un homme jovial et assez drôle, nous recommande d’aller avant tout voir le Okuno-In, en insistant pour que nous le fassions en empruntant l’entrée principale de Ichinohashi et en marchant tout le long du chemin dallé de 2 km qui conduit au temple. Comme il avait raison ! Car ce chemin est bordé  par les tombes voire les mausolées de tous les grands personnages qui ont laissé  leur marque dans l’histoire du Japon. Ci-après, un commentaire à ce propos de G.Migeon, trouvé dans le Nagel, Encyclopédie de Voyage, Japon (1973):

” Quel plus émouvant endroit pouvait-on choisir pour en faire le cimetière séculaire, où, depuis ses plus lointaines origines, tout un peuple est venu adorer ses morts ! Non pas qu’ils y soient nécessairement inhumés; le plus souvent les tombes n’y sont que des monuments élevés à leur mémoire. Dans tous les cas, leurs tablettes funéraires sont envoyées à l’un des monastères, où  elles auront le bénéfice des prières quotidiennes, et avec l’aide de Kobo Daishi, le privilège spirituel de revivre sur la Terre d’Idéale Pureté”.

Les quelques 100 temples du Koyasan se partagent la gestion de cette immense nécropole ( plus de 200.000 tombes au total )  et je découvrirai au retour, que notre temple, le Yochi-in, est en charge du lot où  se trouve la tombe du grand seigneur de la guerre, Takéda Shingen ( 1521-1573) , daimyo des provinces de Shinano et Kai,  en voyant son impressionnant portrait exposé  face à  l’entrée ( voir photo)..

Tout cela pour dire que cette promenade jusqu’au Okuno-in est passionnante  et parfois même émouvante si l’on connait l’histoire du Japon. Je  m’y suis lancé à la recherche  des tombes ou monuments de mes héros préférés ( voir photos) .

Le Koya-san est fameux pour sa cuisine végétarienne ( shojin ryori)  et le repas qui nous fut servi le soir ( voir photo ) dans notre temple  fut un véritable festin, avec des goûts très recherchés et très subtils qui  rassasient parfaitement. Et tout cela arrosé de bière pour O… et de sake froid ( reishu)  pour moi !

Les temples qui accueillent des hôtes au Koya-san posent une seule condition, à savoir l’obligation pour ces derniers d’assister au service matinal qui, dans notre cas, a débuté a 6h30. Nous y sommes allés,  et a ma grande surprise, car je m’y attendais absolement pas, l’abbé m’a demandé  de traduire le sermon qu’il  allait faire à l’issue du service, plusieurs étrangers figurant parmi nous. Il a parlé  entre autres de la méditation, qui est l’une des principales activités des moines du Koya-san, selon l’enseignement de Kobo Daishi, en nous invitant à en faire une première expérience. Comme je traduisais, j’étais trop tendu pour m’y prêter, mais je donne ci-après ce que j’ai retenu de ses paroles;., .

Tout homme nait avec un coeur pur comme un diamant et porte en lui le bouddha, tous les deux ” vivant ” en parfaite harmonie . Entré dans la vie, l’homme commet de mauvaises  actions qui salissent son coeur, et brisent  cette harmonie.  La méditation shingon a pour but de permettre à l’homme de nettoyer son coeur, en prenant comme image celle de la pleine lune, pour rétablir cette harmonie. Pour méditer, il faut faire le vide en soi et chasser toutes ses pensées. Si celles-ci vous importunent, comptez jusqu’a dix maintes et  maintes fois….et vous y arriverez un jour.

 

 

IMG_20140623_020434

L’entrée du temple Yochi-in, avec le jardin sec, à gauche. Il a été fondé il y a 800 ans, les bâtiments actuels ayant 150 ans.
 

 

IMG_20140623_020642

 

Le portrait de Takéda Shingen,  à l’intérieur  du bâtiment  principal du Yochi-in, face à l’entrée

 

 

IMG_20140623_020922

 

Le dîner de ” shojin ryori”

 

 

IMG_20140623_020508

 

Le Koya-san est aussi un lieu de pèlerinage. J-M…, un jeune pèlerin français qui logeait comme nous au Yochi-in

 

IMG_20140623_083217

 

La tombe de Oda Nobunaga  ( 1534-1582), l’un des trois unificateurs du Japon. Victime d’un complot fomenté par l’un de ses suivants,  Akéchi Mitsuhide, il fut attaqué en force dans le temple Honnoji, Kyoto, où il s’était arrêté pour  passer la nuit, avec une escorte limitée, et se suicida. Il était sur le point d’achever la conquête et l’unification du Japon.  Toyotomi Hideyoshi poursuivit son oeuvre et devint shogun.

 

IMG_20140623_084222

 

Les ¨ gorinto¨ qui surmontent les tombes anciennes  figurent les 5 éléments- la terre, l’eau, le feu , le vent et l’espace – qui forment le corps du bouddha cosmique.

 

IMG_20140623_084010

 

 

Monument funéraire de Uésugi Kenshin ( 1530-1578). Seigneur de la province Echigo (  actuel département de Niigata) , il fut le rival de Takéda Shingen qu’il affronta à plusieurs reprises. Excellent stratège, il ne fut jamais vaincu. Convaincu d’être la réincarnation de Bishamon-ten , l’un des gardiens du bouddhisme, sa devise était  無 ( le néant ).

 

IMG_20140623_083805

 

Tombe inconnue

 

 

IMG_20140623_084125

 

Tombe de Daté Masamuné ( 1567-1636). Seigneur du Tohoku ( nord du Japon) et protecteur des missionnaires et marchands chrétiens, il envoya une ambassade au Pape, qui visita aussi la France, l’Espagne, le Mexique et les Philippines ( 1613-1630). Très  habile politicien, il sut se faire respecter de Tokugawa Iéyasu malgré la méfiance que celui-ci éprouvait à son égard, et pour cause,  car il avait l’étoffe d’un shogun.  Personnage de grande  prestance,  il était réputé pour son élégance qui a donné naissance à l’expression ¨ datesha ¨ ( dandy, en japonais)  encore utilisée de nos jours.

 

IMG_20140623_083457

 

Jizo

 

DSCN8510

 

 

Mausolée dédié aux 47 ronins ( samourais) de Ako, considérés comme des héros au Japon pour avoir vengé l’honneur de leur seigneur  Asano Naganori , injustement condamné au ¨ seppuku¨  ( suicide rituel)  pour avoir dégaîné son sabre face à Kira Yoshinaka, maître des cérémonies du shogun,  qui l’avait injurié. Ils attendirent deux ans pour planifier l’ attaque de nuit de la résidence de Kira Yoshinaka  qu”ils exécutèrent sur le champ. Tout en sachant que cet acte les condamnaient eux-aussi au seppuku. Ce qu”ils firent tous ensembles le lendemain. L’histoire s’est passée au XVIIIe siècle. Ils sont aussi connus sous le nom de  赤穂浪士(ako roshi).

 

IMG_20140623_083552

Les 200.000 tombes du Okun0-In ne comportent pas que des tombes de personnages historiques , mais aussi celles  du commun des mortels, comme celle-ci, dédiée par le fabricant automobile Nissan à ses employés décédés.

Ainsi s’est conclu notre  voyage de 3 semaines au Japon. J’ai accompagné O… jusqu’à Tokyo le lendemain et nous avons chacun repris notre chemin.  Je ne suis vraiment heureux et vivant qu’en voyage, me trouvant maintenant comme un plongeur en décompression qui rechigne a remonter à la surface …car après tous ces endroits fantastiques, celui où je vis habituellement me paraît bien terne et sans magie.  Mais c’est une bonne base quand même, et j’y ai mes habitudes et mes circuits.

 

FIN

 

 

1 comment

20 juin- Kyoto- Réapprendre à regarder avec les yeux

J’ai plusieurs fois employé  l’expression ” photographier avec les yeux ” dans ce journal au jour le jour de notre voyage. Nous vivons à  une époque  où la photographie est maintenant pratiquée  sans difficulté par tout le monde, que ce soit avec un appareil digital, un téléphone portable voire une tablette android. Tout particulièrement dans les lieux touristiques où les gens mitraillent à tort et à travers, en imposant aux autres l’obligation de s’arrêter pour ne pas entrer dans leur plan. Rares sont ceux d’ailleurs qui vous remercient de l’avoir fait, car pour ces personnes la courtoisie  ne s’impose visiblement pas dans un tel cas, comme s’ils avaient tous les droits. J’avoue que j’ai parfois honte d’avoir un appareil photo au milieu de cette horde de ” photographes tous azimuts”. Je préfère photographier seul, en prenant tout mon temps, ce qui est de plus en plus difficile, à moins d’être en pleine nature comme je l’ai fait à Yakushima.  Il y a aussi des jours où j’ai envie d’ oublier mon appareil et ” photographier avec les yeux “, c’est à dire réapprendre à regarder avec les yeux et non pas à  travers un viseur.  Ça fait beaucoup de bien, on voit beaucoup plus de choses, et on peut toujours, quand on n’y tient plus, s’amuser à  découper l’espace  en formant un viseur avec ses deux mains. Le 20 juin, nous sommes retournés à Kyoto pour la journée et nous avons vu le temple Ryoanji, fameux pour son jardin sec immortalisé par David Hockney, qui en a tiré un photo-montage absolument génial,  le Kinkakuji ( Pavillon d’or)  et le château des Tokugawa, Nijo-jo. Pas de photos  ce jour-là ( j’avais laissé mon Nikon à Osaka) , sinon ce nouvel autoportrait.

 

IMG_20140627_084627

Add a comment

18 et 19 juin- En ferry jusqu’à Osaka

Quand j’organise un voyage au Japon à la demande de quelqu’un, j’aime toujours, si la personne est d’accord, inclure une étape en ferry. C’était le cas de O… qui, comme moi, adore la mer. On peut pratiquement faire tout le tour du Japon en ferry et ce genre de voyage est une véritable croisière en mer . Dans un cadre agréable – les bateaux sont très vastes et l’on peut se dégourdir les jambes dans les longues coursives et sur les différents ponts. Quant aux cabines individuelles – il en existe deux types, le premier avec douche et toilettes, et le second sans ces deux dernières ( c’est celui que nous avons choisi )- elles sont très confortables. Le restaurant pour sa part, sert des repas sous forme de buffet qui sont tout à fait corrects pour un prix très modique.  Un excellent moyen de se relaxer pour un moment au cours d’un voyage assez long comme le nôtre.

Revenus de l’ile de Yakushima durant la matinée du 18 juin, nous sommes allés chercher nos bagages à l’hôtel  ( nous avions pris seulement des petits rucksacks  pour les deux jours dans l’ile)  et nous avons emprunté le bus pour le port Shibushi-ko , d’où part le ferry et qui se trouve à  2 heures de route de  Kagoshima. Un peu long, mais le paysage très varié qui défile durant le trajet  fait un peu oublier sa durée. Le ferry, de la Sun-Flower Line, part à  17h55  de Shibushi-ko et arrive le lendemain matin  à Osaka à 7h40.

 

IMG_20140626_143004

Dans ma cabine

 

 

IMG_20140624_062038

 

 

En mer

 

 

IMG_20140624_061639

 

 

L’entrée dans le port d’Osaka

 

IMG_20140625_121901

 

L’entrée dans le port d’Osaka

 

IMG_20140624_061115

” Osaka  Girls ”

 

 

Add a comment

16 et 17 juin-Île de Yakushima – L’étrange fascination de l’eau

On peut aller de Kagoshima à Yakushima en ferry, en jet foil ou en avion. Nous avons choisi la deuxième formule, qui prend deux heures. Arrivés à Miya-no-Ura, nous avons pris le bus pour Anbo où se trouve l’auberge- Yakushima Sanso- dans laquelle j’avais réservé des chambres. Plusieurs personnes m’avaient recommandé l’usage des bus, qui sillonnent la plus grande partie de l’île.  Sans me preciser toutefois que leur fréquence était réduite et qu’il fallait parfois les attendre plusieurs heures, comme cela nous est arrivé au retour de Yakusugi Land ( voir plus bas) . La meilleure solution est sans doute de louer une petite voiture, ceci d’autant plus qu’il pleut  pratiquement tous les jours à Yakushima…Ce qui est très frustrant au début, car on ne sait que faire. Après, on s’habitue, ayant enfin compris que la pluie fait partie du paysage!

Le premier jour, nous sommes restés à Anbo.O…est allé faire un tour dans la montagne qui  domine ce petit bourg. Quant à moi, je me suis promené en ville et au bord de la rivière. Ayant découvert une lbrairie, j’y suis entré car je n’avais plus rien à lire.J’ai eu la chance d’y trouver un roman – 砂の女 ( La femme des sables ) – de Abé Kobo, que je n’avais pas encore lu. J’avais été  très impressionné par le film de Hiroshi Teshigahara tiré de ce roman, que j’avais vu à Paris dans les annees soixante, quand j’étais étudiant aux Langues’O. Histoire assez effrayante d’un professeur passionné d’entomologie qui prend quelques jours de vacances pour aller récolter des insectes dans une région de dunes en bord de mer. Ayant raté le dernier bus qui dessert le village , il demande à un vieux monsieur s’il lui est possible de passer la nuit quelque part. Celui-ci le conduit dans les dunes, devant une cuvette profonde au fond de laquelle se trouve une petite maison habitée par une femme. Il y descend à l’aide d’une échelle de cordes et est accueilli par la femme qui lui prépare à dîner et lui donne un futon pour dormir. Prêt à  repartir le lendemain, il découvre, par les allusions de son hôtesse,  qu’il est tombé dans un piège, comme un insecte égaré par mégarde  dans l’entonnoir d’un fourmi-lion, Condamné à vivre avec elle dans ce trou et à déblayer le sable , en échange de l’eau et de la nourriture qui leur sont descendues chaque jour  au bout d’une corde par les villageois. Il va tenter de s’enfuir, va parvenir une fois  à sortir du trou pour s’égarer dans les sables mouvants, être  sauvé par les villageois et  réexpédie par eux dans le trou, victime d’un sort inéluctable. J’adore l’atmosphere de tension extrême  et d’érotisme très cru qui se dégage de ce récit. Pour la petite histoire, j’ajouterai que, lors de la sortie du film, je me suis trouvé tout à fait par hasard assis dans un café près de l’Opéra avec un copain des Langues’O, et que, ayant découvert que l’actrice principale de ce film, Kishida Kyoko était assise avec quelqu’un à  la table voisine de la nôtre, j’ai pris mon courage à deux mains et, m’approchant d’elle,  lui ai demandé, dans un japonais encore bien imparfait  ¨ Anata wa suna no onna desuka ¨ (  Êtes-vous la femme des sables ? ) . Elle le prit très bien, et avec un grand sourire, me répondit :  ¨ Oui, dans le film, mais pas dans la vie ! ¨

Le trekking le plus fameux à Yakushima est celui qui conduit au Jomon Sugi, le plus vieux cèdre de l’ile ( son âge est estimé à plus de 4000 ans, voire plus).  Il faut compter 9 heures de marche pour l’aller et le retour, et être équipé pour la montagne, ce qui n’était pas notre cas. Nous avons donc préféré aller au Yakusugi Land, une forêt protegée qui propose quatre  parcours de difficulté variable. O…a fait le Fureano Michi Course, qui prend 150 minutes , et moi le Tsutsujigawara Course, qui prend 80 minutes. Le paysage est littéralement fantastique, hanté qu’il est par des cèdres gigantesques pointés tout droit vers le ciel. Beaucoup de montées et de descentes, et aussi beaucoup de torrents que l’on traverse sur des ponts suspendus. J’ai photographié les cèdres avec les yeux,- le sujet est trop formidable pour être saisi dans sa totalité en photo. En revanche, j’ai redécouvert la fascination de l’eau avec mon Nikon Coolpix qui s’est révélé être aussi un magnétoscope tout à fait acceptable.

 

 

IMG_20140618_203609

 

Anbo

 

IMG_20140618_203222

 

L’auberge ” Yakushima Sanso” qui surplombe la rivière

 

 

IMG_20140618_203010

Dans la chambre

 

 

IMG_20140618_203047

 

 

Yakusugi Land

 

 

IMG_20140618_202801

 

 

Yakusugi Land

 

 

IMG_20140618_201908

 

 

Yakusugi Land

 

 

IMG_20140618_202117

 

 

Yakusugi Land

 

 

IMG_20140618_201420

 

 

Yakusugi Land

 

 

IMG_20140618_201009

 

Yakusugi Land

 

 

 

 

Add a comment

14 et 15 juin 2014- Kagoshima

Bonsoir,

Privé d’internet ces derniers jours, je me contente pour l’instant de mettre sur ce blog les images prises au cours de ce voyage. J’ ajouterai des commentaires après coup,quand j’aurai retrouvé ma liberté de mouvement  et mes esprits.

À Kagoshima, l’un de mes endroits préférés est, outre le quartier nocturne de Tenmonkan, le  Sengan-en, jardin de l’ ancienne résidence des Seigneurs  Shimazu, maîtres du clan Satsuma, l’un des principaux moteurs de la Restauration de Meiji, qui permit au Japon de résister aux menaces de l’Occident  en défendant son indépendance jusqu’au bout, sans céder. Quelques images:

 

IMG_20140619_060009

 

IMG_20140618_213237

 

IMG_20140701_090603

 

IMG_20140701_090348

 

IMG_20140619_055625

 

IMG_20140701_090225

 

IMG_20140701_090058

 

Et aussi, le buisson en forme de grue, les ailes déployées, qui se trouve à l’entrée du Terakuni Jinja, sanctuaire shinto dont le kami est le dernier seigneur Shimazu, vénéré pour sa clairvoyance face aux menaces de l’Occident et aux moyens à mettre en oeuvre pour défendre le pays.

 

IMG_20140618_212936

 

 

Sans oublier ce chat, rencontré dans une petite rue.

 

IMG_20140618_204141

Add a comment

13 juin 2014- Les sculptures bouddhiques dans le roc ( Magai Butsu), Usuki

Situées sur les flancs d’une petite colline, à 20 minutes en voiture de la ville de Usuki, ces sculptures très impressionnantes ( 59 au total, réparties en 4 groupes ) qui datent vraisemblablement du XIIe siècle, posent une énigme. Malgré toutes les recherches faites à leur sujet, on ignore encore totalement par qui et dans quel but elles ont été réalisées. Elles sont uniques en leur genre, car il n’existe rien de semblable ailleurs au Japon.
IMG_20140619_172822

 

 

 

 

IMG_20140619_173559

 

 

 

 

IMG_20140619_173302

 
IMG_20140619_172935

 

 

 

 

IMG_20140619_173100

Add a comment

12 juin 2014 ( 2)- Les Gorges de Takachiho

Ici aussi, un endroit très impressionnant. Il est conseillé de louer un bateau à rames pour se promener sur l’étroite pièce d’eau, bornée par des falaises en roc qui tombent à pic et dont certaines ont des reliefs qui  évoquent des sculptures primitives. L’eau est limpide, on est en compagnie de canards sauvages, mais  le lieu recèle de nombreuses zônes d’ombres  assez inquiétantes, .. Pas d’anaconda à l’horizon, toutefois, jusqu’à preuve du contraire…

 

IMG_20140614_070707

 

 

 

IMG_20140619_162157

 

 

 

 

 

 

1 comment

12 juin 2014- Takachiho-Sanctuaire Amano Iwato…ou la plongée dans le divin

IMG_20140612_230138

 

Bonsoir!

Sans internet depuis deux jours ( j’écris ces lignes de Kagoshima le 14  juin ), je reprends la chronique de notre voyage en retournant au 12 juin où, après avoir quitté Kumamoto en voiture ( O… et moi  nous relayant au volant à tour de rôle) nous sommes arrivés à Takachiho  vers  midi. J’inverse la chronologie en parlant d’abord de la visite que nous avons faite au Sanctuaire de Amano Iwato, après celle des Gorges sur laquelle je reviendrai.

Parce que l’endroit en question porte en lui un extraordinaire magnétisme que l’on ressent tout de suite, pour autant que l’on soit rêveur et  réceptif.  Frappé du blason impérial qui représente un chrysanthème, ce petit sanctuaire est en effet dédié à la déesse Amatérasu dont j’ai parlé avant. D’emblée, dès qu’on y pénètre, on est saisi par le raffinement de sa construction et  l’extrême sensualité qui s’en dégage. Odeur grisante, qui tourne presque la tête,  du bois de cyprès du Honden ( sanctuaire principal). Beauté dépouillée des espaces et des objets – miroirs, récipients pour les offrandes, et une sorte de plumeau fait de  lamelles de papier plié que le prêtre agite devant les visiteurs pour les purifier .

Une petite porte située à la droite du Honden,  habituellement fermée mais que le prêtre ouvre volontiers si on le lui demande, vous conduit, en sa compagnie, à un observatoire qui permet d’entrevoir, en partie masquée par la végétation, l’entrée de la caverne dans laquelle Amatérasu se serait  cachée en plongeant le monde dans l’obscurité. Les solives du toit qui surmonte l’observatoire sont toutes orientées de biais, pour indiquer sa direction. Ici, il est interdit de photographier,  alors qu’on peut le faire dans le sanctuaire.

Amatérasu était -elle une déesse descendue du ciel  ou une shamane dotée d’un pouvoir extraordinaire  ? Peu importe, car dans le Shinto, comme me l’a rappelé l’un des prêtres avec lequel je me suis entretenu, les kamis ( dieux ) sont soit des dieux par naissance, soit des humains qui , en ayant marqué leur passage sur cette terre par des actes extraordinaires hors de la  portée du commun des mortels, sont montés au ciel après leur mort  pour devenir des dieux ( il faut noter toutefois que les kamis peuvent aussi être des choses: une montagne, un arbre, voire  l’eau ou  le vent, entre autres ).On peut donc penser qu’il s’est bel et bien  passé autrefois quelque  chose qui dépassait l’entendement dans cette caverne mystèrieuse. Et tomber sous l’emprise  de ce monde magique qui, à la différence des  religions monothéistes , n’a jamais tenté d’imposer sa voie  par la force!

Après la visite du sanctuaire, on peut aussi, si on le souhaite, descendre vers la rivière en longeant la route quelques minutes, pour aller à la seconde caverne où tous  les dieux (  yorozu no kami, en japonais) se seraient réunis pour trouver le moyen de  faire sortir Amatérasu de sa caverne. Ici  aussi un endroit magique  avec ses nombreux torrents et ses tas de pierres amassés par les pèlerins.  Ci-dessous, quelques photos de cet après-midi au ¨ pays des merveilles ¨.

 

 

IMG_20140613_072741

 

 

IMG_20140613_180040

 

 

IMG_20140613_072626
IMG_20140613_175652

 

 

IMG_20140612_224232

 

 

IMG_20140614_180805

 

 

IMG_20140613_180002

 

 

1 comment

11 juin 2014- Mont Aso

Bonjour

Je n’ai malheureusement pas le temps d’elaborer autour des photographies que je prends chaque jour au cours de ce voyage. Je le ferai le moment venu, sans  doute apres-coup.

Depuis Kumamoto, nous avons loue une voiture que nous utiliserons pendant quatre jours. Aujourd’hui, la destination etait le Mt Aso, fameux volcan dont  on peut  habituellement  contempler le cratere d’ assez pres, en empruntant la route a peage qui y conduit. Ce qui n’a pas ete possible, la route, comme le sentier, etant fermee en raison des emissions de gaz trop toxiques. Le temps couvert et brumeux n’arrangeait pas les choses.

 

IMG_20140612_052037

 

 

 

Au retour, nous nous sommes lances a la recherche d’une ” onsen ” ( eau thermale), pour finalement en trouver une absolument geniale perdue au milieu des forets , la Jigoku Onsen ( eau thermale de l’enfer). Elle comporte quatre bains en plein air, distants les uns des autres dans un site naturel tres sauvage, et dont l’origine remonte vraisemblablement a l’epoque d’Edo. L’eau y est presque blanche comme du lait et sa teneur en soufre  tellement elevee que ma bague en argent, qui represente un cobra, a progressivement change de couleur,  devenant d’abord doree, puis ensuite brun fonce avec des reflets violets. Ci-dessous, l’entree de cette onsen, avec ses vieux lampions et son sanglier empaille.

 

IMG_20140611_185929

 

 

 

Demain, depart de Kumamoto pour Takachiho , lieu mysterieux et sacre puisque c’est la que se trouve la caverne ou Amaterasu, la deesse du solei, se serait cachee pour echapper aux sevices de son frere Susano, en plongeant le monde dans l’obscurite. Et aussi une autre caverne ou les 8 millions de kamis (dieux) se seraient concertes pour trouver un moyen de l’en faire sortir…Finalement, une deesse se deshabilla et se mit a danser toute nue, de facon tres lascive- ce fut sans doute l’un des premiers strip-teases du monde-, provoquant l’hilarite des dieux . Prise de curiosite et desireuse de savoir ce qui se passait, Amaterasu sortit finalement de sa cachette , et le monde retrouva enfin la lumiere…

1 comment

10 juin 2014- Kumamoto- Jardin seigneurial Suizenji Jojuen

Voire encore ” Variation sur le même thème”…Sans  doute  une représentation du Mont Fuji.

IMG_20140611_190637

 

IMG_20140611_191501

 

 

IMG_20140611_191124

 

 

 

IMG_20140611_191335

 

 

IMG_20140611_191058

 

 

IMG_20140611_190739

 

 

IMG_20140611_191609

 

 

IMG_20140611_190842

 

 

Un autre endroit à ne pas manquer à Kumamoto est son château, l’un des plus formidables du Japon par l’étendue de ses fortifications, construit par Kato Kiyomasa de 1601 à 1607. Presque tous les bâtiments du château ont été refaits au siècle dernier, mais le site mérite néanmoins une promenade.

Add a comment

9 juin 2014- Sanctuaire de Itsukushima, Miyajima

 

IMG_20140610_101357

 

 

IMG_20140610_101016

 

 

IMG_20140610_100731

 

 

IMG_20140610_100439

 

 

IMG_20140610_100624

 

 

 

IMG_20140610_095253

 

 

Et aussi…

 

IMG_20140610_213826

Add a comment

8 juin 2014- Hiroshima

Hiroshima, c’est avant tout, avec Nagasaki, une ville sacrifiee aux folies de la bombe atomique et de la guerre qui prend comme cible les populations civiles sans defense. Son symbole est evidemment le Genbaku Dome, qui surplombe l’unique batiment- c’etait une banque – qui avait resiste a la deflagration. Quelques images:

 

IMG_20140608_212124

 

 

 

IMG_20140608_213405

 

 

IMG_20140608_190711

 

 

IMG_20140608_214010

 

 

 

IMG_20140608_212940

 

 

Hiroshima, c’est aussi le Peace Memorial Museum avec ses photos et ses objets qui nous communiquent l’horreur de ce qui fut un massacre systematique et sans pitie. Comme le montrent les details de cette photographie ( prise deux heures apres l’explosion) , la seule avec quatre autres du meme photographe, dont j’ajouterai le nom des que j’aurai pu le verifier, a avoir echappe a la censure des troupes d’occupation americaines qui, des leur arrivee au Japon, confisquerent systematiquement toutes les photos prises le 8 aout 1945…Ce document effrayant et profondement emouvant demontre a mon avis que la photographie, en figeant pour toujours des instants decisifs, joue un role essentiel pour conserver la memoire de l’humanite.

 

IMG_20140608_215255

 

 

IMG_20140608_185707

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a comment

7 juin 2014 – Sanctuaire de Izumo

Alors que les sanctuaires de Ise sont campes  dans un site naturel enchanteur et mysterieux, qui exige une longue marche pour y parvenir, ceux de Izumo sont d’un abord facile. Les kamis des premiers veillent sur notre monde, alors que les seconds communiquent avec le monde de l’au-dela. Queques images imparfaites prises aujourd’hui. Le batiment tres long, en seconde place, est celui ou tous les kamis du Japon ( ils seraient plus de 8 millions) sont reputes se reunir en conclave chaque annee au mois d’octobre. Quant au chat, je l’ai rencontre au cours d’une promenade apres notre retour a Matsue.

 

IMG_20140608_215747

 

 

 

IMG_20140608_220814

 

 

 

 

IMG_20140608_215708

 

 

IMG_20140608_213743

 

 

 

 

 

Add a comment

6 juin – Matsue

Bonsoir

 

Finalement, quand j’y reflechis bien, la seule chose qui me retient au Japon est le raffinement extreme de sa vieille culture, dont il serait vain de vouloir trouver un equivalent ailleurs, mis a part l’Indonesie– je parle avant tout de Java, n’etant jamais alle a Bali. J’ajouterai que ce qui me retient aussi ici sont les gens qui, meme sans le savoir, vivent au XXIe siecle dans l’esprit de cette vieille culture , en etant aussi ” nature ” – j’entends par la bien dans leur peau et , partant, capables d’affronter la difference, sans aucun complexe- que leurs compatriotes d’autrefois, a l’epoque d’Edo, avant l’arrivee  fatidique des bateaux noirs du Commodore Perry…

 

Arrives a Matsue en debut d’apres-midi, j’ai conduit mon compagon de voyage dans les deux endroits qui m’inspirent depuis toujours, le chateau du XVIIe siecle, authentique, car il a echappe a la destruction pendant la guerre de Boshin, et le sanctuaire Inari, au pied du chateau, ou Lafcadio Hearn avait l’habitude de se promener. Nous irons d’ailleurs demain visiter son ancienne residence, apres avoir rendu visite aux dieux de Izumo O-Yashiro. Mes images de ce jour suivent.

 

IMG_20140607_001455

 

IMG_20140607_000141

 

 

IMG_20140607_000514

 

Add a comment

Kyoto, 5 juin 2014- Dans le monde des renards sacres

Bonsoir!

Pour ce dernier jour a Kyoto (  l’etape suivante sera Matsue) ,  nous avons passe la matinee au grand sanctuaire de Fushimi Inari  dedie aux renards sacres qui sont non seulement les gardiens des greniers a riz mais egalement les messagers de la deesse du riz, honoree a Ise aux cotes de Amaterasu, la deesse du soleil. Fonde au 7eme siecle, a l’epoque Heian, c’est un endroit magique , enfoui en pleine nature dans la ville, et dont les chemins, surmontes de toriis rouges emmenent le visiteur par monts et vallees ( il faut compter deux heures pour faire le circuit complet). Plus que la perspective  assez unique des tunnels formes par ces 1000 toriis, que j’ai vu tellement souvent reproduite sous forme d’affiche que je n’ai pas la moindre envie de la photographier, c’est comme toujours les renards eux-memes qui m’ont fascine.

 

IMG_20140605_175458

 

IMG_20140605_180509

 

 

IMG_20140605_174810

 

 

 

IMG_20140605_174227

 

 

 

IMG_20140605_173323

 

 

IMG_20140605_172655

2 comments

Toujours de Kyoto- 2 et 3 juin 2014

Bonsoir.

Comme je l’ai ecrit dans l’un des textes introductifs de ce site, l’une de mes activites consiste a organiser  des voyages au Japon a l’intention de touristes individuels que j’accompagne comme guide et parfois chauffeur durant le voyage.  Je suis actuellement au debut d’un voyage de trois semaines avec une personne que j’appellerai O…Nous sommes a Kyoto depuis trois jours. Etant en service commande, je n’ai guere le loisir d’ecrire un carnet de route au jour le jour. Je me contente donc, a ce stade, de mettre sur mon site un choix de photos , prises lors de nos visites, et auxquelle j’ajouterai un commentaire a l’issue de ce voyage. Ci-apres, quelques images glanees avant−hier et hier.

 

 

IMG_20140604_011338

Temple Kiyomizu

 

IMG_20140604_003303

Temple Kiyomizu

 

IMG_20140604_001923

Shisendo

 

 

IMG_20140604_000928

Shisendo

 

 

IMG_20140604_000510 

Shisendo

 

IMG_20140604_005422

Temple Enko-ji ( tout pres du Shisendo)

 

 

 

IMG_20140604_223648

 

Gare de Kyoto

 

 

Add a comment

Dimanche 1er juin 2014- Le Mont Fuji vu d’avion et Osaka

Bonsoir,

J’ai quitte Niigata ce matin avec le vol ANA de 8h55 pour Osaka. Tres agreable car il est assure par un avion a helices Bombardier ( je prefere depuis toujours ce genre d’avions aux jets, par superstition sans doute). Il faisait un temps splendide, et l’avion, apres avoir survole la cote jusqu’a la prefecture de Nagano, a oblique vers la gauche, en faisant defiler sous nos yeux les Alpes japonaises et tout a coup, au loin, le Mont Fuji dont j’ai choisi cette image, parmi toutes celles que j’ai prises:

 

 

IMG_20140601_200417

 

J’ai retrouve Osaka  avec plaisir et aussi une certaine nostalgie, car j’y avais vecu deux ans autrefois. C’est l’une des villes les plus animees, les plus dynamiques et les plus ” folles ” au Japon. Comme toujours, il y avait grosse foule dans la Shinsaibashi Dori a tel point qu’au bout d’une moment, j’en ai eu assez et j’ai prefere prendre l’avenue Mido Suji jusqu’a Namba. Au retour, apres avoir mange des sushis au  restaurant ” Sushi Ichiba “, qui est a mon avis l’un des meilleurs au Japon pour la qualite des poissons et pour ses prix tres honnetes  ( ils ont 8 magasins dans le centre d’Osaka et certains sont ouverts jusqu’a 5 heures du matin) je me suis balade dans les petites rues avant de rentrer a l’hotel ou j’ecris ces lignes maintenant tout en sirotant un whisky Back Nikka a l’eau. Ma prochaine etape est Kyoto depuis demain. Je vais essayer de tenir un journal de ce voyage  dans la mesure du possible.  Quelques photos prises cet apres-midi a Osaka:

 

IMG_20140601_195722

 

 

IMG_20140601_195422

 

 

DSCN6599

 

 

IMG_20140601_195832

 

 

IMG_20140601_195952

A bientot!

 

1 comment

À propos de l’article 9 de la Constitution japonaise…

Bonsoir !

Je rompts mon silence pour parler d’un sujet évoqué quotidiennement dans les mass-media japonais. À savoir la volonté du gouvernement actuel de remettre en question l’actuelle Constitution japonaise,en vigueur depuis le 3 novembre 1946, et imposée au Japon par les Forces d’occupation américaines. Le débat est centré autour de l’article 9 de cette constitution, dont je donne ci-après la traduction française trouvée sur le site de l’Université de Montpellier:

Article 9

1.Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ainsi qu’à la menace ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.

2. Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de bélligérence de l’État ne sera pas reconnu.

Il n’existe sans doute nulle part ailleurs dans le monde une constitution aussi pacifiste. Ce qui n’a pas empêché le Japon de se doter, en 1954, de Forces d’auto-défense de terre, de mer et d’air ( Jiheitai, en japonais) dont le rôle est toutefois strictement défensif, afin de rester fidèle à l’esprit de cet article. Raison pour laquelle, entre autres, les contingents militaires japonais qui ont participé jusqu’à présent aux Forces de maintien de la paix de l’ONU l’ont toujours fait de manière non-belligérente, n’ayant le droit d’utiliser leurs armes que pour se protéger en cas d’attaque, tous les gouvernements précédents considérant l’Article 9 comme un tabou à respecter scrupuleusement.

Ce qui n’est pas le cas de l’actuel premier ministre, M.Shinzo Abé, qui voudrait tout changer, désireux qu’il est de faire du Japon un pays fort et libre d’utiliser ses forces en dehors de ses frontières pour protéger ses nationaux, ses intérêts, et, c’est un point sur lequel il insiste, pour secourir les forces américaines en cas d’attaque, dans le cadre du Traité de coopération mutelle et de sécurité entre les Etats-Unis et le Japon…Le problème est que, loin d’envisager une révision de la constitution, il semble avoir choisi la formule qui consiste à réinterpréter librement les articles problématiques pour lui, à officialiser cette interprétation par une décision de son cabinet, et à tenter de la faire avaler par le parti Komeito, qui forme avec son parti ( Parti Libéral- Démocrate) une coalition majoritaire dans les deux chambres, sans demander son avis au Parlement et encore moins au peuple. En bref, la politique du fait accompli. Il est vrai que, pour M.Abé : ¨L’idée selon laquelle le rôle de la constitution est de restreindre le pouvoir de l’État avait son sens à l’époque des monarchies absolues ( mais les temps ont changé)…Je suis le plus haut responsable de l’Etat et j’endosse pleinement les explications fournies par mes ministres sur les décisions du cabinet, en me soumettant, le moment venu, au verdict du peuple lors des élections¨. Ma question, partagée par beaucoup de personnes ici: ¨ S’agit-il d’une négation pure et simple des principes de la démocratie selon lesquels les citoyens doivent toujours être consultés en dernier ressort pour les décisions fondamentales qui engagent l’avenir du pays ?

Photo: Affiche sur le thème de la première guerre du Golfe, Bangkok, 1990

 

5341445469318642466

 

 

 

1 comment